Show Less
Restricted access

Penser les frontières européennes au XXIe siècle

Réflexion croisée des sciences sociales

Series:

Edited By Bertrand Vayssière

La frontière n’est jamais innocente et elle n’est jamais (ou quasiment jamais) « naturelle ». C’est un artifice qui a d’abord servi à affermir une souveraineté, et donc un État, le plus souvent contre les autres : en ce sens, l’Europe est le plus couturé de tous les continents, suite à toute une histoire de négociations et surtout de guerres, à tel point que l’on peut évoquer une véritable fragmentation de notre espace, traversé aujourd’hui par environ 14 000 km de frontières. Comment ignorer cette réalité aujourd’hui que l’on « fait » l’Europe ?
La question n’était pas taboue tant qu’on ne parlait que de désarmement douanier, dont le but ultime était la création d’un Marché unique, mais maintenant que ces frontières sont censées ne plus exister entre les États de l’UE au profit d’une seule et même frontière commune qui doit nous définir par rapport au monde extérieur (et, suivant certains, nous protéger contre lui), quel constat s’impose, et surtout quelles propositions apporter ?
Des spécialistes des principales sciences sociales (droit, histoire, géographie, sociologie) tentent ici une réponse, en s’appuyant sur des cas d’étude particuliers, présents ou passés, et en s’aidant de leurs méthodes propres d’investigation.
Show Summary Details
Restricted access

La coopération culturelle transfrontalière en Europe : Enjeux et gouvernance

Extract

| 101 →

La coopération culturelle transfrontalière en Europe Enjeux et gouvernance

Thomas Perrin

Université de Lille – Laboratoire TVES1

En Europe, la coopération transfrontalière renvoie aux multiples associations et groupements entre autorités territoriales dans les zones frontalières des États européens (Perrin, 2011). Le développement de ces organisations a bénéficié du soutien à la fois du Conseil de l’Europe, par la promotion d’un cadre juridique favorable à la coopération entre collectivités et autorités décentralisées2, et de l’Union européenne, à travers les financements de la politique régionale dédiés à la coopération territoriale3. Ce faisant, les institutions européennes ont souhaité œuvrer au rapprochement des peuples et au développement des territoires de l’Europe, dans le respect de la diversité des cultures régionales et minorités subétatiques, dont certaines ont d’ailleurs été séparées par les frontières lors de la construction des États-nations. De plus, comme la Commission européenne l’a souligné lors de la préparation des bases légales des programmes pour 2014-2020, la coopération entre les territoires peut améliorer la gouvernance grâce à la coordination des politiques sectorielles et garantir des solutions plus efficaces découlant d’économies d’échelle et de l’obtention d’une masse critique4. On recense actuellement plus d’une centaine d’organisations de coopération transfrontalière, communément désignées par le terme générique d’« eurorégion...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.