Show Less
Restricted access

L’accommodement de la diversité religieuse

Regards croisés – Canada, Europe, Belgique

Series:

Edited By Emmanuelle Bribosia and Isabelle Rorive

Que se passe-t-il lorsque des personnes observant une religion minoritaire (voire même majoritaire) demandent l’adaptation de règles générales au nom de la pratique de leur foi ? Comment les employeurs, les pouvoirs publics, les directeurs ou les fournisseurs de services réagissent-ils à de telles demandes ? Que stipule la loi en de pareils cas ? Et quels sont les arguments normatifs en faveur ou à l’encontre de ce type de demandes ?
Aux États-Unis et au Canada, ces questions sont traitées depuis plusieurs décennies par le jeu du concept juridique d’« accommodement raisonnable ». En Belgique, les sociologues ont pu observer depuis des années de nombreuses pratiques similaires, sans toutefois les nommer comme telles. Aujourd’hui, avec le développement, en droit européen, de la notion de discrimination indirecte, ainsi que l’introduction du principe d’« aménagement raisonnable » pour les personnes souffrant d’un handicap, la question se pose de savoir jusqu’à quel point cette figure juridique peut être mobilisée pour les pratiques religieuses.
Cet ouvrage collectif rassemble des contributions d’académiques issus des deux côtés de l’Atlantique. En croisant les regards – philosophiques, politologiques, juridiques et sociologiques –, il vise à dépasser une approche passionnelle d’un débat éminemment sensible, où le monde scientifique est traversé par des opinions très contrastées.
Show Summary Details
Restricted access

Penser une nouvelle éthique de l’appartenance par l’accommodement raisonnable.

Introduction

Extract

Penser une nouvelle éthique de l’appartenance par l’accommodement raisonnable

Jean-François CARON

Université libre de Bruxelles

C’est un lieu commun d’affirmer que les sociétés contemporaines sont de plus en plus diversifiées sur les plans culturels et religieux. En fait, il ne resterait que la Corée et l’Islande qui peuvent encore prétendre à une certaine homogénéité ethnoculturelle. La situation est cependant bien différente pour les autres États qui doivent réussir à faire cohabiter pacifiquement plus de six mille groupes linguistiques et cinq mille groupes ethniques. Cela n’a en soi rien d’extraordinaire et ne constitue pas un phénomène exclusif à la période contemporaine, dans la mesure où la diversité ethnoculturelle a toujours été présente dans les États. Ce qui est différent par rapport aux époques précédentes, c’est la volonté d’affirmer ce phénomène plutôt que de le nier. En effet, comme l’indique Will Kymlicka, les thèses en faveur de la reconnaissance de cette diversité et de son accommodement à l’intérieur des sociétés diversifiées sont de plus en plus acceptées par les penseurs et le monde politique et font maintenant office de norme de justice1. Évidemment, un tel changement de paradigme apporte avec lui de profonds bouleversements qui affectent l’organisation des règles du vouloir-vivre collectif des sociétés culturellement diversifiées, plus particulièrement la capacité pour ces États de maintenir l’idée d’une communaut...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.