Show Less
Open access

De la genèse de la langue à Internet

Variations dans les formes, les modalités et les langues en contact

Series:

Edited By Michael Abecassis and Gudrun Ledegen

Ce recueil d’articles regroupe une sélection des communications présentées au colloque international et pluridisciplinaire tenu à Oxford en janvier 2013, que complètent quelques contributions d’éminents chercheurs sur l’évolution du français, depuis ses origines jusqu’à ses développements liés à l’influence d’Internet. Les auteurs de ce volume s’intéressent à la langue française sous toutes ses formes et dans toutes ses représentations, dans le cinéma ou dans la littérature, et l’abordent aussi bien à travers sa syntaxe, son lexique, sa phonologie, que dans ses modalités orales ou écrites. De la rencontre de ces différents éclairages émerge un portrait de la langue française du XXIe siècle, telle qu’elle est étudiée actuellement, dans les recherches, dans ses modes d’écriture contemporains, sur les terrains plurilingues de différentes villes.
Show Summary Details
Open access

Notices biographiques

← 264 | 265 → Notices biographiques

MICHAËL ABECASSIS is Senior Instructor in French and a college lecturer at the University of Oxford. He has published widely on French Linguistics and Cinema. His publications include: The Representation of Parisian Speech in the Cinema of the 1930s (Peter Lang, 2005); Le français parlé au XXIème siècle, in two volumes (L’Harmattan, 2008) with Laure Ayosso and Elodie Vialleton; Les Voix des Français, in two volumes (Peter Lang, 2010) with Gudrun Ledegen; Écarts et apports des médias francophones: Lexique et grammaire (Peter Lang, 2013) with Gudrun Ledegen; French Cinema in Close-up – La Vie d’un acteur pour moi (Phaeton, forthcoming), with Marcelline Block; Confident French: A Dictionary of Contemporary usage (Phaeton, forthcoming).

BÉATRICE AKISSI BOUTIN est membre de l’Institut de Linguistique Appliquée de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, et chercheur associée au CLLE/ERSS-UMR 5263, Université Toulouse Le Mirail Jean Jaurès. Elle développe ses recherches essentiellement dans la zone ouest-africaine, notamment en Côte d’Ivoire. Ses domaines d’intérêt concernent la dynamique de la variation et des répertoires linguistiques plurilingues. La primauté est donnée à l’analyse des faits phonologiques et syntaxiques de français et des principales langues en contact avec le français en Côte d’Ivoire (dioula, baoulé).

MARCELLINE BLOCK est diplômée de Harvard et de Princeton, spécialiste de cinéma. Auteur de nombreux textes et articles sur le cinéma français et francophone, parmi ses livres sont The Directory of World Cinema : Belgium (Intellect, 2014), World Film Locations : Paris (Intellect, 2011), World Film Locations : Marseille (Intellect, 2013) et sa version française, Filmer Marseille (Presses universitaires de Provence, 2013).

← 265 | 266 → MARION BLONDEL est chercheure au CNRS-Paris8. Elle est linguiste spécialiste des langues des signes (en particulier de poétique et de prosodie) et s’intéresse plus généralement au langage en contexte de surdité (en particulier l’acquisition bilingue-bimodale LSF/ français, l’écrit-sms et la circulation interlinguistique dans les échanges en contexte de surdité). Elle a enseigné à Tours, Lille, Lyon, Rouen et codirige l’axe « Langues des signes et Gestualité » de la revue LIA (Ed. Maya Hickmann, chez Benjamins).

ASMA CHAMLY-HALWANI, professeur titulaire à l’Universite Libanaise. Chargée de cours et directrice d’une unité de recherche à L’Ecole Doctorale des Lettres et des Sciences Humaines et Sociales. Ex-doyenne de la Faculté des Lettres et des Sciences humaines, elle s’intéresse dans ses recherches aux études de l’imaginaire, de la religion dans la littérature, aux études comparatives ainsi qu’aux études historiques et interculturelles. Elle a publié de nombreuses études concernant des écrivains français, francophones, arabes, orientaux et européens tels que Gérard de Nerval, Marguerite Yourcenar, Richard Millet, Philippe Claudel, Amin Maalouf, Ghada El Samman, Umberto Eco, Orhan Pamuk, etc.

ANNE-CAROLINE FIÉVET est ingénieure de recherche à l’EHESS (Paris, France), elle est responsable des études avec les jeunes enfants et les bébés au laboratoire de sciences cognitives et psycholinguistique (LSCP). Après une double formation en linguistique et en sciences de l’information et de la communication, elle a soutenu, en 2008, une thèse sur le lexique employé par les jeunes à la radio, dont Skyrock. Elle est membre du Groupe de Recherche et d’Études sur la Radio (GRER). Depuis 2005, Alena Podhorná-Polická et Anne-Caroline Fiévet mènent des recherches communes sur la circulation des néologismes identitaires pour les jeunes. Par exemple, elles ont travaillé sur la circulation de ces néologismes dans les films, la littérature et les chansons de rap. Depuis 2006, elles suivent l’évolution du lexème « bolos », entré dans le Petit Robert en 2014.

FRANÇOIS GAUDIN, professeur de sciences du langage et docteur en histoire, est membre du laboratoire « Lexique, dictionnaires, informatique » Paris XIII/CNRS. Après de nombreuses publications sur la ← 266 | 267 → socioterminologie, il développe et anime des recherches en histoire culturelle des dictionnaires. Il a dirigé Le monde perdu de Maurice Lachâtre (2006) et La lexicographie militante (2013) publiés par Honoré Champion. Il a édité avec Jean-Yves Mollier Cinq centimes par jour. Pratiques commerciales d’un éditeur engagé, PURH (2008). Il a dirigé Alain Rey, vocabuliste français, Ed. Lambert-Lucas (2011) et Au bonheur des mots. Hommage à Alain Rey, PURH (2014) ainsi qu’un cycle de conférences de vulgarisation Rumeur des mots, PURH (2013).

JEANNE GONAC’H est actuellement enseignante d’anglais au Lycée P. Corneille à Rouen. Son travail de doctorat a porté sur les pratiques et activités littératiées de jeunes bilingues en France et en Angleterre. Son travail s’inscrit essentiellement dans une approche sociolinguistique et les recherches qu’elle poursuit actuellement portent toutes sur les contacts de langue à l’écrit dans des contextes plurilingues.

SOUHEILA HEDID est enseignante universitaire de langue française à l’université Constantine 1 en Algérie. Elle explore depuis plusieurs années la situation sociolinguistique de la ville algérienne et ce à travers plusieurs problématiques : les pratiques langagières des jeunes, leurs représentations, les parlers urbains dans la ville arabe. Actuellement elle met l’accent sur la question de la mobilité sociospatiale dans les espaces urbains et la création des nouvelles villes.

GEMMA KING, doctorante en cotutelle à Paris 3 en France et l’Université de Melbourne en Australie, prépare sa thèse sur le multilinguisme et le pouvoir dans le cinéma français contemporain. Professeur de français à Melbourne et d’anglais à Paris, elle a publié ses recherches chez Linguistica Antverpiensia, The Australian Journal of French Studies, The Journal of the Anthropology of the Contemporary Middle East and Central Eurasia et Librairies Garnier Paris. Après la cotutelle, elle souhaite poursuivre son travail dans le domaine du cinéma français en analysant le rapport entre la langue, le pouvoir et la violence.

GUDRUN LEDEGEN est Maître de Conférences en Sciences du Langage à l’Université de Rennes 2 et auparavant à l’Université de La Réunion. Ses ← 267 | 268 → recherches portent sur la sociolinguistique, la syntaxe du français ordinaire et les langues en contact (français – créole réunionnais), entre autres dans les parlers jeunes, ou encore l’écrit-sms, en prenant appui sur le corpus d’oral et d’écrit ordinaires, Valirun (Variétés Linguistiques de La Réunion). Elle s’intéresse par ailleurs à la circulation interlinguistique dans les échanges en contexte de surdité. Elle a édité et dirigé plusieurs ouvrages, dont Les Voix des Français, en deux volumes (Peter Lang, 2010), Écarts et apports des médias francophones : Lexique et grammaire (Peter Lang, 2013) tous deux avec Michael Abécassis.

CHANTAL LYCHE est professeur de linguistique française à l’université d’Oslo et a été pendant de nombreuses années professeur adjoint à l’université arctique de Norvège. Elle est la co-directrice du programme « Phonologie du français contemporain » (PFC) qui met à la disposition des chercheurs un grand corpus oral transcrit, aligné et codé. Elle a publié extensivement sur la phonologie du français et s’intéresse particulièrement aux variétés hors de France. Ses travaux portent également sur la prosodie et la reconnaissance d’accent. Elle est la co-éditrice de plusieurs ouvrages sur la phonologie du français et sur des travaux issus du corpus PFC.

ALENA PODHORNÁ-POLICKÁ est maître de conférences à l’Université Masaryk (Brno, République tchèque) et membre associée au laboratoire PREFIcs (Université Rennes 2, France), elle s’intéresse à la sociolexicologie et à la sociolinguistique urbaine. Elle mène également des recherches dans le domaine des emprunts néologiques, de la traduction et de la lexicographie du substandard. Depuis 2009, elle créé une base de données textuelle de chansons de rap, le RapCor, afin d’en étudier le contenu linguistique.

JEAN PRUVOST, Professeur à l’Université de Cergy-Pontoise (95), où il enseigne la lexicologie et Professeur d’Université, Directeur du laboratoire CNRS, Lexiques Dictionnaires Informatique de l’Université de Cergy-Pontoise, Directeur éditorial des éditions Honoré Champion, Directeur des Études de linguistique appliquée, organise chaque année depuis 1993 la Journée des dictionnaires. Prix international de linguistique Logos (Dictionnaires et nouvelles technologies, PUF, 2000), Prix de l’Académie ← 268 | 269 → française (Les dictionnaires français : outils d’une langue et d’une culture, Ophrys, 2006), il est l’auteur de plus de 450 publications dont La Dent de lion, la Semeuse et le Petit Larousse (2005), un Dictionnaire de citations françaises (Bordas, 2007) et deux Que sais-je ? (Dictionnaires ; Néologie), le Journal d’un amoureux des mots (Larousse, 2103) et le Dico des dictionnaires, Histoire et anecdotes (Lattès, 2014). Dans la collection « Champion Les mots », il a publié successivement depuis 2010, Le Vin, Le Loup, Le Chat, La Mère, Le Fromage, Les Élections, Le Train, Le Jardin, Le cirque, À vélo ou à bicyclette, nom d’un tour, Le champagne. Il a tenu et tient diverses chroniques de langue radiophoniques (France Inter, Canal Académie, RCF).

CAROLINE ROSSI, ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lettres et Sciences Humaines et agrégée d’anglais, est linguiste et Maître de Conférences à l’université Grenoble Alpes. Elle travaille sur l’acquisition du langage dans une perspective translinguistique, qu’il s’agisse du développement langagier chez l’enfant, ou de l’acquisition d’une langue seconde. Elle a enseigné à King’s College (Londres) à Brasenose, Lincoln et Christ Church College (Oxford), et a bénéficié d’une bourse d’études de la Maison Française d’Oxford. Elle a édité un ouvrage collectif qui réunit linguistes, philosophes, psychanalystes, traducteurs, écrivains et poètes autour de la question de la (re)fabrication de la langue : Fabriques de la langue, publié par les Presses Universitaires de France.

NATHALIE ROSSI-GENSANE est professeur de Sciences du langage à l’Université Lumière Lyon 2, où elle enseigne la linguistique française, et membre du laboratoire ICAR (UMR 5191). Au sein de ses domaines de recherche que sont la syntaxe et la sémantique, le français écrit et le français oral, ses travaux portent plus particulièrement sur les constructions détachées en rupture, les problèmes de segmentation – à l’écrit et à l’oral – et les rapports entre grammaire et linguistique. ← 269 | 270 →