Chargement...

Discours et communication didactiques en FLE

de Abdelhadi Bellachhab (Éditeur de volume) Olga-Stefana Galatanu (Éditeur de volume) Rana Kandeel (Éditeur de volume)
Collections 300 Pages
Series: GRAMM-R, Volume 28

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • Sur l’auteur/l’éditeur
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Table des matières
  • Préface. Discours et communication didactiques en FLE
  • Première Partie Fondements Theoriques de L’analyse et de La Programmation de La Communication Didactique
  • Construction discursive et acquisition des significations linguistiques
  • Quelle transposition didactique pour les actes de langage ? Le cas de l’excuse
  • Activités métalinguistiques et pratiques métadiscursives en cours de licence de français
  • Deuxième Partie Discours Officiels, Discours D’enseignants, Discours D’apprenants, Pratiques Discursives et Interactions en FLE/FLS
  • Discours « officiels » et réalité du terrain. Représentations et usages du français à l’Université islamique du Liban
  • Master de FLE et plurilinguisme en Roumanie
  • Rôle des connaissances antérieures dans l’activité de mise en mots de texte explicatif en L2 en contexte plurilingue. Effet des interactions verbales
  • Troisième Partie Programmation et Programmes D’enseignement du FLE, FOS, FOU, Français de Spécialité, Français Professionnel
  • L’apport de la didactique des langues-cultures et de l’approche par la compétence argumentative à l’enseignement/apprentissage du droit français
  • Un programme FOS pour étudiants anglophones en génie à l’université libanaise. Analyse des discours pédagogiques universitaires et implications didactiques
  • Évaluation des acquis d’apprenants du français langue étrangère en module de Technique d’expression écrite et orale en 1re année universitaire
  • La formation linguistique des conseillers en télécommunication au Maroc. Le cas de la communication médiée par ordinateur
  • Quatrième Partie Réflexion et Programmes TIC D’enseignement et de Formation en FLE
  • Les TIC pour l’enseignement du FLE en Jordanie. Réflexion sur l’architecture du site Internet
  • Contextualisation du discours d’enseignement. Avantages d’un cours e-learning de français langue étrangère pour des débutants arabophones

| 9 →

Préface

Discours et communication didactiques en FLE

Olga GALATANU1, Abdelhadi BELLACHHAB2
et Rana KANDEEL3

Les liens entre l’enseignement des langues étrangères et les méthodes, stratégies et activités mises en œuvre en classe de langue française comme langue étrangère ou seconde, d’une part, et les développements de la linguistique théorique et descriptive, d’autre part, sont unanimement acceptés et affirmés pratiquement par toutes les approches en didactique, qu’il s’agisse d’approches orientées vers l’action, finalisées, voire prescriptives, ou d’approches visant à analyser les interactions, échanges et discours dans la communication en classe de langue, ou les fondements théoriques du processus d’enseignement-apprentissage.

Traditionnellement, on parle de la linguistique appliquée à la didactique des langues, les paradigmes de l’approche théorique en linguistique étant déterminants, avec ceux qui se développent en psycholinguistique, pour la conception et la performance de l’acte didactique. Cette démarche d’application des modèles linguistiques et des modèles d’acquisition à la mise en œuvre du modèle d’enseignement se situe aux trois niveaux de la pratique enseignante :

 au niveau de la programmation didactique, entendue comme l’élaboration du corpus de savoirs et savoir-faire à faire acquérir : le syllabus ;

 au niveau de la programmation méthodologique, entendue comme l’élaboration de méthodes, stratégies et techniques d’enseignement ;

 au niveau de la communication didactique, entendue comme l’ensemble d’échanges, verbaux et non verbaux en classe de langue étrangère.

L’histoire des « méthodologies de l’enseignement des langues » (voir Puren, 1988) et les nombreux ouvrages de synthèse et d’analyse de← 9 | 10 → l’interface linguistique-didactique (Galisson & Coste, 1976 ; Coste (dir.), 1994 ; Martinez, 1996 ; Cuq & Gruca, 2002 ; Cuq, 2004 ; Pescheux, 2007) font tous apparaître cette démarche d’investissement des résultats de la réflexion et de la recherche en linguistique dans la didactique des langues étrangères et secondes :

 investissement direct, par des « inflexions », voire des changements, voire même des bouleversements dans les programmes et les activités proposées, chaque approche nouvelle, liée à un nouveau paradigme en linguistique, chassant l’approche en cours, comme lors de l’apparition des méthodes structurales, des méthodes directes, des méthodes communicatives ;

 investissement dans l’analyse des concepts proposés en didactique (par exemple, la compétence de communication récupérée et redéfinie par les approches actionnelles du Cadre européen commun de référence pour les langues), ou dans la description de l’objet du processus d’enseignement-apprentissage.

Les débats autour de l’applicationnisme /versus/ implicationnisme en didactique des langues étrangères ou en didactologie des langues étrangères concernent également la formation des enseignants et des formateurs des enseignants dans ce domaine, sous les différentes formes que la formation initiale et la formation continue connaissent à travers le monde : des masters, des certificats, des stages, etc.

Dans la relativement récente perspective « praxéologique » de la « science action », proposée par Argyris et Schön (1974, 1978, 1996) et développée depuis en formation des adultes ou dans les travaux de didactique (voir, entre autres, Argyris, Putnam & Mclain Smith, 1985 ; Barbier, 1996 ; Galatanu, 1996, 2005 ; Galisson & Puren, 1999 ; Barbier & Galatanu, 2000, 2004 ; Pescheux, 2007), l’analyse et la théorisation des pratiques sociales, en l’occurrence des pratiques enseignantes, est la base même de la programmation de ces mêmes pratiques, à partir d’hypothèses d’action. Cette perspective intervertit en quelque sorte les deux pôles de l’interface linguistique-didactique des langues. La pratique enseignante, conçue comme une forme de communication, où prennent place des interactions verbales et non verbales, de même que les discours sur cette forme de communication deviennent le point de départ d’une discipline scientifique, que nous pouvons concevoir comme une « didactique analytique » et d’une discipline profes­sionnelle, que nous pouvons appeler « la didactique programmatique et évaluative », ou encore, ingénierie de l’enseignement.

L’analyse du discours et l’analyse des interactions verbales, très présentes dans les recherches en didactique du FLE/FLS, parce qu’elles offrent les outils pour rendre compte des pratiques enseignantes,← 10 | 11 → deviennent dans cette perspective également sources de programmation didactique et méthodologique, nourrissant la réflexion professionnelle des concepteurs de programmes, cursus et manuels et se nourrissant en retour des données qu’elles recueillent et analysent.

Nous avons souhaité réunir dans cet ouvrage des contributions qui illustrent :

 d’une part, l’intrication de la didactique analytique (analyse des pratiques discursives en classe de langue et en amont de ces pratiques, l’analyse des pratiques de programmation, en lien avec leurs fondements théoriques) et de la programmation pré-pédagogique même (didactique programmatique, voire prescriptive et évaluative, de l’ingénierie de l’enseignement et de la formation) ;

 et d’autre part, l’articulation de la recherche en linguistique théorique et appliquée à différents champs d’analyse (interactions verbales et actes de langage, par exemple, signification lexicale, grammaire) et de la recherche en didactique des langues étrangères et secondes.

Le volume, issu d’un colloque organisé conjointement par le Département des langues modernes de l’Université du Yarmouk- Jordanie, l’Institut de recherche et de formation en français langue étrangère – IRFFLE de l’Université de Nantes et le Laboratoire de recherche sur la construction discursive des représentations linguistiques et culturelles – CoDiRe – EA 4643, Université de Nantes, avec le soutien du Bureau Moyen-Orient de l’Agence universitaire de la francophonie – AUF et de l’Ambassade de France en Jordanie, réunit ainsi 12 articles que nous avons sélectionnés comme représentatifs de quatre thématiques :

 fondements théoriques de l’analyse et de la programmation d’une communication didactique visant en particulier l’acquisition des compétences sémantique et pragmatique (Première partie) ;

 discours officiels, discours d’enseignants, discours d’apprenants sur l’enseignement du FLE et pratiques discursives et interactions en classe de FLE/FLS (Deuxième partie) ;

 le processus de programmation et les programmes d’enseignement et de formation dans les domaines du FLE, FOS (français sur objectifs spécifiques), FOU (français sur objectifs universitaires), FP (français professionnel) (Troisième partie) ;

 réflexions et illustrations de programmes d’enseignement et la formation dans le domaine des TIC (Technologies de l’information et de la communication) (Quatrième partie).

Les trois articles qui forment la première section, Fondements théoriques de l’analyse et de la programmation de la communication ← 11 | 12 → didactique, posent et illustrent une articulation à double sens entre les recherches en linguistique théorique et appliquée et les recherches en didactique du FLE/FLS, le plus souvent finalisées par des programmes d’enseignement et de la formation, ou focalisées sur les interactions en classe de langue. Comme nous l’avons mentionné plus haut, les premières recherches offrent les outils théoriques et méthodologiques pour aborder la communication didactique et les discours et interactions qui y prennent place, les secondes nourrissent les interrogations et les réflexions des premières.

L’article d’Olga Galatanu, qui ouvre cette première partie de l’ouvrage interroge et illustre les liens entre la compétence sémantique et la compétence pragmatique, liens qui, selon l’auteur, méritent d’occuper une place centrale dans les approches communicationnelles et actionnelles, certes, mais également dans des démarches relevant d’approches plus traditionnelles de l’enseignement d’une langue étrangère. La communication en classe de langue étrangère et les interactions et discours qui y prennent place, sont aussi et surtout des espaces de contact des langues et des cultures, d’interface du linguistique et du culturel. L’hypothèse que reprend l’article à partir d’autres travaux de l’auteur et de l’équipe du CoDiRe EA 4643, est que la fluidité et la pertinence (ancrée culturellement) dans la performance des actes discursifs sont directement proportionnelles avec une compétence sémantique au niveau du potentiel discursif et argumentatif de la signification lexicale. Pour conforter cette hypothèse, l’article revisite d’abord un certain nombre de définitions des compétences présentes dans le champ de recherche de la didactique des langues et cultures et plus largement en sciences du langage, pour proposer ensuite deux définitions des compétences « argumentatives » : sémantique et pragmatique. Plusieurs recherches menées dans le cadre du programme portant sur l’acquisition des compétences argumentatives sémantique et pragmatique – CAPSA-lang du laboratoire CoDiRe (IRFFLE, Université de Nantes) sont évoquées pour illustrer cette approche théorique de l’interface sémantique-pragmatique, de leurs objets d’étude respectifs, la signification linguistique – le sens discursif, et de l’acquisition des compétences sémantique et pragmatique (dont la compétence culturelle).

L’article d’Abdelhadi Bellachhab interroge la démarche de transposition didactique de la théorie des actes de langage, s’appuyant sur une analyse très fouillée de la présentation de L’EXCUSE et de ses réalisations linguistiques dans Un niveau-seuil et dans 6 manuels de français langue étrangère. Il soulève ainsi le problème plus général du passage du savoir savant à un savoir « didactisé » et à un savoir explicatif énoncé en classe de langue. Son analyse porte seulement sur la transposition didactique externe et mène au constat que « l’approche communicative »← 12 | 13 → et la perspective actionnelle, en s’inspirant d’Un niveau-seuil dans leur présentation des actes de langage, trahissent parfois l’esprit même du savoir savant en l’adaptant au statut de « savoir à enseigner ». L’article ouvre ainsi une piste de recherche, par la question posée à la fin de la conclusion sur la transposition didactique interne : une recherche en intelligibilité des interactions verbales en classe de langue, au niveau des activités langagières d’échange et donc de performance de l’acte de langage, mais aussi et surtout au niveau des activités d’explicitation de ces actes. Nous pensons que la diversité des pratiques enseignantes permettrait d’approfondir à la fois la réflexion sur la programmation des actes et des tâches dans les approches actionnelles actuelles en FLE et nourrir la recherche en pragmatique et sémantique de l’interaction verbale4. L’article ouvre également des pistes de recherche dans le domaine d’une « pragmatique applicable », pour reprendre le concept développé par Van Raemdonck et Damar (Van Raemdonck, 2003 ; Damar, 2009).

Nedjma Cherrad élabore sa réflexion et sa recherche dans un contexte particulier par rapport aux approches communicatives et actionnelles qui mettent l’accent sur les activités de communication pour remplir des tâches : l’enseignement du français en Algérie, où le statut de cette langue n’est ni pleinement de langue étrangère, ni pleinement de langue seconde.

L’analyse des échanges que l’article propose se concentre sur les productions discursives en classe et elle fait apparaître un emploi particulier de la langue française sur « cette scène didactique » dans le contexte algérien à travers la présence de divers discours métalinguistiques. L’hypothèse de départ est que ce glissement de l’activité communicationnelle ou linguistique vers une activité métalinguistique est encore plus fort dans les cours de littérature probablement à cause de la richesse de l’activation du potentiel polysémique des significations lexicales.

Résumé des informations

Pages
300
ISBN (PDF)
9783035265316
ISBN (ePUB)
9783035298758
ISBN (MOBI)
9783035298741
ISBN (Livre)
9782875742544
Langue
Français
Date de parution
2015 (Mai)
Published
Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2015. 225 p., 17 graph., 18 tabl.

Notes biographiques

Abdelhadi Bellachhab (Éditeur de volume) Olga-Stefana Galatanu (Éditeur de volume) Rana Kandeel (Éditeur de volume)

Abdelhadi Bellachhab, docteur en sciences du langage de l’Université de Nantes, est maître de conférences HDR à l’Université de Nantes ; membre du laboratoire CoDiRe (EA4643). Olga Galatanu, docteur en linguistique française de l’Université de Bucarest, HDR en sciences du langage de l’Université Paris XIII et docteur honoris causa de l’Université de Turku (Finlande), est professeur en sciences du langage à l’Université de Nantes (CoDiRe). Rana Kandeel, docteur en sciences du langage de l’Université Stendhal, Grenoble 3, est professeur-assistant à l’Université du Yarmouk en Jordanie ; membre associé au laboratoire didactique des langues, des textes et des cultures de l’Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3.

Précédent

Titre: Discours et communication didactiques en FLE