Show Less

Georges Bataille, Poète du réel

Series:

Marie-Christine Lala

Comment reconnaître le poète en Georges Bataille – à côté de l’écrivain et du penseur? A partir d’une lecture détaillée de L’Impossible, ce livre met peu à peu en lumière la relation paradoxale qui s’établit dans le mouvement de l’écriture entre le langage, l’expérience et le monde. Cette approche favorise les confrontations en sciences humaines et en même temps, elle éclaire le sens de la haine de la poésie qui excède les limites de la littérature et de la philosophie. Par leur exploration du mode de référence propre à l’énonciation, ces analyses permettent aussi de questionner la place du lecteur et les enjeux de la critique du discours. On peut voir les thèmes-clés de la pensée de Bataille (souveraineté, transgression, sacré…) ordonner leur cohérence profonde autour du réel impossible, depuis l’œuvre de la mort dans le texte. D’une poétique nouvelle, cette écriture augure une éthique à venir.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

PréfaceLa fiction du lecteur 1

Extract

Préface La fiction du lecteur Je m’adresse si peu aux malveillants que je demande aux autres qu’ils me devinent. Les yeux de l’amitié suffisent seuls à voir assez loin. (VI, 162) L’image d’écrivain scandaleux a longtemps retardé la lecture de l’œuvre de Georges Bataille, mais la frange des lecteurs s’élargit comme s’estompe le mythe de l’écrivain maudit. Malgré des détracteurs, dont Jean-Paul Sartre ne fut pas le moindre, le texte de Bataille aura persisté jusqu’à nous en attente de son heure à venir. En 1943, l’écrivain existentialiste jette un salut plein d’intelligence et d’esprit dénigreur à celui qu’il nomme «un nouveau mystique».1 Et d’autres critiques moins glorieux ont parfois relayé ce dis- cours sans éviter l’écueil d’une incompréhension triviale, ni les bas-fonds de la médisance. Parmi les écrivains du siècle dernier, Bataille est en effet l’un de ceux dont la réputation aura trop longtemps différé le déchiffrement de l’œuvre, même s’il est compréhensible qu’un irrésistible mouvement de rejet puisse expulser le lecteur loin d’un texte où se jouent les limites de l’être. D’abord dérobés sous le pseudonyme, les écrits dits sulfureux ont contribué à la diffusion de l’œuvre au risque d’une certaine méconnaissance. Il était cependant essentiel de ne pas éluder ce qu’ils présentent à nos yeux – ce qu’ils demandent au regard de soutenir –, puisque, il est vrai, la nature humaine «en entier découle du scandale où elle...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.