Show Less

Histoire de la Coupe du monde de football

Une mondialisation réussie

Series:

Alfred Wahl

Cet ouvrage aborde les prémices de la Coupe du monde de football pour parcourir ensuite les différentes étapes, jusqu’aux plus récentes, de son histoire. L’accent est mis sur l’évolution de cette compétition qui accompagne la mondialisation à l’œuvre en parallèle. De nombreux aspects en témoignent, comme le choix des lieux, le système de qualification, l’organisation au niveau international, les méthodes de préparation des équipes, l’uniformisation des règles de l’arbitrage ou des tactiques de jeu, le rôle des médias, la circulation de l’argent, l’interférence du politique et du sportif ou encore les pratiques des supporteurs.
La Coupe du monde de football devient ainsi un miroir de la mondialisation où les compétitions successivement décrites dans cet ouvrage constituent une histoire de notre temps, festive et dramatique, s’écrivant sur un rythme quadriennal.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE X : Spectateurs et supporteurs

Extract

191 CHAPITRE X Spectateurs et supporteurs À l’origine un jeu pratiqué par des joueurs des couches aisées qui entendaient demeurer entre soi, le football ne tarda pas à attirer ce que la presse appelait des « curieux », qualifiés plus tard de spectateurs. C’était l’indice que le jeu qui se déroulait sur le terrain s’apprêtait à se muer en spectacle. Dès lors, le public allait faire partie intégrante du football. Au début, les « curieux » avaient un caractère composite : y figuraient les membres de la famille et les proches, ensuite des spectateurs qui appré- ciaient ce qui se passait sur le terrain et enfin ceux qui venaient avant tout au stade pour soutenir par la voix leur équipe favorite et la voir gagner. À la fin du 19e siècle, les joueurs de football de l’Europe continen- tale ne partageaient pas exclusivement le plaisir de jouer ; ils se réfé- raient aussi à des valeurs communes qui constituaient alors les fonde- ments du sport moderne : respect de l’adversaire, fair-play, esprit de compétition et de concurrence, une éthique en somme. Cet état d’esprit s’accommodait mal avec des conduites de spectateurs passionnés et partisans. C’est bien pourquoi, les premiers footballeurs de l’élite sociale ne souhaitaient pas la présence de spectateurs. Ceux-ci, s’ils n’étaient pas du même milieu, ne comprenaient pas, a priori, les enjeux et les valeurs accompagnant ce qui se passait sur le terrain. C’est pour- quoi, les « curieux » ne furent accept...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.