Show Less

Représentation sémantico-conceptuelle et réalisation linguistique

L’"excuse" en classe de FLE au Maroc

Series:

Abdelhadi Bellachhab

La notion de sens appelle de nombreuses interrogations. Quelle est sa vraie nature ? Est-il un produit préstructuré, préalable à l’expérience humaine, qui existe indépendamment des volontés et des intentions humaines, voire séparément des rapports interactionnels sociaux ? Ou bien n’est-ce que le simple résultat des états mentaux relatifs à notre système conceptuel qui s’activent lors de son interaction permanente avec notre entourage socioculturel ? Si ce n’est qu’une affaire de traitement computationnel de l’information, comment est-il alors généré et coconstruit lorsqu’il s’agit de communication ?
Ce sont là des questions qui animent la réflexion proposée dans ce livre qui cherche à retracer les structures représentationnelles sémantico-conceptuelles susceptibles de mobiliser les formes linguistiques réalisées lors de l’interaction verbale. L’analyse menée dans cet ouvrage porte sur la construction et la réalisation de l’acte s’excuser en français langue étrangère, tout en s’appuyant sur deux modèles théoriques, à savoir la grammaire cognitive et la sémantique des possibles argumentatifs.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract

Depuis longtemps, la tradition objectiviste dans la définition et le traitement du sens cherche à décrire celui-ci en termes de conditions nécessaires et suffisantes, entretenant par ailleurs l’idée que le langage représente la réalité objective sous une forme symbolique, où les signes obtiennent leurs significations à partir des correspondances référentielles et/ou conventionnelles avec les objets et les catégories du monde. Or cette tradition n’implique pas celui qui produit ou qui reçoit le sens ; l’implication de l’expérience humaine du monde est radicalement mise à l’écart. En effet, la question du sens ne porte pas sur l’existence de la réalité comme elle est ou sur son rejet, il s’agit de la manière ou des manières dont on décrit cette réalité. Ce n’est qu’à travers nos rapports expérientiels avec le monde et la réalité, tels qu’ils existent de façon autonome, que l’on donne sens au monde et que l’on détermine la réalité selon nos expériences dans et avec le monde. Cette approche expérien- tialiste du sens met l’accent sur l’expérience humaine comme élément intégrant dans la conceptualisation et la construction du sens, où l’individu est celui qui impose les conditions de vérité et de croyance sur son activité, bref c’est celui qui crée la vérité dans son rapport avec le monde. La vérité n’existe pas indépendamment de lui. Devant cette dichotomie au sein de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.