Show Less
Restricted access

L’Amérique francophone – Carrefour culturel et linguistique

Actes du 10ème Colloque international «Français du Canada – Français de France» (Trèves, 19–21 juin 2014)

Series:

Edited By Ingrid Neumann-Holzschuh and Beatrice Bagola

Ce livre rassemble les communications du 10e Colloque international «Français du Canada – Français de France»: L’Amérique francophone – Carrefour culturel et linguistique qui a eu lieu du 19 au 21 juin 2014 à Trèves. Centrées sur des questions aussi bien linguistiques et sociolinguistiques que culturelles, littéraires et de politique linguistique, les contributions s’approchent de trois régions francophones en Amérique du Nord le Québec, l’Acadie et la Louisiane tout en ouvrant, avec une étude lexicologique vouée au parler de Manitoba, la perspective sur une variété de l’Ouest du Canada. L’approche interdisciplinaire et la perspective interaméricaine permettent aussi de mieux évaluer le rôle du français et sa situation de contact avec d’autres langues sur le continent nord-américain.

Show Summary Details
Restricted access

La préposition échouée en français louisianais et en français acadien : perspectives comparées

Extract



A number of North American dialects of French, including Prince Edward Island Acadian (PEI) and Louisiana French (LF), have structures resembling English preposition stranding, inviting questions about the role of English in this development. For PEI, King has argued against a direct grammatical borrowing; stranding entered PEI via lexical borrowing of English prepositions bringing their syntax with them. We will show that the LF facts require a different explanation, one that makes use of the categories MAT and PAT (Matras / Sakel 2007).

Il est bien connu que, dans certains contextes, le français européen permet les prépositions orphelines, c’est-à-dire celles qui ne sont pas suivies directement par leur complément. Par exemple, l’anglais et le français permettent tous les deux la possibilité de laisser la préposition en fin de proposition relative comme dans (1) et (2), quoique pour le français européen il s’agisse uniquement de variétés très familières sinon populaires :

L’on sait aussi que certaines prépositions françaises acceptent d’entrer dans cette construction alors que d’autres refusent de le faire. Certains parlent de prépositions fortes, pour celles qui peuvent apparaître sans complément, et de prépositions faibles pour les autres. La catégorie des prépositions faibles est censée inclure à, de, par, en, chez, et vers (Zribi-Hertz 1984). Les phrases possibles dans (1) sont à comparer avec celles, agrammaticales, dans (3), où il s’agit de prépositions faibles...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.