Show Less

Gouverner les fins de carrière à distance

"Outplacement" et vieillissement actif en emploi

Series:

Thibauld Moulaert

Alors que l’Europe célèbre en 2012 l’Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations, ce livre revient sur la mise en œuvre d’une politique de « vieillissement actif » en Belgique, à travers le prisme de l’ outplacement généralisé aux 45 ans et plus.
Situant les origines internationales du « vieillissement actif », l’auteur rappelle d’abord que cette idée se réduit, une fois encore, à vouloir prolonger les carrières. Surtout, en s’appuyant sur l’observation de vingt candidats et d’une trentaine de consultants en outplacement, il explique comment ce dispositif organise une nouvelle manière de gérer les fins de carrière, de plus en plus « à distance » de l’État via l’intervention de ces consultants et via un report de la responsabilité de la quête d’emploi à charge de l’individu.
L’inspiration foucaldienne lui permet de relier cette action publique (la conduite des conduites) et le travail sur soi (la conduite de soi) dans un seul et même mouvement au cœur des pratiques des professionnels de l’ outplacement. Si l’individu y est appelé à devenir « self-sufficient », l’analyse montre que tous n’y parviennent pas et que des formes de résistance se dessinent. In fine, si le but de cette action publique est de « remettre le sujet au cœur du débat », ses effets paradoxaux appellent un regard sociologique renouvelé auquel entend contribuer cet ouvrage.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

PRÉFACE. Le recyclage libéral du social (Par Jacques Donzelot) 13

Extract

13 PRÉFACE Le recyclage libéral du social Par Jacques Donzelot Au tournant des années 1990, on a vu apparaître une constellation de notions nouvelles dans le domaine de la protection sociale et de l’emploi : la cohésion sociale, l’insertion économique, le vieillissement actif. Elles nous sont vite devenues si largement familières que l’on a comme oublié le caractère récent de leur introduction dans ce domaine des politiques publiques. Sans doute ces expressions n’étaient-elles pas des inventions au sens strict, puisque la plupart d’entre elles avaient vu le jour bien avant. Mais leur prise de fonction dans le débat sur les finalités de l’action publique sur ce sujet du social est à la fois aussi nouvelle que simultanée. Ainsi l’expression de cohésion sociale avait-elle été forgée par Émile Durkheim au XIXe siècle, mais elle n’était pas sortie des ouvrages de sociologie et plutôt tombée en désuétude jusqu’à ce qu’elle réapparaisse au milieu des années 1990 et, cette fois, sous la plume des administratifs en charge de la lutte contre l’exclusion, particulièrement celle des mino- rités ethniques, des jeunes sans qualification. S’agissant de ces derniers, l’insertion constitue le vocable servant plus précisément à désigner le problème que pose leur accès à l’emploi. L’expression d’insertion n’était guère utilisée jusqu’aux années 1980 qu’assortie du préfixe « ré » pour désigner la tâche des éducateurs...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.