Show Less
Restricted access

Histoire, Forme et Sens en Littérature

La Belgique francophone – Tome 1 : L’Engendrement (1815–1914)

Series:

Marc Quaghebeur

La Belgique ? Une entité pas comme les autres en Europe. La révolution de 1830 accouche d’un pays moderne. Il ne correspond pas à l’équation Langue/État/Nation.
De cette particularité surgit, en un demi-siècle seulement, la première littérature francophone consciente d’elle-même et porteuse de chefs-d’œuvre dans lesquels s’inventent des Formes issues de cette Histoire singulière.
Cette jeune littérature, qui émerge dès les années suivant la bataille de Waterloo et le Congrès de Vienne, se révèle très vite d’une grande richesse.
Dans ce premier tome d’une série de cinq, on comprendra combien les textes littéraires belges du XIXe siècle se démarquent subtilement ou ouvertement des modèles français : transgénérique et carnavalesque chez De Coster, mais aussi première fiction coloniale chez Nirep ; hantise du pictural chez Verhaeren ; questionnement de la langue chez Maeterlinck ; persistance du mythe nordique dans le dernier Eekhoud, dix ans après l’armistice de 1918 ; recours à la science-fiction chez Rosny.
Les mythes, les hantises, les singularités de cette littérature trament une cohérence que ce livre restitue ; une plongée nouvelle dans l’Histoire et l’historiographie littéraire, au-delà de l’approche canonique traditionnelle.

Les deux premiers volumes de la série Histoire, Forme et Sens en Littérature : La Belgique francophone ont été récompensés en 2017 du prix Lucien Malpertuis.

Show Summary Details
Restricted access

Science et Zwanze à la conquête de l’empire colonial. Nirep et Les Mystères du Congo

Extract

Science et Zwanze à la conquête de l’empire colonial

Nirep et Les Mystères du Congo

De Max Waller1 à Pierre Mertens, des mousquetaires de La Jeune Belgique aux compagnons de la Belgitude ou du Manifeste wallon, l’Afrique centrale est peu évidente dans le corpus « noble » des Lettres belges de langue française alors qu’elle a compté tout autant que le charbon, l’acier, la question flamande ou les guerres mondiales dans l’histoire du royaume de Belgique. Ses traces demeurent incidentes dans ce corpus « noble »2. Et cela, même chez Simenon3 qui donne pourtant un des premiers romans congolais destinés à un public plus large que celui des coloniaux. Le Blanc à lunettes (1937) n’en est pas moins un des textes peu célèbres de la geste simenonienne4. Les indications qu’il contient sur la province ← 225 | 226 → de Stanleyville, pour précieuses et relativement précises qu’elles soient, gardent d’autre part ce caractère de décor indéfiniment modifiable et reproduisible qui définit la description sous la plume de l’inventeur de Maigret…

Exclusion du corpus « noble »

Initiée par le roi Léopold II dans une indifférence assez profonde, bien que le dessein du monarque correspondît aux intérêts économiques du pays et que l’étranger – pour ne pas dire une grande partie de l’opinion belge – considérât assez rapidement l’entreprise de l’État indépendant du Congo comme « belge », l’aventure africaine des Belges s’est mise en...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.