Show Less

Chantiers du poème

Prémisses et pratiques de la création poétique moderne et contemporaine

Series:

Hugues Azérad, Michael G. Kelly, Nina Parish and Emma Wagstaff

Ce volume vise à questionner les fondements et le sens (direction, teneur heuristique) de la pratique poétique moderne et contemporaine. Il s’interroge sur ce qui serait essentiel à cette pratique aujourd’hui et sur les composantes d’éventuelles identités du poète et de la poésie – alors même que ces deux entités hypothétiques se décomposent et se conjuguent selon de nouvelles appellations, s’arrimant à d’autres arts comme à une bouée de secours, ou s’en servant au contraire comme d’un tremplin. De quels nouveaux attributs la poésie chercherait-elle à s’affubler ? Se veut-elle photographique, purement sonore, cinématographique ? S’agit-il de rupture systématique avec une certaine conception du poétique ou ne devrait-on pas plutôt parler d’une continuation, d’une fidélité à soi, au sein même de son contenu hybride – ce contenu qui est de fait une ouverture générique, une forme d’accueil, de curiosité et d’exploration ?
Forts de ces questions, les essais ici rassemblés cherchent à accompagner la recherche de nouvelles expériences et sensibilités dans le paysage poétique, dont certaines remontent au moment décisif de l’après-1945, alors que d’autres datent, pour ainsi dire, d’avant-hier. A tout moment : une innocence cherchée sous des formes inouïes, que ce soient l’animal(ité) ou la flore ; la quête de rythmes et de sons inédits ; une hybridation polyforme ; des luttes renouvelées. Ce n’est donc pas un panorama exhaustif qui est proposé au lecteur, mais un diorama à la fois théorique et poétique qui voudrait baliser, afin de mieux en encourager l’exploration, l’ensemble des chantiers du poème qu’il embrasse.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Illustrations et figures

Extract

Figure 1 Francis Ponge, Comment une figue de paroles et pourquoi, brouillon (fac-similé) © Flammarion. 109 Figure 2 Francis Ponge, Comment une figue de paroles et pourquoi, brouillon (fac-similé) © Flammarion. 111 Figure 3 Francis Ponge, Comment une figue de paroles et pourquoi, brouillon (fac-similé) © Flammarion. 116 Figure 4 Francis Ponge, Comment une figue de paroles et pourquoi, brouillon (fac-similé) © Flammarion. 117 Hugues Azérad, Michael G. Kelly, Nina Parish, Emma Wagstaff Introduction : prendre acte de la poésie Dans un monde qui, depuis quelques millénaires, a fait de la parole son bruit de fond et sa monnaie d’échange, les poèmes prennent acte de ce bruissement, l’écoutent, le travaillent et le recyclent en un silence parti- culier. Si bien que comprendre aujourd’hui ces lambeaux détachés vifs du corps omniprésent de la langue, ces bribes de parole pleine, c’est d’abord être disposé à écouter le travail du silence dans nos échanges qu’il ef fraie, et que souvent il ruine1. L’acte d’accompagner le travail de création poétique se heurte toujours à ces deux problèmes, qui sont peut-être aussi deux objections : comment, et pourquoi, aborder par un langage variablement analytique et discursif une manifestation linguistique qui ne se propose ni comme analyse, ni comme discours ? N’est-ce pas une sorte de contra-diction performative que de vou- loir légitimer une pratique qui n’a que faire des échafaudages d’une raison prosaïque – s’il ne s’agit pas plutôt (comme argueront certains) de vouloir se légitimer prosaïquement...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.