Show Less

Migrazione e patologie dell‘«humanitas» nella letteratura europea contemporanea

Series:

Edited By Alexandra Vranceanu and Angelo Pagliardini

Contents: Lew Zybatow: Geleitwort des Reihenherausgebers – Alexandra Vranceanu/Angelo Pagliardini: Introduzione – Francis Claudon : Humanitas et migration : Dialogue des Anciens et des Modernes – Monica Spiridon : Errances réelles, errances rêvées, errances mythiques – Sebastiano Martelli: Emigrazione e immigrazione: mappe letterarie a confronto – Angelo Pagliardini: La tematica del ritorno del migrante in Abate, Pascoli, Pavese, Consolo – Alexandra Vranceanu: Gli scrittori esiliati e le malattie del canone. Lo strano caso di D. Tsepeneag e Mister Pastenague – Pietro Trifone: Lingua italiana e identità nazionale nella società della migrazione – Gisèle Vanhese: Coagula de Paul Celan : Quand la poésie devient blessure – Sabine Schrader: La fine dei sogni bucolici ovvero «Dicono che vengono gli albanesi»: Il vento fa il suo giro (2005, R.: G. Diritti) – Giovanni Magliocco: Integrazione/Dis-integrazione. Il poeta «meteco» e le «malattie dell‘esilio» – Danilo De Salazar: «L’estero è il cuore. E noi il sangue». Il nomadismo esistenziale di Aglaja Veteranyi – Yannick Preumont: Panaït Istrati et la traduction du déclin physique – Alain Vuillemin: Deux témoins de l’inhumanité en Europe centrale: Ana Novac et Élie Wiesel – Ileana Alexandra Orlich: Exile as Political Discourse in the Novels of Herta Müller – Dagmar Reichardt: Bonaviri terapeuta. Letteratura di migrazione e scrittura empatica – Marta Niccolai: Le «patologie» dell’identità nazionale e il rimedio di Amedeo/Ahmed in Scontro di civiltà per un ascensore a Piazza Vittorio, di Amara Lakhous – Maria Cristina Tumiati/Maria Concetta Segneri/Adela Gutierrez: Passaggi nei territori di Giano – Paola Scardella/Aldo Morrone/Laura Piombo/Alessandra Sanella: Alimentazione transculturale: un nuovo luogo identitario.ÿ

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Deux témoins de l’inhumanité en Europe centrale: Ana Novac et Élie Wiesel

Extract

Alain Vuillemin Professeur Émérite de l’Université d’Artois Laboratoire «Lettres, Idées, Savoirs» de l’Université Paris-Est Résumé Ana Novac et Élie Wiesel ont en commun d’être nés roumains, la première en 1929 et le second en 1928, d’être devenus des “citoyens hongrois” en 1940 lors de l’annexion de la Transylvanie par la Hongrie, d’avoir été déportés tous les deux en 1943 au camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau, et d’avoir survécu à la Shoah, à l’extermination des populations juives d’Europe centrale et orientale pendant la seconde guerre mondiale. En 1945, Élie Wiesel s’est réfugié en France. Il a été ensuite naturalisé américain en 1963. Il est aussi devenu citoyen israélien. Il s’est exprimé en plusieurs lan- gues, en yiddish, en hébreu, en anglais, en français. Il a décrit son expérience concentrationnaire, en français, à travers La Nuit (1958), L’Aube (1960), Le Jour (1961) et d’autres récits. En 1945, Ana No- vac, redevenue roumaine, est revenue en Roumanie d’où elle a été contrainte de s’exiler en 1965, en raison d’autres persécutions, pour s’installer en Hongrie d’abord, puis en France en 1968. C’est aussi en France, à Paris, et en français qu’elle fait paraître J’avais quatorze ans à Auschwitz, un journal tenu au jour le jour au temps de sa déportation, puis en 1982, une reprise de ce récit pathétique, sous un autre titre, Les Beaux jours de ma jeunesse. Ana Novac et Élie Wiesel ont...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.