Show Less
Restricted access

Les racines populaires de la culture européenne

Series:

Jacques Delneste, Olivier Odaert and Olivier Odaert

L’émergence d’une culture de masse multimédiatique en Europe, à partir des années 1830, s’est traduite par une amplification et une accélération des phénomènes de circulation et d’adaptation des œuvres à l’échelle internationale. Dans ce contexte, pourquoi certains auteurs, certaines figures et certains genres ont-ils essaimé plutôt que d’autres ? Comment ces produits culturels ont-ils circulé, en subissant quelles contraintes, quelles transformations ? Quels ont été les acteurs de cette ouverture des cultures nationales à un contexte international ? Comment les éditeurs, notamment, ont-ils contribué à la diffusion des œuvres et des récits en mettant en place des stratégies de traduction ou de plagiat à peine déguisées, ou encore en constituant des collections d’origine étrangère ?
Cet ouvrage collectif tente de répondre à toutes ces questions et à bien d’autres encore en étudiant les phénomènes de circulation transnationale et d’adaptation transmédiatique des produits culturels.
Show Summary Details
Restricted access

De la circulation du roman scout en Europe. Quelques considérations sur la France et le Royaume-Uni (Laurent Déom)

Extract

← 202 | 203 → De la circulation du roman scout en Europe Quelques considérations sur la France et le Royaume-Uni

Laurent DÉOM

Université Charles de Gaulle-Lille 3

Introduction

Inventé en 1907 en Grande-Bretagne, par un Britannique (Robert Baden-Powell) et pour des Britanniques, le scoutisme n’a pas tardé à s’exporter hors des limites de l’Empire : « De 1909 à 1914, en moins de cinq années, [il] avait pénétré dans bon nombre de pays étrangers », indique Henri Van Effenterre dans son Histoire du scoutisme1. Alors que, en 1911, à l’occasion des fêtes pour le couronnement du roi George V, Baden-Powell réunissait trente mille scouts venant de diverses régions de l’Empire britannique, c’est de plusieurs pays d’Europe que proviennent ceux qui, en 1913, se rassemblent pour le rallye de Birmingham : Allemagne, Autriche-Hongrie, Belgique, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Suède – et, hors d’Europe, États-Unis2. Durant la Première Guerre mondiale, « en liaison avec les tendances pacifistes et internationalistes qui commençaient à se faire jour, l’idée fut lancée de reprendre, dès que la guerre serait finie »3, les relations que ce rallye avait suscitées. Baden-Powell projeta ainsi l’organisation d’un rassemblement de scouts des quatre coins de la planète, qu’il désigna par le terme indien de jamboree (rassemblement de tribus). Le premier jamboree se tint à Londres en 1920 : « Vingt-sept nations étaient représentées et des milliers d’éclaireurs qui ne s’étaient jamais connus, qui portaient les uniformes les...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.