Show Less
Restricted access

Image et philosophie

Les usages conceptuels de l’image

Series:

Edited By Augustin Dumont and Aline Wiame

Cet ouvrage a pour objectif d’interroger en profondeur la manière avec laquelle, historiquement, les philosophes ont « pratiqué l’image dans le concept ». Les auteurs s’interrogent sur le recours à la visualité et à la métaphore dans l’élaboration des schèmes philosophiques à travers l’histoire de la philosophie et les rapports que cette dernière entend tisser avec l’histoire du monde. On tâche de cerner les raisons que les philosophes ont pu avoir de mobiliser ou au contraire de rejeter cet opérateur conceptuel, d’assumer sa performativité ou bien de déplorer son caractère résiduel et résistant à toute systématisation de la rationalité. L’ouvrage cherche ainsi à dégager quelques figures centrales du nouage que les philosophes ne cessent d’opérer au sein du chiasme reliant la construction philosophique de l’image et la constitution de la pensée par l’image. Platon, saint Augustin, Descartes, Spinoza, Kant, Fichte, Schelling, Nietzsche, Bergson, Bachelard, Wittgenstein, Fink, Sartre, Merleau-Ponty, Castoriadis, Simondon et Deleuze sont les auteurs privilégiés dans cet ensemble.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre IX: Le langage des images. Bergson et la question de l’immédiat

Extract

CHAPITRE IX

Le langage des images

Bergson et la question de l’immédiat

Ioulia PODOROGA

Il est habituel d’évoquer le langage imagé de Bergson tant pour le louer que pour le critiquer. Mais qu’entend-on par « image », lorsqu’on parle de Bergson ? On peut viser par ce terme les métaphores et les comparaisons de Bergson, simples ornements à visée pédagogique. Mais les images peuvent aussi désigner des « substituts » des concepts, qui entrent en scène au moment où la pensée se sent défaillante, incapable de formaliser ses contenus en catégories abstraites. Bref, le débat entre commentateurs sur les images bergsoniennes gravite autour d’un questionnement somme toute assez traditionnel : les images sont-elles, chez Bergson, des marques de la redondance rhétorique, des surplus du langage, ou bien ses lacunes, des signes de sa carence expressive ? Cependant, poser la question de cette manière implique déjà de pouvoir aisément distinguer les images des concepts. Or, chez Bergson, la tâche n’est pas si simple : chaque notion-clé du bergsonisme peut susciter un doute. Le temps bergsonien, la durée, est souvent considérée elle-même comme une métaphore – métaphore de la continuité, de la musique, de la vie paisible, selon Bachelard1. Ou encore l’élan vital, que Bergson introduit explicitement comme une image, mais que d’aucuns soupçonnent de prendre une envergure quasi conceptuelle dans sa pensée2.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.