Show Less
Restricted access

Quatre siècles d’édition musicale

Mélanges offerts à Jean Gribenski

Series:

Joann Elart, Etienne Jardin and Patrick Taieb

Le présent ouvrage ne prétend pas proposer une histoire de l’édition de musique de 1550 à nos jours. Il consiste en une collection d’études explorant un versant foisonnant de l’histoire de la musique, l’édition musicale, depuis les premiers imprimés et l’insertion de portées dans les périodiques anciens jusqu’à la restitution critique des musiques du passé. Les approches retenues portent sur l’objet lui-même et ses techniques autant que sur des critères purement musicaux ; sur les relations entre l’activité des éditeurs avec le concert et la scène ; ou encore sur les questions de choix de sources et les partis pris de restitution dans le domaine de l’édition musicologique contemporaine.
Il est aussi un recueil de textes conçus en hommage à Jean Gribenski, dont l’enseignement à la Sorbonne, puis à l’Université de Poitiers, a reposé sur une méthode historique accordant au document une attention méticuleuse. Chaque texte s’appuie donc, comme l’enseignement du maître, sur un document dont l’analyse vise à éclairer des pratiques artistiques, sociales, commerciales ou scientifiques. Conçus par des collègues et d’anciens étudiants, il profite des avancées spectaculaires de la recherche dans le domaine de l’histoire de l’édition musicale française au cours des quarante dernières années.
Show Summary Details
Restricted access

Les manuscrits cédés en juillet 1812 par Imbault à Janet et Cotelle

Extract



Henri VANHULST

Le 14 juillet 1812, Jean-Jérome Imbault vend son affaire à Janet et Cotelle1. L’acte notarié2 contient en annexe un État des manuscrits reproduit ci-dessous3. Ce dernier énumère, dans un ordre apparemment arbitraire, quarante projets d’édition qu’il nous a semblé utile de numéroter afin d’en rendre la consultation plus aisée. L’acte sous seing privé, qui a été rédigé le même jour, y ajoute trois oublis dont le deuxième concerne sept compositions. À en juger d’après les erreurs dans quelques noms propres et titres, les documents n’ont pas été copiés par des personnes ayant une grande culture musicale. Les descriptions sont en outre tellement concises que certaines posent des problèmes d’identification insolubles, soit parce que le nom du compositeur ou le titre manque, soit à cause de la confusion entre numéro d’opus et un autre type de numérotation. Tout aussi énigmatique est l’entrée relative à Janiewicz (n° 42) : elle parle de sept concertos – sans précision à propos de l’instrument soliste – alors qu’Imbault avait déjà avant septembre 1801 gravé quatre de ses cinq concertos pour violon4 qui constituent l’essentiel de la production du compositeur dans le genre.

Le projet le plus ambitieux est certainement la gravure des parties séparées – « à grand orchestre » – de la Quatrième symphonie de Beethoven (n° 39). Ayant précédemment édité sa Deuxième symphonie, Imbault s’intéresse manifestement beaucoup au compositeur puisqu’il envisage de graver quatre...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.