Show Less
Restricted access

Penser les frontières européennes au XXIe siècle

Réflexion croisée des sciences sociales

Series:

Edited By Bertrand Vayssière

La frontière n’est jamais innocente et elle n’est jamais (ou quasiment jamais) « naturelle ». C’est un artifice qui a d’abord servi à affermir une souveraineté, et donc un État, le plus souvent contre les autres : en ce sens, l’Europe est le plus couturé de tous les continents, suite à toute une histoire de négociations et surtout de guerres, à tel point que l’on peut évoquer une véritable fragmentation de notre espace, traversé aujourd’hui par environ 14 000 km de frontières. Comment ignorer cette réalité aujourd’hui que l’on « fait » l’Europe ?
La question n’était pas taboue tant qu’on ne parlait que de désarmement douanier, dont le but ultime était la création d’un Marché unique, mais maintenant que ces frontières sont censées ne plus exister entre les États de l’UE au profit d’une seule et même frontière commune qui doit nous définir par rapport au monde extérieur (et, suivant certains, nous protéger contre lui), quel constat s’impose, et surtout quelles propositions apporter ?
Des spécialistes des principales sciences sociales (droit, histoire, géographie, sociologie) tentent ici une réponse, en s’appuyant sur des cas d’étude particuliers, présents ou passés, et en s’aidant de leurs méthodes propres d’investigation.
Show Summary Details
Restricted access

Sens, non-sens et contre-sens des frontières européennes

Extract



Bruno Steinmann

Magistrat

Les frontières européennes, notre sujet, témoignent de la dislocation où les efforts conduits depuis un demi-siècle peuvent nous amener, mais aussi de l’ensemble, splendide entre tous, que l’on peut entrevoir. C’est dire que rien n’est fait, que tout se fait, que l’on peut croire, espérer, désespérer.

Pour aborder la question de la frontière européenne, nous chercherons à nous défaire des a priori. Pour ce faire, nous prendrons l’option d’approcher la question de la frontière européenne en partant de la frontière elle-même, dans une matérialité à définir, et non des questions qui s’y adossent ou la sous-tendent.

Dans cette préoccupation, nous saisirons la frontière en tant qu’objet que, dans son extériorité, nous tenterons de dépecer pour y déceler les arcanes et les vérités. Nous serons dans un lien avec ce qui est une question à la fois méthodologique et de fond, qui conduit à aborder notre thème en posant que la réponse est quelque part et qu’il faut tenter de la déceler dans un phénomène propre à la « chose frontière » ; il s’agit pour nous de toucher au thème en ce qu’il manifeste de plus immédiat.

La question de l’Europe et de ses limites internes et externes émergera sous la forme simplifiée mais synthétique de l’interrogation sur un...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.