Show Less
Restricted access

Les racines populaires de la culture européenne

Series:

Edited By Jacques Delneste, Olivier Odaert and Olivier Odaert

L’émergence d’une culture de masse multimédiatique en Europe, à partir des années 1830, s’est traduite par une amplification et une accélération des phénomènes de circulation et d’adaptation des œuvres à l’échelle internationale. Dans ce contexte, pourquoi certains auteurs, certaines figures et certains genres ont-ils essaimé plutôt que d’autres ? Comment ces produits culturels ont-ils circulé, en subissant quelles contraintes, quelles transformations ? Quels ont été les acteurs de cette ouverture des cultures nationales à un contexte international ? Comment les éditeurs, notamment, ont-ils contribué à la diffusion des œuvres et des récits en mettant en place des stratégies de traduction ou de plagiat à peine déguisées, ou encore en constituant des collections d’origine étrangère ?
Cet ouvrage collectif tente de répondre à toutes ces questions et à bien d’autres encore en étudiant les phénomènes de circulation transnationale et d’adaptation transmédiatique des produits culturels.
Show Summary Details
Restricted access

Postface EPOP reloaded : de quelques enseignements d’une deuxième campagne de fouilles (Jacques Migozzi)

Extract

← 242 | 243 → POSTFACE EPOP reloaded : de quelques enseignements d’une deuxième campagne de fouilles

Jacques MIGOZZI

Université de Limoges

« En un siècle, des années 1830 aux années 1930, l’Europe change radicalement de visage pour entrer dans la modernité. Cette mutation décisive ne s’opère pas seulement aux plans politique, économique, technologique et social mais aussi au niveau culturel : l’émergence puis l’expansion irrésistible d’une culture de masse multimédiatique, qui vise le grand public et traverse les barrières linguistiques comme les frontières des états-nations, va en effet bouleverser les pratiques culturelles, ensemencer les imaginaires individuels et collectifs avec de nouvelles icônes et probablement précipiter – au sens chimique comme au sens cinétique du terme – l’avènement d’une identité/d’identités européenne(s) nouvelle(s) ». C’est ainsi que s’ouvre l’introduction du musée virtuel EPOP (www.popular-roots.eu) mis en ligne depuis le printemps 2010, qui invite ensuite le visiteur à explorer un « imaginaire partagé ». Si ce constat a été globalement validé par les recherches supplémentaires conduites depuis trois ans au sein de l’Association internationale des Chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique, il a en revanche été significativement complété et nuancé dans certains de ses attendus par le colloque de Louvain-la-Neuve dont ce volume est issu. Dans l’entrecroisement des contributions ici rassemblées comme lors des discussions approfondies d’octobre 2011, un certain nombre de points aveugles, de trompe-l’œil ou de fausses évidences...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.