Show Less

Les fonctions grammaticales

Histoire, théories, pratiques

Series:

Edited By Aboubakar Ouattara

La littérature grammaticale et linguistique répertorie diverses fonctions : sujet, complément d’objet, complément de circonstance, complément d’agent, apposition, apostrophe, attribut, épithète, etc. Combien de fonctions est-il utile de considérer ? Peut-on en construire le système d’ensemble ? Si oui, sur la base de quels critères explicites, explicatifs et cohérents ? Doit-on appliquer le rasoir d’Occam à l’inventaire des fonctions ? Comment, historiquement, les systèmes, s’ils existent, se sont-ils progressivement mis en place ? Quelle est l’étendue du registre terminologique de chaque fonction ou de chaque famille de fonctions ? Quelle est l’étendue du champ d’application couvert par telle fonction ou telle famille de fonctions ? Quelles sont les applications privilégiées de chaque fonction, de chaque famille de fonctions dans des domaines comme la grammaire de phrase, la grammaire de l’énoncé, la grammaire de texte, la linguistique de corpus, les traitements automatiques, l’enseignement/apprentissage du français et la recherche en linguistique théorique française ?
Ce sont là autant de questions et bien d’autres que ce livre affronte et discute dans un esprit attentif à l’histoire des fonctions grammaticales, à la pluralité des approches théoriques et des pratiques ; une posture épistémologique qui en fait un livre de contributions soucieux d’apporter des réponses innovantes et stimulantes.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

QUATRIÈME PARTIE : FONCTIONS GRAMMATICALES ET FONCTIONS DISCURSIVES DANS LA PHRASE ET DANS L’ÉNONCÉ

Extract

QUATRIÈME PARTIE FONCTIONS GRAMMATICALES ET FONCTIONS DISCURSIVES DANS LA PHRASE ET DANS L’ÉNONCÉ 199 Quel doit être l’objet d’étude de l’analyse linguistique La phrase ou l’énoncé ? Ingvald SIVERTSEN Maître de conférences, Université des sciences et techniques de Norvège (NTNU) La phrase peut être conçue comme une structure abstraite apparte- nant au système qu’est la langue, et l’énoncé correspondant comme sa réalisation par une énonciation concrète. Wagner et Pinchon (1962 : 502) constatent qu’un énoncé constitue une phrase dans la mesure où ses éléments assument une fonction, et les deux grammairiens proposent de définir la phrase comme « un énoncé qui doit à sa mélodie et à son autonomie le caractère d’un ensemble équilibré ». La réponse tradition- nelle à la question posée est que seule la phrase, comportant un thème et un propos, est l’objet de la linguistique proprement dite, tandis que l’étude de l’énoncé se voit renvoyée au domaine de la pragmatique1. Notre point de départ s’appuie sur la conviction que l’analyse lin- guistique de la phrase doit comprendre sa faculté à accomplir un acte de langage, sans pour autant inclure les circonstances d’une occurrence particulière. Ce qui nous intéressera en particulier est l’interface entre le linguistique et le pragmatique, plus concrètement la question de savoir dans quelle mesure l’aptitude d’une phrase à accomplir un acte de langage fait partie intégrante de sa signification en tant qu’énoncé. Tout en...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.