Show Less
Restricted access

Présences, résurgences et oublis du religieux dans les littératures française et québécoise

Series:

Gilles Dupuis, Klaus-Dieter Ertler and Alessandra Ferraro

Ce volume recueille des études d’œuvres québécoises et françaises considérées dans leur relation au fait religieux. À partir des écrits des jésuites et des moniales en Nouvelle-France, en passant par les modèles offerts par Molière et Chateaubriand, on suit le parcours, sinueux et parfois paradoxal, de l’autonomisation progressive du champ littéraire. Les analyses portent sur les stratégies d’affirmation, de contournement, d’oubli ou de détournement du religieux adoptées par des auteurs comme Réjean Ducharme, Anne Hébert, Michel Tournier ou Nelly Arcan. Cette perspective diachronique et transatlantique contribue à faire émerger les points de contact entre les œuvres, en créant un jeu de miroirs et de reflets fécond, dans lequel la relation au religieux s’impose comme un enjeu, parfois sous-jacent mais pourtant central, de la littérature contemporaine.

Show Summary Details
Restricted access

Nelly Arcan et le chagrin d’une écriture « avouante » (Valeria Sperti)

Extract

| 161 →

Valeria Sperti

(Naples)

Nelly Arcan et le chagrin d’une écriture « avouante »

Les autofictions de Nelly Arcan, premier et dernier jalon de sa production, sont les plus réussies et intrigantes de toute son œuvre. Elles poussent à l’extrême la « posture nombrilique et impudique de l’écriture »1 personnelle, mettant au centre la sexualité en tant que construction psychique et symbolique2. Démentant l’affirmation de Bernard Noël3 selon laquelle dans ce monde où tout est déjà montré, exhibé même, il y aurait de moins en moins à voir, elles choquent au contraire par l’incisive réification du corps féminin, fragilisé par sa nudité et massacré par son exposition médiatique. Accédant à la notoriété avec Putain en 20014, où elle relate dans un « style pseudo-oral »5, le scandale de son expérience d’escorte dans le quartier du Plateau Mont-Royal à Montréal, l’écrivaine se donne la mort huit ans plus tard, en 2009 : une fin annoncée, maintes fois représentée dans son œuvre. Ce geste influence la lecture, notamment celle des textes à matrice autobiographique et y dessine, sous le signe de l’empathie, un portrait de chagrin, dont le dernier volet ressemble à un souvenir pieux avant la lettre6. De ses trois romans suivants – Folle, À ciel ouvert et Paradis clés en main7 – le dernier est posthume, paru en 2011, comme le recueil de textes Burqa de chair8. Celui-ci marque le retour au je et au « lyrisme flamboyant...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.