Show Less
Restricted access

De la guerre à l’union de l’Europe

Itinéraires luxembourgeois

Mauve Carbonell

Au Luxembourg, la génération adulte dans les années 1940 porte en elle la fracture de la guerre, de l’occupation-annexion et de ses lourdes conséquences. Arrivant au pouvoir après 1945, les hommes du « renouveau » sont animés d’une vision du monde transformée, ouverte sur l’international, fondée sur le droit et la justice, rejetant les extrêmes du passé.
Dans cette étude, la mise en perspective biographique prend appui sur la reconstitution des parcours de responsables communautaires des années 1950 à 1970, à la Haute Autorité de la CECA, à la Commission de la CEE ou à la Cour de justice européenne. Il s’agit de Jean Fohrmann, Albert Wehrer, Michel Rasquin, Lambert Schaus, Victor Bodson, Albert Borschette, Charles-Léon Hammes et Pierre Pescatore. L’analyse est centrée sur la Seconde Guerre mondiale – cet « événement inaugural » – sur la perception que ces hommes en ont, sur le rôle qu’elle a joué dans leurs idées, leur carrière, leur implication dans le projet européen mais également dans leur évolution personnelle, spirituelle ou encore littéraire.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 1: Une jeunesse luxembourgeoise et européenne

Extract

Chapitre 1

Une jeunesse luxembourgeoise et européenne

1.1  De l’Athénée aux universités européennes, une éducation commune ?

Le système éducatif luxembourgeois est particulier au sens où il n’existe pas, jusqu’à récemment, d’université dans le pays.

Au XXe siècle, l’éducation des jeunes élites luxembourgeoises est pratiquement dans les mains d’une seule institution : le lycée de l’Athénée à Luxembourg.1 Dans la première moitié du XXe siècle, les fils de bonnes familles du pays – plus rarement les filles pour lesquelles l’organisation est un peu différente – après une scolarité primaire dans diverses écoles, suivent les cours dispensés par l’Athénée. L’enseignement secondaire, alors appelé « enseignement moyen », est composé de deux branches : un gymnase (lycée) donnant accès à l’enseignement supérieur et une école industrielle et commerciale. Concernant le gymnase, la durée des études secondaires est de sept ans, sanctionnées par un examen de maturité (diplôme de fin d’études secondaires). L’enseignement supérieur est lui aussi dispensé par l’Athénée à travers les « cours supérieurs ». Ces cours sont inscrits dans le régime de la collation des grades et durent une année, en lettres ou en sciences. Suivent ainsi l’enseignement de l’Athénée : Albert Wehrer (années 1910), Michel Rasquin (années 1910), Charles-Léon Hammes (années 1910), Victor Bodson (années 1910-1920), Lambert Schaus (années 1920), Albert Borschette (années...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.