Show Less

Censure et autorités publiques

De l’époque moderne à nos jours

Series:

Edited By François Cadilhon, Philippe Chassaigne and Éric Suire

L’histoire récente consacre le passage de la censure étatique directe à des formes intériorisées d’autocensure. Le sujet n’en reste pas moins d’actualité, y compris dans les démocraties occidentales où on assiste à des demandes émanant de groupes religieux pour faire interdire disques, journaux, livres, films jugés blessants ou blasphématoires. Les possibilités d’expression offertes par les nouveaux médias suscitent l’affolement des ligues de vertu et un strict verrouillage dans les pays où la liberté de parole reste interdite. L’optique de l’ouvrage déborde cependant du cadre contemporain. Le choix d’une chronologie longue l’inscrit dans une réflexion générale sur l’évolution des sensibilités au sein de « l’espace moral », en privilégiant la question des frontières changeantes, car historiquement construites, de ce qui a été perçu comme dicible ou indicible. Les 23 contributions réunies abordent les modèles de conception et les modalités d’application de la censure à travers ses objets (publications licencieuses, presse, œuvres d’art, lectures de l’histoire, opinions hétérodoxes), les moyens de son exercice, et ses enjeux politiques.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Cinquième partie. La censure du livre et de la presse écrite

Extract

Cinquième Partie la Censure du livre et de la Presse éCrite 309 Les colporteurs en Hongrie Feuilles volantes et récits colportés face à la censure au XVIIIe siècle Éva Vámos Journal francophone de Budapest Au Siècle des Lumières, toute l’Europe avait soif des nouvelles que les almanachs et les gazettes se chargeaient de diffuser. Les thèmes poli- tiques, la vie quotidienne et l’histoire y étaient entrecoupés d’anecdotes et de rêves imaginaires. Les feuilles colportées relatant les actes de cou- rage, les amours, les évasions et les mises à mort des bandits de grand chemin constituent une approche particulière de l’actualité1. Le livre récent sous la direction de Lise Andries2 évoque à ce sujet les perspec- tives européennes de recherches. La Hongrie faisait bien partie de ces circuits incontrôlables qui répondaient à un réel besoin des lecteurs et défiaient évidemment la censure. Nous y retrouvons tous les paradoxes de l’époque. Les imprimeurs de calendriers à succès ont informé et di- verti le grand public alors qu’ils n’avaient même pas au départ la permis- sion de publier. Au XVIIIe siècle, la chancellerie impériale fut amenée à comprendre à quel point cette littérature populaire, diffusée dans les calendriers, pouvait devenir embarrassante. En effet, quoi de pire pour le pouvoir que de voir de grands et puissants personnages de la vie politique rendus ridicules ? Le gouvernement des Habsbourg voulut donc s’appro- prier le...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.