Show Less

Consensus and European Integration / Consensus et intégration européenne

An Historical Perspective / Une perspective historique

Series:

Edited By Daniela Preda and Daniele Pasquinucci

Analysis of the formation and development of the consensus on European integration provides an interesting interpretative perspective for studying the history of the construction of a united Europe.
The authors of this volume examine the main reasons – ideological, political, cultural and economic – that have been advanced to encourage citizens to support the European project. The contributors also consider the initiatives proposed by the political and institutional actors involved for promoting this supranational project.
L’analyse de la formation et du développement d’un consensus pour l’intégration européenne représente une piste interprétative intéressante pour étudier l’histoire de la construction de l’Europe unie.
Dans ce volume, les auteurs examinent les principales raisons avancées – idéales, politiques, culturelles, économiques – pour obtenir le soutien des citoyens au projet européen. En outre, ils analysent les initiatives élaborées par les acteurs politiques et institutionnels impliqués dans le processus d’unification dans le but de promouvoir le projet supranational.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

La CECA et la CED, quel consensus politique en France ? Les débats de ratification des Traités de Paris à l’Assemblée nationale (1950-1954) (Marion Gaillard)

Extract

69 La CECA et la CED, quel consensus politique en France ? Les débats de ratification des Traités de Paris à l’Assemblée nationale (1950-1954) Marion GAILLARD La déclaration Schuman est l’acte fondateur de la construction européenne. Cette déclaration du 9 mai 1950, dont la date est aujourd’hui consacrée par la Journée de l’Europe, est l’initiative du Gouvernement français de l’époque, et plus particulièrement de son ministre des Affaires étrangères, Robert Schuman. Son but premier, tel qu’il apparaît clairement dans le texte de la proposition, est la paix. Il s’agit d’éviter le retour des guerres en Europe, notamment par la réconciliation franco-allemande. L’objectif est donc apparemment très consensuel et peut laisser penser à une adhésion de l’ensemble de la classe politique française. Pourtant, les objectifs poursuivis ne sont pas seulement ceux mis en avant par la déclaration et celle-ci fait par ailleurs d’emblée l’objet de vives critiques en France, notamment sur les bancs de l’Assemblée nationale. Malgré tout, quelques mois plus tard, alors même que le débat sur la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) bat son plein, le Gouvernement fait une autre proposition. Le 24 octobre 1950, le président du Conseil, René Pleven, suggère cette fois la création d’une armée européenne incluant des soldats allemands. Quelles sont les motivations qui poussent le chef du gouvernement français à avancer une idée si...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.