Show Less
Restricted access

La «Chronique» de Sébastien Franck (1499-1542)

Vision de l’histoire et image de l’homme

Series:

Jean-Claude Colbus

Cet ouvrage met en évidence le rôle joué par l’histoire au début du XVI e siècle, grâce à une analyse détaillée du texte de la Chronique publié par Sébastien Franck en 1531. Interdite suite à une plainte d’Erasme, cette Chronique révèle l’importance de l’histoire non seulement comme support de sa quête de vérité mais aussi comme vecteur d’une autre vérité. Or, malgré cette importance manifeste, les travaux en langue française se contentent dans la plupart des cas d’analyses succinctes des passages les plus marquants de la Chronique et se fondent globalement sur les acquis de la recherche allemande considérés comme autant d’éléments intangibles. Après un aperçu biographique, une analyse des ouvrages publiés par Sébastien Franck avant la ChroniqueDiallage en 1528, Klagbrief en 1529 et Türkenchronik en 1530 – éclaire les raisons qui conduisent Franck à faire le choix de l’histoire. Une analyse des différentes préfaces qui rythment la Chronique, tout particulièrement la fameuse Préface de l’Aigle, révèle le sens du projet franckien: la Chronique est le pendant expérimental de la dimension spirituelle de la Bible. La révélation progressive du caractère subversif de cette démarche résulte des réponses apportées à deux questions: comment Franck se sert-il de ses textes référents, c’est-à-dire comment se fait l’intégration du savoir historique hérité du passé? Comment s’établit la relation historique d’un point de vue strictement formel? Les stratégies d’écriture et de ré-écriture – mises au jour grâce notamment à l’étude de l’influence de la fameuse Chronique de Hartmann Schedel publiée en 1493 – montrent comment, par restructuration et recomposition d’un ouvrage de référence, la compilation n’est pas simple copie, mais image réfléchie et reconstituante du monde.
Contenu: Chronique: pendant expérimental de la Bible – Conception de l’histoire – «Démarche historique» – Le portrait de l’humanité rejoint l’autoportrait de l’homme.