Show Less
Restricted access

Les zouaves pontificaux en France, en Belgique et au Québec

La mise en récit d’une expérience historique transnationale (XIXe – XXe siècles)

Series:

Edited By Bruno Dumons and Jean-Philippe Warren

Le bataillon des zouaves pontificaux est créé le 1er janvier 1861 et devient régiment au 1 er janvier 1867. Il est constitué d’environ 10 000 volontaires, issus de 25 nationalités différentes, qui seront licenciés le 21 septembre 1870.
Une fois le conflit terminé, de nombreuses associations d’anciens zouaves sont créées au retour des soldats et des journaux liés à ces associations sont fondées. Des rassemblements et des réunions cherchent à perpétuer le souvenir des faits d’armes des combattants démobilisés tandis que plusieurs monuments en célèbrent l’héroïsme.
Un véritable imaginaire prend forme à la fin du XIX e siècle. Appartenant à cette internationale « blanche », d’essence contre-révolutionnaire, les anciens volontaires élaborent le mythe du croisé moderne, du martyre et du héros catholique. C’est ici l’imaginaire construit autour des zouaves pontificaux que ce livre se propose d’explorer. Il entend poser des jalons pour mieux comprendre la structuration des réseaux de zouaves, leur idéal de chrétienté, leur description d’un « croisé du Christ », leur identité comme groupe et leur quête de légitimité religieuse et sociale, voire politique.
Show Summary Details
Restricted access

Contre les zouaves pontificaux ? Le difficile recrutement de la Légion d’Antibes (1866-1870)

Extract

← 38 | 39 → Contre les zouaves pontificaux ?

Le difficile recrutement de la légion d’Antibes (1866-1870)

Vincent PETIT

L’émergence de la question de l’unité italienne, plus exactement la revendication d’un État-nation sur le modèle révolutionnaire français, ne pouvait qu’entrer en contradiction avec la souveraineté temporelle du souverain pontife, qui lui avait déjà été confisquée entre 1798 et 1800, puis entre 1809 et 1815. S’il paraît incontestable que les États pontificaux étaient viables1, étaient-ils pour autant tenables dans un tel contexte ? Dans une géographie politique de l’Europe, dominée par le principe des nationalités, la survivance d’un État romain au cœur d’un État italien, qui plus est d’une structure théocratique au sein d’une structure constitutionnelle, semble peu vraisemblable. Les événements de 1848-1849 devaient infirmer à la fois le statu quo restauré par le congrès de Vienne, et la proposition néoguelfiste de l’abbé Gioberti ou du père Passaglia de créer une confédération italienne sous la présidence du pape.

Un autre trait de l’impossible survie des États pontificaux est leur nécessaire défense armée, assurée officiellement par la France jusqu’en 1866, puis par des contingents de volontaires. La défaite de l’armée pontificale face aux Piémontais à Castelfidardo (18 septembre 1860) amène, sous la houlette de Mgr Xavier de Mérode, pro-ministre des Armées, une complète réorganisation de la d...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.