Show Less
Restricted access

Le cinéma de Marguerite Duras : l'autre scène du littéraire ?

Series:

Edited By Caroline Proulx and Sylvano Santini

Si l’œuvre littéraire de Marguerite Duras jouit d’une renommée incontestable, ses réalisations cinématographiques, elles, représentent une part beaucoup moins commentée de sa création, part qui procède pourtant du même imaginaire de l’écrivaine qui est ici interrogé. Les articles réunis dans ce collectif partent donc tous de l’hypothèse que son cinéma réputé difficile, exigeant, abscons, dérangeant, révèle certains de ses secrets si l’on comprend qu’il agit comme autre scène du littéraire, entendue à la fois comme complément et négatif du texte. Permettant d’explorer un champ n’appartenant ni à la littérature, ni tout à fait au cinéma, il n’est plus question d’affirmer simplement la suprématie du texte sur l’image, de l’écriture sur le film, mais bien de voir comment c’est le principe même de la représentation qui fait l’objet de la démarche esthétique de Duras.
Caroline Proulx est professeure de littératures française, québécoise et étrangères au Collège Ahuntsic (Montréal) et enseigne également les rapports entre littérature et psychanalyse à l’Université du Québec à Chicoutimi. Ses recherches actuelles portent sur le savoir de l’œuvre comme malédiction chez plusieurs écrivains de la modernité et de la période contemporaine.
Sylvano Santini est professeur régulier au département d’études littéraires et directeur du programme de doctorat en sémiologie de l’Université du Québec à Montréal. Il y enseigne la sémiologie tardive, les théories du rapport entre le texte et l’image et les avant-gardes. Ses recherches portent présentement sur la « cinéfiction », concept qu’il a créé pour définir le rapport performatif de la littérature au cinéma.