Show Less
Restricted access

L’avortement en Irlande : 1983–2013

Dimensions religieuses, socioculturelles, politiques et européennes

Series:

Edwige Nault

Alors que les sociétés modernes occidentales poursuivent des politiques permissives en matière d’avortement, la République d’Irlande est le seul pays en Europe à avoir inscrit le droit à la vie de l’« enfant à naître » dans sa constitution. Cette question, conditionnée par la doctrine religieuse, est utilisée comme un moyen d’observation privilégié du processus de sécularisation envisagé ici comme la perte d’autorité de l’Église catholique sur les attitudes, les comportements et l’État. Ce livre contextualise le sujet dans le cadre social, culturel, politique, religieux et identitaire d’un pays en pleine mutation, ainsi que dans l’espace européen.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 5 : L’ambiguïté de l’État

Extract

| 105 →

Chapitre 5 : L’ambiguïté de l’État

Ce chapitre montre l’ambiguïté de l’État sur la question de l’avortement et des GND à travers l’orientation de mesures prises à destination des femmes présentant une GND. C’est un aspect moins théorique qui est traité dans ce chapitre, mais il contribue à apprécier la position des autorités irlandaises dont la politique familiale a un impact sur la vie reproductive des femmes.

A) Émancipation contrôlée

L’Irlande interdit tout avortement prenant place sur son territoire sauf lorsque la vie de la mère est en danger. Mais, depuis 1995, le Regulation of Information (Services outside the State for the Termination of Pregnancies) Act promulgué à la suite du 14e amendement, conséquence de l’affaire X, autorise la profession médicale, agences de conseil et conseillers individuels à donner des informations sur les services d’IVG à l’étranger à toute femme qui en ferait la demande. Néanmoins, la loi requiert que ces informations soient transmises lors d’un entretien en tête-à-tête avec un conseiller sociopsychologique356 et que la femme soit obligatoirement informée des autres options qui s’offrent à elle (adopter ou élever l’enfant). D’autre part, la loi interdit à ces mêmes interlocuteurs toute prise de rendez-vous pour une IVG à l’étranger pour une cliente. Ces intervenants n’ont par ailleurs aucune obligation à fournir des informations sur l’interruption de grossesse s’ils ne le souhaitent pas mais sont tenus de réorienter vers un service qui...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.