Chargement...

Les Bucoliques de Théocrite

Construction et déconstruction d’un Recueil

de Alain Blanchard (Auteur)
©2020 Monographies VIII, 172 Pages
Série: Sapheneia, Volume 21

Résumé

Les dix idylles bucoliques de Théocrite que la tradition manuscrite place, comme embléma-tiques, en tête de son œuvre, mais dans un certain désordre, constituaient-elles, à l’origine, un recueil organisé ? On en a douté à l’époque moderne. Mais des recherches récentes (Jean Irigoin, Claude Meillier et l’auteur lui-même) permettent d’être plus optimiste. Le livre présenté ici s’appuie en particulier sur la découverte que l’Idylle IX, considérée jusque-là par la majorité des savants comme apocryphe, confirme en fait l’authenticité de l’ensemble des dix idylles bucoliques de Théocrite et code même les grandes proportions du Recueil. L’étude des structures numériques permet alors de reconstituer avec sûreté l’organisation de celui-ci, conduisant ainsi à une analyse littéraire plus exacte et à une édition du texte grec plus respectueuse de la tradition manuscrite.

Table des matières

  • Cover
  • Title
  • Copyright
  • À propos de l’auteur
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Table des matières
  • Préface
  • Première partie : Préliminaires
  • Chapitre I Une révolution critique
  • Chapitre II Le procès en authenticité des Idylles VIII et IX
  • Chapitre III Le mystère de l’Idylle IX
  • Deuxième partie : Reconstruction du Recueil
  • Chapitre 1 Un itinéraire de reconstruction
  • Orientations de départ (première et deuxième étapes de l’itinéraire)
  • Un schéma classique (étapes 3 à 7)
  • L’originalité du Recueil de Théocrite (huitième et dernière étape)
  • Chapitre II L’architecture secrète des Bucoliques de Théocrite
  • Chapitre III La double mort du poète Théocrite
  • Troisième partie : Théocrite : les dix Idylles bucoliques dans l’ordre. Texte et traduction
  • Avertissement
  • Idylle 1 (III) Le mal aimé (Sérénade de chevrier)
  • Idylle 2 (I) Le mal aimant (Les souffrances de Daphnis)
  • Idylle 3 (V) Concours de chant (Berger contre chevrier)
  • Idylle 4 (VII) La Muse aux champs (Les Thalysies)
  • Idylle 5 (XI) Le souverain remède (Le Cyclope)
  • Idylle 6 (X) La Muse aux champs (Les moissonneurs)
  • Idylle 7 (VIII) Concours de chant (Daphnis et Ménalcasenfants)
  • Idylle 8 (VI) Le mal aimant (La vengeance de Polyphème)
  • Idylle 9 (IV) Le mal aimé (Les souvenirs de Battos)
  • Idylle 10 (IX) Le bonheur bucolique (Dédié à Daphnis)
  • Bibliographie
  • Index
  • Titres de la collection

cover

Information bibliographique publiée par « Die Deutsche Nationalbibliothek »
« Die Deutsche Nationalbibliothek » répertorie cette publication dans la
« Deutsche Nationalbibliografie » ; les données bibliographiques détaillées
sont disponibles sur Internet sous ‹
http://dnb.d-nb.de›.

À propos de l’auteur

Alain Blanchard a été directeur de l’Institut de Papyrologie de la Sorbonne de 1984 à 2006. C’est un spécialiste du poète comique Ménandre, redécouvert depuis plus d’un siècle grâce aux papyrus. Initié à l’étude des structures numériques par Jean Irigoin, il s’est particulièrement intéressé à Théocrite.

À propos du livre

Les dix idylles bucoliques de Théocrite que la tradition manuscrite place, comme emblématiques, en tête de son oeuvre, mais dans un certain désordre, constituaient-elles, à l’origine, un recueil organisé ? On en a douté à l’époque moderne. Mais des recherches récentes (Jean Irigoin, Claude Meillier et l’auteur lui-même) permettent d’être plus optimiste. Le livre présenté ici s’appuie en particulier sur la découverte que l’Idylle IX, considérée jusque-là par la majorité des savants comme apocryphe, confirme en fait l’authenticité de l’ensemble des dix idylles bucoliques de Théocrite et code même les grandes proportions du Recueil. L’étude des structures numériques permet alors de reconstituer avec sûreté l’organisation de celui-ci, conduisant ainsi à une analyse littéraire plus exacte et à une édition du texte grec plus respectueuse de la tradition manuscrite.a

Pour référencer cet eBook

Afin de permettre le référencement du contenu de cet eBook, le début et la fin des pages correspondant à la version imprimée sont clairement marqués dans le fichier. Ces indications de changement de page sont placées à l’endroit exact où il y a un saut de page dans le livre ; un mot peut donc éventuellement être coupé.

←0 | 1→

Préface

Dans le domaine de l’architecture grecque antique (par exemple le Parthénon), on ne met pas en doute l’existence de symétries et de proportions : tout est affaire de nombre comme le montrent les multiples mesures qui ont été faites par les archéologues1, et l’on a en Vitruve2 un bon garant, même si l’écrivain n’est pas toujours très clair3. Il en va tout autrement quand il s’agit de poésie. Certes l’on admet que les poètes grecs peuvent se donner des contraintes quand ils écrivent : le système strophe-antistrophe-épode dans les Odes de Pindare est là pour le rappeler, ou simplement le système des strophes chez d’autres poètes. Tout cela est affaire de métrique et il serait dangereux de ne pas en respecter les lois. Mais une fois la métrique reconnue et en dehors des systèmes strophiques, il a paru difficile que le nombre puisse encore jouer un rôle. En dépit de Pythagore et de Platon, l’idée même de « structures numériques » a été la plupart du temps violemment rejetée.

Cependant, elle m’a paru s’imposer dans le cas des Idylles bucoliques de Théocrite, le point de départ étant la découverte de l’architecture secrète des Bucoliques de Virgile par Paul Maury4. Dans une communication prononcée au colloque « Philosophie et création esthétique » organisé par J. Dion à l’Université de Nancy II les 13 et 14 mai 2004, communication intitulée « Le recueil des ←1 | 2→Idylles Bucoliques de Théocrite : Un itinéraire de reconstruction » et qu’on retrouvera ici, presque intégralement5, comme chapitre I de la deuxième partie, j’ai pensé pouvoir retrouver, à partir des structures numériques, l’ordre perdu des dix bucoliques de Théocrite, et j’en ai fait paraître les conséquences proprement littéraires dans le bagb de 2006, p. 100–118, article intitulé « L’architecture secrète des Bucoliques de Théocrite » (ici chapitre II de la deuxième partie). J’en ai eu peu de retour et j’ai vite compris que le terrain était miné, essentiellement en raison de la croyance que les Id. VIII et surtout IX n’étaient pas authentiques, d’où, ici, la présentation d’une première partie consacrée à des préliminaires : présentation des principaux arguments de L.C. Valckenaer, initiateur, au xviiie siècle, de cette croyance (chapitre I), description de l’emballement critique qui s’en est ensuivi (chapitre II, repris en grande partie de l’article intitulé : « Le procès en authenticité des Idylles VIII et IX de Théocrite : critique et hypercritique », paru dans P. Hummel et F. Gabriel (dir.), Vérité(s) philologique(s). Études sur les notions de vérité et de fausseté en matière de philologie, Paris, 2008, p. 35–53), enfin appel à un fait nouveau, non remarqué, pour clore le débat (chapitre III, reprise en grande partie de la communication « Le mystère de l’Idylle IX de Théocrite », parue dans Ch. Cusset, Ch. Kossaifi, R. Poignault (éd.), Présence de Théocrite, Clermont-Ferrand, 2017, p. 131–135). Des considérations historiques, empruntées en partie à la Postface de mon édition et traduction du Recueil des Idylles bucoliques de Théocrite publiées en 2010 chez l’Harmattan, et pour l’essentiel à l’article intitulé « La double mort de Théocrite » paru dans Lucida Intervalla 41, 2012, p. 59–73 (ici deuxième partie, chapitre III), ont conforté les résultats obtenus antérieurement. La reprise de l’édition et traduction de l’Harmattan elles-mêmes, après plusieurs corrections, constitue la troisième et dernière partie et permet de faire les vérifications souhaitables. Tous les articles ont été revus, ←2 | 3→enrichis et souvent modifiés pour une parfaite intégration dans leur nouveau contexte.

Personne ne contestera l’importance du phénomène littéraire que serait l’apparition pour nous d’un recueil ordonné de poèmes bucoliques voulu par Théocrite. J’espère que ce livre lèvera les derniers doutes sur sa possibilité.

←3 |
 4→

1 On relève parfois une légère différence entre le projet idéal de l’architecte et sa réalisation sur le terrain, cf., par exemple, Dentzer-Feydy 1995. Ce problème n’aurait pas lieu d’être dans le cas de textes poétiques si la tradition manuscrite était parfaite.

2 Vitruve, De Architectura. Voir Gros 1989.

Résumé des informations

Pages
VIII, 172
Année
2020
ISBN (PDF)
9783034339926
ISBN (ePUB)
9783034340526
ISBN (MOBI)
9783034340533
ISBN (Relié)
9783034339827
DOI
10.3726/b16602
Langue
Français
Date de parution
2020 (Août)
Published
Bern, Berlin, Bruxelles, New York, Oxford, Warszawa, Wien, 2020. VIII, 172 p., 4 ill. n/b, 1 tabl.

Notes biographiques

Alain Blanchard (Auteur)

Alain Blanchard a été directeur de l’Institut de Papyrologie de la Sorbonne de 1984 à 2006. C’est un spécialiste du poète comique Ménandre, redécouvert depuis plus d’un siècle grâce aux papyrus. Initié à l’étude des structures numériques par Jean Irigoin, il s’est particu-lièrement intéressé à Théocrite.

Précédent

Titre: Les Bucoliques de Théocrite