Show Less
Restricted access

Connexions électriques

Technologies, hommes et marchés dans les relations entre la Compagnie générale d’électricité et l’État, 1898-1992

Series:

Yves Bouvier

Qu’à l’occasion d’un voyage officiel d’un ministre ou du président de la République, la délégation soit composée de chefs d’entreprise et de hauts fonctionnaires n’étonne plus. Drapeau et commerce sont associés au nom de la conquête des marchés internationaux, de la sauvegarde de l’emploi et du prestige national. Cette relation étroite entre la grande entreprise et l’État, généralement considérée comme une spécificité française du fait de son intensité, s’est d’abord construite dans l’espace national au cours du XX e siècle.
Cet ouvrage présente pour la première fois une réflexion dans la durée sur la relation d’un grand groupe industriel avec l’État. Fondée en 1898, la Compagnie générale d’électricité est devenue Alcatel-Alsthom en 1991. Inflexions politiques, changements de régime et guerres ont bien évidemment eu des effets directs sur les rapports entretenus entre la CGE et l’État, mais les rythmes profonds sont toutefois liés aux temporalités des technologies, à la définition des marchés et aux stratégies personnelles des managers. Passant des concessions municipales pour les premiers réseaux urbains d’électricité à la veille de 1900 aux investissements considérables du programme nucléaire et du rattrapage téléphonique dans les années 1970, la CGE a changé d’échelle avec le déploiement des politiques publiques dans un véritable processus de co-construction.
Show Summary Details
Restricted access

Conclusion générale

← 630 | 631 → Conclusion générale

Extract

Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes,n’en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles.

William Shakespeare, Comme il vous plaira

Cette histoire des relations de la CGE et de l’État sur un siècle nous a permis d’analyser le comportement d’un groupe industriel dans ses dimensions technique, économique et politique. Deux niveaux de conclusion peuvent être distingués pour présenter les perspectives d’ensemble qui se dégagent de notre étude. Ces deux niveaux d’exposition correspondent à des temporalités différentes, associées à deux dynamiques : celle des systèmes techniques et celle des managers.

Partie du petit appareillage électrique, au plus proche de l’abonné, la CGE intégra progressivement les activités de façon à devenir un véritable entrepreneur de réseau électrique. Puis, toujours suivant l’évolution du système technique qui tendait à renforcer le poids des unités de production d’électricité, elle remonta la filière en amont et devint un manufacturier (reprise d’Alsthom), voire un ensemblier, pouvant proposer clés en main la totalité d’un réseau électrique. Au moment où s’achevait ce mouvement, l’État en initia un second, en sens inverse, partant des installations les plus complexes des télécommunications (centraux, calculateurs) avant d’engager une diversification vers l’aval (bureautique, télématique).

Les mouvements inversés des deux systèmes techniques, du particulier à l’État pour l’un et de l’État...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.