Show Less

Stéréotype et lecture

Essai sur la réception littéraire

Series:

Jean-Louis Dufays

Le rôle fondamental joué dans l’acte de lecture par les divers niveaux de stéréotypie disponibles dans la mémoire collective avait déjà été évoqué maintes fois au cours du XX e siècle, mais l’étude systématique de leur impact dans la compréhension, l’interprétation et l’évaluation des textes littéraires restait à entreprendre. C’est à cette tâche que s’est attelé J.-L. Dufays. Passant en revue les codes de la lecture, les phases de son déroulement et les diverses modalisations dont le sens peut faire l’objet, il montre que tout lecteur se meut dans un jeu de reconnaissance et d’ignorance, de participation et de distanciation à l’égard des stéréotypes du texte, et il suggère que l’exploitation maximale de ces tensions pourrait constituer la forme la plus aboutie de la réception littéraire. La partie majeure de l’étude, qui concerne les modes d’énonciation et les effets de lecture auxquels les stéréotypes se prêtent, montre que c’est toute la logique de l’analyse littéraire et toute l’historicité de la littérature qui se trouvent renouvelées par la prise en compte de cette problématique.
Éclairant dans ses synthèses, pointu dans ses analyses, cet ouvrage ambitieux effectue nombre de mises au point dont nulle théorie de la lecture et de la littérature ne peut faire l’économie. Publié pour la première fois en 1994, il fait l’objet d’ici d’une deuxième édition actualisée.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CINQUIÈME PARTIE. LE STÉRÉOTYPE EN PROCÈS DE LECTURE

Extract

CINQUIÈME PARTIE LE STÉRÉOTYPE EN PROCÈS DE LECTURE 217 Introduction Si les parties précédentes de ce livre ont montré que les opérations de la lecture sont largement subordonnées à la compétence stéréotypique du lecteur, les rôles exercés par les stéréotypes n’ont été définis jusqu’ici que d’une manière générale et indépendante de leurs manifestations textuelles. Il est clair à présent que tout lecteur doit choisir entre partici- per aux stéréotypes, s’en distancer ou osciller entre ces deux attitudes, mais n’existe-t-il pas des rapports entre ces modes de lecture et la manière dont le stéréotype est énoncé ? Quels sont au juste les traite- ments qui peuvent être faits du stéréotype dans l’écriture ? Des fonctions diverses ne peuvent-elles pas lui être assignées ? Et comment un lecteur peut-il interpréter les divers modes d’écriture du stéréotype ? C’est à ces questions que je voudrais à présent essayer de répondre. Il me faudra tenir compte pour ce faire des analyses pénétrantes dé- veloppées par Amossy et Rosen dans Les discours du cliché (1982) ainsi que des études plus ponctuelles proposées par Laurent Jenny (1972), Claude Bouché (1974), Anne Herschberg-Pierrot (1979, 1980) et quelques autres. Les réflexions d’Antoine Compagnon sur le « travail de la citation » me seront également d’une aide précieuse, car la citation, comme on le verra, est...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.