Show Less
Open access

Tweets from the Campaign Trail

Researching Candidates’ Use of Twitter During the European Parliamentary Elections

Series:

Edited By Alex Frame, Arnaud Mercier, Gilles Brachotte and Caja Thimm

Hailed by many as a game-changer in political communication, Twitter has made its way into election campaigns all around the world. The European Parliamentary elections, taking place simultaneously in 28 countries, give us a unique comparative vision of the way the tool is used by candidates in different national contexts. This volume is the fruit of a research project bringing together scholars from 6 countries, specialised in communication science, media studies, linguistics and computer science. It seeks to characterise the way Twitter was used during the 2014 European election campaign, providing insights into communication styles and strategies observed in different languages and outlining methodological solutions for collecting and analysing political tweets in an electoral context.

Show Summary Details
Open access

4. Twitter et la politique : stratégies de communication de candidats et espace public (Novello Paglianti, Nanta)

Nanta Novello Paglianti, Univ. Bourgogne Franche-Comté

4. Twitter et la politique : stratégies de communication de candidats et espace public

Abstract

The chapter focuses on the tweets exchanged by two Italian candidates during the European election campaign, analysing how they are using Twitter as a political communication tool, and trying to define the “political tweet” in the light of the current political system.

4.1 Introduction

Traditionnellement Twitter est présenté comme « un service Web de microblogging permettant à ses utilisateurs de diffuser des messages limités à 140 caractères, de rediffuser et de répondre à ceux dautres utilisateurs27 ». Inventé par Jack Dorsey en 2006 à San Francisco, ce service a pris de lampleur grâce à sa structure multifonctionnelle. Il a réussi à regrouper différentes fonctions avant séparées dans dautres médias sur une seule interface.

Nous commencerons par nous centrer sur ce medium en tant que support en explorant ses fonctions communicationnelles et ensuite nous étudierons les pratiques de Twitter, les manières dont deux candidates italiennes aux élections européennes ont utilisé ce microblogging. Cette approche sexplique dune part par la nécessité de comprendre comment ce medium dicte ses contraintes dinteraction avec les utilisateurs et oriente la communication de ses participants, de lautre par la volonté danalyser comment les candidates sapproprient ce support et sexpriment à travers leurs tweets. Peut-on vraiment parler de stratégies de communication à lintérieur de lagora de Twitter?

Nous nous intéresserons aux pratiques sociales dictées par ce support : peut-on examiner des « manières de faire » dusagers ? Plutôt quapprocher Twitter comme un texte en cherchant des limites presque impossibles à cerner, nous allons le considérer comme une pratique28 dans le sens quon sintéressera au cours daction←75 | 76→ que Twitter va produire, à la dynamique activée par ce medium. Ce sont les étapes de laction qui produisent du sens, les objectifs que les utilisateurs vont atteindre et qui sont remaniés continument dans la pratique des usagers. Twitter est à ce propos un exemple pertinent pour lobservation des usages collectifs des réseaux sociaux et pour la construction du sens des « expériences en acte 29».

Si Twitter dicte, sur le plan de lexpression certaines configurations figées (obligation décriture brève, emploi de symboles spécifiques, de hashtags, etc.), les candidats construisent-ils un modus operandi cohérent, spécifique à lusage de ce microblogging ?

4.2 Le cadre de la recherche

Nous avons constitué et étudié un corpus de tweets échangés par les candidats italiens de la liste Tsipras et de celle du Movimento Cinque Stelle (M5S) pendant la campagne électorale européenne 201430. Notre corpus a été recueilli grâce à une méthode quantitative qui a pu rassembler les tweets et les hashtags envoyés par les candidats italiens des listes officielles de la campagne électorale européenne de 2014. Malgré lutilisation dun logiciel qui a rassemblé tous les tweets et les hashtags émis par les candidats de chaque liste de différents pays dEurope (Allemagne, Angleterre, Belgique, Italie, Espagne), nous avons choisi, dans ce papier, de nous focaliser sur un seul pays : lItalie.

La multiplicité des données a permis une analyse comparative des corpus dans la volonté de comprendre les styles des campagnes électorales, le croisement des stratégies des candidats et létude des contenus des tweets échangés31. Twitter est-il un outil dautopromotion des candidats ? Sagit-il dune nouvelle façon de rester au plus près des électeurs ?

Pour le moment, nous allons nous concentrer sur une analyse qualitative en rassemblant les tweets envoyés par quelques représentants italiens de la liste Tsipras et celle du Movimento Cinque Stelle (M5s).←76 | 77→

Enfin, le but ultime de cette recherche sera celui de comprendre la nature dun tweet politique, si lon peut en parler à juste titre pour comprendre ses conditions dexistence et déchange. Pourquoi certains tweets sont-ils plus suivis ou retweetés que dautres ? Quelles sont les conditions de succès dun tweet ?

4.3 Twitter: structure, matérialité et fonctionnalités

Chaque forme de média se caractérise et se distingue de ses pairs à la fois par son support et par les fonctionnalités qui lui sont spécifiques. Pour comprendre les contraintes dun medium, dans sa composante paradigmatique et surtout dans ses déploiements syntagmatiques, nous souhaitons, comme précédemment annoncé, nous occuper du microblogging Twitter en lappréhendant à différents niveaux.

Tout dabord, nous allons partir de certaines contraintes matérielles et fonctionnelles de Twitter pour comprendre linfluence et lincidence du support sur son emploi par les usagers (ergonomie de linterface, accessibilité, points dintervention, etc.). Il sagit notamment de sintéresser aux outils techniques mis à disposition par le système informatique même permettant de « faire-faire », au sens sémiotique du terme32, à lusager différents parcours actantiels.

Ensuite, en recentrant lattention sur son aspect communicationnel, nous tenterons de caractériser Twitter par rapport à dautres médias. À partir de ce medium multimodal déterminé comme dautres par la présence de limage, de lécrit, du son et de liens interactifs, nous allons comprendre les interactions qui seront induites par Twitter et qui vont le différencier du SMS, du chat ou de lemail. Il sagit de comprendre les usages générés par ce support qui le déterminent par rapport à dautres, dans sa circulation médiatique. Twitter peut par exemple partager la même structure rhizomique typique des réseaux sociaux mais seulement certaines de ses fonctionnalités peuvent être activées par rapport à dautres supports médiatiques.

Après linscription obligatoire sur le site (twitter.com), lutilisateur a la possibilité de personnaliser son profil avec une phrase (un slogan), un avatar et comme dans dautres interfaces, customiser sa « mise en scène de soi 33». Le contrôle du profil reste semblable à dautres interfaces comme Facebook dont on peut, dans longlet accueil, connaitre le nombre de tweets envoyés, les abonnements, les abonnés et retweeter un message. Déjà parmi ces premières possibilités, il←77 | 78→ sinstaure un pouvoir faire commun soit au courriel soit à la messagerie instantanée ou chat : lécriture et léchange. Il sagit dun vrai binôme : lun na plus de sens aujourdhui sans lautre. Plus que pour léchange épistolaire traditionnel, on assiste à un « dialogue écrit » en temps réel, marqué, comme pour Facebook, par la réciprocité et linstantanéité.

Pour ce qui concerne le retweet, nous pouvons parler dune vraie et propre pratique dusage34 dans le sens que linternaute fait une expérience des textes dans sa sélection, dans sa manipulation35 et dans la ré-énonciation. Le retweet est la republication dun tweet dune autre personne, jugé particulièrement intéressant par son contenu. Il sagit dun partage ciblé aux abonnés (aux followers) ou à une liste (à un groupe de personnes plus ou moins restreintes réunies par une ou plusieurs thématiques communes) ou à lensemble du réseau. Le symbole « RT » signifie bien que la personne nest pas auteur du message mais un simple véhicule de transmission de linformation. Cette opération, qui à lintérieur dun courriel est une procédure relativement banale, sur Twitter prend une autre signification. Lusager qui décide de retweeter nabuse pas de cette procédure. Le principe nest pas celui dune rediffusion massive mais au contraire ciblée et marquée par une valeur ajoutée. Le message retweeté apporte de lappréciation, du crédit soit à son auteur soit à la personne qui « trie » linformation en la diffusant. Cette valeur est simplement la marque énonciative RT souvent suivi dun ajout, dun commentaire ou de quelques mots emphatiques qui ont le but de renforcer le texte source. Lutilisateur peut ajouter au texte du retweet un commentaire et signer le texte en le personnalisant. Cette procédure peut se réaliser maintes fois. Une question se pose : à qui appartient le contenu textuel dun tweet ?

Toujours dans longlet daccueil, lusager peut écrire un message privé à un autre usager ou un tweet visible, sauf restrictions particulières à tout le monde. La restriction de 140 caractères est toujours valable, détail qui le différencie du mail ou de Facebook où lespace décriture est majeur. Nous pouvons considérer le tweet comme une forme brève de communication dans le sens décrit par I. Pezzini : « Il sagit de formes délibérément mineures, où le mineur nest pas un repli mais un genre comme un autre36 ». Les tweets sont des textes autonomes contenant des supports multimodaux tenus ensemble par une même source énonciative : lénonciation du tweet.←78 | 79→

Twitter ne permet pas la constitution de groupes privés gérés par un seul leader mais cela ne signifie pas que certains followings (personnes que lutilisateur a décidé de suivre en sabonnant à leur compte) nassument pas ce rôle. Leffet « avalanche » reste présent dans Twitter du moment que plus un usager est suivi plus il sera connu, diffusé, lu et en tout cas présent dans le réseau. La gestion du profil public/ privé relève de ce que D. Cardon appelle le modèle de visibilité « post-it ». Selon lauteur, « les participants rendent visibles leur disponibilité et leur présence en multipliant les indices contextuels, mais ils se réservent leurs accès à un cercle relationnel restreint 37». Cest le cas de Twitter, caractérisé par une panoplie dindices laissés par les utilisateurs comme la localisation géographique permanente et leur présence soulignée par la mise à jour de leurs tweets postés en temps réel. Pour continuer à favoriser léchange écrit Twitter impose dès linscription, lemploi dun pseudonyme suivi du symbole de larobase (@). La valorisation de lécrit, comme pourrait être pour dautres sites celle de limage (par exemple Flickr), passe aussi par la reconnaissance de mêmes symboles qui facilitent linteraction en étant déjà employés ailleurs.

Enfin, une des dernières fonctionnalités de ce blogging qui se présente à lutilisateur, est longlet nommé « découvrir ». Il se remarque par cinq possibilités. Lusager se trouve dans la position de choisir des propositions déjà filtrées par ses connaissances, il peut sabonner aux contacts favoris de ses amis ou laisser à Twitter la suggestion de thématiques les plus retweetées du moment. Nous observons différentes sections : une première nommée « tweets » qui regroupe « Ce qui se passe en ce moment, personnalisé pour vous 38». Il sagit dun choix de tweets, les plus diffusés, sélectionnés selon la localisation géographique de lutilisateur. Linformation est proposée par des followers que lusager suit régulièrement, elle est « triée » par dautres usagers et annoncée presque en temps réel sans « effets dannonce » particuliers. Deuxièmement, nous trouvons la section « activité qui permet de voir ce que les autres usagers ont fait, modifié de leur compte », affichant les nouveaux tweets dans la time –line (TL) de lutilisateur. Linactivité est bien évidemment bannie de cette rubrique parce que la mise à jour instantanée, la découverte dun tweet curieux et insolite est le but ultime. La concurrence sexprime par un simple commentaire ou par une énonciation de ce qui est déjà connu. Il sagit de souligner ce qui est arrivé dans le monde entier. La fonction phatique de Jakobson39, la volonté de maintenir le contact avec lusager par le←79 | 80→ simple fait dêtre présent sur le réseau, est un des objectifs de Twitter. Ce qui fait dire à Ogez & Chaintreuil : « assez rapidement le slogan de Twitter est passé de What are you doing ? à Whats happening ?40 ».

La troisième possibilité comprend les « suggestions », le suivi en temps réel des comptes abonnés et dautres nouveaux susceptibles dintéresser lusager pour leur affinité thématique. Cet onglet se présente comme une liste de propositions sous forme dun menu déroulant marqué par la postille « suivre ». Cette dernière est prête à être activée par lutilisateur. Un simple clic permet dinitier labonnement et suivre le flux continu des tweets. Le libre accès à cette fonction invite lutilisateur à entrer dans dautres comptes en sachant que plus il sera abonné, plus il aura la possibilité de participer à lunivers de Twitter en tant que membre actif.

Le quatrième onglet rassemble les « comptes populaires » les plus suivis par lactualité contemporaine. Cette liste dadresses non exhaustive change au fur et mesure de lactualité. Elle est divisée par genre comme par exemple : la musique, le sport, lhumour, la télévision, le divertissement, la politique, les voyages, etc. Elle présente une différente organisation de linformation par rapport à longlet « suggestions ». Il sagit toujours dévoquer, jamais de contraindre, des comptes à suivre mais dune façon indirecte en présentant des sujets assez larges, traités par différents comptes. Par exemple pour la thématique « semaine des musées » nous trouvons la possibilité de sabonner aux accounts des musées majeurs européens. Ces suggestions se présentent, au contraire des comptes, sous forme dun menu horizontal visible que par les photographies des accounts. Il sagit de la carte de visite du compte officiel, la marque de fabrique de linstitution ou dun privé. Ce regroupement est encore plus large et exhaustif que le simple compte en permettant de découvrir et implicitement de sabonner à un ensemble de followings. Différentes logiques opposent ces deux possibilités de découverte des nouveaux comptes : la première recherche un compte spécifique qui ensuite peut renvoyer à dautres similaires, la deuxième souvre à une thématique générale pour trouver des comptes spécifiques privés ou publics. Le but est par une voie ou par une autre dintéresser les usagers en proposant deux parcours narratifs différents. Le premier concerne lusager qui sait quoi chercher, un compte précis dun following et qui arrive directement à sa source dinformation. Le seconde sadresse à lutilisateur intéressé par un thème mais curieux de découvrir des propositions similaires, ouvert à différentes possibilités en restant focalisé sur un sujet précis.

Nous pourrons ajouter dans la barre horizontale du menu de Twitter longlet « rechercher » qui reste toujours présent dans la structure du site pour pouvoir←80 | 81→ explorer lunivers des informations. Le recherche se fait par simple écriture dun mot-clé précédé ou pas par le hashtag « # ». Ce symbole, redevenu à la mode (2007), permet dannoncer un mot-clé qui regroupera la thématique indiquée et tous les tweets envoyés par les twitteurs contentant ce sujet. La fonction de lhashtag est englobée dans une tension permanente entre informer lusager dune manière précise sur le sujet et trouver dautres utilisateurs avec lesquels interagir sur le même centre dintérêt41. Le hashtag semble condenser quelques fonctions typiques du titre : la fonction didentification et celle intertextuelle42. La première permet de comprendre de quel sujet le tweet va traiter ; en revanche le contenu textuel napparait pas au lecteur. Lusager doit cliquer sur le hashtag pour pouvoir y accéder et lire son contenu. Cette dématérialisation du texte ouvre des ambigüités sémantiques par rapport à lemploi plus « traditionnel » du titre dont le texte suit, à lintérieur la même page, le titre. Le hashtag apparait comme un mot-clé condensant plusieurs arguments qui fait référence à une multitude de plans du contenu. Comme le souligne Hoeck : « Il existe pour tout titre une phrase explicite performative qui doit avoir la forme suivante : «je déclare à toi que ce texte sappelle X». A la surface nous ne trouvons que X43 ». Il sagirait pour lauteur de lapparition sur le plan de lexpression du titre qui se présenterait comme un indice et une condensation du texte dont le plan du contenu serait beaucoup plus large quun texte traditionnel.

La deuxième fonction, dordre intertextuel, est plus exploitée par le hashtag et le microblogging Twitter plus en général. Le hashstag est mis en relation avec les autres textes circulant à lintérieur du réseau Twitter et potentiellement avec tous les liens hypertextuels présents dans les tweets. Il entre en dialogue avec dautres textes que seul lusager va activer en construisant son parcours textuel. Nous pouvons parler dune pratique exploratoire du texte qui désormais repose sur une structure « rhizomatique » et non plus linéaire.

Brièvement le cinquième onglet offre la possibilité de « trouver des amis » en important les contacts de ses propres adresses électroniques ou en invitant un ami à découvrir Twitter.←81 | 82→

Limportation de liens faibles44 qui sont en réalité les plus présents sur les microblogging, alimentent automatiquement le site de Twitter qui vit grâce à cet afflux constant de réseautage amical.

Nous avons pu expliquer quelles sont les caractéristiques de cette « page-écran »45 et les points dintervention46 du site, qui techniquement permettent de faire intervenir le sujet sur linterface graphique de Twitter. Ce microblogging qui cherche « à éveiller un vouloir 47» dans notre cas spécifique de connaissances, de nouveautés et plus globalement dinformation.

Nous allons comprendre à travers quelles stratégies de communication ce vouloir se met en place pour favoriser le fameux « clic » ou abonnement aux followings.

4.4 Twitter en action : focus sur les fonctions communicationnelles

Si concrètement la gestualité requise par linterface de Twitter reste relativement simple (déplacement avec la souris et clic sur les liens, pratique commune aussi à dautres supports électroniques), la communication avec lusager se met en place de diverses façons.

Tout dabord, dès la création dun compte Twitter, lusager voit apparaitre dans son profil le texte suivant :

Prenez 2 minutes afin que Twitter soit plus proche de vous. Notre suggestion : suivre plus de personnes. Oui, plus. Cest grâce à vos abonnements que vous construirez votre fil dactualité. Construire un bon fil est au cœur du fonctionnement de Twitter. En construisant un fil qui vous reflète ainsi que vos intérêts, vous verrez avec quelle rapidité Twitter devient une partie inestimable de votre vie48.

Lutilisateur est placé au centre du processus de communication en devenant actant49 de la construction de son réseau. Ce qui est demandé est daccomplir←82 | 83→ une performance grâce au vouloir faire de lusager. Twitter favorise un accès facile au contenu informatif. Le sujet possède tous les outils techniques comme le moteur de recherche, la découverte des hashtags, le classement par genre pour se construire son propre savoir personnalisé selon ses goûts et ses envies. Le but officiel de ce microblogging est apparemment celui de sinformer et de se tenir au courant de lactualité mais en réalité le savoir se construit en tant que partage de contacts, de circulation et ensuite de connaissances. Lidée de partage est valorisée beaucoup plus que le contenu de ce qui est véhiculé. La métaphore omniprésente de licône Twitter, un oiseau qui gazouille, qui survole et qui émet de courts messages semble bien représenter lesprit du réseau. La centralité de léchange ne signifie pas forcément partage de linformation. Lindividu est un transmetteur de linformation et un interprète de cette dernière. La charge émotionnelle, le ressenti véhiculé, les prises de position permettent de faire émerger des « leaders dopinion50 » très actifs, à court et long terme, à lintérieur du microblogging. Par exemple, les tweets peuvent contenir de brefs textes de 140 caractères suivis de liens électroniques abrégés ou pas qui permettent de retrouver lintégralité du propos sur dautres pages web, ou simplement incitent à visionner des fichiers multimédias (photos, vidéos, fichiers sonores) hébergés sur dautres sites. Ces pages renvoient souvent à des pages personnelles qui explicitent les idées et invitent à « approfondir » le profil de la personne.

La rapidité et linstantanéité sont les mots dordre de Twitter. Les informations se présentent sous forme dagence de presse, presque en continu du moment que le nombre dabonnements sélargit et que la personne ajoute ses contacts. Ce format est désormais présent sur les chaines dinformation télévisuelles et à la une des journaux en ligne sous forme de « flash ». Nous avons différents exemples de circulation rapide de linformation à travers Twitter pendant des situations de révolution politique ou de catastrophes naturelles51.

Lassociation de fonctions communes au courriel comme celle de répondre, de fowarder, de bloquer ou dinscrire le tweet dans les « favoris », implique la reprise de la communication écrite associée à un moteur de recherche interne à Twitter et à ses utilisateurs.←83 | 84→

Les messages plurisémiotiques se succèdent les uns simultanément aux autres. Le microblogging les relie ensemble dans un réseau intertextuel en créant un macro-texte en évolution perpétuelle.

4.5 Le tweet politique

Lemploi du twitter en politique concerne au moins trois sphères différentes52 :

1) Les politiques en sens strict, les candidats mêmes (seule partie ici de notre analyse)

2) Les bloggeurs, les personnalités médiatiques, les stratèges de campagne autour des candidats

3) Les organisations qui couvrent la sphère politique

Déjà avec ces données, nous voyons que le champ dinvestigation sélargit de plus en plus.

Un premier point à souligner est malgré le fait que nous analysions un tweet dune façon spécifique et en « autonomie », nous ne pouvons pas penser quil ne soit pas lié à un contexte précis et à un éventuel échange communicationnel qui se caractérisent par une interaction et une thématique spécifique. Ce type déchange (au moins une émission dun tweet et une réponse au dit tweet) nest pas très fréquent dans les tweets de nos candidates qui ninstaurent pas beaucoup déchanges communicationnels avec leur public. Par contre, ce sont les interactions entre twitteurs qui construisent le champ sémantique et qui définissent linteraction même et la textualité qui reste par définition ici « ouverte ». En effet, lécriture des tweets et lémission des tweets autour du même argument créent une circulation de linformation éphémère qui permet de reconstruire au moins une isotopie. En tant quutilisateurs nous comprenons la thématique discutée et les expressions dun certain nombre de candidats autour dun thème spécifique.

Toutefois, il faudrait poser une question « Quest-ce que un tweet politique » ? Il nest pas si évident de le définir mais si lon reste sur lidée que le dispositif même limite le contenu du tweet, nous pouvons soutenir quun tweet politique est un tweet attribuable aux accounts officiels des figures politiques dans un moment historique donné appartenant officiellement à un parti politique précis. Cette définition se veut encore vague mais le contenu lui-même ne peut pas être utile à la définition même. Encore, le tweet politique émis ou retweeté par le candidat est une sélection de linformation publique que le /la candidat(e) diffuse ou relance autour←84 | 85→ dun évènement concernant la sphère publique à un moment précis. Souvent il sagit dun événement qui marque lactualité et que le candidat va reprendre pour commenter ou lemployer comme cible polémique et pour proposer une contre réponse. Il aurait au moins deux emplois majeurs du Twitter imputables la sphère politique mais expansibles au fonctionnement même du médium. Dune part, on assiste à la diffusion ou rediffusion dune information, souvent pas commentée et qui provient dautres sources médiatiques. Il sagit de remettre dans larène publique une nouvelle qui a été divulguée sur dautres médias ou même sur Twitter mais qui est republiée sans commentaire de la part de lexpéditeur. Ce dernier rend visible sa source primaire, grâce aussi aux hashtags, et devient un simple diffuseur de la nouvelle. Les marques subjectives sont présentes à travers ladresse Twitter de lutilisateur et la personnalisation du profil. La communication se construit, ici, plus comme une caisse de résonance, de diffusion dune thématique qui pourra sélargir très vite et alimenter lécriture des tweets. Ce nest pas le contenu qui souvent fait rebondir linformation mais la rediffusion qui réactive le mécanisme de circulation même. Le retweet nimplique pas forcément un commentaire, ni une prise de position mais une réactivation à un moment précis dune actualité souvent provenant dailleurs (presse en ligne et/ou papier, dautres sites internet). Ce phénomène qui est consubstantiel au médium a instauré une vraie pratique, un vrai faire–faire à lutilisateur. Elle prend le nom de retweeter.

Dautre part pour ce qui concerne le deuxième emploi, une intervention directe dun twitteur est une prise de parole immédiate sur un évènement ou en tout cas lexpression dune opinion. Le medium, vu les contraintes de 140 caractères, ne permet pas de formes dexpression longues mais plutôt succinctes grâce aussi à la présence de hashtags qui réduisent lespace dexpression. Les prises de position directes et à la première personne nencouragent pas forcément le dialogue ou la construction dune interaction dialogique. Le tweet peut recevoir des réponses ou pas, peut être transféré ou pas ce qui dit de son intérêt peut-être ou de son succès médiatique.

En tout cas, le contenu du tweet nimplique pas forcément de réponses de formes dinteraction. Si lon peut se permettre une métaphore un peu triviale, on pourrait comparer le tweet à une bouteille à la mer : son contenu circulera certainement mais il pourra être ou pas relevé. A ce propos, Cervulle et Pailler, en citant G. Deleuze, parlent de « production de rapports daffection53 ». Les auteurs sou←85 | 86→lignent que « Affecter cest exercer une force au sein dun champ de relations. Appréhender les réseaux sociaux numériques comme le lieu de rapports daffection permet de considérer que les échanges en leur sein dessinent des lignes de tension et de partage aussi bien au niveau des sociabilités que des discours ». Il sagirait de travailler plus sur les rapports qui se tissent entre les différents échanges autour dune thématique que sur largument principal. On pourrait conclure quun tweet réussi est celui qui a été retweeté et qui a « touché » un large public.

Pour Twitter, tweeter (écrire), retweeter (rediffuser, partager un contenu), être un follower dun account (suivre une personne ou une liste de diffusion) font partie de la participation en ligne. Les degrés de cette « participation54 » plus ou moins actifs ou passifs, permettent globalement de suivre des traces de visibilité et de présence de linternaute à lintérieur du microblogging. En tout cas le suivi des débats politiques sur Twitter ne se résume ni à lactivisme politique ni à la circulation de linformation hors ligne. Même si lon peut trouver des rapprochements et des compénétrations continues entre les deux sphères, pour comprendre en quoi les réseaux sociaux influencent les comportements politiques, nous sommes obligés détudier des pratiques dusager en ligne mises en relation avec des supports médiatiques qui révèlent de la même substance de lexpression : le médium internet et en particulier le web 2.0, cest-à-dire les réseaux sociaux.

4.6 Un rappel des bonnes pratiques

Ce que nous intéresse ici est de rappeler dune façon très succincte les quelques règles de bon usage qui sont instaurées par Twitter même, pour « avoir succès » et réussir ses propres tweets55. Il existe une pléthore de manuels de conseils et dastuces de la création dun compte jusquà son bon fonctionnement. Brièvement, nous pourrions dire que :

1) Indispensable est le choix de sa propre ligne éditoriale : partager des informations appétissantes et centrées sur un domaine pointu

2) Sexprimer à travers des mots-clés représentatifs de la personne et dun contexte. La personne sera plus facilement « re-diffusée »

3) Promouvoir une animation quotidienne et un engagement du 70 % (informations), 20 % (réponses aux followers, interaction), 10 % (messages personnels)←86 | 87→

4) Respecter les créneaux horaires pour lmission de tweets : 6h-7h le matin, la pause déjeuner, 17h-18h le tard après-midi et, au maximum 21h le soir (le retweet est recommandé en fin de soirée)

5) Adopter la bonne place pour le lien hypertextuel qui devrait se placer au 25 % de longueur du tweet et pas à la fin

6) Employer les applications liées à Twitter comme : tweetreach.com qui permet de connaitre le nombre de fois où un tweet ou un hashtag a été mentionné et également le nombre de personnes potentiellement touchées ; crowdbooster.com qui aide à suivre le nombre de followers dans le temps, de mentions et de retweets; tweetWhen.com pour savoir quand nous sommes plus retweetés, tweriod.com pour connaître si les followers ont retweetés les messages, clocktwetts pour programmer lenvoi de tweets, etc.

Ces quelques lignes de bonne conduite ne sont pas forcément suivies par les candidates de notre corpus qui semblent plutôt poster des tweets dans limmédiateté et particulièrement pendant les événements dont ils ont le rôle de participants actifs (meetings, débats politiques, présences à lecran). La construction dune image médiatique des candidats se réalise aussi à travers ce microblogging qui grâce à son instantanéité permet un semblant de participation « live » des followers à la sphère politique et renvoie une image de forte activité de ses participants.

4.7 Analyses des pratiques des candidats : le cas E. Forenza

Comme annoncé précédemment, nous allons repérer des pratiques dusage de Twitter des candidats aux élections européennes du 22–25 mai 2014. Pour question de praticité et de méthode qualitative nous ne pouvons pas faire un parallèle entre tous les candidats des partis participants à cet événement politique. Nos analyses se veulent sur le plan de limmanence, ponctuelles, circonscrites autour dun évènement précis.

Nous nous consacrons à deux candidates femmes : Eleonora Forenza inscrite au Parti communiste italien, candidate de la liste Tsipras pour le Sud dItalie et Isabella Adinolfi pour le Mouvement Cinq Etoiles (M5S) pour le Sud dItalie aussi. Nous avons comparé les deux candidates parce quelles étaient suivies presque par un nombre paritaire des followers (3.546/4.393) aujourdhui56, pour leur âge similaire (1976/1978), parce quelles sont inscrites à Twitter depuis la même période (février 2012) et parce quelles appartiennent à deux partis différents de la sphère politique de gauche.←87 | 88→

Nous nous sommes limités à une petite incursion dans le domaine politique, même si bien dautres seraient possibles, pour comprendre les tweets qui sinsèrent dans ce champ et pour comprendre les relations autour de ces derniers.

Les tweets recueillis débutent le jour du dépôt par le gouvernement italien des listes officielles, le 25 avril 2014, jusquà une semaine après les élections, le 1er juin 2014.

Nous allons commencer par regarder de plus près les tweets émis et échangés (retweets) sur le profil Twitter de la candidate E. Forenza dans la période citée. A lépoque, la candidate est suivie par 1.600 followers et se présente en tant que « chercheuse précaire féministe, communiste, qui vit dans le sud de lItalie, qui aime Gramsci et Lonzi et le pop des années 80 »57. La volonté de mêler lappartenance politique de la candidate (Liste Tsipras) avec ses gouts personnels et ses « maîtres à penser », démontre une approche d « exposition personnelle » avec ses followers. Une stratégie confidentielle, proche des électeurs qui voie lélue sadresser aux internautes dans la volonté de les impliquer dans le combat pour Alexis Tsipras : « Oggi partecipiamo come delegazione dell@altraeuropa ConTsipras alla riunione del GUE. restiamo uniti, e uniamo ciò che il neolib ha diviso!58 » ou « Dopo la riunione dei candidati, una conferma : l@altraeuropa continua! Abbiamo una grande responsabilità: non disperdere il lavoro fatto!59 ». Les tweets émis par la candidate soulignent, même après élections, la promesse de changement prise par la liste, la volonté dentreprendre un combat collectif et le sentiment dappartenance à une collectivité qui partage des valeurs proches.

Pour ce qui concerne les tweets, nous pouvons affirmer que du début du mois de mai à la fin, la candidate a augmenté son nombre de tweet, grâce à une écriture directe et continue qui marque sa présence sur ce microblogging. Le nombre de tweet a progressé dune manière constante. La candidate émet plus dun tweet (une moyenne de 5) par jour. Ces derniers sont émis avec une fréquence très rapprochée (quelques minutes) sans avoir forcément une unité thématique commune. Il←88 | 89→ sagit plutôt de diffuser des informations autour des événements que dinstaurer des interactions. Ce qui rythme leur écriture est pour la majorité un évènement médiatique hors du microblogging.

Autour des jours du vote, la présence et la mise en scène de la candidate sur le microblogging a augmenté sensiblement paradoxalement grâce aux retweets plus quaux tweets mêmes. Déclarations, vidéos, photographies et slogans envahissent laccount de la candidate qui laisse ses «traces numériques60 » avec une fréquence moyenne de 4 fois par jour. A noter que lémission de tweets et retweets est relativement concentrée dans le temps, les tweets se suivent à intervalles variables de quelques minutes à quelques heures. Léchange est très intense pour ensuite se diluer dans le temps.

Forenza fait de lautopromotion en publiant le bulletin de vote à employer le 24 et le 25 mai avec son nom déjà écrit et souligné. Tout est à empoigner pour la valorisation de soi : lappui des amis qui parlent de la générosité de Forenza et même dun membre proche de la famille (un frère ?) qui affiche une photographie dun autre temps de la candidate, servent à construire le personnage médiatique.

Les internautes « participent» à la vie médiatique de Forenza qui tweete à ces followers depuis le Parlement européen, qui se réjouit pour les batailles quelle commence à mener, qui dévoile son « humanité », en se présentant dans la vie active et en affichant ses émotions et ses passions61. La stratégie de la subjectivité et de lempathie font partie désormais dune nouvelle façon de faire politique aujourdhui et Forenza part delle-même pour témoigner des actualités de la sphère publique. Lexpérience, lêtre là qui normalement appartenaient à la dimension du privé, sont valorisés comme points de départ pour appréhender le réel62. La candidate implique linternaute dans sa vie publique pendant la campagne électorale en rappelant des informations techniques sur les élections (lieu, débat,←89 | 90→ initiatives locales) et en cherchant de sensibiliser avec des slogans lopinion publique sur certaines thématiques (oggi giornata mondiale contro lomofobia, sta per arrivare il 25 maggio63) et en créant un actant collectif animé par la même passion (@romano_tano @altraeuropa grazie! Bravi tutti noi che ci crediamo e non ci arrendiamo mai!; sta per partire il corteo beni comuni, noi siamo qui per appoggiarli; qui sono stati toccati i nodi di fondo di questa campagna64).

La candidate exploite Twitter comme désormais est coutume : un outil pour réduire la distance entre citoyens et sphère publique. Comme le soutient J. L. Dader « Ainsi, bien que lanalyse politique ne soit pas rigoureuse, ni le débat politique de qualité, les individus se trouvent plus proches des affaires publiques, de telle sorte que la politique cesse dêtre élitiste et ennuyeuse, exclusivité des classes dirigeantes au regard du peuple. Linfo-entertaining télévisuel et de la presse à sensation avait déjà créé et mûri progressivement cet effet de la politique pop (Mazzoleni & Sfardini, 2009), mais Internet a contribué de façon exponentielle à son accroissement dans une dimension que les médias du passé, essentiellement unidirectionnels, ne pouvaient pas faciliter65 ». Lidée dune « libre » circulation de la parole et dun échange « directe » amène lillusion dune fausse proximité avec le candidat qui se représente dabord comme un citoyen parmi dautres.

4.7.1 Le- re-tweet de E. Forenza

Sur cette deuxième pratique, nous assistons concrètement à la publication dun tweet dune personne par un autre utilisateur. Il sagit dune rediffusion dun contenu, jugé particulièrement pertinent à un moment donné. Le symbole RT suivi du pseudonyme de la personne qui a retweeté, caractérise cette pratique. Le contenu du message peut être renvoyé tel quel en ajoutant de la valeur au rédacteur du tweet ou il peut se compléter par un commentaire personnel du retweetteur, placé avant le symbole RT. Dans notre cas, Forenza nécrit aucun commentaire dans le retweet pendant toute la campagne. Les autres supporteurs parlent delle mais toujours dune manière directe mais la candidate emploie le retweet pour←90 | 91→ informer et non pour sexprimer. Doù toute la problématique dusage du retweet qui en même temps accumulerait au moins deux fonctions en un seul medium : celle de diffusion des contenus médiatiques, de citation, de focalisateur dattention sur une thématique et celle de mise en scène de soi, dexpression personnelle66. Le fait dattirer lattention sous-entend aussi une volonté de surligner un événement dans le but de lemphatiser, de le remettre au centre pour pouvoir ensuite dy rebondir. Nous ne pouvons pas oublier quune des fonctions de Twitter est justement la veille informationnelle qui sopère de différentes façons : hashtags, moteur de recherche, mots-clés, etc.

Cette fonction de retweet est de plus en plus employée jusquà la fin de la campagne électorale. La majorité de retweets concernent directement ou indirectement la candidate. Il sagit de messages de soutien en sa faveur, des compliments pour la victoire obtenue, des encouragements de la part dautres votants, de collectivités et de partis. Les incitations à la candidate nexplicitent pas les raisons du soutien mais ressemblent à des marques personnelles destime et dincitation. Les personnes qui ont porté Forenza ont laissé des tweets, retweetés ensuite par lélue, comme « témoignage » de leur engagement. Nous passons dun électorat potentiel à lassurance que derrière le tweet nous retrouvons des personnes concrètes qui ont appuyé la candidate. En outre, laisser une trace évidente de sa propre énonciation incite dautres followers à suivre et à encourager la candidate. Lappui à cette dernière se fait aussi grâce à la présence ferme de ces followers qui restent la meilleure preuve du bienfait de la postulante.

Encore, le retweet est employé dune façon indirecte en tant que « rebond » autour des thématiques chère à Forenza. Il sagit de citer dautres déclarations des politiciens pour pouvoir rejaillir de ses propres propos, les développer, les remettre dans la sphère du blogging. Nous avons constaté des liens thématiques évidents entre les propos de Forenza et les contenus des retweets. Par exemple, le message de laccount “LAntifascista” : « Sta per partite il corteo beni comuni e←91 | 92→ noi siamo qui ad appoggiarli #primalepersone pic.twitter.com/PznQZsTxJe67 », a été repris par Forenza pour raconter sa présence à une manifestation autour de toute autre thématique. La mise en valeur de soi passe aussi par le fait de se montrer en plein engagement, dans les feux de laction sur multiples terrains. Les évènements publics sont rattachés à la candidate et réinterprétés par son idéologie politique. Le contenu informatif dun retweet fournit loccasion pour une prise de parole en public qui marque la présence de la candidate. Cest le cas de ce retweet : « Garantire uno standard salariale e il reddito minimo di cittadinanza », suivi par quelques secondes après, « Verso Taranto, con @giakrussospena e @eleonoraforenza per "Tsipras chi?68" (11/05/2014).

4.8 Le cas d’I. Adinolfi

La candidate a émis 442 tweets pendant les 4 semaines de recueil de données. Le double par rapport à la candidate précédente. Est-ce que la présence constante et continue sur Twitter permet dafficher une stratégie communicationnelle plus représentative pour mener une campagne politique en ligne ? Il parait que oui.

Dabord, la candidate est présente avec un nombre de tweets majeurs par jour (une dizaine). Les échanges se font sur une fréquence très courte (quelques minutes) et avec des rebondissements autour de la même thématique. Lidée est de se concentrer sur un thème central de la journée et ensuite continuer à le nourrir pendant la longueur du jour. De la communication de la nouvelle « complète », on assiste à lexpression du point de vue du M5S qui transforme le contenu en « nouvelle virtuelle », centrée autour des déclarations, commentaires, polémiques, débats etc. Nous assistons aux discours autour dun contenu qui est ensuite oublié pour passer à un autre argument. Les rebondissements médiatiques servent à alimenter les discussions et la présence de la candidate.

Les stratégies adoptées par Adinolfi sont de deux types : dune part le retweet des nouvelles dont le M5S nest peut-être pas le protagoniste mais où il veut exprimer en tant que parti ; de lautre la rédaction constante de tweets qui manifestent limplication de la candidate pour les causes du mouvement. A ce propos : « @m_ariano5stelle #campaniatour, dopo il diluvio…il sole e @AngeloTofalo ci←92 | 93→ parla del lavoro dei ragazzi del #m5s! http://t.co/VzjbvgGfd7 », « Domani tutti in Molise con il Campania tour69 ».

Bien évidemment, le style polémique, qui a caractérisé son principal candidat, Beppe Grillo, est présent à travers des tweets comme : « Pool trattativa smantellato, siamo indignati », « In scena il delitto perfetto, non consentitelo, solo rappresentanza massiccia di forze del cambiamento puo impedirlo70 ».

Il ne manque pas de propagande pour le parti même comme « Siamo a Tremoli, seguiteci in diretta streaming qui http.. », « in Europa una scelta a cinque stelle », « Per il PD se non hai soldi non vali niente, il M5S è diverso, siamo una comunità 71 », etc.

Nous constatons que la candidate cherche à exploiter toutes les possibilités et les variétés du médium en utilisant les différents niveaux du discours ; de la persuasion à la polémique, à lemphase.

La présence de retweets (149) reste aussi pour cette candidate majoritaire ; ils sont suivis principalement par les commentaires de la part de la candidate. Malgré la fonction de retweet employée comme auparavant pour rediffuser linformation, Adinolfi commente les actualités par le biais de la coloration politique du M5S. Quelques retweets : « Riordino per il corpo dei #vvf .Ma i criteri seguiti sembrano sempre gli stessi:TAGLI!72 » (23/05/2014), ou « RT @MicFailla: @Isa_Adinolfi @frattademo avete letto le falsità del soporifero editoriale di Salfari? http…73 » (18/05/2014). Les faits divers de lactualité servent à la candidate pour sélever comme porte-parole et commentatrice des positions politiques du parti. Toutes les occasions sont exploitables pour montrer lopinion contrecourant et dénonciatrice du M5S par rapport à la politique actuelle. Bien sûr la volonté « de crier fort » et dassumer une position dopposition dans tous les domaines politiques a fait un des succès de ce parti.←93 | 94→

La succession dintervention de tweets et de retweets nest pas la même pendant toute la campagne électorale doù lintérêt de travailler sur la temporalité de ce microblogging. Il est difficile de stipuler une proportion constante dans le temps mais comme soutient E. Albu74 la position des éléments comme les liens hypertextuels mettent en relief le contenu pour mieux informer le lecteur sur le topic du tweet en soulignant le rôle actif de la candidate dans la construction et orientation de lopinion. Il sert aussi à fournir le contexte et donc la source de linformation.

Enfin, un détail important est la présence de mêmes hashtags tout au long de la période observée. A chaque fois que la candidate poste un tweet, on retrouve : #vinciamonoi, #M5S, #Europa ou des hashtags similaires où la notion dEurope est présente (#EU, #euDebate2014, #EuropeeM5S, #UE, #EP2014, #EUROPA, #EUROPEE, #europa5stelle). Dautres vont sajouter à fur et mesure de lavancée de la campagne électorale comme : #Campaniatour, #adottaunindeciso, #3preferenze, #sonoroschiaffo, #piùsocial, centrés sur des thèmes très précis quune fois que le sujet est passé dactualité, ils sont vite délaissés. La présence des hashtags75 permet la plus large diffusion possible sur Twitter en sachant aussi que beaucoup de tweets font directement référence au compte Facebook de la candidate où lon peut trouver le déploiement des commentaires et des informations. Le lien électronique, qui est présent dans lhashtag, renvoie de manière complète à la source dinformation, souvent placée à la fin de la phrase. Ce positionnement fait faire un cheminement au lecteur qui est vraiment intéressé par lapprofondissement de linformation, un lecteur moins impliqué ne serait pas sollicité à lapprofondissement.

4.9 Vers des pratiques « transmédiatiques » ?

Nous avons constaté un emploi différent de Twitter par les deux candidates : nous pouvons affirmer que Forenza emploie Twitter dune façon informationnelle, Adinolfi dune façon participative ce qui expliquerait le majeur succès de laccount de cette dernière candidate76. La première candidate utilise Twitter plus pour la fonction de retweet, de circulation de linformation, de mise à jour continue sur sa présence en laissant une trace numérique faible. Très peu de réponses, mais←94 | 95→ seulement un moyen pour pouvoir suivre les activités de cette élue. En revanche, Adinolfi écrit plus des tweets en expliquant son point de vue, ses goûts en neffaçant pas sa subjectivité. Elle retransmet linformation du parti en soulignant la prise de parole en public. La candidate se comporte en leader dopinion77 qui émerge dans des situations où la concentration dintérêt pour la sphère publique est majeure.

Doù limportance, ici, des manipulations de loutil Twitter plus que de leur contenu textuel. Ce qui le caractérise est qui signale le succès dun candidat est lexploitation la plus complète possible des possibilités fournies par ce medium. Cest la forme tweet et sa circulation qui créent une sphère dite « politique », grâce aux pratiques de candidates qui sinscrivent dans cet ethos commun à ce champ spécifique.

Nous ne retrouvons pas de pratiques affichées parmi les candidates qui les déterminent et les distinguent fortement, plutôt des emplois plus ou moins travaillés de ce support. La vraie question devrait peut-être être déplacée. Twitter ne produit des appropriations si remarquables. Ce qui fait par contre la différence est le taux de popularité médiatique qui rend connu un candidat en étant déjà hors twitter un « personnage médiatique ». Cest plutôt la popularité dans la presse ou la télévision qui fait suivre un compte twitter. Cest le cas de Beppe Grillo en tant que leader du parti M5S (38,3 k de tweets et 1,84 M de followers) déjà médiatiquement très présent dans la presse et la télévision italiennes.

La spécificité de ce medium serait celle dêtre une caisse de résonnance de linformation, une veille constante qui sappuie sur une sphère médiatique globale comme le net.

Cest quand la politique occupe la première place dans lactualité quelle se positionne au centre des discussions ordinaires. Ces échanges doivent être appréhendés moins comme des discussions strictement politiques plutôt comme des débats à propos des événements qui marquent lactualité médiatique78.

Nous pouvons conclure en listant les différentes pratiques que ce medium met en acte.

Le premier palier est celui qui implique un faire-faire à lutilisateur cest-à-dire une pratique technique qui implique le fonctionnement de linterface Twitter comme ses points dintervention, ses fonctions, la gestion des contacts et des followers.←95 | 96→

Le deuxième niveau implique une pratique langagière qui se résume à la scripturalité du tweet, à lutilisation du langage, au contenu, au style, tous les éléments qui marquent le langage du candidat et les valeurs incarnées par son affiliation politique.

La dernière pratique consisterait dans les médiations que Twitter instaure avec dautres medias (télévision, presse, etc.). Ce medium fournit des représentations, des interactions, des renvois à dautres médias appartenant à un environnement médiatique plus global. Il filtre à travers ses valeurs et son ethos tout ce que les médias mettent en circulation deux-mêmes.

Références bibliographiques

Albu Elena, “Twitter Use at the 2014 European Elections: The Case of the UKIP Candidates”, communication donnée à Université de Lorraine, Metz, 2015.

Barats Christine, Manuel d’analyse du web, Paris, A. Colin, 2013, p. 171.

Belmonte Jean-François, La vie en 140 caractères, 2013.

Boyadjian Julien, « Twitter, un nouveau « baromètre de lopinion publique ? », Revue Participations, 1/2014, Ed. De Boeck, Bruxelles, p. 70.

Cardon Dominique, « Le design de la visibilité : un essai de typologie du Web 2.0 », Internet Actu.net, 01/02/2008, consulté le 05/06/2014.

Casilli Antonio, Liaisons numériques, Vers une nouvelle
sociabilité ?, Paris, Seuil, 2010.

Cervulle Maxime & Pailler Fred, « #mariagepourtous : Twitter et la politique affective des hashtags », Revue Française des Sciences de l’Information et de la communication, [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 20 mai 2015. URL : http://rfsic.revues.org/717.

Compagno Dario, « Families of practices. A bottom-up approach to differentiate how French candidates made use of Twitter during 2014 European Campaign », 2015 à paraître.

Cheng Alex, Evans Mark & Koudas Nick, Inside the Political Twittersphere A look inside Twitter’s use for politics, October 2009 By Sysomos Inc., consulté le 27/06/2015.

Dader José Luis, « La transformation de la politique sur internet : de la politique spectacle à la cyberdémocratie dactivisme citoyen », Networks and Communication Studies, NETCOM, vol. 26 (2012), n° 1–2 p. 18.

Fontanille Jacques, Soma & Séma : Figures du corps, Paris, Maisonneuve & Larose, 2004.

Fontanille Jacques, Pratiques Sémiotiques, Paris, Puf, 2008.←96 | 97→

Fontanille Jacques, « Lanalyse du cours daction. Des pratiques et des corps », NAS, 114, 2011, consulté le 28/06/2015.

Frame Alexander & Brachotte Gilles : « Les campagnes des compagnes : mise en scène de la vie publique et privée. La présence sur Twitter des compagnes des leaders politiques en France, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis » (sous la dir. de) S. Zlitni & F. Liénard, La communication électronique en questions, Berne, Peter Lang, 2013, pp. 387–402.

Frame Alexander & Kondrashova Tatiana, « Exploring the dialogical dimension of political tweets: A qualitative analysis of Twitter style of UK candidates during the 2014 Eu Parliamentary Elections ».

Galinon–Mélénec Béatrice & Zlitni Sami, Traces numériques, Paris, CNRS, 2013.

Greimas Algirdas Julien & Courtés Joseph, Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Hachette, 1979.

Greimas Algirdas Julien & Fontanille Jacques, Sémiotique de passions. Des états de choses aux états d’âme, Paris, Ed. du Seuil, 1991.

Hoeck Léo, Pour une sémiotique du titre », Documents de Travail et prépublications XX–XXI, Centro Internazionale di Semiotica e Linguistica, Université de Urbino 1973, pp. 1–48.

Jakobson Roman, Essais de linguistique générale, Paris, Ed. de Minuit, 1963.

Katz Elihu & Lazarsfeld Paul Felix., Influence personnelle : ce que les gens font des médias, A. Colin, Paris, 2008 [1955].

Ogez Emilie/ Chaintreuil Jean-Noel, Twitter, 101 questions, Strasbourg, Ed. Diateino, 2012, p. 21.

Pezzini Isabella, Trailer,, spot, clip, siti, banner. Le forme brevi della comunicazione audiovisiva, Roma, Meltemi, 2006.

Pignier Nicole, « De la vie des textes aux formes et forces de vie. Texte, sens et communication, entre esthésie et éthique », Revue Actes Sémiotiques, Ouvrage de HDR, Presses Universitaire de Limoges, 2012, p. 126.

Thimm Caja, Einsapnner Jessica, Dang-Ahn Mark, 2012, Twitter als Wahlkampfmedium, Publizistik, 57 (3), p. 293–313.

Zinna A., « Les objets décriture et leurs interfaces. Textes interactifs et hypertextes. Décrire et comparer les nouveaux phénomènes de sens », ouvrage de HDR, Limoges, 2001.←97 | 98→ ←98 | 99→


27 Emilie Ogez & Jean-Noel Chaintreuil, Twitter, 101 questions, Strasbourg, Ed. Diateino, 2012, p. 21.

28 « On fera donc lhypothèse que les pratiques se caractérisent et se distinguent principalement par le rôle du cours daction dans la production de formes signifiantes, et spécifiquement des valeurs pratiques, suscitées et exprimées par la forme des cours daction, dans le « grain » le plus fin de leur déploiement spatial, temporel, aspectuel, modal et passionnel », J. Fontanille, « Lanalyse du cours daction. Des pratiques et des corps », NAS, 114, 2011, consulté le 28/06/2015.

29 Pour un approfondissement sur la pratique en sémiotique, je renvoie à J. Fontanille, Pratiques Sémiotiques, Paris, Puf, 2008, p. 26.

30 Il sagit du projet ANR (2012–2015) « Twitter at the European Elections 2014 » (TEE 2014), piloté par le laboratoire CIMEOS de lUniversité de Bourgogne (A. Frame). Cette étude réunit différents laboratoires internationaux autour de la question « Formes et fonctions de participation politique dans un monde numérique ».

31 La récolte des données sest achevée une semaine après le vote européen le 1er juin 2014.

32 A. J. Greimas/J. Courtés, Dictionnaire raisonné des sciences du langage, Paris, Hachette, 1979.

33 E. Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne. La Présentation du soi, Paris, Ed de Minuit, 1973.

34 J. Fontanille, Pratiques sémiotiques, PUF, 2008.

35 A. J. Greimas/ J. Courtés, idem, 1979.

36 I. Pezzini, Trailer, spot, siti, banner, 2002, p. 17. (traduction personnelle).

37 D. Cardon, « Le design de la visibilité : un essai de typologie du Web 2.0 », Internet Actu.net, 01/02/2008, consulté le 05/06/2014.

38 https://twitter.com/i/discover, consulté le 05/06/2014.

39 R. Jakobson, Essais de linguistique générale, Paris, Ed. de Minuit, 1963.

40 Idem, 2012, p. 22.

41 Nous avons différents sites qui aident les usagers à trouver les hashtags plus populaires et à en créer dautres selon les buts recherchés comme par exemple hastags.org, hastagify.me ou wthashtag.com.

42 Leo.H. Hoeck, « Pour une sémiotique du titre », Documents de Travail et prépublications XX–XXI, Centro Internazionale di Semiotica e Linguistica, Université de Urbino 1973, pp. 1–48.

43 Idem, p. 25.

44 Pour la distinction entre liens forts et liens faibles je renvoie à A. Casilli, Liaisons numériques, Vers une nouvelle sociabilité ?, Paris, Seuil, 2010.

45 Nicole Pignier, « De la vie des textes aux formes et forces de vie. Texte, sens et communication, entre esthésie et éthique », Revue Actes Sémiotiques, Ouvrage de HDR, Presses Universitaire de Limoges, http://epublications.unilim.fr/revues/as/4786, 2012, p. 126. Consulté le 06/06/2014.

46 Nous empruntons cette expression à A. Zinna, « Les objets décriture et leurs interfaces. Textes interactifs et hypertextes. Décrire et comparer les nouveaux phénomènes de sens », ouvrage de HDR, Limoges, 2001.

47 Nicole Pignier, idem, p. 113.

48 https://twitter.com/, consulté le 06/06/2014.

49 A.J. Greimas/J. Courtés, idem, 1979.

50 Nous faisons référence aux théories de E., Katz & P. Lazarsfeld, (2008), Influence personnelle. Paris: Armand Colin (1955: Personal Influence, New York: The Free Press).

51 Nous faisons référence à larticle de Z. Dahmen-Jarrin, « Tic et mouvement social en Tunisie. Le rôle du téléphone portable et de Twitter dans la mobilisation », La communication électronique dans la société de l’information. Quels usages, quelles pratiques ?, sous la dir. de S. Zlini & F. Liénard, Ed. Klog, Mont-Saint-Aignan, 2012, p. 165–174.

52 Inside the Political Twittersphere A look inside Twiters use for politics, October 2009 By Sysomos Inc. Alex Cheng, Mark Evans and Nick Koudas, consulté le 27/06/2015.

53 M. Cervulle & F. Pailler, « #mariagepourtous : Twitter et la politique affective des hashtags », Revue Française des Sciences de l’Information et de la communication, [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 20 mai 2015. URL : http://rfsic.revues.org/717.

54 La notion de participation a fait couler beaucoup dencre. A ce propos on renvoie pour une synthèse du débat à Ch. Barats, Manuel d’analyse du web, Paris, A. Colin, 2013, p. 171.

55 Un exemple parmi dautres : Jean-François Belmonte, La vie en 140 caractères, 2013.

56 Septembre 2015.

57 En réalité le terme italien que lélue a employé pour indiquer les régions du sud de lItalie relève plus de loralité et de lexpression familiale que dun langage “ politiquement correct ”. Nous ne pouvons pas nous étaler sur les variations du langage oral/écrit, partie qui resterait très intéressante à approfondir.

58 Publié le 10 juin 2014 par E. Forenza : « Aujourdhui nous participons en tant que délégation de laltraeuropa con Tsipras à la réunion GUE. Restons unis et unions ce que le néolibéralisme (néolib) a divisé », (traduction personnelle).

59 Publié le 31 mai 2014 par E. Forenza : « Après la réunion des candidats, une confirmation : l@altraeuropa continue ! Nous avons une grande responsabilité : ne pas disperser le travail accompli ! », (traduction personnelle).

60 B. Galinon –Mélénec & S. Zlitni, Traces numériques, CNRS, 2013.

61 Pour limportance de la composante passionnelle, nous renvoyons à A. J. Greimas & J. Fontanille, Sémiotique de passions. Des états de choses aux états d’âme, Paris, Ed. du Seuil, 1991 et aussi à J. Fontanille, Soma & Séma : Figures du corps, Paris, Maisonneuve & Larose, 2004. Létude de la composante passionnelle et en particulier celle corporelle dans lécriture, limage et plus en général léchange sur le microblogging Twitter reste encore une dimension à explorer.

62 Il sagit dune nouvelle dimension du partage de la sphère publique et personnelle. A ce propos, nous renvoyons à A. Frame & G. Brachotte : « Les campagnes des compagnes : mise en scène de la vie publique et privée. La présence sur Twitter des compagnes des leaders politiques en France, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis », (sous la dir. de) S. Zlitni & F. Lieanard, La communication électronique en questions, Berne, Peter Lang, 2013, pp. 387–402.

63 (Aujourdhui journée mondiale contre lhomophobie, le 25 mai va bientôt arriver), traduction personnelle.

64 (@romano_tano @altraeuropa merci ! Bravo à nous tous qui continuions à croire et qui ne cédons jamais ! le cortège autour de biens publiques est en train de partir, nous sommes ici pour les soutenir ; ici nous avons touché les nœuds sensibles de cette campagne électorale), traduction personnelle.

65 J. L. Dader, « La transformation de la politique sur internet : de la politique spectacle à la cyberdémocratie dactivisme citoyen », Networks and Communication Studies, NETCOM, vol. 26 (2012), n° 1–2 p. 18.

66 A ce propos je renvoie à la présentation de A. Frame & T. Kondrashova, « Exploring the dialogical dimension of political tweets : A qualitative analysis of Twitter style of UK candidates during the 2014 Eu Parliamentary Elections », communication présentée au meeting du 5–6 février 2015, université de Lorraine, Metz. Il est question dans cette communication dopposer le tweet personnel-interactif marqué par la présence de majeur @ et RT à celui informationnel qui serait caractérisé par un nombre majeur de liens hypertextuels. Sur cette division, C. Thimm, J. Einsapnner, Dang-Ahn M., 2012, Twitter als Wahlkampfmedium, Publizistik, 57 (3), p. 293–313.

67 Publié par Forenza le 17 mai 2014. « Le défilé pour la protection des biens communs est en train de commencer et nous sommes ici pour lappuyer #primalepersone pic.twitter.com/PznQZsTxJe », (traduction personnelle).

68 « Garantir le minimum salarial et une redevance minimale pour la citoyenneté », « Vers Taranto avec @giakrussospena et eleonoraforenza pour « Tsipras qui » ? », traduction personnelle.

69 « Après le déluge, le soleil et @Angelo Tofalo nous parle du travail des jeunes… », « Demain tous au Molise pour le Campania tour », traduction personnelle.

70 « Tractations pour le Pool sont tombées, nous sommes indignés », « Nous ne pouvons pas assister à ce délit parfait, seulement une importante présence des forces du changement peut empêcher tout ça », traduction personnelle.

71 « Nous sommes à Tremoli, suivez- nous en direct streaming ici http.. », « En Europe un choix à cinq étoiles », « pour le PD si tu nas pas dargent tu nas aucune valeur, pour le M5S cest différent, nous sommes une communauté », traduction personnelle.

72 « Rangement pour le corps des vvf. Mais les critères suivis sont toujours les mêmes : Diminution dargent », traduction personnelle

73 « Entretemps avez- vous lu les faussetés de lennuyeux et soporifique éditorial de Scalfari ? », traduction personnelle.

74 E. Albu, “ Twitter Use at the 2014 European Elections: The Case of the UKIP Candidates ”, communication donnée à Université de Lorraine, Metz, 2015.

75 Lanalyse de la fonction des hashtags nest pas pour le moment une composante qui a été étudiée dans ce papier.

76 Pour cette répartition, je renvoie à D. Compagno, « Families of practices. A bottom-up approach to differentiate how French candidates made use of Twitter during 2014 European Campaign », 201, dans ce volume.

77 Katz E., Lazarsfeld P. F., [1955], Influence personnelle : ce que les gens font des médias, A. Colin, Paris, 2008.

78 J. Boyadjian, « Twitter, un nouveau « baromètre de lopinion publique » ? », Revue Participations, 1/2014, Ed. De Boeck, Bruxelles, p. 70.