Show Less

L’urbanité entre sociabilité et querelle

Textes de sociabilité du XVI e siècle jusqu’à la Révolution française

Edited By Maximilian Gröne and Rotraud von Kulessa

La sociabilité, comprise à la fois comme la manière dont les membres d’une société cohabitent et interagissent et comme l’ensemble des préceptes qui règlent cette interaction, fait l’objet d’une multitude d’ouvrages littéraires sous différentes formes, telles des traités, souvent dialogiques, des lettres, des romans, des poèmes – en particulier du XVI e au XVIII e siècle. Ces textes comportent souvent un caractère performatif et mettent ainsi en scène les préceptes de sociabilité dans les lieux auxquels ces préceptes sont rattachés. La diversité des genres de ces textes de sociabilités et leur caractère souvent performatif suggèrent une interrogation systématique sur les rapports entre le niveau du contenu, celui du genre, les lieux et les contextes spécifiques de leur genèse. Afin d’approfondir cette question, nous proposons une approche méthodologique de ces textes qui reposent sur les concepts de « performance », de ‘jeu’ ainsi que sur celui de « querelle ».

Prices

Show Summary Details
Restricted access

2. Lieux de sociabilité aux XVIe et XVIIe siècles

Extract

Salons du XVIe siècle & espaces urbains Margarete Zimmermann I Commençons par une évocation de ce centre intellectuel qu’était le Paris du XVIe siècle, cette « ville acculturante » et ce « refuge de l’écrit », « le lieu où l’on l’imprime, où il circule où l’on en use ».1 Ce rôle de Paris est également mis en lumière par une auteure du XVIe, Hélisenne de Crenne, qui, dans la « IV. epistre invective » de ses Epistres familières et invectives (1539) invoque cette ville comme un lieu où abondent « des compositions ardues, que l’on voit journellement pulluler »2 et qui est propice à une forme particulière de liberté – celle d’écrire, de publier et de trouver également un public cultivé, non hostile, favorable même à la présence d’une femme à l’intérieur du champ littéraire contemporain: O que ce m’est une inestimable felicité, quand je médite que mes livres ont leurs cours en ceste noble Parisienne cité : Laquelle est habitée d’innumérable multitude de gens, merveilleusement scientificques, & amateurs de l’amenité, doulceur et suavité, qui se retrouve en la delectable accointance de Minerve.3 L’endroit où se réalise cette « délectable accointance de Minerve » est un micro- espace situé à l’intérieur du macro-espace de la ville, considérée dans sa totalité et comme un ensemble de lieux hétérogènes où habite une multitude de groupes sociaux. Ce micro-espace renvoie à un « contre-espace »4, un lieu « absolument différent », « absolument autre »5 et pourtant un...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.