Chargement...

Géront’innovations

Trajectoires d’innovation dans une économie vieillissante

de Blandine Laperche (Éditeur de volume)
©2016 Collections 278 Pages
Série: Business and Innovation, Volume 13

Résumé

Le vieillissement de la population est souvent associé aux maladies, à l’invalidité et à la dépendance qui pèsent sur les budgets publics : dépenses de santé, d’assistance et de soins. Dans cet ouvrage, les auteurs s’intéressent aux perspectives d’innovations et de croissance économique générées par l’évolution démographique. Les géront’innovations peuvent favoriser l’émergence d’une Silver Economie à la fois créatrice d’entreprises et d’emplois mais aussi socialement inclusive. Les auteurs analysent les trajectoires d’innovation qui associent produits, services, nouvelles organisations adaptées dans les domaines de la robotique, de l’alimentation, de la mobilité, de l’habitat, des services de soins, en France et dans d’autres pays comme le Japon et la Chine. Ils s’intéressent au potentiel et aux formes des processus d’innovation ainsi qu’aux atouts, enjeux et impacts liés à la diffusion des géront’innovations. Les défis actuels pourront être relevés par la création d’un écosystème favorable à l’innovation, associant la stimulation opérée par les politiques publiques, la formation des acteurs et l’esprit d’entreprise.

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • Sur l’auteur/l’éditeur
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Table des matières
  • Présentation générale. Vieillissement de population et trajectoires d’innovation
  • Première partie: Vieillissement de la population et potentiel d’innovation
  • Chapitre 1. La Silver économie et les géront’innovations en France. Un état des lieux
  • Chapitre 2. Entrepreneuriat innovant dans la robotique d’assistance
  • Chapitre 3. L’impact du vieillissement de la population sur l’innovation technologique dans le domaine de l’agroalimentaire
  • Chapitre 4. L’innovation technologique dans la Silver Mobilité
  • Chapitre 5. Geront’innovations and Silver Industry: The Emergence of a New Industrial filière in China
  • Deuxième partie: Diffusion des géront’innovations dans les économies vieillissantes
  • Chapitre 6. Les relations entre géront’innovations et services de soins aux personnes âgées
  • Chapitre 7. Les innovations responsables « en réseau » au service de la « Silver économie » : l’exemple des solutions domotiques pour les personnes âgées
  • Chapitre 8. Santé mentale et dépendance : la nécessaire formation des aidants
  • Chapitre 9. The Potential of Information Technology as a “Blue Zone” Innovation in Aging Societies to Extend Employment
  • Chapitre 10. The Misunderstood Challenge of User-oriented Technology Development within the Scope of Modern Societies
  • Postface. Géront’innovations et Silver économie en perspective
  • Présentation des auteurs
  • Business & Innovation
  • Series index

| 9 →

Présentation générale

Vieillissement de population et trajectoires d’innovation

Blandine LAPERCHE

CLERSE UMR 8019 CNRS, Université du Littoral Côte d’Opale Réseau de recherche sur l’innovation

Le vieillissement de la population s’accélère. Au sein des pays de l’OCDE, la part des plus de 65 ans dans la population totale est passée de 9 % à 15 % entre 1960 et 2010 et en 2050, elle devrait s’élever à près de 26 % de la population totale. La part des plus de 80 ans, qui représentait 1 % de la population en 1950, totalise 4 % en 2010 et devrait atteindre près de 10 % en 2050 (OCDE, 2009, 2011).

Les pays riches, anciennement industrialisés, sont particulièrement concernés par le vieillissement de leur population, comme le montre l’évolution de la part des plus de 65 ans dans la population totale (graphique 1). Le Japon arrive en tête des pays à population vieillissante (près de 40 % de sa population aura plus de 65 ans en 2050). En Europe, c’est l’Espagne qui connaîtra le vieillissement le plus important à l’horizon 2050 avec près de 36 % de plus de 65 ans. Elle est suivie de près par l’Italie, la Grèce, le Portugal et l’Allemagne. Ce vieillissement s’explique par un faisceau de facteurs incluant la politique de natalité, d’immigration mais aussi les inégalités sociales et économiques qui influent sur le taux de mortalité. La progression du vieillissement à l’échelle mondiale, si elle est bien réelle, est plus lente et les pays les plus jeunes (qui ont la part de la population âgée de 65 ans ou plus la plus faible) sont des pays à taux de natalité élevés comme le Mexique, l’Islande et la Turquie, ou des pays attirant beaucoup d’immigrants comme l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande. Tous connaîtront toutefois un vieillissement marqué de leur population dans les années qui viennent. On peut également noter le rapide vieillissement de la population chinoise, qui comptera près de 24 % de plus de 65 ans en 2050 contre 6,8 % en 2000.

En France, les plus de 60 ans représentent environ un quart de la population en 2015. Au premier janvier 2015, la France compte 18,4 % d’habitants de 65 ans ou plus ; c’est 0,5 point de plus qu’au 1er janvier ← 9 | 10 → 2014 et 2,1 points de plus qu’il y a dix ans. Entre 2005 et 2015, la part des personnes de 75 ans ou plus est passée de 8,0 % à 9,1 % (Insee, 2014). L’allongement de la durée de la vie et l’avancée en âge des générations du baby-boom sont les principaux facteurs de ce vieillissement. L’espérance de vie devrait quant à elle passer de 81 ans aujourd’hui à 86 ans à l’horizon 2050. En 2050, 22,3 millions de personnes seront âgées de 60 ans ou plus contre 12,6 millions en 2005, soit une hausse de 80 % en 45 ans. C’est entre 2006 et 2035 que cet accroissement devrait être le plus fort (de 12,8 à 20,9 millions), avec l’arrivée à ces âges des générations nombreuses issues du baby-boom, nées entre 1946 et 1975.

Graphique 1 : Part des plus de 65 ans dans la population totale dans une sélection de pays

Source : à partir de OCDE 2009

De nombreux travaux sur le vieillissement de la population concernent l’évolution du niveau de vie et du coût de la prise en charge des personnes âgées, le financement des systèmes de retraite, etc. Dans cet ouvrage, notre problématique se veut positive et s’interroge sur les impacts du vieillissement de la population sur l’activité économique en mettant en avant le potentiel d’innovations qu’il est à même de générer. L’innovation est perçue depuis l’analyse schumpetérienne comme un facteur de destruction (d’emplois, d’entreprises)… créatrice de plus encore d’activités et de richesses (RRI, 2014). Le vieillissement peut-il être un ← 10 | 11 → facteur d’innovations et la Silver Économie peut-elle être une « nouvelle économie », génératrice d’une croissance économique renouvelée ? Cette question, si elle a déjà été posée par exemple par P. Drucker (1985), ne fait l’objet que depuis peu de l’attention des chercheurs, en économie ou en management de l’innovation en particulier.

Constatant que les personnes âgées constituent un marché potentiellement important (au regard de leur pouvoir d’achat et de leur nombre), on peut considérer que le « silver market » ou le « graying market » a toutes les chances de devenir un marché d’avenir, source d’opportunités d’investissement pour les entrepreneurs innovants et pour les entreprises présentes dans de nombreux secteurs d’activités. La « Silver Économie » est ainsi définie non pas comme un secteur à part, mais comme un ensemble d’activités de production et de consommation transversal aux secteurs qui composent le système productif (Enste et al., 2008). La Silver Économie peut en effet être considérée comme un ensemble d’activités économiques orientées vers a) les sphères de production et de distribution de biens et de services correspondant aux besoins des personnes âgées et b) la préparation d’un champ de bien-être pour les plus jeunes catégories d’individus qui tôt ou tard entreront dans le processus de vieillissement.

En France, la Silver Économie est définie par le contrat de filière signé en décembre 2013 (ministère des Affaires sociales et de la Santé, 2013) comme un ensemble d’activités économiques et industrielles qui bénéficient aux seniors, en termes de participation sociale accrue, d’amélioration de la qualité et du confort de vie, de recul de la perte d’autonomie, et d’une augmentation de l’espérance de vie. Cette nouvelle filière est également destinée à être une opportunité économique et industrielle qui doit se traduire par des créations d’entreprises et d’emplois nouveaux. Onze secteurs clés sont identifiés comme étant au cœur de cette filière (encadré 1).

Nous nous intéressons particulièrement aux conséquences du vieillissement de la population sur l’offre et en particulier sur les trajectoires d’innovation des entreprises. Un certain nombre de travaux se sont développés au cours des dernières décennies sur les développements technologiques destinés à répondre aux besoins des personnes âgées dépendantes. Réalisés par des ingénieurs, des sociologues, les historiens des sciences et des techniques, ils mettent surtout l’accent sur les conditions d’usage et d’acceptation de ces technologies par les personnes âgées dépendantes (voir par exemple le récent numéro spécial de la revue Technological Forecasting and Social Change n° 93, 2015, qui retrace les résultats récents de la recherche dans le domaine Science-Technique-Société – STS).

Dans cet ouvrage, nous étudions les caractéristiques de l’offre des entreprises, qui est peu étudiée, comme le soulignent les rares auteurs travaillant sur cet angle spécifique de la question du vieillissement : « la recherche à l’intersection de l’entrepreneuriat, du management de l’innovation et du vieillissement de la population reste largement inexplorée » (Kolbacher et al., 2015). Nous cherchons à identifier les technologies potentiellement impliquées dans cette offre et les innovations qui s’y rattachent. L’innovation est généralement définie comme étant l’introduction sur le marché (ou dans la production) de nouveaux produits, procédés, mais aussi de nouvelles méthodes commerciales et organisationnelles (Schumpeter, 1911 ; OCDE, 2005). Les innovations destinées à répondre aux besoins de personnes âgées dépendantes sont-elles uniquement technologiques ? C’est ce que pourrait laisser croire le concept de « gérontechnologies » généralement utilisé pour les décrire.

Les différents travaux présentés dans cet ouvrage montrent que les innovations destinées à satisfaire les besoins de personnes âgées s’appuient en effet sur des technologies variées : les technologies de l’information et de la communication, la robotique, mais aussi les NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, intelligence artificielle, sciences ← 12 | 13 → cognitives) connaissent actuellement des développements féconds issus en particulier de leur fertilisation croisée. Les innovations ont lieu dans de nombreux domaines (habitat, mobilité, sécurité, santé et alimentation, travail et loisirs, etc.) et prennent des formes matérielles (nouveaux produits et procédés) ou plus immatérielles (nouveaux services, nouvelles organisations et méthodes de commercialisation).

L’identification des technologies développées pour porter assistance et accroître le bien-être des personnes âgées fragiles et dépendantes nous a amenés à mettre en avant des formes d’innovations beaucoup plus larges que la simple introduction de nouveaux produits et procédés technologiques sur les marchés et dans les processus de production. Les différents chapitres de cet ouvrage aboutissent à la proposition d’une nouvelle manière de conceptualiser les innovations (mais aussi le processus d’innovation qui les génère) dédiées à cette catégorie de la population. La gérontechnologie, qui à l’origine est une discipline scientifique, constitue la base scientifique et technique des gérontechnologies, ici considérées comme étant les technologies clés (technologies de l’information et de la communication, domotique, robotique, NBIC : nanotechnologies, biotechnologies, intelligence artificielle, sciences cognitives) sur lesquelles s’appuient les géront’innovations.

En adaptant la définition de l’innovation de l’OCDE (Manuel d’Oslo, OCDE, 2005), nous définissons les géront’innovations comme la diffusion d’un produit (bien ou service ou une combinaison de ceux-ci) ou la mise en œuvre d’un procédé nouveau ou sensiblement amélioré, d’une nouvelle méthode de commercialisation ou d’une nouvelle méthode organisationnelle au profit des personnes âgées fragiles ou dépendantes.

Pour autant, la naissance et la consolidation de nouvelles trajectoires d’innovation dépendent d’un grand nombre de facteurs liés à l’offre (structure des marchés, incitation à l’investissement et à la création d’entreprises, performance technologique et interopérabilité) et à la demande (soutien à la consommation, facilité d’usage, utilité perçue, effet de mode) et de multiples blocages et verrous freinent souvent le développement et la diffusion des géront’innovations. Les auteurs des différents chapitres de cet ouvrage ont également cherché à les identifier et à les caractériser en fonction des secteurs ou domaines étudiés. Il en découle que le développement de la Silver Économie, en tant que nouvelle filière industrielle à même de générer croissance et emploi, dépend de la levée de ces barrières afin que les geront’innovations soient considérées comme un nouveau paradigme de R&D pour les entreprises et les institutions publiques et parapubliques.

Une grande partie des chapitres de cet ouvrage est issue de la recherche menée par les membres du Réseau de Recherche sur l’Innovation dans le ← 13 | 14 → cadre du programme « Veillissement de la population et innovation » soutenu par la Chaire Transitions Démographiques Transitions Économiques. Le terrain d’analyse principal est donc celui de la France. Cependant, plusieurs des chapitres apportent des éclairages sur des problématiques proches (comme la question de la formation des aidants et celle de la participation des personnes âgées au processus d’innovation) et sur d’autres pays, comme le Japon et la Chine, pour lesquels la question du vieillissement se pose avec une grande acuité. Le Japon parce qu’il connaît le vieillissement le plus marqué de sa population au monde ; la Chine parce que la progression de la population âgée dans le total de la population est l’une des plus rapides au monde.

L’ouvrage est composé de deux parties. Dans la première partie, les auteurs s’intéressent au potentiel d’innovation que représente le vieillissement de la population, en fixant leur attention sur les caractéristiques de la filière de la Silver Économie dans différents pays ou dans des domaines technologiques ou sectoriels.

Résumé des informations

Pages
278
Année
2016
ISBN (PDF)
9783035266122
ISBN (ePUB)
9783035297232
ISBN (MOBI)
9783035297225
ISBN (Broché)
9782875743374
DOI
10.3726/978-3-0352-6612-2
Langue
Français
Date de parution
2016 (Avril)
Mots clés
silver economie Geront'innovations Organisations
Published
Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2016. 278 p., 9 graph., 12 ill., 15 tabl.

Notes biographiques

Blandine Laperche (Éditeur de volume)

Blandine Laperche est enseignante chercheure habilitée à diriger des recherches en sciences économiques à l’Université du Littoral Côte d’Opale, elle est également membre du CLERSE (Centre Lillois d’études et de recherches en sociologie et en économie, CNRS UMR 8019) et vice-présidente du Réseau de Recherche sur l’Innovation. Elle est rédactrice en chef de la revue Innovations. Ses enseignements et travaux portent sur l’économie de l’innovation et de la firme.

Précédent

Titre: Géront’innovations