Show Less
Restricted access

Enseigner une discipline dans une autre langue : méthodologie et pratiques professionnelles

Approche CLIL-EMILE – 2e édition, revue et augmentée

Anemone Geiger-Jaillet, Gérald Schlemminger and Christine Le Pape Racine

Cette publication est destinée aux enseignants, formateurs d’enseignants, étudiants en formation bilingue, niveau licence / master, aux acteurs, décideurs et enseignants faisant étudier une Discipline En Langue 2 (DEL2). Elle s’adresse aussi aux chercheurs en linguistique appliquée, en acquisition des langues et en Content and Language Integrated Learning (CLIL) / Enseignement d’une Matière par l’Intégration d’une Langue Étrangère (EMILE). L’engouement est incontestable pour les approches figurant également sous le sigle CLIL / EMILE. La DEL2 est, depuis une vingtaine d’années, un nouveau paradigme issu de la didactique des langues et adopté par d’autres disciplines. Ce concept améliore manifestement l’apprentissage des langues sans se faire au détriment des contenus des autres disciplinaires. Les auteurs présentent la méthodologie, les procédés et techniques des DEL2. Pour illustrer, discuter et argumenter leur démarche, ils s’appuient sur des transcriptions de cours et exemples (fiches de travail, etc.). Dans cette 2e édition revue et augmentée, les auteurs ont intégré les recherches et les pratiques de classe les plus récentes ; ils ont également complété l’ouvrage d’un index des auteurs et de mots-clés ainsi que d’un glossaire trilingues des termes didactiques.
Show Summary Details
Restricted access

3 Aspects psycho- et neurolinguistiques dans l’apprentissage des langues

Extract

3     Aspects psycho- et neurolinguistiques dans l’apprentissage des langues

Nous avons vu dans le chapitre précédent que la population scolaire est de plus en plus plurilingue, et ce, dès le plus jeune âge. Les enfants perçoivent déjà très tôt des différences de statut et/ou de prestige par rapport aux langues qui les entourent, dans le milieu familial ou institutionnel ou lors d’une rencontre « aléatoire » (rencontres avec des locuteurs d’autres langues dans un magasin, à l’arrêt de bus, etc.). Ces considérations relèvent de la sociolinguistique : elles sont issues du lien entre les langues et les sociétés. Ainsi, des programmes de maintien (voir chap. 1) ont été mis en place par rapport à une majorité linguistique homogène. Dans le bilinguisme familial, il peut y avoir des problèmes de (double) identité.

Dans le chapitre 3, nous traiterons d’abord de certains aspects relatifs au domaine « langues et psychologie » (psycholinguistique), c’est-à-dire de l’implication du psychisme dans l’apprentissage. L’origine du refus d’utiliser une langue peut par exemple s’expliquer par des blessures personnelles, une moquerie sur un accent par exemple. Certains auteurs vont jusqu’à parler de « traumatismes linguistiques » (R. Cathomas / W. Carigiet 2008 : 37).

Dans un deuxième temps, nous aborderons des questions relatives à la neurolinguistique, donc aux liens entre langage et cerveau. Nous verrons qu’un monolingue, un bilingue précoce et un bilingue (simultané) tardif ne réagissent pas de la même mani...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.