Show Less
Restricted access

Jean El-Mouhoub Amrouche – Pour une théorie de la décolonisation

Etudes sur l’image de soi

Series:

Aziza Yakoubi Lounis

Cette étude s’appuie sur une série d’articles politiques réédités par Tassadit Yacine dans: Jean El-Mouhoub Amrouche, Un Algérien s’adresse aux Français ou l’histoire d’Algérie par les textes (1943–1961), et sur l’unique essai de Jean Amrouche: L’éternel Jugurtha. Ces textes sont contextualisés, analysés et confrontés à des positions d’intellectuels tel que Albert Camus, à des écrits critiques d’écrivains, tels que Antonio Gramsci, Frantz Fanon, Albert Memmi, Aimé Césaire et Edward Saïd et à ceux de la génération de «pieds noirs» d’Algérie (Jacques Derrida). L’œuvre de Jean El-Mouhoub Amrouche a non seulement mobilisé la résistance active contre le colonialisme mais elle a aussi contribué au processus de la décolonisation. Cet intellectuel «inconnu» qui était d’abord et avant tout un homme de lettres et de savoir, basculera dans la politique et servira de médiateur (de pont vivant) entre les deux communautés qui lui sont chères (l’Algérie et la France) ; malgré son impuissance à concilier ses deux notions contradictoires de l’identité – se qualifiant de monstre et d’hybride culturel – il oeuvrera pour le mouvement de libération et se fera le porte-parole de tous les colonisés dans le monde entier jusqu’à la fin de sa vie.
Show Summary Details
Restricted access

2. L’histoire de la colonisation

Extract

2.  L’histoire de la colonisation

L’Afrique du Nord où l’Algérie est située est le berceau de la civilisation berbère. Les Phéniciens en furent les premiers conquérants et y fondèrent des comptoirs commerciaux. Les Carthaginois reprirent ces mêmes comptoirs tout en développant diverses activités côtières en laissant l’intérieur des terres aux Berbères. Les Romains n’ont jamais pu latiniser ni transmettre la civilisation et les traditions de Rome aux populations berbères, qui demeurèrent rebelles. L’occupation des Vandales, en 455, n’eut aucune influence sur la population. Ils furent éliminés en 533 par les Byzantins, qui ont par la suite perdu face aux Arabes qui déferlèrent sur la région. L’armée arabo-musulmane conquerra tout le Maghreb en 711. Les Berbères adoptèrent très vite l’Islam, ils ne subirent que très faiblement l’influence linguistique étrangère et continuèrent à parler leurs langues ancestrales. C’est ainsi que l’antagonisme entre Berbères et Arabes est né. L’empire ottoman commença à gouverne l’Afrique du Nord au 16e siècle. Les Turcs ne se sont jamais assimilés au restant de la population29.

Depuis le 5e siècle avant J.C., les peuples indigènes d’Afrique du Nord, identifiés par les Grecs comme ‘Berbères’ ont été repoussés de la côte par les vagues successives de Phéniciens, Romains, Vandales, Byzantins, Arabes, Turcs, et enfin, par les envahisseurs français. Avec...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.