Show Less
Restricted access

Exils et mémoires de l’exil dans le monde ibérique – Exilios y memorias del exilio en el mundo ibérico

(XIIe-XXIe siècles) – (siglos XII-XXI)

Series:

Michel Boeglin

Ce volume porte sur la question de l’exil dans le monde hispanique, sur les mécanismes d’exclusion de l’espace public et d’effacement de la mémoire, du Moyen-Âge à nos jours. Un soin particulier a été porté à analyser les représentations et à étudier la reconstruction des mémoires individuelles et collectives à travers les productions culturelles liées au déplacement/déclassement des proscrits de l’histoire espagnole. La récupération de cette part de soi cachée, tue ou niée durant des décennies, dans la société de départ ou la terre d’accueil, à travers le témoignage, l’art, le documentaire ou l’écriture révèle un rapport à l’individu et au monde sans cesse renouvelé.
Este volumen analiza la cuestión del exilio en el mundo hispánico, los mecanismos de exclusión del espacio público y de exclusión de la memoria en la época medieval, moderna y contemporánea. Se analizan más particularmente las representaciones y la reconstrucción de las memorias individuales y colectivas a través de las producciones culturales vinculadas con el exilio. La recuperación de esta parte de uno mismo, ocultada, negada o denegada durante décadas en la sociedad de salida como en la tierra de acogida, a través del arte, del testimonio, del documental o de la escritura revela una relación a sí mismo y al mundo constantemente reinventada.
Show Summary Details
Restricted access

«España peregrina». Entre sentiment d’appartenance et d’exil irrémédiable. À propos de l’attachement à la langue espagnole des philosophes de l’exil républicain de 1939 (Salomé Fœhn)

Extract

Salomé FŒHN

CREC – Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et University of Aberdeen

Résumé : En 1940, les intellectuels et artistes de l’exil républicain espagnol fondent une revue, qu’ils intitulent España Peregrina. De génération en génération, l’expression acquiert vite une popularité, non seulement auprès des contemporains des événements mais également auprès des universitaires, hispanistes spécialistes de l’exil culturel et philosophes spécialistes de la philosophie espagnole en exil – sans, pour autant, être soumise à l’examen critique. Dans cet article, j’explore l’attachement de cette génération de philosophes à la langue espagnole dans son rapport à l’exil en vue de montrer la formation d’une philosophie proprement espagnole.

Resumen: En 1940, los intelectuales y artistas del exilio crearon la revista España Peregrina. De la primera generación a la otra, entre exiliados y sus hijos por una parte y entre académicos por por otra, tal expresión adquirió gran notoriedad, sean hispanistas especializados en el exilio cultural o filósofosos, en filosofía española. En cambio, nunca fue sometida a exámen crítico. En Este artículo estudio el vinculo entre la lengua castellana y exilio.

L’apparition des « philosophies nationales » dans les vingt dernières années du XIXe siècle avait ceci d’inquiétant pour l’historien de la philosophie Yvon Bélaval qu’elles supposaient la remise en cause de la mathématique comme langue universelle de la pensée. Bélaval appela...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.