Show Less

L’œuvre de Vladimir Nabokov au regard de la culture et de l’art allemands

Survivances de l’expressionnisme

Series:

Alexia Gassin

Jusqu’à présent, les études nabokoviennes ont tendance à ignorer l’influence de la culture allemande sur l’œuvre de Vladimir Nabokov. Ce faisant, elles se conforment aux propos de l’écrivain qui a fréquemment déclaré que, malgré ses quinze années passées en Allemagne (1922–1937), il a toujours évité tout contact avec la langue et l’univers allemands. Pourtant, bien que l’émigration russe à Berlin vive en vase clos, les frontières entre les mondes russe et allemand ne sont pas si étanches, ce qui apparaît nettement dans les fréquentes allusions littéraires de l’écrivain à des œuvres de littérature, de cinéma et de peinture allemandes.
Le présent ouvrage a donc pour objectif de lire l’œuvre de Nabokov dans le contexte de l’art allemand de la fin du XIX e et du début du XX e siècle, notamment de l’esthétique expressionniste et de trois de ses grands thèmes majeurs, à savoir l’altération du psychisme humain, l’ambivalence de la figure féminine et la représentation de la grande ville. Il vise ainsi à proposer une nouvelle interprétation des œuvres russes de Nabokov, à reconstruire le contexte culturel berlinois (cinéma et peinture) dans lequel ces dernières furent créées et à montrer que l’écrivain n’était pas si hermétique à la culture allemande qu’il voulait bien le laisser entendre.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Deuxième partie La figure féminine et sa dualité fatale

Extract

L’étude des notices bibliographiques nous indique que le thème de la femme fatale a donné lieu à de très nombreuses recherches, aussi bien en littérature qu’en peinture, et ce même s’il est difficile de savoir dans quel domaine ce sujet a été traité en premier. Par exemple, le spécialiste d’art Patrick Bade estime que la femme fatale est d’abord apparue en littérature1 tandis que le professeur Mireille Dottin-Orsini2 pense qu’elle est née dans la peinture. Une dizaine de travaux peuvent être considérés comme particulièrement représentatifs de l’analyse du thème de la femme fatale, à savoir The Dangerous Sex : the Myth of Feminine Evil (1964) de Hoffman R. Hays, Femme fatale. Images of Evil and Fascinating Women (1979) de Bade, Idols of Perversity. Fantasies of Feminine Evil in Fin-de-siècle Culture (1986) et Evil Sisters. The Threat of Female Sexuality and the Cult of Manhood (1996) de Bram Dijkstra, Liebe, Tod und Teufel. Die schwarze Romantik (1988) de Mario Praz, Die Femme fatale. Ein Weiblichkeitstypus in der nachromantischen Literatur (1990) de Carola Hilmes, Cette femme qu’ils disent fatale. Textes et images de la misogynie fin-de-siècle (1993) de Mireille Dottin-Orsini et Die Femme fatale im Drama. Heroinen, Verführerinnen, Todesengel (1999) de Jürgen Blänsdorf. Nous pouvons noter que ces différentes études portent surtout sur le portrait de la femme fatale dans la culture Fin de siècle, un fait souligné par exemple par le chercheur Robert M...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.