Show Less
Restricted access

Saint Antoine le Grand dans l’Orient chrétien

Dossier littéraire, hagiographique, liturgique, iconographique en langue française – Partie 1 et 2

Series:

Eliane Poirot

Cet ouvrage est le fruit d’une recherche œcuménique dès sa conception, par son sujet comme par sa réalisation. La collaboration internationale et interconfessionnelle de spécialistes permet de présenter nombre de textes jusqu’alors non traduits en français, certains même inédits : des éloges grecs et byzantins, le Corpus arabe, un riche ensemble d’hymnes liturgiques des traditions orientales avec une abondante bibliographie et des index. Un dossier iconographique regroupe une quarantaine de planches représentant le Père des moines du VIe siècle au XXe siècle. La vie et les enseignements d’Antoine, souvent recopiés et réécrits, médités à travers les apophtegmes, chantés dans les liturgies et contemplés dans l’iconographie sont porteurs d’une forte signification spirituelle et œcuménique.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre IV. Saint Antoine dans la littérature patristique orientale, byzantine, postbyzantine

Extract

← 318 | 319 → Chapitre IVSAINT ANTOINE LE GRANDDANS LA LITTÉRATURE PATRISTIQUEORIENTALE,BYZANTINEET POSTBYZANTINE

Une source importante pour établir le culte de saint Antoine est celle des homélies ou panégyriques, prononcés en son honneur par les auteurs ecclésiastiques anciens, car ils fournissent des renseignements – indirects – sur son culte à différentes époques et en différents lieux, même si ces homélies n’apportent rien de nouveau sur sa vie. Trois panégyriques des Ve-VIe siècles sont bien connus et habituellement cités, venant de trois aires culturelles différentes : celui en grec d’Hésychius de Jérusalem, celui de Sévère d’Antioche, qui nous est parvenu dans la version syriaque de Jacques d’Édesse, et celui prononcé en copte par Jean d’Hermopolis1. Nous présenterons aussi d’autres textes moins connus et répertoriés dans la littérature copte, grecque, syriaque, éthiopienne, ainsi que quelques références à Antoine dans l’ensemble de la littérature patristique byzantine et post byzantine.

1. Dans la littérature copte

1.1. Sérapion

D’après la VA de saint Athanase, Antoine racontait ses visions à Sérapion, qui aurait vécu un temps avec lui (§ 82). Il lui a légué l’une de ses deux mélotes (§ 91). Après la mort d’Antoine en 356, l’évêque Sérapion de Thmuis écrivit aussitôt à Macaire et Amatas, les deux disciples d’Antoine qui l’inhumèrent2.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.