Show Less

Construire la citoyenneté européenne

Series:

Edited By Laure Clément-Wilz and Sylvaine Peruzzetto

La citoyenneté européenne est interrogée dans cet ouvrage par une approche interdisciplinaire sur ce qu’elle est, sur ce qu’elle pourrait être, sur ce qu’elle devrait être. En effet, la citoyenneté juridiquement proclamée mérite d’être mise en perspective par l’approche historique, sociologique, politique, géographique et psychologique.
L’ouvrage montre comment la citoyenneté européenne modifie le paradigme de l’Europe institutionnelle construite sur la seule relation États membres-Union : elle introduit la société civile des citoyens dans une relation à l’Union certes descendante mais également ascendante, relation dont l’État lui-même n’est pas absent.
Ainsi, la citoyenneté pourrait être pour le citoyen européen le vecteur du passage de la morale civique proclamée à l’éthique sociale recherchée.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

AVANT-PROPOS. Les approches de la citoyenneté européenne (Marc BLANQUET)

Extract

15 AVANT-PROPOS Les approches de la citoyenneté européenne Marc BLANQUET Professeur à l’Université Toulouse 1 Capitole Directeur de l’Institut de recherche en droit européen, international et comparé Directeur du Master droit européen Chaire Jean Monnet S’agissant de l’intégration européenne, il est des mots qui font peur : constitution, loi, ministre, État, etc. Certains ont effrayé quelque temps, mais ont réussi à s’imposer (« Parlement » à partir de l’Acte unique alors que le traité de Rome ne prévoyait, de manière moins « signi- fiante » politiquement, qu’une « Assemblée »). Dès lors peut-on considérer que la consécration d’une « citoyenne- té » européenne constitue une des atteintes les plus importantes à cette ambiance générale de pudibonderie terminologique… La place de l’individu vis-à-vis du droit de l’Union européenne a toujours été particulière. Il n’est que de se rappeler les considérants de l’arrêt Vand Gend en Loos dont on va fêter les 50 ans bientôt et qui démontraient en multipliant les arguments que le « rapport aux per- sonnes privées » n’est fondamentalement pas le même pour le droit international et pour le droit communautaire. Quand celui-là reste essen- tiellement un droit des relations interétatiques, ne concernant directe- ment les particuliers que de façon exceptionnelle, celui-ci a vocation, naturellement, à créer directement des droits pour ces particuliers, lesquels constituent des sujets du nouvel ordre juridique créé par les traités communautaires. Pour autant, la manière dont le droit de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.