Show Less
Restricted access

Le Canada : un pays divers

La diversité culturelle au Canada vue par Jean-Michel Lacroix

Series:

Hélène Harter and Serge Jaumain

À l’heure où les Européens s’interrogent sur les réponses à apporter à l’intensification des flux migratoires, le Canada où la gestion de l’immigration et de la diversité culturelle occupe une place centrale dans la vie intellectuelle et politique depuis les années 1960 attire l’attention de nombreux observateurs.
Saisir la complexité et la richesse de ces débats, nécessite une étude fine de l’évolution de la société canadienne. Qui de mieux que Jean-Michel Lacroix pouvait livrer cette analyse ?
Ce « canadianiste » internationalement reconnu, pionnier des études canadiennes tant en France qu’au niveau international a publié pendant une trentaine d’année des textes de référence sur les questions d’immigration et de multiculturalisme. Hélène Harter et Serge Jaumain ont choisi de réunir ici une sélection de ses articles qui restent d’une étonnante actualité et permettent de suivre l’évolution d’une pensée originale bien loin des clichés et autres idées reçues sur la réalité canadienne.
Show Summary Details
Restricted access

De l’utopie transculturelle imaginée à la réalité de l’assimilation civique au Canada ? (2009)

Extract

1

L’observation du champ social au Canada, conduite depuis près d’une quarantaine d’années, autorise aujourd’hui une distanciation plus fine qui permet de mieux saisir l’évolution du discours théorique sur l’identité canadienne.

Après la période du nativisme et de la xénophobie des années 1920 et 1930, l’après-Seconde Guerre mondiale est dominé par l’ouverture. Cette dernière se traduit notamment par l’accueil des réfugiés ou l’absence de quotas fondés sur la race et la sélection des immigrants sur des critères strictement socio-économiques.

Le nationalisme voire le nombrilisme (navel gazing) des années 1960 et 1970 a cédé la place à une meilleure appréciation de soi et le sentiment d’être Canadien s’est progressivement développé. Le débat constitutionnel a perdu de sa vivacité après l’invention de toutes sortes de fédéralismes, l’émergence d’identités provinciales fortes, l’intégration économique dans I’ALENA, les échecs successifs du Québec pour faire reconnaître son statut distinct et le contexte de plus en plus prégnant de la mondialisation et de la mobilité des individus.

L’établissement d’un État multinational s’avère toujours aussi laborieux sinon impossible lorsqu’il vise à concilier harmonieusement les Autochtones et les deux peuples fondateurs, désormais plus que jamais confrontés à l’évolution multiculturelle voire multiraciale de la société canadienne.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.