Show Less
Restricted access

Kulturökologie und ökologische Kulturen in der Großregion / Écologie culturelle et cultures écologiques dans la Grande Région

Series:

Edited By Sébastian Thiltges and Christiane Solte-Gresser

Menschengemachter Klimawandel, urbane und rurale Lebenswelten, lokale und globale Umweltbewegungen: Bei all diesen Themen und Debatten geht es um die Beziehungen zwischen Natur und Kultur. Angesichts der Dominanz ökologischer Fragen in Wissenschaft, Wirtschaft und Politik stellt dieses Buch dezidiert kulturelle Umwelt-Diskurse in den Mittelpunkt: Wie lassen sich die rasanten, bislang kaum vorstellbaren ökologischen Veränderungen erfassen, erzählen und imaginieren? Am Beispiel des grenzüberschreitenden Raumes der europäischen Großregion (Lothringen, Luxemburg, Rheinland-Pfalz, Saarland, Wallonien) regen die Environmental Humanities mit ihrer transdisziplinären Perspektive dazu an, die vielfältigen Interaktionen zwischen Menschen und Nicht-Menschen in einem gemeinsamen ökokulturellen Raum neu zu denken.

Origine anthropique du changement climatique, clivage entre milieux urbains et ruraux, activisme environnemental local et global : tous ces enjeux et débats mettent en avant le rapport entre nature et culture. Si science, économie et politique accaparent la question, le présent volume tente d’appréhender la pluralité des discours culturels sur l’écologie : comment rendre sensibles, comment raconter et imaginer des transformations autrement incommensurables ? En concentrant le projet transdisciplinaire des humanités environnementales sur l’espace transfrontalier de la Grande Région (Lorraine, Luxembourg, Rhénanie-Palatinat, Sarre, Wallonie), le présent volume invite à repenser les multiples interactions entre humains et non-humains dans un espace écoculturel partagé.

Show Summary Details
Restricted access

La nature au musée ou le (mauvais) rêve de Monsieur Mosk: (Céline Schall)

Extract

Céline Schall

Monsieur Mosk [conservateur en chef d’un grand musée], une plante verte à la main, pénètre à vive allure dans une salle de musée et d’une voix forte interpelle le groupe de visiteurs :

« S’il vous plaît ! Votre attention, s’il vous plaît ! Mon nom est Michel Mosk, je suis le conservateur de ce musée. Nous venons encore une fois de trouver une plante verte abandonnée ou volontairement oubliée dans l’une de nos salles. Je voulais vous prévenir que désormais toute plante, quelle qu’elle soit, sera détruite dans un délai n’excédant pas cinq minutes après sa découverte, si son propriétaire ne vient pas la récupérer et la jeter lui-même dehors immédiatement ! Je vous remercie… Parce qu’il faudra un jour ou l’autre que vous soyez conscients que la nature progresse, et que l’humanité tout entière se bat depuis des millions d’années pour que nous ne retournions pas dans nos cavernes dont nous avons eu tant de mal à nous échapper pour construire Venise ! Il y a péril pour nous, nous qui avons rêvé et inventé un monde meilleur pour nos enfants que celui des tornades, des typhons et de l’humidité qui vient encore de m’esquinter trois Véronèse !

Vous savez que les musées sont de plus en plus cernés par des espaces verts où les arbres prolifèrent dans l’indiff...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.