Show Less
Restricted access

La variation modale dans les subordonnées à temps fini du français moderne

Approche syntaxique

Series:

Louis Lalaire

Pourquoi l'indicatif, pourquoi le subjonctif dans les subordonnées? Malgré de nombreuses études remarquables, le signifié global du subjonctif demeure une énigme. N'est-ce pas parce que certains paramètres ne sont pas pris en compte dans la variation modale? Cette étude, qui se donne pour assise théorique le Modèle du Gouvernement et du liage, prend en charge toutes les classes de subordonnées et accorde une place cruciale à la syntaxe. Si, généralement, une subordonnée est à l'indicatif ou au subjonctif selon le statut référentiel de son contenu propositionnel, c'est la constitution de son élément COMP (le subordonnant) et le sens de l'unité lexicale qui le gouverne ainsi que dans certaines conditions, la modalité de la phrase principale qui déterminent, le plus souvent, ce statut référentiel.
Il apparaît, plus précisément, que le non-gouvernement d'une enchâssée, que la saturation ou non de la position Spécifieur de l'élément COMP de cette enchâssée et la désinence verbale de la principale jouent un rôle décisif dans la variation modale. Il n'y a pas de subjonctifs «illogiques» et force est d'admettre que tous les subjonctifs n'ont pas les mêmes propriétés référentielles et syntaxiques.