Show Less
Restricted access

Entre belgitude et postmodernité

Textes, thèmes et styles

Series:

Marc Quaghebeur and Judyta Zbierska-Moscicka

Un autre livre de cette collection, De la belgitude à la belgité, s’attachait à la fortune critique et au renouvellement foncier que la Belgitude apporta aux études consacrées aux lettres belges francophones. Celui-ci s’attache à la dynamique créatrice elle-même. Il le fait à travers des œuvres qui précèdent, accompagnent ou font suite à ce mouvement de remises en cause et en perspective que fut la Belgitude.
D’Hubert Juin et Henry Bauchau à Pierre Mertens, Thomas Gunzig, Nicole Malinconi, Françoise Mallet-Joris et bien d’autres, le lecteur peut ainsi se colleter à une dynamique littéraire féconde, riche de mille et un jeux d’affirmation/travestissement identitaires. Origine historique et spécificités de ce mouvement sans véritable équivalent européen sont ainsi mises en exergue au travers d’une plongée qui est à la fois celle de la fin de la modernité en Europe et, pour la Belgique, de l’entrée définitive dans le fédéralisme étatique. Le texte éclaire tout autant le perpétuel jeu de rapports belgo-français que l’empreinte du silence d’Auschwitz sur la dynamique de cette génération.
Show Summary Details
Restricted access

Des fleuves impassibles d’Alain Van Crugten ou de la Belgitude nostalgique en jeu

Extract



Ryszard SIWEK

Université pédagogique de Cracovie

Nous nous proposons quelques remarques à propos de la Belgitude nostalgique en jeu en nous basant sur le roman d’Alain Van Crugten Des fleuves impassibles1, ainsi que sur un entretien avec l’auteur2. Le contenu comme la forme du roman témoignent d’une forte érudition et d’une grande maîtrise, ce qui n’est pas surprenant si l’on se rappelle que Van Crugten, germaniste et slaviste, comme professeur de littérature comparée et de littératures slaves à l’Université libre de Bruxelles, a consacré toute sa vie professionnelle à la recherche et à la traduction littéraires. Avant même de se lancer dans l’écriture personnelle il a traduit les œuvres théâtrales et romanesques de Witkiewicz à qui il a d’ailleurs consacré sa thèse de doctorat. Il a également traduit divers romans et pièces de théâtre de Hugo Claus – écrivain flamand majeur de la Belgique de l’après 1945 – ainsi que d’autres auteurs de langue néerlandaise, mais aussi des Polonais, Russes, Tchèques et Anglais. La création littéraire lui est venue tardivement, tout d’abord avec des pièces de théâtre au nombre de huit, ensuite avec trois romans. Il fait ses débuts romanesques avec Des fleuves impassibles.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.