Show Less
Restricted access

L’œuvre de Vladimir Nabokov au regard de la culture et de l’art allemands

Survivances de l’expressionnisme

Series:

Alexia Gassin

Jusqu’à présent, les études nabokoviennes ont tendance à ignorer l’influence de la culture allemande sur l’œuvre de Vladimir Nabokov. Ce faisant, elles se conforment aux propos de l’écrivain qui a fréquemment déclaré que, malgré ses quinze années passées en Allemagne (1922–1937), il a toujours évité tout contact avec la langue et l’univers allemands. Pourtant, bien que l’émigration russe à Berlin vive en vase clos, les frontières entre les mondes russe et allemand ne sont pas si étanches, ce qui apparaît nettement dans les fréquentes allusions littéraires de l’écrivain à des œuvres de littérature, de cinéma et de peinture allemandes.
Le présent ouvrage a donc pour objectif de lire l’œuvre de Nabokov dans le contexte de l’art allemand de la fin du XIX e et du début du XX e siècle, notamment de l’esthétique expressionniste et de trois de ses grands thèmes majeurs, à savoir l’altération du psychisme humain, l’ambivalence de la figure féminine et la représentation de la grande ville. Il vise ainsi à proposer une nouvelle interprétation des œuvres russes de Nabokov, à reconstruire le contexte culturel berlinois (cinéma et peinture) dans lequel ces dernières furent créées et à montrer que l’écrivain n’était pas si hermétique à la culture allemande qu’il voulait bien le laisser entendre.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 2. Les transports diaboliques

Extract

| 263 →

CHAPITRE 2

Les transports diaboliques

Comme nous l’avons évoqué, les peintres expressionnistes délaissent les lieux touristiques au profit des aspects modernes de la ville qui, selon eux, présentent un plus grand attrait artistique. C’est pourquoi nous étudierons dans un deuxième temps le rôle joué par les infrastructures de transport de la grande ville qui figurent le dynamisme et le mouvement de la cité moderne. Ces moyens de locomotion, que nous pouvons associer à la notion d’artificialité, s’opposent alors à la nature, à l’idée de paradis et d’harmonie décrite ci-dessus. Dans le domaine de la peinture, c’est Kirchner, le référent expressionniste de la grande ville, qui représente le plus souvent ce motif dans ses toiles, d’où une attention particulière pour ses œuvres où nous pouvons voir différents moyens de transport. Ainsi, les tableaux Nollendorfplatz (1912), Hallesches Tor (1913), Blick aus dem Fenster (Vue depuis la fenêtre) (1914), Leipziger Straβe mit elektrischer Eisenbahn (1914) se caractérisent par l’accumulation des transports et une impression de vive mobilité, ce qui accentue le caractère démoniaque de la ville.

Cette spécificité de l’esthétique expressionniste apparaît d’autant plus forte que, comme nous l’avons vu, la capitale fascine les artistes expressionnistes. Les infrastructures attirent également les poètes expressionnistes qui décrivent l’industrialisation rapide et le rythme effréné de la grande ville. Tel est le cas des poèmes Berlin III (1911)...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.