Show Less
Restricted access

Le Mystère de Dieu

Dieu-avec-nous – La révélation d’un partenariat de vie- Contribution à la notion du mystère chez K. Rahner, E. Jüngel, H. U. von Balthasar

André-Jacques Kiadi Nkambu

Que veut dire mystère de Dieu? Ce livre éclaire d’abord cette expression biblique et ce concept en tant que dogme du christianisme. Ensuite, à l’idée d’obscurité que semble revêtir le mot mystère, le livre fait voir son vrai sens : la vie. Le mystère de Dieu signifie donc la vie de Dieu qui s’est révélée dans le Christ en faveur de l’humanité. Pour cette révélation, Dieu a scellé une alliance avec son peuple, avec l’humanité : Dieu-avec-nous. C’est dans cette relation personnelle que le mystère ou mieux la vie de Dieu est expérimentée. C’est dans ce rapport de Dieu avec son peuple que l’identité de Dieu ainsi que celle de l’homme est révélée et glorifiée. Dans une démarche trilogique (de mots qualité de Dieu chez Karl Rahner, événement de Dieu chez Eberhard Jüngel et gloire de Dieu chez Hans Urs von Balthasar), le livre montre ce processus de révélation et d’identification. Enfin, le livre fait voir l’importance de la foi dans l’Église qui permet de faire, déjà aujourd’hui, l’expérience du mystère et il rappelle à cet effet le rôle de la vie sacramentelle.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 2 : La perte du sens du Mystère aujourd’hui

Extract

Chapitre 2 :  La perte du sens du Mystère aujourd’hui

La perte du sens du mystère n’est pas seulement constatée auprès de personnes qui ne prient pas, c’est-à-dire, qui sont loin de l’expérience religieuse en général et de la foi chrétienne en particulier, mais aussi auprès de ceux qui essayent de vivre leur foi et participent aux célébrations liturgiques.

Le sens du mystère dont nous parlons dans ce chapitre n’a pas de connotation négative comme étant le sentiment de ce qui effraie – parce qu’il nous serait obscur et fermé –, mais il a plus une connotation positive comme étant le sentiment de ce qui nous étonne – parce qu’il dépasse notre entendement ainsi que l’horizon de notre « condition humaine ».

Les notions comme Présence de Dieu, la Grâce et le Salut, le Péché et le Jugement, l’Adoration, l’Enfer et le Royaume de Dieu correspondent à des vocables qui il y a un certain temps étaient des mots pleins de sens, mais aujourd’hui sont considérés et offerts à la ronde comme jamais auparavant, peut-être à peine comme précieux signes. Cette perte du sens du mystère est l’expression de l’athéisme qui pourrait être appelé « athéisme de la sécularisation »131 ou bien cet athéisme-là qui par timidité ne veut thématiser le mystère absolu de Dieu, qui se tait au sujet de Dieu et qui, pourrait-on...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.