Show Less
Restricted access

Le Canada : un pays divers

La diversité culturelle au Canada vue par Jean-Michel Lacroix

Series:

Hélène Harter and Serge Jaumain

À l’heure où les Européens s’interrogent sur les réponses à apporter à l’intensification des flux migratoires, le Canada où la gestion de l’immigration et de la diversité culturelle occupe une place centrale dans la vie intellectuelle et politique depuis les années 1960 attire l’attention de nombreux observateurs.
Saisir la complexité et la richesse de ces débats, nécessite une étude fine de l’évolution de la société canadienne. Qui de mieux que Jean-Michel Lacroix pouvait livrer cette analyse ?
Ce « canadianiste » internationalement reconnu, pionnier des études canadiennes tant en France qu’au niveau international a publié pendant une trentaine d’année des textes de référence sur les questions d’immigration et de multiculturalisme. Hélène Harter et Serge Jaumain ont choisi de réunir ici une sélection de ses articles qui restent d’une étonnante actualité et permettent de suivre l’évolution d’une pensée originale bien loin des clichés et autres idées reçues sur la réalité canadienne.
Show Summary Details
Restricted access

À propos des Hispaniques : bilinguisme et multiculturalisme au Canada (1985)

Extract

1

L’« été chaud » des Hispaniques dans l’Amérique de 1984 semble faire écho aux étés chauds des ghettos noirs des années 1960. Les récents affrontements de Lawrence qui ont mis aux prises Blancs et Hispaniques dans un secteur urbanisé, industriel et pauvre des environs de Boston, au début d’août, sont venus nous rappeler que la minorité hispanique aux États-Unis pourrait fort bien dépasser le nombre des Noirs au début du siècle prochain. Six millions en 1965, 9 millions en 1970, 14,6 millions en 1980, 16,1 millions en 1984 (venus pour moitié du Mexique), les Hispaniques pourraient être 35 millions en l’an 2000 et 47 millions en l’an 2020, soit 15 % de la population totale. Les dernières statistiques du service d’immigration et de naturalisation marquent bien l’augmentation des immigrés en provenance d’Asie et d’Amérique latine. De 1961 à 1970, plus de 10 % des nouveaux arrivants sont des Asiatiques et près de 40 % des Latino-Américains. De 1971 à 1980, ces pourcentages passent respectivement à 35 % et à 40 %. Pendant cette même période la population hispanique a augmenté officiellement de 61 %, soit à un rythme cinq fois plus élevé que dans l’ensemble de la population pour représenter 6,5 % de la population totale. Et ces chiffres ne prennent pas en compte le nombre des clandestins. La communauté hispanique pose d’innombrables problèmes aux États-Unis, qu’il s’agisse du bilinguisme, de la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.