Chargement...

L’hebdomadaire <i>Die Zukunft<i> (1938-40) et ses auteurs (1899-1979) : Penser l’Europe et le monde au XXe siècle

de Annette Grohmann-Nogarède (Auteur)
Thèses 756 Pages

Table des matières


The magazine Die Zukunft (1938–1940) and its authors (1899–1979) : Political concepts for Europe and the world in the 20th century

Die Zukunft was a publication of antifascist émigrés in Paris which came out in 83 issues between 1938 and 1940, among them some special bilingual editions : « England-Germany » (« England-Deutschland »), « Sweden-Germany » (« Schweden-Deutschland ») or « France-Germany » (« Frankreich-Deutschland »). The magazine was created by a former key figure of the Comintern, Willi Münzenberg, after his breakoff with stalinism in 1938.

It allows to discover an impressive transnational network of 332 authors from 25 countries and distinguishes itself by the implication of well-known intellectuals and politicians, such as Heinrich, Thomas, Klaus and Erika Mann, Alfred Döblin, Lion Feuchtwanger, H.G. Wells, Aldous Huxley, Harold Macmillan, Clement Attlee, Édouard Daladier or Édouard Herriot. Even Jawaharlal Nehru participates in the debate about the future of the colonial empires, an important issue for the Zukunft.

This can be explained by the fact that the magazine did not restrain itself to a platform of information for German-speaking émigrés in Paris, but aimed at a wide discussion about a new order for Germany, Europe and the world after Hitler’s downfall, as it is expressed in its title (Die Zukunft means The Future). This order should follow keynesian economics and establish a welfare state, integrate Germany into the Western world and a European federation, and safeguard peace on an international level. The colonial empires should be transformed into equal partnerships. The role of German emigration in all this projects comes out clearly from the analysis of the Zukunft articles.

The magazine was also a tribune for one of the last French-German reconciliation networks in the interwar period, the « French-German Union » (« Deutsch-französische Union »), which was completed by a sister organisation in the United Kingdom, the « Federal Fellowships ».It represents a confluence of two elder networks: the international pacifist movements and the associations created by Willi Münzenberg for the Comintern. But it integrates other personalities from outside these two networks, too, like Tory politicians, Socialists, Christian democrats or even French and German nationalists. The variety of political movements represented in the same publication is outstanding in a historical perspective.

The different groups of Die Zukunft authors have played important roles before and after its publication in Western intellectual and political life. They took part in the principal political and economical orientations of the postwar period.

←15 | 16→

That is why the debates in the Zukunft are replaced in a wider historical context, from 1899 and the first networks created by the future authors of the magazine (the Christian network Sillon and the first pacifist movements) until 1979 and the first direct elections of the European Parliament, which signifies the success of the European idea outlined in the Zukunft. The Zukunft author Louise Weiss, the chairman of the Parliament by seniority, made a very moving speech at this occasion.

The aim of this study is to understand in how far the Zukunft reflects the role of the « engaged intellectual » in the big political and economic orientations of the 20th century, and by which means the actions of its authors have contributed to create Europe and the world as we know them today.

Keywords : Pacifism, Christian Democrates, Comintern, Nazism, Totalitarianism, exile, intellectuals, 1930s, interwar period, Molotov-Ribbentrop Pact, World War II, Franco-German relations, European construction, United Nations, transnational network, Cold War

Die Zeitschrift Die Zukunft (1938–1940) und ihre Autoren (1899–1979) : Politische Konzepte für Europa und die Welt im 20. Jahrhundert

Einleitung

Die Zukunft war eine Zeitschrift der deutschsprachigen antifaschistischen Emigration, die von 1938 bis 1940 in Paris herausgegeben wurde. Sie erschien in insgesamt 83 Ausgaben, darunter mehreren zweisprachigen Sondernummern : « Frankreich-Deutschland », « England-Deutschland » und « Schweden-Deutschland ». Ihr Gründer war der frühere Propagandachef der Komintern für die westliche Welt, Willi Münzenberg, nach seinem Bruch mit dem Stalinismus. Sie versammelte ein beeindruckendes transnationales Netzwerk von 332 Autoren aus 25 Ländern, darunter viele bekannte Intellektuelle und Politiker, unter anderem Heinrich, Thomas, Klaus und Erika Mann, Stefan Zweig, Franz Werfel, Alfred Döblin, Lion Feuchtwanger, H.G. Wells, Aldous Huxley, Harold Macmillan, Clement Attlee, Edouard Herriot, Raymond Aron, François Mauriac und Georges Duhamel. Sogar Jawaharlal Nehru beteiligte sich an der Debatte über Die Zukunft der Kolonialreiche in den Seiten dieser Wochenschrift.

Denn Die Zukunft – wie schon ihr Titel zeigt - begnügte sich nicht mit der Rolle einer « Emigrantenzeitschrift », sie wollte vor allem Ideen zur zukünftigen deutschen, europäischen und internationalen Ordnung nach Hitlers Sturz entwickeln. Diese lassen sich unter folgenden Stichworten zusammenfassen : Keynesianismus, Wohlfahrtsstaat, Westorientierung Deutschlands, Europäische Föderation, internationale Friedenssicherung, Ende der Kolonialreiche. Die Rolle des deutschsprachigen Exils als wichtiger Impulsgeber für diese Ideen wird aus der Zukunft ersichtlich.

Sie war auch das Forum für eines der letzten deutsch-französischen Verständigungsnetzwerke der Zwischenkriegszeit, der « Deutsch-Französischen Union » (DFU), die durch eine Schwesterorganisation in Groβbritannien (die « Federal Fellowships ») ergänzt wurde.

In der Zeitschrift vereinigten sich zwei wichtige Strömungen der vorhergehenden Jahrzehnte : die pazifistischen Bewegungen und die internationalen Vereinigungen, die Münzenberg im Auftrag der Komintern gegründet hatte. Dazu kamen sozialistische und christdemokratische Gruppen, britische Konservative, Nationalisten und sogar ehemalige Anhänger des österreichischen « Ständestaates ». Diese extreme Vielfalt der politischen Strömungen unterscheidet die Zeitschrift stark von anderen Publikationen des Exils.

Nach ihrem Ende übernahmen sowohl die westeuropäischen Autoren als auch die deutschsprachigen Emigranten (von denen 40 % nach 1945 remigierten) ←17 | 18→wichtige Positionen im politischen, wirtschaftlichen und kulturellen Leben Europas und der Vereinigten Staaten ein. Sie konnten dank ihres Einflusses die u.a. in der Zukunft formulierten Ideen und Überzeugungen in der Praxis erproben und durchsetzen.

Die Analyse der Zeitschrift reicht daher von der Gründung der ältesten darin vertretenen Bewegung, des christdemokratischen Sillon in Frankreich 1899, bis zu der bewegenden Rede, die die ehemalige Zukunft-Autorin Louise Weiss 1979 anläβlich der Eröffnung des ersten direkt gewählten Europäischen Parlaments hielt. Unser Ziel ist zu zeigen, inwiefern Die Zukunft und ihre Autoren das Engagement der Intellektuellen im 20. Jahrhundert widerspiegeln, und in welcher Hinsicht deren Denken und Handeln das heutige Europa und die internationale Ordnung geprägt haben.

Schlüsselbegriffe: Pazifismus, Christdemokratie, Komintern, Nationalsozialismus, Totalitarismus, Exil, Intellektuelle, Zwischenkriegszeit, Hitler-Stalin-Pakt, Zweiter Weltkrieg, Deutsch-französische Beziehungen, Europäische Integration, UNO, Transnationales Netzwerk, Kalter Krieg

GLOSSAIRE

ACUE

American Committee on United Europe

AFG

Association of Free Germans

ARA

American Relief Administration

BNV

Bund Neues Vaterland

CCF

Congress of Cultural Freedom

CDG

Council for a Democratic Germany

CDU

Christlich-Demokratische Union

CED

Communauté européenne de la défense

CEE

Communauté économique européenne

CFA

Comité franco-allemand

CFDT

Confédération française démocratique du travail

CFTC

Confédération française des travailleurs chrétiens

CGI

Commissariat général à l’information

CGT

Confédération générale du travail

CIA

Central Intelligence Agency

CNE

Comité national des écrivains

DDP

Deutsche Demokratische Partei

DFG

Deutsch-französische Gesellschaft

DFU

Deutsch-französische Union

DLM

Deutsche Liga für Menschenrechte

DNVP

Deutschnationale Volkspartei

DVP

Deutsche Volkspartei

ENS

École normale supérieure

ERC

Emergency Rescue Committee

FBI

Federal Bureau of Investigation

GLD

German Labour Delegation

GPRF

Gouvernement provisoire de la République française

ISK

Internationaler Sozialistischer Kampfbund

ITF

International Transport Workers’Federation

JR

Jeune République

KPD

Kommunistische Partei Deutschlands

LAI

Ligue anti-impérialiste

LDH

Ligue des Droits de l’Homme

LNU

League of Nations Union

LSE

London School of Economics

MI5

Military Intelligence Service

MI6

Secret Intelligence Service

MRP

Mouvement républicain populaire

MSEUE

Mouvement socialiste pour les Etats-Unis d’Europe

NCS

New Commonwealth Society←19 | 20→

NEI

Nouvelles équipes internationales

NEP

Nouvelle politique économique

NSDAP

Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei

OECE

Organisation européenne de coopération économique

ONU

Organisation des Nations Unies

OSS

Office of Strategic Services

OTAN

Organisation du traité Atlantique Nord

OWI

Office of War Information

PCF

Parti communiste français

PEN

Association internationale des écrivains

PDP

Parti démocrate populaire

PWA

Public Works Administration

RDA

République démocratique d’Allemagne

RFA

République fédérale d’Allemagne

RUP

Rassemblement universel pour la paix

SAPD

Sozialistische Arbeiterpartei Deutschlands

SDN

Société des nations

SED

Sozialistische Einheitspartei Deutschlands

SFIO

Section française de l’Internationale ouvrière

SOE

Special Operations Executive

SOI

Secours ouvrier international

SOPADE

Sozialdemokratische Partei im Exil (jusqu’en 1940)

SPD

Sozialdemokratische Partei Deutschlands

TUC

Trade Union Congress

UDC

Union for Democratic Control

UEF

Union européenne des fédéralistes

UEM

United Europe Movement

UEO

Union de l’Europe occidentale

UFA

Union franco-allemande

URSS

Union des Républiques socialistes soviétiques

USA

United States of America

USPD

Unabhängige Sozialdemokratische Partei Deutschlands

WIPOG

Wirtschaftspolitische Gesellschaft von 1947

Introduction

« Nous devons formuler la revendication suivante : Pas de Quatrième Reich ! Mais une Allemagne fédérale au sein des Etats-Unis d’Europe ! »

Anna Siemsen, La Grande Allemagne ou une fédération ? Die Zukunft, 21 octobre 1938

« La base du mouvement national indien est son antiimpérialisme et sa foi en la démocratie et la liberté (…) La paix et la liberté des peuples ne peuvent être réalisées par le fascisme et l’impérialisme ».

Pandit Jawaharlal Nehru, L’Inde parle au peuple allemand. Die Zukunft, 4 novembre 1938

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, la France est l’un des derniers pays démocratiques en Europe, et elle accueille un grand nombre de réfugiés issus du reste du continent, en proie à des dictatures ou des régimes totalitaires. D’abord les Russes « blancs », opposants de la Révolution d’Octobre, puis les Italiens antifascistes qui quittent le pays entre 1922 et 1925. Enfin, la prise de pouvoir d’Hitler en Allemagne contraint les opposants politiques et la population juive à s’exiler, au moins pour ceux qui en ont les moyens et la possibilité. A la fin des années 1930, avec l’annexion de l’Autriche, les accords de Munich et le démembrement de la Tchécoslovaquie, un grand nombre d’opposants au nazisme de l’Europe centrale rejoint les réseaux des exilés à Paris.

Des études de cette période citent des chiffres allant jusqu’à trois millions d’étrangers présents en France1, dont la plus grande partie s’installe légalement ou illégalement à Paris. Les réactions face à cette vague migratoire constituent une sorte de miroir décalé dans le temps de nos discussions actuelles face à la crise des réfugiés depuis 2015. Elles vont d’un rejet complet jusqu’à un soutien inconditionnel aux immigrés, considérés comme un enrichissement au niveau démographique et culturel. Mais l’hostilité d’une grande partie de la population française vis-à-vis des réfugiés amène le gouvernement Daladier à durcir sa politique, du décret-loi du 2 mai 1938 créant le délit d’« entrée irrégulière et clandestine en France », jusqu’à l’internement des réfugiés républicains espagnols et des émigrés antifascistes germanophones en 1939, matérialisé par l’ordonnance du 17 septembre 1939 concernant « les ressortissants des territoires appartenant à l’ennemi ».

←21 | 22→

En même temps, Paris devient une capitale étrangement cosmopolite, avec un taux de population immigrée nettement plus élevé qu’aujourd’hui, dont beaucoup de clandestins2. Et malgré le contexte tendu de la période, entre les accords de Munich et le début de la Seconde Guerre mondiale, la diversité culturelle fleurit dans la capitale française. Des centaines de titres de presse paraissent en plusieurs langues, dont 134 publications germanophones3, en dépit des restrictions qui pèsent sur les étrangers en matière d’engagement politique. Cette richesse au niveau des publications témoigne de la valeur intellectuelle des immigrés, mais aussi d’une solidarité de fait d’une grande partie des intellectuels ou hommes politiques français, qui va à l’encontre de la politique officielle de plus en plus restrictive.

Le dernier-né de ces publications de l’exil en France paraît en octobre 1938. Il s’agit d’un hebdomadaire qui affiche un titre d’un optimisme presque insolent : Die Zukunft : Ein neues Deutschland : Ein neues Europa ! – L’Avenir : Une nouvelle Allemagne : une nouvelle Europe !

Pour renforcer encore ce message d’espoir, le bas de la page des Unes arbore le slogan : Der Hitlerkrieg ist Deutschlands Untergang – Hitlers Sturz wird des deutschen Volkes Rettung sein. (La guerre d’Hitler est la fin de l’Allemagne – La chute d’Hitler sauvera le peuple allemand).

Cette revue, d’une qualité inhabituelle au niveau de l’impression et du contenu4, voit le jour en réaction aux accords de Munich et paraît en 81 numéros du 12 octobre 1938 au 3 mai 1940. Elle a pour buts principaux d’établir une base politique maximale pour l’opposition antihitlérienne et de mettre en garde les gouvernements occidentaux, acquis à la politique d’appeasement, contre la politique expansionniste d’Hitler. Pendant les 19 mois de son existence, elle met à contribution 331 auteurs originaires de 25 pays. Nous connaissons, de nos jours, un réseau international de ce type, qui arrive à connecter une grande quantité de personnes, sans égard à l’origine ou à l’opinion : il s’appelle Internet.

Mais comment une publication comme le Zukunft arrive-t-elle à mobiliser une telle quantité de personnes, dont des intellectuels et hommes politiques de premier rang, à la veille et au début de la Seconde Guerre mondiale, dans un contexte qui ne se prête guère à des échanges, et de surcroît autour d’un projet visant un « avenir » plus qu’hypothétique ?

Un début d’explication réside en la personnalité de son créateur, l’un des principaux adversaires de Joseph Goebbels et l’ancien « homme fort » de la propagande ←22 | 23→du Komintern depuis 1919 : Willi Münzenberg, qui rompt avec le stalinisme en 1938. Il fédère des réfugiés de plusieurs nationalités autour de son projet, ce qui constitue déjà un exploit en soi, car les différentes communautés restent souvent séparées et créent leurs propres titres.

Mais peut-on parler pour autant d’une « publication de l’exil » au sens étroit du terme ? Il faut probablement nuancer ce jugement, compte tenu du ralliement d’un grand nombre d’intellectuels européens et américains à ce projet en l’espace de quelques mois seulement. Car les auteurs du Zukunft sont aussi de redoutables networkers, comme on le dirait aujourd’hui, et établissent un réseau d’associations et de contacts informels autour de la publication. Leurs activités antérieures leur avaient procuré des contacts dans le monde entier, mais aussi une proximité avérée avec les gouvernements et services secrets occidentaux, qui utilisent le Zukunft comme outil de contre-propagande face au régime nazi. Il s’agit donc d’un réseau transnational de grande envergure, et les auteurs émigrés doivent être considérés comme des acteurs à part entière de ce réseau, qui dépasse leur situation particulière de l’exil.

La colonne vertébrale de l’hebdomadaire réside dans une étroite coopération franco-allemande, matérialisée par la création de l’UFA (« Union franco-allemande »/« Deutsch-Französische Union »), portée par des intellectuels de premier rang. Elle est complétée par une organisation-sœur en Grande-Bretagne (les Federal Fellowships) et des réseaux dans d’autres pays du monde (encore) libres. L’hebdomadaire représente ainsi une tribune de discussion internationale dans le « minuit du siècle » (Victor Serge), dont les auteurs partagent un certain nombre de valeurs malgré des idées et opinions différentes. Grâce à cette diversité, Die Zukunft occupe une position particulière dans le paysage de la presse de l’exil, dont les titres sont souvent soumis à une ligne doctrinale bien définie5.

Sa parution se situe à une époque charnière de l’histoire mondiale au niveau politique et socio-économique, et il exprime dans ses pages des tendances de fond qui portent beaucoup plus loin que les quelques mois de son existence.

Car l’entre-deux-guerres marque une étape de transition entre la société industrielle et l’ère post-industrielle, pendant que l’émergence des totalitarismes et la Seconde Guerre mondiale remettent en question les valeurs et concepts politiques du monde occidental. Les Etats-nations européens doivent de surcroît faire face à un changement de l’équilibre géopolitique qui diminue leur influence au profit de nouvelles puissances, en premier lieu les Etats-Unis et l’Union soviétique.

Ces trois éléments sont à l’origine d’un changement du modèle socio-économique, pour se diriger du libéralisme vers l’Etat-providence et la planification. Dans l’ensemble des pays occidentaux et au-delà – au sein des mouvements indépendantistes dans les colonies, par exemple – des réflexions et débats sont menés sur une organisation politique, économique et sociale adaptée à la société moderne et aux besoins des différentes populations. Le réseau transnational des ←23 | 24→auteurs du Zukunft participe aux premiers rangs à ces débats, comme les deux prises de positions citées en entrée le montrent. Les concepts qui y sont proposés témoignent de la diversité et de la richesse des courants politiques de cette époque, dont un grand nombre sont représentés dans ses pages, ainsi que de la réflexion intense et constructive des intellectuels, confrontés à des évolutions inédites dans toutes les régions du monde.

Car si on trouve parmi les auteurs, sans surprise, les défenseurs de la démocratie occidentale ou, d’un modèle de « socialisme démocratique », on note aussi la promotion d’autres concepts. On peut citer, à titre d’exemple, l’utopie d’une « société des ordres » modernisée, inspirée par les idées des Saint-Simoniens, mais aussi par le concept plus contemporain et autoritaire de l’« Austrofascisme », ou bien des modèles d’autogestion en petites collectivités, empruntés aux anarchistes. Des libéraux influencés par l’Ecole de Manchester s’expriment au même titre que des keynésiens ou des marxistes6. Le rôle des auteurs chrétiens-démocrates est important, ils créent une alliance surprenante dans le contexte du temps avec les représentants de la gauche, qui jette les bases d’un nouveau modèle politique et social en Europe occidentale.

On arrive ainsi à comprendre, en suivant les biographies des auteurs et leurs contributions au Zukunft, comment le « consensus occidental », qui a prévalu jusqu’à la fin des années 1970, a pu émerger de ces différents courants intellectuels, de leur diversité et parfois de leurs contradictions, et comment il a pris forme face aux épreuves du totalitarisme et de la guerre.

Car l’activité des auteurs de l’hebdomadaire ne s’arrête pas avec sa disparition. Leurs biographies révèlent des femmes et des hommes d’action. Ils représentent l’archétype de l’ « intellectuel engagé »7 et occupent souvent, de fait, des positions-clés qui leur permettent de mettre leurs idées en pratique.

En effet, quand on regarde le Zukunft de plus près, on découvre, au-delà du projet transnational, un projet intergénérationnel : les auteurs les plus âgés sont nés en 1864, les plus jeunes entre 1914 et 19208. Leurs biographies couvrent donc l’évolution de la pensée politique et économique du début du XXe siècle jusqu’aux années 1970/80. Ainsi, ils exercent une influence parfois décisive sur l’évolution doctrinale, la vie politique et culturelle de l’entre-deux-guerres, mais aussi pendant la guerre et dans les décennies d’après-guerre.

C’est pour cette raison que nous débutons cette analyse en 1899, avec la création du Sillon, le réseau le plus ancien représenté dans le Zukunft, et nous nous ←24 | 25→arrêtons en 1979, quand les idées portées par les auteurs du journal arrivent à leur apogée, avec l’Ostpolitik des années 1970, le couple franco-allemand, l’intégration britannique dans la CEE et la première élection directe du Parlement Européen. Louise Weiss, ancienne auteure du Zukunft, tient un discours émouvant lors de la première séance de ce parlement en sa qualité de doyenne d’âge.

Notre étude s’appuie donc à la fois sur une approche synchronique, par rapport aux 19 mois de son existence, et diachronique, concernant l’influence des auteurs de l’hebdomadaire sur les grandes évolutions de la pensée intellectuelle et de la vie politique pendant huit décennies. Nous allons croiser l’étude de l’histoire intellectuelle à l’exemple du Zukunft avec une analyse prosopographique du panel des auteurs, incluant des données sur l’ensemble du groupe et des informations plus détaillées sur certains auteurs emblématiques. Une attention particulière est réservée à certaines figures féminines, malheureusement assez rares (seuls 21 auteurs sont des auteures, en fait), mais d’autant plus significatives, comme Erika Mann, Annette Kolb, Anna Siemsen, Dorothy Thompson, Louise Weiss ou Geneviève Tabouis.

Mais d’abord, nous devons faire un retour sur l’historiographie concernant le Zukunft et sur les recherches que nous avons entreprises.

L’hebdomadaire Die Zukunft a fait, au fil des années, l’objet de quatre vagues de recherche de nature différente. La première eut lieu pendant la guerre froide et plus particulièrement dans les années 1960 et 1970. Elle confronta deux visions opposées : Celle des proches de Willi Münzenberg, comme Babette Gross ou Kurt Kersten, qui soulignèrent la sincérité et l’ampleur de son investissement militant, en dénonçant le rôle présumé des services nazis ou soviétiques dans sa mort9, et celle des historiens marxistes qui lui reprochèrent d’avoir douté du communisme, puis d’avoir trahi le parti, jusqu’à son activité présumée comme agent nazi10. En dehors de ces deux camps, l’itinéraire de Willi Münzenberg ou la destinée de sa dernière publication ne trouvèrent aucune résonance, car en RFA, l’exil et la résistance communistes en général ne furent pas thématisés, pendant qu’en RDA, le fait qu’il se soit détourné du stalinisme en 1938 l’exclut de toute commémoration positive11.

Dans un second temps, la chute du Mur conduisit à un regain d’intérêt pour les clivages au sein du monde communiste et les conséquences du stalinisme. Le ←25 | 26→cas de Willi Münzenberg fut de nouveau étudié12, en particulier dans le cadre d’un colloque à Aix-en-Provence en 1992, Willi Münzenberg – un homme contre13. L’ouverture des archives de Moscou au même moment permit l’accès à des documents jusque-là inconnus et contribua à la mise en lumière des crimes commis au nom du communisme. Les ouvrages emblématiques de cette phase sont Le passé d’une illusion de François Furet, puis le Livre Noir du communisme, édité par Stéphane Courtois et Nicolas Werth, entre autres14. Ces publications conduisirent à un débat important au sein de la recherche et des médias15. Dans le contexte de ce débat, Stéphane Courtois consacra aussi un dossier spécial de sa revue Communisme au cas de Willi Münzenberg, en intégrant, entre autres, le rapport de Bohumir Smeral, chargé à défaire l’empire de Münzenberg à partir de 1937.

Une troisième vague de recherches débuta dans les années 2000, marquée par le livre de Boris Schilmar, Le discours sur l’Europe dans l’exil, où le Zukunft une place importante, ainsi que par les ouvrages d’Ursula Langkau-Alex sur le Comité de préparation pour un Front populaire allemand16.

Enfin, en 2014, le fonds du Zukunft dans les Archives nationales fut « redécouvert » (il avait été utilisé cependant dans le livre de Schilmar, entre autres) et fournit la base pour de nouvelles publications, comme, par exemple, la biographie de l’un des auteurs de l’hebdomadaire, Otto Klepper17, le travail de Thomas Keller sur les liens entre les pacifistes du « Café du Dome » et le Zukunft18 ou l’ouvrage de Hans-Manfred Bock sur les réseaux franco-allemands de l’entre-deux-guerres, ←26 | 27→qui conféra une place importante à l’hebdomadaire et l’UFA19. Bernhard H. Bayerlein désigna l’hebdomadaire comme « le projet médiatique franco-allemand le plus ambitieux pendant la dernière crise de l’entre-deux-guerres, des accords de Munich jusqu’à l’invasion de la France, avec des répercussions dans toute l’Europe », grâce à l’influence de « l’un des réseaux de résistance antifasciste les plus importants en Europe occidentale »20.

Notre travail s’insère dans cette dernière phase de l’historiographie concernant le Zukunft, tout en proposant une approche beaucoup plus large au niveau chronologique et thématique que les études précédentes, ce qui nécessita l’utilisation d’un grand nombre de sources de nature différente pour nos recherches.

La première étape fut l’établissement de tableaux recensant les articles selon les auteurs et des données concernant l’ensemble des auteurs. Ces tableaux subirent de nombreuses modifications. Un certain nombre d’articles du Zukunft ne fut pas signé, et des pseudonymes furent utilisés pour différentes raisons. Nous avons pu attribuer des articles et éclaircir un grand nombre des pseudonymes grâce à la consultation de différents manuels et fonds d’archives.

La seconde étape fut dédiée à la consultation des sources éditées. La bibliographie en annexe recense plus de quatre cent ouvrages et articles scientifiques, des éditions de 46 titres de presse issus de périodes historiques différentes et les données de 76 sites Internet. Ces publications et sites couvrent l’ensemble des périodes et domaines concernés par notre analyse.

Nous avons également consulté des sources primaires éditées dont, en premier lieu, les numéros du Zukunft réunis dans un fac-similé publié par Arthur Koestler en 1978 au Liechtenstein21, que nous avons comparé aux éditions originales de l’hebdomadaire sur microfilm à la Staatsbibliothek de Berlin, pour établir la fidélité de son contenu22. En second lieu, nous avons intégré un certain nombre d’ouvrages et d’articles des auteurs du Zukunft, ou des personnes proches d’eux.

Enfin, la partie la plus importante consista en la consultation de fonds d’archives dans quatre pays différents. Nous avons débuté nos recherches par le fonds de la rédaction du Zukunft, conservé aux Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine23, auquel s’attachait, malgré son utilisation fréquente par l’historiographie, une ←27 | 28→interrogation quant au corpus de documents dans lequel il avait été intégré par les autorités de l’Occupation allemande après sa saisie24.

Notre travail a permis d’élucider la cohérence interne de ce corpus. Le fonds de la rédaction du Zukunft se trouve, en fait, au milieu d’autres papiers ayant appartenu à ses auteurs ou à des personnes proches de la rédaction. Ainsi, Theodor Dan, chez qui on avait saisi le fonds de la rédaction (voir note des services allemands), avait fait partie du groupe de menchéviks russes émigrés en Allemagne après 1917, puis en France et aux Etats-Unis après 1933, tout comme plusieurs auteurs du Zukunft, qui l’avaient personnellement connu. Les fonds syndicaux avaient été réunis par les auteurs de l’hebdomadaire, en premier lieu Edo Fimmen, tout comme celui de l’agence Cooperation (proche de Winston Churchill) avec laquelle la rédaction échangeait régulièrement des informations. La présence des fonds du KPD s’explique par le rôle que Willi Münzenberg y a joué jusqu’en 1938. Et enfin, les fonds de la Résistance française joints à cet ensemble émanent d’organisations auxquelles les anciens auteurs ont participé.

Les résultats de ces recherches nous ont conduits aux fonds du CGI, également conservés aux Archives nationales. Il s’est avéré que celui-ci disposait d’une branche germanophone très active, à laquelle participaient des auteurs de l’hebdomadaire. Cette branche diffusait des tracts clandestins en Allemagne et consultait régulièrement l’équipe du Zukunft qui est citée nommément. Nous y avons trouvé la preuve du financement de l’hebdomadaire par les autorités françaises. En revanche, les sources concernant deux personnalités-clés françaises de l’hebdomadaire, Louise Weiss et Jean Giraudoux, se trouvent à la BNF. Leur correspondance nous a donné des informations intéressantes sur la période de l’Occupation.

Le Zukunft fut basée sur une étroite coopération franco-allemande, donc nous avons considéré comme essentiel de consulter différents fonds en Allemagne. Les Archives allemandes de l’exil (Deutsches Exilarchiv) nous ont donné accès à plusieurs documents-clés pour l’analyse de l’hebdomadaire, surtout grâce aux fonds de Werner Thormann et Hubertus Prinz zu Löwenstein.

Puis, nous avons consulté les archives de l’Institut d’Histoire contemporaine (Institut für Zeitgeschichte) de Munich, en premier lieu la documentation abondante ayant servi à l’écriture du Manuel biographique de l’émigration germanophone d’Europe centrale 1933–1945, édité par Werner Röder et Herbert A. Strauss dans les années 198025. Nous y avons trouvé des informations concernant les multiples ←28 | 29→activités des auteurs émigrés du Zukunft pendant l’exil et après la guerre. Cet institut dispose aussi d’une copie des archives du Reichssicherheitshauptamt, où nous avons relevé les dossiers concernant le Comité pour la préparation d’un front populaire et le cercle du Zukunft. Le fonds de Babette Gross, également à l’IfZ, nous a donné un aperçu des organisations du « réseau Münzenberg » et des recherches qu’elle a menées afin de déterminer la cause de la mort de son compagnon, sans aboutir à un résultat définitif. Pendant notre séjour à Munich, nous avons consulté aussi les fonds d’Erika et Klaus Mann conservés à la Monacensia.

Enfin, nous avons trouvé des renseignements intéressants à la Fondation Friedrich-Ebert (Bonn) concernant le responsable du bureau du Zukunft à Londres, Wilhelm Wolfgang Schütz, ainsi que deux personnalités importantes pour le soutien à la Résistance et la période de l’après-guerre : Jakob Altmaier et Richard Löwenthal.

Compte tenu de l’importance du réseau de l’hebdomadaire au Royaume-Uni, nous y avons consulté d’abord les fonds d’Alfred Duff Cooper et Harold Macmillan aux Churchill Archives à Cambridge. Ces fonds nous ont donné une idée de l’ampleur de leur engagement en faveur de la reconnaissance de la France libre par les alliés anglo-américains, puis d’une coopération politique, militaire et économique des pays de l’Europe occidentale (Western European Union), dans le droit fil de leurs prises de position dans les pages du Zukunft.

Aux National Archives de Londres, les fonds des services secrets ont été particulièrement riches en enseignements, grâce à des dossiers détaillés sur les personnalités-clés de l’hebdomadaire. C’est là aussi où nous nous sommes aperçus que l’hebdomadaire était considéré principalement comme une publication anglo-allemande outre-Manche, ce qui nous a conforté dans l’idée que la coopération de la rédaction avec les cercles intellectuels et politiques au Royaume-Uni était au moins aussi importante qu’en France. Enfin, nous avons complété nos recherches avec des documents émanant des Labour Party Archives (Manchester) et de la London School of Economics.

La dernière étape des recherches dans les fonds d’archives a eu lieu aux Etats-Unis. La Doheny Memorial Library à l’University of Southern California (Los Angeles) dispose de fonds très riches sur l’émigration allemande, car un grand nombre d’intellectuels s’y sont installés après la défaite de la France en juin 1940. Ludwig Marcuse, qui fut l’un des rédacteurs en chef du Zukunft et l’une des chevilles ouvrières de son réseau, y enseigna à partir de 1939, ce qui permet de consulter l’ensemble de ses papiers à partir de cette date. On y trouve aussi les fonds de deux amis fidèles de Willi Münzenberg, malgré des vues divergentes sur le communisme stalinien : Heinrich Mann (qui a, entre autres, constitué un classeur dédié à ses échanges avec le Zukunft) et Lion Feuchtwanger. Ces fonds sont intégrés dans différents chapitres de notre étude, car ils englobent une période assez longue. Nous avons complété et enrichi ces recherches avec d’autres sources, comme, par exemple, la transcription d’une interview de 16 heures avec Martha Feuchtwanger de 1976, conservée à la Doheny Memorial Library, ou des émissions concernant les auteurs du Zukunft.

←29 |
 30→

Un remerciement particulier revient à deux personnes que nous avons pu interviewer pour nourrir notre réflexion : Michaela Ullmann, conservatrice en chef de la Feuchtwanger Library, et Constanza Prinzessin zu Löwenstein, la fille d’Hubertus Prinz zu Löwenstein, auteur du Zukunft.

L’objectif de cette étude est d’analyser dans quelle mesure le Zukunft reflète l’évolution de la pensée intellectuelle et l’engagement des intellectuels au XXe siècle, et en quoi les actions de ses auteurs ont forgé l’Europe et le monde actuel. Nous nous interrogeons aussi dans quelle mesure les idées du Zukunft pourraient contribuer aux débats actuels sur l’avenir du « modèle occidental », symbolisé par la démocratie et l’Etat-providence, sur la construction européenne et sur la gouvernance mondiale.

D’abord, nous retracerons les multiples réseaux qui sont à l’origine de cet échange intellectuel extraordinaire et les différentes écoles de pensée représentées par les auteurs (« Le Zukunft en amont »). Puis, nous présenterons leur analyse des systèmes totalitaires et des relations internationales, ainsi que les propositions pour un nouvel ordre allemand, européen et mondial (« Le Zukunft en action »). Enfin, nous suivrons le parcours personnel et intellectuel de certains auteurs emblématiques après leur collaboration à l’hebdomadaire, pour cerner l’empreinte qu’ils ont laissée dans le monde de l’après-guerre (« Le Zukunft en aval »).

←30 |
 31→

1 MILLET, Raymond, Trois millions d’étrangers en France : les indésirables, les bienvenus, Librairie de Médicis Paris 1938. Ces chiffres sont probablement exagérés, car il s’agit d’un ouvrage hostile aux immigrés. L’afflux est néanmoins très important, car si on compte seulement les réfugiés allemands, on arrive déjà à 250.000 personnes ayant séjourné plus ou moins longtemps en France, auxquelles on peut ajouter plusieurs centaines de milliers de Républicains espagnols, puis toutes les autres nationalités.

2 Ben Khalifa, Riadh, La fabrique des clandestins en France, 1938–1940. Migrations Société, 2012/1 N° 139, pp. 11–26. On peut considérer que la population étrangère s’élevait à 1–2 millions en Ile-de-France.

3 Maas, Liselotte, Handbuch der deutschen Exilpresse 1933–1945, Bd. 1–4, Carl Hanser Verlag, München/Wien 1976–1990. Ce manuel relève 436 titres dans le monde entier (p. 11).

4 Maas, Bd. 4, p. 246. En effet, les seules publications parisiennes de l’exil qui arrivaient à une qualité égale étaient le Pariser Tageblatt/Pariser Tageszeitung, qui cessa de paraître en 1939, puis Das Neue Tage-Buch de Leopold Schwarzschild, 1933–1940.

5 Ibid.

6 Même les sympathisants du communisme stalinien sont représentés, comme par exemple Lion Feuchtwanger, Heinrich Mann ou Jacques Chapelon, un ami proche de Paul Langevin.

7 Concernant la notion de l’« intellectuel engagé », voir : Kroll, Thomas/Reitz, Tilman (dir.), Intellektuelle in der Bundesrepublik Deutschland. Verschiebungen im politischen Feld der 1960er und 1970er Jahre. Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen 2013

8 Heinz Karpeles, un jeune émigré à Londres.

9 Gross, Babette (préf. de Koestler, Arthur), Willi Münzenberg. Eine politische Biographie. Schriftenreihe der VfZ Nr. 14 und 15, Deutsche Verlags-Anstalt, Stuttgart 1967. Kersten, Kurt, Das Ende Willi Münzenbergs. Ein Opfer Stalins und Ulbrichts, dans : Deutsche Rundschau, Jg. 83 (1957), pp. 484–499

10 Un exemple parmi d’autres : Surmann, Rolf, Die Münzenberg-Legende. Prometheus, Köln 1983. Voir aussi : Courtois, Stéphane, La seconde mort de Willi Münzenberg, Communisme, N° 38–39, Les Kominterniens I, L’Age d’Homme, Paris 1994

11 Dugrand, Alain et Laurent, Frédéric, Willi Münzenberg : artiste en révolution (1889–1940). Anthème Fayard, Paris 2008, p. 25

12 Quelques exemples : Gerhard, Paul, Lernprozess mit tödlichem Ausgang. Willi Münzenbergs Abkehr vom Stalinismus, dans : Bannasch, Bettina (dir.), Exilforschung. Ein internationales Handbuch, Bd. 8. Gesellschaft für Exilforschung, München/Wien 1990, ou : Roussel, Hélène/Winckler, Lutz (dir), Deutsche Exilpresse und Frankreich 1933–1940, Peter Lang, Bern/Berlin 1992.

13 Perrault, Gilles (dir.), Willi Münzenberg, un homme contre : Actes du colloque international, 26–29 mars 1992, Aix-en-Provence. La Bibliothèque Méjanes, Paris 1993

14 Furet, François, Le passé d’une illusion. Essai sur l’idée communiste au XXe siècle, Éditions Robert Laffont et Éditions Calmann-Lévy, Paris 1995 et Courtois, Stéphane, Livre Noir du communisme. Crimes, terreur, répression. Robert Laffont, Paris 1997

15 Voir, p.ex. la critique d’Henri Rousso : Stalinisme et nazisme. Histoire et mémoire comparées, Complexe, Bruxelles/IHTP-CNRS, Paris 1998, ou celle de Claude Lefort : La Complication, Fayard, Paris 1999.

16 Schilmar, Boris, Der Europadiskurs im deutschen Exil 1933–1945, R. Oldenbourg Verlag, München 2004 et Langkau-Alex, Ursula, Deutsche Volksfornt 1932–1939, Bd. 1–3, Akademie Verlag 2004/2005

17 Pufendorf, Astrid von, Mut zur Utopie. Otto Klepper – Ein Mensch zwischen den Zeiten. Societäts-Verlag, Frankfurt/M. 2015

18 Keller, Thomas, Du Café du Dôme a la revue Die Zukunft ou d’une avant-guerre a l’autre, dans : Américi, Laurence (dir.), La mosaïque des racines. Pouvoirs, cultures et sociétés en France et en Méditerranée XVIe–XXIe siècle. Mélanges en l’honneur du professeur Gérard Chastagnaret, Presses universitaires de Provence, Aix-en-Provence 2014

19 Bock, Hans Manfred, Versöhnung oder Subversion ? Deutsch-französische Verständigungs-Organisationen und –Netzwerke der Zwischenkriegszeit. Narr, Tübingen 2014

20 Bayerlein, Bernhard H., Willi Münzenberg’s « Last Empire » : Die Zukunft and the « Franco-German Union », Paris, 1938–1940. New Visions of Anti-Fascism and the Transnational Networks of the Anti-Hitler Resistance, dans : Moving the Social, 58 (2017), pp. 51–80

21 Koestler, Arthur (dir.), Die Zukunft : Organ der deutsch-französischen Union. Rééd. Topos, Viaduz 1978

22 Staatsbibliothek zu Berlin, 716517–1 : Die Zukunft : Organ der deutsch-französischen Union, Paris 1938–1940

23 AN F/7/15123 à F/7/15128

24 AN F/7/15123 à F/7/15165 : Organisations allemandes et tchécoslovaques à Paris

25 RÖDER, Werner/STRAUSS, Herbert A., Biographisches Handbuch der deutschsprachigen Emigration nach 1933. Bd. I : Politik, Wirtschaft, Öffentliches Leben. K.G. Saur, München/New York 1980 ; International Biographical Dictionary of Central European Emigrés 1933–1945, Vol. II : The Arts, Science and Literature, Part 1 : A–K, Part 2 : L–Z. K.G. Saur, München/New York 1983 et Biographisches Handbuch der deutschsprachigen Emigration nach 1933. Bd. III : Gesamtregister. K.G. Saur, München/New York 1983

Première partie : Die Zukunft en amont

1 Les origines de la coopération (1899–1938)

L’histoire du réseau de l’hebdomadaire Die Zukunft commence à l’aube du XXe siècle, une période de prospérité croissante en Europe suite à l’industrialisation, marquée néanmoins par la question sociale et le nationalisme triomphant. Face à ces nouvelles interrogations, des cercles transnationaux progressistes et pacifistes cherchent des solutions aux questions pressantes des inégalités sociales et de la marche à la guerre, en proposant des modèles alternatifs. Les associations créées dans cet objectif sont les ancêtres des ONG actuelles26.

L’activité de ces réseaux, associations et partis s’épanouit après la catastrophe de la Première Guerre mondiale grâce aux Traités de Locarno et aux échanges transnationaux qui les accompagnent. La période de stabilisation économique et politique de 1925 à 1929 fait émerger une vie intellectuelle effervescente en Europe, et plus particulièrement à Berlin, qui devient une métropole culturelle de rang mondial. De nombreux intellectuels étrangers s’y installent, dont des représentants des mouvements d’indépendance dans les pays colonisés par les puissances européennes grâce à un droit d’asile généreux. Dans ce contexte d’épanouissement culturel, Willi Münzenberg, un proche de Lénine et Trotski, met en place un réseau mondial sans précédent pour le compte du Komintern dans les années 1920 et 1930.

Le Zukunft représente la confluence des réseaux pacifistes et du « réseau Münzenberg », après la rupture de ce dernier avec le stalinisme en 1938. Le panel des auteurs, très internationalisé et de grande qualité, est le résultat de ces multiples activités menées pendant quarante ans.

Nous allons expliquer dans ce chapitre l’évolution de la pensée intellectuelle de 1899 jusqu’à la parution du Zukunft en 1938, à l’exemple de la constitution des différents réseaux et de certains éléments biographiques de ses auteurs. Comment le réseau international qui alimente le Zukunft se constitue-t-il ? Quelles sont les motivations de ses futurs auteurs ?

←31 | 32→

1.1 Des réseaux pacifistes internationaux anciens (1899–1938)

Quatre pays jouent un rôle important dans la constitution des réseaux pacifistes, portés par des intellectuels progressistes de différents horizons : la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la Suisse. Ils établissent des contacts durables et avancent des propositions pour un nouvel ordre économique et politique, qui s’incarnera en partie dans la SDN. Pendant l’entre-deux-guerres, ils luttent contre la montée des régimes autoritaires avec leurs propres armes : par la participation à la vie politique, des publications ou des interventions publiques.

1.1.1 Le « Café du Dôme » et les réseaux pacifistes

En France, des intellectuels démocratiques cherchent une nouvelle voie qui se distingue de la Troisième République et de son anticléricalisme, tout en rejetant les idées de l’Action Française. Cette « Troisième intelligence »27 est, entre autres, représentée par les chrétiens-démocrates issus du Sillon. Ce mouvement se forme autour du journal philosophique du même nom crée en 1899 par Marc Sangnier, futur auteur du Zukunft, tout comme Georges Hoog, Ernest Pezet et Jean Raymond-Laurent, qui le suivent dans cette aventure. Il se base sur l’encyclique Rerum Novarum (1891) du pape Léon XIII, en cherchant à réconcilier les ouvriers et le christianisme, l’Église et la République, pour effacer ainsi l’opposition entre « catholiques et monarchistes », d’un côté, et « républicains et anticléricaux », de l’autre côté28. Le résultat est l’émergence d’un vaste réseau d’éducation populaire démocratique et religieuse, mêlant jeunes ouvriers et bourgeois au sein des Instituts populaires29. Marc Sangnier définit le mouvement ainsi :

« Le Sillon a pour but de réaliser en France la république démocratique. Ce n’est donc pas un mouvement catholique, en ce sens que ce n’est pas une œuvre dont le but particulier est de se mettre à la disposition des évêques et des curés pour les aider dans leur ministère propre. Le Sillon est donc un mouvement laïc, ce qui n’empêche pas qu’il soit aussi un mouvement profondément religieux »30.

Le positionnement libéral du Sillon lors de la séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905 lui vaut des attaques de l’Action Française. En 1907, il convie des agnostiques souhaitant s’investir dans l’action civique à la « semaine religieuse » (une réunion annuelle organisée par Marc Sangnier), ce qui augmente encore l’hostilité des milieux conservateurs et de certains ecclésiastiques31. Par la lettre pontificale Notre charge apostolique du 25 août 1910, les chefs du Sillon sont donc invités à se ←32 | 33→placer sous la direction des évêques. Mais Marc Sangnier et ses amis refusent de s’y soumettre et créent un mouvement politique autour d’un quotidien, La Démocratie, qui prend en 1912 le nom de Ligue de la Jeune République (JR)32. La JR participera au Front populaire en 193633. Elle appelle à une « IVe République » et propose un programme fortement inspiré par le mouvement ouvrier :

« La fin de l’anticléricalisme sectaire rejetant les catholiques hors de la cité.

Le refus de la lutte des classes comme principe et de la violence comme moyen.

L’égalité civique pour les femmes.

Le scrutin à la proportionnelle.

L’éducation permanente des citoyens.

Une totale transparence de la vie politique, avec, notamment, la disparition de la diplomatie secrète.

L’abolition de la ‘monarchie dans l’usine’ »34.

Afin d’arriver à ces objectifs, le parti souhaite le développement d’une vaste législation sociale, si nécessaire en supprimant la propriété capitaliste au profit d’un secteur d’État pour certaines industries ou services clefs et d’une propriété coopérative pour la grande majorité des activités économiques. Seule la petite propriété privée en serait exemptée. Les activités de la JR sont suspendues pendant la guerre, où Marc Sangnier sert comme lieutenant de génie, avant d’être envoyé comme émissaire du gouvernement auprès du pape35.

En même temps, Romain Rolland, Prix Nobel de la littérature en 1915 et futur auteur du Zukunft aussi, développe sa pensée pacifiste dans son œuvre Jean-Christophe (1904–1912). La description de l’amitié entre un Allemand et un Français, traduite par Otto et Erna Grautoff, trouve un écho considérable dans les deux pays36. A partir de 1910, le cercle pacifiste franco-allemand du Café du Dôme à Montparnasse se développe, constitué d’artistes et intellectuels37. Cinq futurs auteurs du Zukunft en font partie : Wilhelm Uhde, Eugen Spiro, Hans Siemsen, Wilhelm Friedmann et Georges Duhamel38.

←33 | 34→

Wilhelm Uhde rédige le manifeste Les frères de la Provence39 dans lequel il proclame un nouveau sentiment de vie réconciliant la moralité (notamment la justice), la science et l’utopie. Il milite pour le principe fédéral d’après Bakunin, Proudhon et Kropotkin et appelle de ses vœux une Europe organisée selon ce principe, tout en dénonçant les trusts. Cette ligne fédéraliste et sociale rejoint les idées de Gustav Landauer et le dialogisme personnaliste de Martin Buber40. Elle sera aussi la marque de fabrique du Zukunft41. Eugen Spiro fait partie de l’« expressionnisme transfrontalier », qui relie Matisse et les fauvistes à l’association artistique munichoise Le Cavalier Bleu, entre autres. Matisse accueille es peintres allemands à l’Académie Julian et au salon d’automne. Il expose ses œuvres en Allemagne42.

Le romaniste Wilhelm Friedmann identifie les intellectuels français les plus germanophiles, dont ses amis Romain Rolland et Georges Duhamel, dans son panorama La littérature française au XXe siècle43. Dans les années 1920, il devient l’un des médiateurs franco-allemands les plus actifs. Après la prise de pouvoir d’Hitler, il est forcé à quitter l’Allemagne, comme beaucoup d’autres « dômiens »44. Les « dômiens » allemands louent le dynamisme de la civilisation française, contrairement à d’autres médiateurs comme Ernst-Robert Curtius45 et Friedrich Sieburg qui soulignent son « raffinement décadent »46. Ils sont parfois considérés comme « traîtres » dans le contexte tendu de cette période47.

Les chrétiens-démocrates et les « dômiens » sont rejoints par les élèves de Charles Andler à l’Ecole Normale Supérieure, dont certains soutiendront plus ←34 | 35→tard le Zukunft (Jean Giraudoux, Edmond Vermeil et Pierre Comert)48. Ils effectuent des séjours en Allemagne avant la Première Guerre mondiale, dont Jean Giraudoux tire son roman Siegfried (1914), pendant que Pierre Comert est correspondant du Temps à Vienne (1908–1910) et à Berlin (1910–14)49.

Et enfin, les Alsaciens tiennent une place importante dans les échanges franco-allemands qui trouveront leur prolongation dans le Zukunft. On peut citer, à titre d’exemple, René Schickele et Salomon Grumbach, qui font partie du cercle Jeune Alsace (Junges Elsaß). Ses membres, parfaitement bilingues pour la plupart, militent en faveur d’une « conscience alsacienne » et d’une entente franco-allemande dans l’objectif d’une évolution pacifique de l’Alsace50. Salomon Grumbach travaille aussi bien pour les journaux du SPD, La Voix du peuple (Die Volksstimme) ou En avant (Vorwärts) que pour L’Humanité de Jean Jaurès dont il est proche. Juste avant la Première Guerre mondiale, il s’installe comme correspondant de L’Humanité en Suisse51. Louise Weiss est d’origine alsacienne aussi. A la veille de la Première Guerre mondiale, elle habite à Paris avec sa famille où elle fréquente les cercles des émigrés tchèques et slovaques, notamment Tomas Masaryk, Edvard Benes et Milan Stefanik52. D’autres futurs auteurs du Zukunft sont nés en Lorraine, comme l’ami de Joseph Roth, Max Wolff, ou Felix von Papen, le neveu de l’ex-chancelier.

En 1913, face au danger de guerre de plus en plus menaçant, ces tentatives d’entente aboutissent à une rencontre entre députés allemands et français à Bern, ainsi qu’à la création d’une société franco-allemande de journalistes53.

Mais ces idées novatrices, la recherche d’un nouvel ordre sociétal et d’une réconciliation des peuples, ne se limitent pas à l’entente franco-allemande. En Grande-Bretagne, le troisième vivier des futurs auteurs du Zukunft, il existe également un mouvement pacifiste important, dont l’un des principaux protagonistes est Norman Angell. Il publie en 1910 L’illusion optique de l’Europe54, renommé pour ←35 | 36→la 2e édition en 1911 La Grande Illusion55, un manifeste contre la guerre, basé principalement sur des considérations économiques. Cet ouvrage, ainsi que ses travaux de l’entre-deux-guerres, lui vaudront le Prix Nobel de la Paix en 193356.

Norman Angell s’insère dans les lignes de pensée de trois écoles libérales : Les Lumières du XVIIIe siècle (Adam Smith), les utilitaristes (John Stuart Mill, Jeremy Bentham), et l’école de Manchester (Richard Cobden, John Bright). Il partage la foi passionnée de Cobden en la liberté des échanges pour renforcer les liens entre pays57. Cette position le distingue des pacifistes français et allemands qui sont davantage antilibéraux. Selon lui, l’interdépendance des économies développées aurait atteint un stade qui rendrait la guerre inutile. Lors des guerres récentes, les richesses des territoires conquis seraient restées de toute manière entre les mains de la population d’origine (Alsace-Lorraine), et l’appauvrissement du pays vaincu aurait des conséquences économiques néfastes pour le vainqueur. Des pays plus petits concurrenceraient avec succès les grandes puissances. La « Grande illusion » serait donc que l’accaparement de territoires et de populations ainsi que l’établissement de zones protectionnistes pourrait augmenter la richesse d’un pays, et que la force militaire lui conférerait automatiquement le statut de grande puissance économique58.

Le début de la Première Guerre mondiale met un coup d’arrêt à toutes ces tentatives pacifistes. Mais les contacts établis perdurent, et des plans pour la réorganisation des relations internationales après la guerre émergent dans différents pays.

En Allemagne, les participants aux rencontres politiques et journalistiques de 1913, tels René Schickele, Rudolf Breitscheid ou Gustav Landauer, créent l’« Union pour une patrie nouvelle » (« Bund Neues Vaterland »/BNV) en 1914. Ils réagissent ainsi à l’appel Au monde culturel (An die Kulturwelt), signé par 93 artistes et intellectuels pour soutenir la guerre. Le BNV est interdit de l’expression en public en 191659.

Les clivages au sein de l’intelligentsia allemande pendant la Première Guerre mondiale sont profonds, comme le montre le conflit entre Thomas et Heinrich Mann, qui contribueront tous deux au Zukunft plus tard. Thomas Mann soutient l’Allemagne impériale dans ses Pensées pendant la guerre. Son frère rédige en réponse à ce texte un essai sur Emile Zola, qui paraît à l’automne 1915 dans le ←36 | 37→journal pacifiste de René Schickele, Les feuilles blanches (Die Weißen Blätter). Le message central est un manifeste en faveur de l’« intellectuel engagé » : « L’esprit se retranscrit en actes pour l’humanité – et ainsi soit-il que le politique devienne esprit, et que ceux pourvus d’esprit agissent ! ». Thomas Mann répond dans ses Considérations d’un apolitique, écrites de 1915 à 1918, en attaquant les « littéraires qui se considèrent comme dotés d’une ‘mission civilisationnelle’ ». Il essaie de tracer une « voie particulière » (« Sonderweg ») allemande, qui ne serait « pas compatible avec la démocratie occidentale »60. Cette prise de position sera reprochée à Thomas Mann plus tard, mais la thèse du « Sonderweg » inspirera des historiens issus de l’émigration.

D’autres futurs auteurs du Zukunft s’impliquent dans ces débats. Lion Feuchtwanger, auteur et critique de théâtre à succès61, installé à Munich comme la famille Mann, écrit Fuite de Tunis (Flucht aus Tunis) en 1914, un récit de son internement avec sa femme Marta comme étrangers ennemis. Il se lie d’amitié avec Heinrich Mann et condamne l’attitude belliciste de son frère62.

Une autre figure importante du pacifisme et future auteure du Zukunft est l’écrivaine et féministe Annette Kolb. Née en 1870 à Munich (l’année de la guerre franco-prussienne), elle est issue d’une famille franco-allemande. Son père a contribué à la création du Bois de Boulogne et des jardins de l’Exposition universelle de 1856 à Paris. Il y a fait la connaissance de sa mère (Sophie), une pianiste française, élève de Jacques Offenbach et Charles Gounod et amie de Richard Wagner63. Annette Kolb, qui revendique avec fierté ses doubles origines, écrit son premier roman à succès en 1913, L’exemplaire64. Elle noue une amitié durable avec René Schickele, un voyageur entre les cultures comme elle, jusqu’à la mort de ce dernier en 194065.

Annette Kolb attaque dans ses discours les hommes, fauteurs de guerre selon elle : « Nous devons désigner la Première Guerre mondiale comme un chef-d’œuvre de la stupidité masculine ». Lors d’une conférence à Dresde le 25 janvier 1915, qui crée une émeute dans le public, elle appelle à la raison et à la compréhension mutuelle des peuples. Elle dénonce la « guerre de propagande », plus nocive que la guerre réelle, car elle aurait comme but « de créer une haine inextinguible ←37 | 38→entre les peuples ». La Bavière lui impose en 1916 « en raison des activités pacifistes » un blocus de correspondance et de voyage66.

Suite à la déclaration de guerre des Etats-Unis le 2 avril 1917, le Parti social-démocrate indépendant (Unabhängige Sozialdemokratische Partei Deutschlands/USPD) est créé. Plusieurs futurs auteurs du Zukunft en font partie67. Il appelle à une paix rapide et négociée.

En France, Georges Hoog crée pour les membres du Sillon une nouvelle publication en 1915, Notre Etoile (sous-titrée : Organe républicain démocrate). Ernest Pezet, blessé pendant la guerre, publie dans ses pages un Appel aux hommes de bonne volonté adressé aux anciens membres de la JR, qui créent par la suite l’association « Fils du même esprit » afin de « préparer l’avenir au sein même des hostilités » et exprime ses idées dans L’Âme Française qui succède à Notre Etoile en 191768.

L’Âme Française appelle à réaliser les idées du christianisme social. Elle proclame une ligne réformiste pour éviter une révolution selon le modèle russe – l’une des idées-phares exprimées dans le Zukunft vingt ans plus tard : « Union, collaboration des classes, respect mutuel des consciences libres, idéal moral (…). Parti nouveau, IVe République, faire l’économie d’une révolution (…). Tel récolte qui n’a pas semé : Semeurs, dès maintenant, veillez à la récolte ! »69

Les objectifs de cette publication rappellent ceux des Cahiers de la Quinzaine (Charles Péguy) : « Nos Cahiers forment un grand peuple libre (…). Un grand et valable peuple libre (…). On y peut distinguer des familles, des races, des compagnies, des tribus : libres, autochtones, autonomes (…), des parentés profondes, des correspondances et des communications »70.

La Suisse, pays neutre, devient le centre de ralliement des pacifistes71. Grâce à Walther Rathenau, Annette Kolb parvient à s’y exiler, comme René Schickele72. Parmi les futurs auteurs du Zukunft, on y trouve aussi Romain Rolland, auteur du texte Au-dessus de la mêlée, qui correspond avec Stefan Zweig73, également un ←38 | 39→futur auteur de l’hebdomadaire. Ce dernier écrit quelques semaines après l’éclatement de la guerre, le 19 octobre 1914, à Rolland :

Les adversaires français de Rolland le dénoncent pour une prétendue adhésion à la BNV, d’autant plus qu’il loue ses objectifs : « Leur but est l’union des nations d’Europe (…) et en même temps (…) la démocratisation de l’Allemagne »75. Les socialistes Victor Basch et Salomon Grumbach76, correspondant de L’Humanité en Suisse, valorisent aussi son attitude antimilitariste et antiannexionniste, ainsi que la lutte de « forces considérables » en Allemagne contre le pangermanisme et l’impérialisme77.

Max Beer78, futur responsable de la rubrique de politique étrangère du Zukunft, jette un pavé dans la mare en publiant le Livre arc-en-ciel (Regenbogenbuch) à Berne en 1915, qui révèle et compare les objectifs de l’ensemble des pays belligérants, pour démontrer qu’il s’agit d’une guerre « impérialiste » dont tous les parties partagent la responsabilité79. Cette thèse ne refera surface que dans la seconde moitié du XXe siècle. Il assure lui-même la traduction et l’explication des documents : déclarations officielles, éléments de propagande, recueils d’échanges diplomatiques80, « livres » de couleur différente affichant les objectifs de guerre ←39 | 40→(Livre blanc allemand, Livre bleu anglais, Livre jaune français, Livre orange russe, Livre gris belge et Livre rouge austro-hongrois).

Une comparaison de ce type est unique à cette époque, et ne peut que conforter les cercles pacifistes, car Beer souligne l’impact de la propagande et des préjugés : « Il s’agit de préjugés courants (…) véhiculés par la presse : la conviction absolue que l’Allemagne est l’ennemi de la France (…) et que la France ne pouvait, en aucun cas, coopérer avec l’Allemagne »81. Il souligne les efforts allemands pour sauvegarder la paix, « qui allaient beaucoup trop loin aux yeux du ministère des Affaires étrangères austro-hongrois ». En même temps, il dédouane la Serbie, « qui ne souhaitait tout simplement pas s’humilier devant l’Autriche-Hongrie (…). Ce n’était pas sa tâche de sauvegarder la paix »82. Ces « sept romans passionnants » aboutissent, selon lui, à une « cacophonie verbale » comme à Babel, « ou personne ne veut plus comprendre l’autre », et « qui finit dans le mot sec, bref et lourd ‘Mobilisation !’ ou ‘Guerre !’ »83.

Enfin, le jeune Willi Münzenberg est installé à Zurich depuis 1910, étant dans l’impossibilité de trouver un travail en Allemagne à cause de son implication dans les Jeunesses socialistes, interdites en 190884. Il est le bras droit de Georg Schumann, un proche de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg85, ce qui lui permet de s’impliquer dans l’organisation des congrès pacifistes de la IIe Internationale en Suisse : celui des femmes sous la présidence de Clara Zetkin (26–29 mars 1915), puis celui des jeunes condamnant le conflit, selon les préceptes de Lénine, comme « guerre bourgeoise, dynastique, impérialiste »86. La même année, Münzenberg crée sa première organisation : l’Internationale de la jeunesse (Jugendinternationale/JI), qui comptera un an plus tard 33.800 adhérents en Europe, surtout dans les pays scandinaves et en Italie87.

Mais la manifestation la plus connue est sans doute la conférence de Zimmerwald qui réunit les délégués socialistes des pays neutres du 5 au 8 septembre 1915. Cette conférence est marquée par la présence de Lénine et Trotski, exilés en Suisse. Un petit groupe de socialistes allemands et français y participe également et ouvre le congrès avec une déclaration pacifiste :

←40 | 41→

« Le caractère nettement impérialiste de cette guerre s’est affirmé (…). Aujourd’hui, les chauvins de chaque nation assignent à la guerre des mobiles de conquête par l’annexion de provinces ou de territoires ; ces prétentions seraient les causes des guerres futures, si elles se réalisaient. C’est pourquoi, socialistes, syndicalistes allemands et français, nous affirmons que cette guerre n’est pas la nôtre ! Nous agirons pour une paix qui dissipera la haine entre nations, en donnant aux peuples la possibilité de travailler en commun ».

Cette déclaration contrarie Lénine et la « Gauche de Zimmerwald », qui veulent « transformer la guerre impérialiste en guerre civile des classes opprimées contre leurs oppresseurs »88.

Münzenberg participe aussi à une autre conférence pacifiste du 24 au 30 avril 1916 à Interlaken, qui rédige le manifeste Aux peuples qu’on ruine et qu’on tue. Ce texte est à l’origine de la manifestation à Berlin du 1er mai 1916 à laquelle participent Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, ce qui vaut à ce dernier une condamnation à quatre ans d’emprisonnement. La personnalité de Lénine fascine Willi Münzenberg, qui participe à plusieurs réunions avec lui. Il en organise même une dans son appartement en février 191789.

En Grande-Bretagne, les mouvements pacifistes bénéficient d’une plus grande liberté de la parole que dans les autres pays belligérants et se manifestent fréquemment en public.

Norman Angell participe à la création de l’Union pour le contrôle démocratique (Union of Democratic Control/UDC) en septembre 1914, avec une autre personne importante pour le réseau du Zukunft : la suffragette Ellen Wilkinson, membre du Parti travailliste indépendant (Independent Labour Party) depuis 1907, future députée communiste et soutien fidèle de Willi Münzenberg90. Le noyau dur de cette association est constitué de journalistes, intellectuels et députés libéraux ou travaillistes hostiles à la guerre91. Ils tiennent « une coterie de diplomates et industriels de l’armement » pour responsable et appellent à la « démocratisation de la politique étrangère », en se basant sur quatre grands principes : l’auto-détermination des peuples, un contrôle parlementaire de la politique étrangère et la fin de la « diplomatie secrète », la nationalisation des industries de guerre, ainsi que le remplacement de la politique britannique de l’équilibre des puissances par une Ligue des Nations démocratique92.

←41 | 42→

De 1915 à 1918, Norman Angell intervient comme conférencier de la Fondation Carnegie aux Etats-Unis93. Il conseille le président Wilson dans l’élaboration des Quatorze points et du projet de la Société des nations (SDN)94, dans lesquels on reconnaît aussi les propositions de l’UDC.

Un autre futur auteur britannique du Zukunft, Robert Cecil, occupe de février 1916 à juillet 1918 le poste de secrétaire en charge du blocus contre les pouvoirs centraux. Pendant qu’il met ainsi la pression économique sur l’ennemi, il diffuse un mémorandum au sein du cabinet : Propositions pour diminuer les chances de futures guerres, dans lequel il attire l’attention sur les souffrances et les destructions de la guerre, la menace pour la civilisation européenne ainsi que le danger de nouveaux conflits si la paix n’est pas bien organisée. Il appelle à la mise en place d’un organisme international pour régler les différends entre pays, avec des procédures conciliatoires obligatoires et la possibilité de prononcer des sanctions économiques ou militaires contre les pays récalcitrants. Pour y parvenir, il faudrait « combiner une force financière et navale surpuissante dans un système de paix » pour qu’« aucun Etat ne puisse résister à sa pression ». Il espère l’accord des Etats-Unis pour ces propositions. Ce mémorandum constitue le premier document britannique officiel en faveur de la SDN.

En mai 1917, il fait circuler ses Propositions pour le maintien de la future paix et milite en faveur d’accords internationaux de désarmement. Il participe au comité de Lord Phillimore qui transmet son rapport sur la SDN à Woodrow Wilson et au Colonel House en mai 191895.

1.1.2 La SDN et les Accords de Locarno : l’apogée des mouvements pacifistes

Dans l’immédiat après-guerre, les crises politiques et économiques s’enchaînent : le Traité de Versailles (1919) qui plonge l’Allemagne dans la ruine, le refus des Etats-Unis de le ratifier et de participer à la SDN (1920), et enfin l’occupation franco-belge de la Ruhr, suivie par l’hyperinflation en Allemagne (1921–23). Mais de 1924 à 1929, des années de « conciliation » succèdent à ces années de « crispation », selon Robert Paxton96. L’avènement du cartel des gauches en France dirigé par Édouard Herriot, un futur auteur du Zukunft, la mise en place du premier gouvernement travailliste au Royaume-Uni sous Ramsay Mac Donald ←42 | 43→et la nomination de Gustav Stresemann comme ministre des affaires étrangères en Allemagne permettent la signature des traités de Locarno et un « dégel » des relations internationales, qui s’exprime aussi dans la société civile.

Les Britanniques prennent des initiatives en faveur de la SDN après la publication des Quatorze points. Le 19 février 1918, le député Aneurin Williams prend la parole devant le Comité d’entente pour la SDN à Paris, suivi par David Davies en été 1918 (député britannique et futur auteur du Zukunft). Des Ligues pour la SDN (League of Nations Union/LNU) sont créées en Grande-Bretagne et en France en octobre 191897. Afin d’élargir la base politique de la LNU britannique, accusée de défendre les seuls intérêts des libéraux, des conservateurs l’intègrent, tels Austen Chamberlain ou Robert Cecil98. Ce dernier écrit avec son homologue américain le 27 janvier 1919 le Cecil-Miller Draft, un document essentiel pour l’organisation de la SDN.

Il critique le Traité de Versailles, car il considère la prospérité économique comme base nécessaire pour la paix, et soutient une adhésion allemande à la SDN. Ses idées sont partagées par Norman Angell, qui dénonce les « nationalismes, protectionnismes, mercantilismes et autres défauts qui ruinent l’Europe » dans son ouvrage Les fruits de la Victoire de 192199, selon le même cheminement intellectuel que son compatriote John Maynard Keynes, auteur des Conséquences économiques de la paix (1919)100. Le livre de Keynes paraît chez Macmillan Ltd., une maison d’édition incontournable pour la philosophie et les sciences économiques britanniques, dirigée à partir de 1936 par Harold Macmillan, un ami de John Maynard Keynes, futur auteur du Zukunft et futur Premier ministre britannique101.

Le diagnostic de Cecil et Angell s’avère juste, car le Traité de Versailles désavoue les initiatives allemandes menées par la branche allemande de la LNU (Deutsche Liga für den Völkerbund) créée le 17 décembre 1918 sous la présidence de Matthias Erzberger102. Cette organisation regroupe des courants de pensée fort variés, qui vont de la gauche pacifiste aux libéraux du Parti du peuple allemand ←43 | 44→(Deutsche Volkspartei/DVP)103. Leur républicanisme est indissociable de l’espoir d’une réconciliation entre les pays européens. Mais suite au Traité de Versailles, la SDN fait figure, aux yeux de l’opinion publique, « de Société des vainqueurs », d’« Union particulière de l’Entente pour la protection des acquis de la guerre », comme l’écrit le juriste Hermann Kantorowicz104.

Robert Cecil quitte la politique et devient président de la LNU en 1923, une fonction qu’il occupera jusqu’en 1945. En tant qu’espérantiste (comme par exemple Leo Leontin/Léon Agourtine, un autre futur auteur du Zukunft), il propose que la SDN adopte cette langue105. Les autres conservateurs restent sceptiques face à l’utilité réelle de la SDN, à l’exemple de Winston Churchill106. Malgré cela, la LNU devient la plus puissante organisation pacifiste en Grande-Bretagne de l’entre-deux-guerres, avec plus de 400.000 membres en 1930107.

Contrairement aux Britanniques, les pacifistes français n’arrivent pas à créer une association unique de soutien à la SDN. La « Fédération française des associations pour la SDN (FFASDN) », crée le 2 juin 1920 Paris, regroupe huit d’entre elles108. Le pacifisme est porté dans l’espace public par d’autres associations, tels les Anciens Combattants, dont font partie Ernest Pezet et Jean Raymond-Laurent.

L’installation de la République en Allemagne conduit à des soulèvements en 1918/1919 dans l’optique de créer des Républiques des conseils selon le modèle soviétique. Ces tentatives impliquent plusieurs futurs auteurs du Zukunft, membres de l’USPD et de la Ligue spartakiste, puis du parti communiste (KPD), crée en 1920109. D’autres commentent ou analysent les évènements, en se montrant le plus souvent favorables aux révolutionnaires, symboles d’un idéal d’égalité porté par des intellectuels.

L’écrivain Alfred Döblin assiste à la révolte à Berlin, notamment au discours de Karl Liebknecht du 8 janvier 1919, une semaine avant l’assassinat de ce dernier et de Rosa Luxemburg. Döblin tirera de ces événements son roman November 18, qui sera publié en avant-première dans le Zukunft. Karl Liebknecht entretient des ←44 | 45→contacts amicaux avec d’autres futurs auteurs de la revue, tels Zeth Höglund et Ture Nerman, fondateurs du parti communiste suédois.

La République des conseils à Munich inspire Lion Feuchtwanger pour sa pièce dramatique Thomas Wendt. Il s’agit, selon l’auteur, d’une pièce « réaliste, transcrivant le vécu des figures-phares de la révolution ». Le modèle du personnage principal est Ernst Toller, l’un des chefs de ce mouvement révolutionnaire, un ami de Feuchtwanger et futur auteur du Zukunft aussi. Ernst Toller et les deux autres meneurs de l’insurrection, Kurt Eisner et Gustav Landauer, sont visés par une campagne haineuse de la presse de droite qui attaque leurs origines juives, entre autres, et conduit à l’assassinat d’Eisner et Landauer. Lion Feuchtwanger participe au cortège funéraire d’Eisner, et leur ami commun Heinrich Mann fait le discours d’enterrement110.

Pendant cette période, un jeune auteur, Bertolt Brecht, le contacte pour lui demander son avis sur sa pièce Spartacus. Il lui confie aussi le manuscrit de Baal. Grâce au soutien de Lion Feuchtwanger, ces deux pièces sont mises en scène au théâtre de Munich et rencontrent un grand succès111. L’amitié durable entre Feuchtwanger et Brecht qui en résulte sera marquée par une grande estime mutuelle, mais aussi par des disputes mémorables. Ils partiront ensemble en exil aux Etats-Unis et resteront en contact jusqu’à la mort de Brecht en 1956112.

Emil J. Gumbel, un autre ami de Lion Feuchtwanger, mathématicien113 et pacifiste, membre de l’USPD, dénonce les assassinats organisés à Berlin et Munich. Il fait scandale en 1922 avec un livre intitulé Quatre années de meurtres politiques114. Après la fin des insurrections, en 1920, la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) française rétablit les contacts avec la BNV qui milite, de son côté, pour un nouveau ordre mondial où la préservation des identités nationales devrait s’effacer devant le respect des Droits de l’Homme et le maintien de la paix115.

←45 | 46→

En 1921, deux grands congrès pacifistes ont lieu : au Luxembourg, en réunissant pour la première fois de l’après-guerre Allemands et Français, et en France, organisé par Marc Sangnier, député JR de 1919 à 1924116. Suite à ces congrès, la BNV prend le nom de la Ligue allemande des Droits de l’Homme (Deutsche Liga für Menschenrechte/DLM). Elle défend les valeurs républicaines et l’État de droit, ce qui lui vaut des persécutions et calomnies de la part des nationalistes et conservateurs117. Dans les années 1920, la DLM gagne en influence dans les milieux intellectuels, mais ne dépasse jamais les 2.000 membres (1931). Ses membres cherchent la réconciliation en effectuant des visites régulières en France, surtout dans les régions détruites par la guerre118. On trouve dans ses rangs un certain nombre de futurs auteurs du Zukunft, dont son secrétaire général de 1926 à 1933, Kurt R. Grossmann, la féministe Helene Stöcker et Ludwig Quidde, Prix Nobel de la Paix 1927119, ainsi qu’Emil J. Gumbel120.

Les actions en faveur de Carl von Ossietzky lors du procès de la Weltbühne en 1932 assurent à la DLM une renommée internationale, avant son interdiction en 1933. Elle organise à cette occasion avec le PEN Club une pétition signée par 43.000 personnes, dont Thomas et Heinrich Mann, Arnold Zweig, Lion Feuchtwanger et Helene Stöcker, tous actifs dans l’exil et publiant dans le Zukunft, entre autres121. Kurt R. Grossmann figurera en raison de cette campagne sur la première liste d’expatriations, comme Emil J. Gumbel Willi Münzenberg, Lion Feuchtwanger, Georg Bernhard et Ernst Toller122.

←46 | 47→

En France, le mouvement pacifiste est porté en partie par les chrétiens-démocrates. Marc Sangnier condamne en 1923 l’occupation de la Ruhr, ce qui l’isole à la Chambre des députés123. Suite à cela, les chrétiens-démocrates de droite créent un groupe indépendant de la JR en 1924, le Parti démocrate populaire (PDP), qui se définit comme « non-confessionnel » afin de rassembler « toute la démocratie chrétienne ». Il « se pose, en s’opposant (…) au vieil anticléricalisme de la gauche comme au vieux cléricalisme de droite »124. Son modèle est, entre autres, le Partito Popolare Italiano (PPI), crée en 1919 par Don Luigi Sturzo (futur auteur du Zukunft)125. Le PDP et la JR envoient tous deux des députés à l’Assemblée nationale. Ils se retrouveront dans les pages du Zukunft : Marc Sangnier, Guy Menant et Georges Hoog de la JR, Georges Bidault, Ernest Pezet et Jean Raymond-Laurent du PDP. Ces partis restent cependant limités à une certaine élite intellectuelle. Ils enregistrent des scores de 3–5% et n’envoient jamais plus de 20 députés au Palais-Bourbon, qui occupent, malgré la petite taille de leur groupe, des postes-clés à l’Assemblée126.

Marc Sangnier organise les Congrès démocratiques internationaux pour la Paix de 1921 à 1932 dans le but de d’unir les pacifistes de tous les pays et de frapper l’opinion publique. Celui de 1926 dans son domaine de Bierville rassemble plus de cinq mille personnes127. Ses élèves, comme Emmanuel Mounier, Ernest Pezet, Jean Raymond-Laurent ou Georges Bidault, le suivent dans son engagement et contribueront aussi au Zukunft.

En Allemagne, des tentatives de réconciliation franco-allemande sont portées par certains groupes et personnes liés aux mouvements pacifistes, tels les représentants de l’Institut de Sociologie de Francfort128 (Gottfried Salomon129, Emil ←47 | 48→J. Gumbel), ou les intellectuels réunis autour de titres de presse républicains et progressistes, tels le Journal de Voss (Vossische Zeitung) à Berlin, le Journal de Francfort (Frankfurter Zeitung) ou le Journal du peuple de la Rhénanie et du Main (Rhein-Mainische Volkszeitung). Le Frankfurter Zeitung exprime aussi les espérances des sionistes d’établir un Etat juif au Moyen-Orient130. Un certain nombre des auteurs du Zukunft, souvent issus de la communauté juive, se rencontrent au sein de ces institutions et journaux131. Quelle est leur contribution à la politique de réconciliation ?

Gustav Stresemann espère se rapprocher des vainqueurs de la Grande Guerre pour redresser l’Allemagne économiquement et lui assurer de nouveau une place dans les relations internationales. Un premier signe d’espoir est le Plan Dawes le 1er décembre 1924 qui rééchelonne le paiement des réparations allemandes. Mais son objectif principal, partagé par son homologue français Aristide Briand, est ←48 | 49→une entente entre leurs deux pays. Il remet donc à Briand le 9 février 1925 un mémorandum sur la mise en place d’un pacte de sécurité. Suite à cela, Aristide Briand propose l’organisation d’une conférence sur la sécurité en Europe.

Cette conférence a lieu à partir du 5 octobre 1925 à Locarno. Elle réunit Aristide Briand, Gustav Stresemann, Sir Austen Chamberlain et Benito Mussolini, ainsi que des représentants de la Belgique, de la Tchécoslovaquie (Edvard Beneš) et de la Pologne. Aristide Briand place des grands espoirs en elle : « Si les accords de Locarno ne correspondent pas à un esprit nouveau, s’ils ne marquent pas le début d’une ère de confiance et de collaboration, ils ne produiront pas ce grand effet que nous en attendons. Il faut que de Locarno, une Europe nouvelle se lève »132. Max Beer est à ce moment conseiller de Gustav Stresemann et participe donc de manière très directe à cette politique de réconciliation133.

La conférence débouche effectivement le 16 octobre 1925 sur un Pacte rhénan par lequel l’Allemagne reconnaît l’inviolabilité des frontières à l’Ouest et accepte la démilitarisation de la Rhénanie, assortie d’une garantie franco-britannique. Ses frontières orientales font l’objet de quatre traités avec la France, la Belgique, la Pologne et la Tchécoslovaquie, dans lesquels elle s’engage à ne pas les modifier par la force et à recourir si besoin est à un arbitrage international. En contrepartie, elle reçoit le soutien des participants pour son entrée à la SDN134.

Mais pendant que la France s’empresse à garantir les frontières de ses alliés, la Tchécoslovaquie et la Pologne, Austen Chamberlain pense procéder à une révision pacifique des frontières allemandes à moyen terme. Il souhaite que les populations germanophones puissent être réintégrées au Reich, en respectant le droit à l’autodétermination des peuples135. Ces idées ne l’empêcheront cependant pas de devenir, à partir de 1934 et jusqu’à sa mort en 1937, l’un des porte-paroles les plus en vue du réarmement britannique face à l’Allemagne hitlérienne136.

←49 | 50→

Les Accords de Locarno soulèvent une vague d’espoir à travers l’Europe. Stresemann, Briand et Chamberlain obtiennent le Prix Nobel de la Paix137. Ils entrent en vigueur le jour de l’admission de l’Allemagne à la SDN, le 10 septembre 1926. Louise Weiss forge dans ce contexte le surnom de Briand : le « pèlerin de la paix »138.

Les futurs auteurs et soutiens du Zukunft commentent l’entrée de l’Allemagne dans la SDN. Le délégué français à la SDN, Henry de Jouvenel139, raconte que Stresemann fut accueilli « avec une politesse tranquille, et ceux qui craignaient un déchaînement d’enthousiasme ont été rassurés ». Son discours est qualifié de « très académique dans sa forme, très parlementaire dans sa dialectique, très allemand dans son fond » par Louise Weiss140. Mais cette impression est vite éclipsée, selon Géneviève Tabouis, par l’intervention d’Aristide Briand, qui soulève « des tempêtes d’applaudissements » et « nous a mis les larmes aux yeux, à tous ou à presque tous », selon Jouvenel141. Georg Bernhard écrit dans le Vossische Zeitung : « Cette journée du 10 septembre fut une journée de joie, d’honneur et de progrès (…). Il est vraiment regrettable que tous les Allemands n’aient pas pu être présents à Genève pour constater l’état d’esprit qui animait l’Assemblée et se rendre compte par eux-mêmes des changements qui se sont opérés dans le monde depuis la fin de la guerre »142.

Raymond Aron se souviendra dans une interview de 1981 de l’attrait de ces accords pour la jeunesse, « révoltée par la dernière guerre et le traitement de l’Allemagne ». Ils auraient représenté « la seule tentative sérieuse d’une réconciliation franco-allemande ». Aron souligne cependant que l’opinion publique française resta majoritairement hostile à l’Allemagne, et que l’extrême-droite ainsi que la presse conservatrice rejetèrent les accords de Locarno. Selon lui, la situation en Allemagne aurait été la même, car la République de Weimar restait « faible », et que tous aspiraient à une révision complète du Traité de Versailles143.

←50 | 51→

Mais un premier pas vers une réconciliation est franchi, et le triangle France-Royaume-Uni-Allemagne, qui soutiendra plus tard le Zukunft, se constitue lors des accords de Locarno.

La conjoncture internationale favorise les projets européistes, tels que celui du comte Richard de Coudenhove-Kalergi. Il lance en 1922 dans le Vossische Zeitung son premier Appel à constituer l’unité européenne, publie en octobre 1923 son célèbre manifeste Pan-Europe et fonde en 1924 le Mouvement Pan-Europe. L’« Union paneuropéenne » ou « Pan-Europe » devrait être, selon Coudenhove-Kalergi, « une Union d’États assez proche du modèle des États-Unis ou (…) de la Suisse ». Il appelle la France et l’Allemagne à dépasser leur rivalité pour mettre en commun de leurs ressources sidérurgiques, entre autres144.

Au premier Congrès paneuropéen à Vienne, en octobre 1926, participent deux mille délégués, dont Joseph Caillaux, Aristide Briand, Edouard Herriot, Gustav Stresemann, Konrad Adenauer, Edvard Beneš, Francesco Nitti, le comte Carlo Sforza et Alcide de Gasperi. Plusieurs d’entre eux contribueront au Zukunf145. Le mouvement compte d’autres adhérents de premier plan, comme Émile Mayrisch ou Thomas et Heinrich Mann146. Thomas Mann, un ami proche de Richard de Coudenhove-Kalergi, adhère aux idées de l’Europe et de la République démocratique pendant les années 1920 et en devient l’un des défenseurs les plus ardents. L’assassinat de Walter Rathenau en 1922 lui inspire son discours De la République allemande147, et La Montagne magique, publiée en 1924, entérine ce tournant dans ses convictions politiques. Il commence la rédaction de sa tétralogie romanesque Joseph et ses frères en 1926, qui montre son intérêt pour la tradition juive et l’Ancien testament et l’accompagnera pendant son exil.

L’idée européenne inspire aussi le SPD dans son Programme de Heidelberg (Heidelberger Programm) de 1926 : « Il (le parti) défend la mise en place d’une unité économique européenne, qui s’impose par les faits, et la création des États-Unis d’Europe, afin d’arriver à une solidarité des intérêts des peuples de tous les continents ». En même temps, il renforce sa ligne idéologique, en dénonçant le rôle croissant du « capital monopolistique », en appelant à la « lutte de classe ouvrière pour sa libération » et à la « nationalisation de industries », tout en prenant fait et cause pour la démocratie : « La République démocratique est le terreau le plus ←51 | 52→fertile pour la lutte de la classe ouvrière et la réalisation du socialisme. C’est pour cette raison que le parti social-démocrate protège la République et lutte pour son renforcement »148.

Ce programme, formulé en grande partie par Rudolf Hilferding et Karl Kautsky, implique deux futurs auteurs du Zukunft : Alexander Stein-Rubinstein et Alexander Schifrin, des mencheviks russes exilés en Allemagne. Alexander Stein-Rubinstein avait participé au soulèvement en Russie en 1905, ce qui l’avait conduit dans l’exil, au même moment que Lénine et Trotski. Il effectua des études en Suisse et en Allemagne, puis rejoignit la presse du SPD. Au début des années 1920, il fut rédacteur en chef de la publication Politique étrangère socialiste/Le socialiste (Sozialistische Außenpolitik/Der Sozialist) à côté de Rudolf Breitscheid, puis de l’organe de l’USPD, Liberté (Freiheit), dirigé par Rudolf Hilferding. En 1926, il fait partie de la rédaction d’En avant (Vorwärts) et s’engage dans des organismes de formation du SPD149.

Alexander Schifrin avait été membre du parti social-démocrate russe et donc forcé à abandonner son poste à l’université en 1921 pour partir en exil150. Dans les années 1920, il travaille pour La Voix du peuple de Mannheim (Mannheimer Volksstimme), ou il signe sous son pseudonyme « Max Werner », qu’il gardera dans certains articles du Zukunft. Alexander Schifrin et Georg Denner (Denicke), un autre menchévik russe, sont les collaborateurs les plus proches de Rudolf Hilferding, avec qui ils éditent la publication Société (Gesellschaft). Ils fournissent une partie des « munitions intellectuelles » à Rudolf Hilferding, Otto Bauer et Karl Kautsky et définissent ainsi la ligne idéologique de la social-démocratie allemande et autrichienne : socialiste, tout en rejetant le communisme soviétique, pro-européenne et internationale151. On retrouvera cette ligne dans les pages du Zukunft.

Au même moment, les intellectuels français et allemands contribuent à ce qu’Heinrich Mann appelle le « Locarno intellectuel », un mouvement de réconciliation franco-allemande porté par des cercles intellectuels, des institutions culturelles et des publications, dont des jeunes Français non-conformistes comme Emmanuel Mounier152. Les échanges ont souvent lieu dans des pays neutres, comme le Luxembourg avec le château de Colpach d’Emile Mayrisch et de sa famille, ou la Suisse.

←52 | 53→

Le germaniste Pierre Viénot, un futur auteur du Zukunft153, qui a épousé Andrée Mayrisch, est l’une des figures-clés du Comité Mayrisch, qui renoue les contacts avec les Allemands francophiles154. Annette Kolb, une amie d’Aline Mayrisch, s’y implique aussi155. Ce cercle informel trouve une forme institutionnelle après la signature des Accords de Locarno dans le Comité franco-allemand à Berlin, dirigé par Pierre Viénot jusqu’en 1929156.

Peu de temps après la création du Comité, la Société franco-allemande (Deutsch-französische Gesellschaft/DFG), voit le jour en septembre 1926, simultanément à Berlin et à Paris. Ses fondateurs sont Otto Grautoff et Edgar Stern-Rubarth. La DFG édite deux revues mensuelles dans le deux pays, la Deutsch-französische Rundschau et la Revue d’Allemagne, et organise des conférences157. Cinq associations-sœurs sont créées à Francfort/Main, Stuttgart, Mannheim, Breslau et Nuremberg158.

Mais des questions d’ordre politique opposent ces deux organisations. Tandis que le Comité franco-allemand facilite l’entente entre les élites économiques, culturelles et administratives, la DFG aspire à réaliser un espace public franco-allemand ouvert à l’ensemble de la population159.

Le Zukunft les réunira dans ses pages : Pierre Viénot, Thomas Mann, Max Beer, Louise Weiss et Salomon Grumbach représenteront le Comité franco-allemand160, Edmond Vermeil, Arnold Zweig et Gottfried Salomon la DFG161.

Les représentants de la DFG s’impliquent fortement dans les Cours universitaires de Davos (Davoser Hochschulkurse), qui ont lieu annuellement à partir de 1928 et réunissent des intellectuels français et allemands. Les conférenciers et participants témoignent du haut niveau de ces rencontres, tels Albert Einstein, Martin Heidegger, Werner Sombart, Gustav Radbruch, Paul Tillich, Karl Mannheim, Marcel Mauss, Célestin Bouglé, Paul Desjardins, Paul Langevin, Lucien Lévy-Bruhl et Henri Brunschwig. En 1931, la dynamique s’éteint pour des raisons financières et politiques162. Les participants connaîtront des sorts ←53 | 54→différents : Martin Heidegger et Werner Sombart sont associés à la « révolution conservatrice » allemande et collaborent avec le nazisme. Gustav Radbruch perd son poste à l’Université de Heidelberg en 1933, mais reste en Allemagne. Les autres participants allemands partent en exil.

Les personnalités du Comité Mayrisch s’impliquent dans la SDN, comme Rudolf Breitscheid, ou sont actives dans le journalisme, comme Louise Weiss163. Pierre Viénot se lie d’amitié avec Heinrich Mann et Samuel Fischer, qui édite des auteurs français, comme Jean Giraudoux et Raymond Aron. Il établit des liens avec des fonctionnaires de la SDN et des journalistes français et allemands. En 1931, il publie son ouvrage célèbre Incertitudes Allemandes164. Ces contacts se reflèteront dans les pages du Zukunft165. Raymond Aron est l’un des premiers résidents de la Maison académique française à Berlin, fondée par le Comité Mayrisch, un an avant son ami Jean-Paul Sartre. Par Aron (réception de Max Weber) et Sartre (réception d’Edmund Husserl), la pensée allemande a des effets durables sur la vie culturelle française166.

Les motivations des intellectuels investis dans les relations franco-allemandes peuvent être illustrées à l’exemple de trois futurs auteurs du Zukunft : Gottfried Salomon, Arnold Zweig et Louise Weiss. Gottfried Salomon participe activement à la création de structures durables au sein de la DFG, par exemple des programmes d’échange, car il souhaite créer des liens d’interdépendance entre les deux pays, comme il l’explique dans les pages de la DFR en 1929 : « C’est le contact personnel qui manque (…). Les membres des groupes professionnels qui éduquent et administrent, les fonctionnaires, juristes et enseignants, les employés et surtout la jeunesse, les étudiants et les élèves des différents pays doivent se rencontrer »167. Arnold Zweig écrit en 1928 dans la même revue :

« Il faut que les peuples se rencontrent de nouveau : les peuples et non les gouvernements, dans la paix et non dans la guerre (…). Faites en sorte que les frontières soient indifférentes aux hommes politiques, tout comme elles sont indifférentes aux intellectuels véritables. Et dans cinquante ans, l’Europe unie sera aussi naturelle et fondée sur la même base économique et spirituelle que l’Allemagne unie l’a été pour nous, les hommes de quarante ans »168.

Cette prophétie semble assez saugrenue en 1928, mais elle explique aussi pourquoi beaucoup de personnalités impliquées dans cette première réconciliation ←54 | 55→franco-allemande n’ont jamais perdu leur objectif de vue, que ce soit dans les pages du Zukunft, pendant la Seconde Guerre mondiale ou dans l’après-guerre.

Louise Weiss cherche à rapprocher la France et l’Allemagne grâce à ses activités journalistiques et son réseau personnel. Elle a fondé la revue hebdomadaire L’Europe nouvelle en 1918, où elle reste active jusqu’en 1934169, afin de développer « une méthode et un instrument de travail pour une science de la paix ». Elle collabore à L’Information et au Petit Parisien, se rend en reportage à Prague, Budapest, Vienne, Varsovie170 et rencontre Léon Trotski en URSS171.

Elle s’entoure de personnalités qui exercent ou exerceront à l’avenir de hautes fonctions et lui fournissent une aide précieuse au sein du comité de rédaction : son collaborateur privilégié Louis Joxe; Henry de Jouvenel, Wladimir d’Ormesson, Georges Bonnet, Aristide Briand, Édouard Herriot, Marcel Cachin, Léon Blum, Saint-John Perse, Paul Valéry ou Élie Faure. Un certain nombre de ces personnalités contribuera au Zukunft172.

Toutes ces initiatives de réconciliation franco-allemande restent cependant entre les mains d’une petite élite. Les manifestations s’adressant au grand public, comme celles de la DFG, ne sont qu’à leurs balbutiements quand la prise de pouvoir d’Hitler y met fin, en y substituant des actions pilotées par le parti nazi, au sein de la DFG-NS173, par exemple. Mais le rayonnement et la détermination des personnalités impliquées les amènent à renouveler leurs tentatives pendant et après la guerre.

Du côté chrétien-démocrate, le PDP s’engage aussi dans la réconciliation franco-allemande et l’organisation de rencontres internationales. Il participe à la création du Secrétariat International des Partis Démocratiques d’Inspiration Chrétienne (SI) le 13 décembre 1925, dont l’action se développe jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale. Ses congrès annuels rassemblent un grand nombre de délégués issus des 13 pays-membres, dont des représentants du Zentrum allemand. A partir de 1931, la SDN délègue un observateur aux congrès174.

Parmi les délégués allemands, on note la présence de Joseph Wirth (1921–25), chancelier de la République de Weimar, dont le collaborateur le plus proche est ←55 | 56→Werner Thormann, futur rédacteur en chef du Zukunft, ainsi que de Konrad Adenauer, maire de Cologne. Parmi les Français, on trouve Ernest Pezet, Jean Raymond-Laurent, Georges Bidault et Robert Schuman. Le PPI est représenté par Alcide de Gasperi, entre autres175. Adenauer organisera le dernier congrès annuel du SI en octobre 1932 à Cologne, quelques mois avant la prise de pouvoir d’Hitler et l’interdiction du Zentrum176.

Joseph Wirth et Werner Thormann participent activement à l’organisation du SI. Wirth s’implique aussi dans la démocratisation du Zentrum et la réconciliation franco-allemande, une position qui reste malheureusement minoritaire au sein du parti. Son action majeure est l’acceptation de l’ultimatum de Londres en 1921 concernant le plan de paiement des réparations. Il veut pousser l’économie allemande à bout afin de démontrer que ce plan est irréalisable et de renégocier les conditions. Wirth et son ministre des Affaires étrangères, Walther Rathenau, sont dénoncés par l’extrême-droite en tant que « politiques à la botte des Alliés » (« Erfüllungspolitiker »). Walter Rathenau négocie en 1922 le traité de Rapallo avec l’URSS, mais est assassiné, malgré ce succès, le 24 juin. Le lendemain, Wirth monte à la tribune du Reichstag et s’exclame, en montrant du doigt la partie droite de l’assemblée : « C’est là qu’est l’ennemi qui instille son venin dans les plaies du peuple. C’est là qu’est l’ennemi – et il n’y a pas de doute là-dessus : cet ennemi est à droite ! »177

Dans les années qui suivent, l’ancien chancelier se consacre à l’organisation du Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold, dont font partie certains futurs auteurs du Zukunft, comme Otto Klepper ou Hubertus Prinz zu Löwenstein178. Il s’agit d’une union d’anciens combattants issus des trois partis de la coalition de Weimar (SPD, DDP, Zentrum), qui s’ouvre à d’autres groupes pour défendre la République contre ses ennemis communistes, national-socialistes et monarchistes, « une organisation de protection interpartis dans la lutte contre la croix gammée et l’étoile soviétique ». Elle compte plus de trois millions d’adhérents en 1932, dont des personnalités qui joueront un rôle important en RFA après 1945 : Kurt Schumacher, qui refondera le SPD, le futur chancelier Helmut Schmidt, et les futurs présidents Theodor Heuss et Gustav Heinemann179. En 1931, le Reichsbanner constitue le Front de Fer (Eiserne Front) avec l’association sportive ouvrière ←56 | 57→(Arbeiter-Turn- und Sportbund/ATSB), l’association des syndicats allemands (Allgemeiner Deutscher Gewerkschaftsbund/ADGB) et le SPD. Le menchevik Serge Tchakhotine, un ami d’Alexander Schifrin, est son l’idéologue en chef et en dessine l’emblème, les trois flèches180.

Joseph Wirth publie aussi la revue République allemande (Deutsche Republik) à Francfort, dont Werner Thormann assure la rédaction en chef181. Ce dernier est en contact avec des représentants du Sillon182. La correspondance de la rédaction du Zukunft montre son rôle de médiateur entre les chrétiens-démocrates français et les émigrés183. Il se souvient dans un mémorandum écrit pendant son exil à Paris de la création de l’Union républicaine (Republikanische Union) et de son journal Deutsche Republik par Joseph Wirth :

« Il demanda la politisation du parti. A l’intérieur, par un ralliement sans ambiguïté aux valeurs de la République et de la démocratie. A l’extérieur, par l’affichage d’une politique de paix et de réconciliation, avec la réconciliation franco-allemande comme point central et la fédération européenne comme objectif à long terme. Dans les domaines de l’économie et du social, par une réforme de l’ordre bourgeois et capitaliste, en nationalisant les industries-clés et en complétant ainsi la démocratie politique par une démocratie économique ».

La Deutsche Republik paraît jusqu’en mars 1933, et Thormann souligne qu’« on n’a pas publié une seule ligne qui n’ait pas été consacré à la lutte contre le fascisme ». Le journal effectue entre autres une « analyse du fascisme en tant que phénomène social et politique qui englobe tous les domaines de la vie publique ». Il sert comme plate-forme pour des jeunes catholiques, mais aussi des jeunes sociaux-démocrates dont Thormann cite quelques-uns : « Mierendorff, Staudinger, Alexander Schifrin et Kurt Schumacher (…) C’étaient souvent d’anciens communistes qui avaient retrouvé le chemin du socialisme démocratique et qui étaient quasiment tous passés par l’Institut de sociologie de Francfort (…). Les chrétiens-démocrates étaient surtout influencés par la pensée de Karl Barth »184.

←57 | 58→

1.1.3 Le déclin de la SDN (1933–39)

David Davies publie en 1930 le livre Le problème du XXe siècle et crée deux ans après la New Commonwealth Society pour la promotion du Droit et de l’ordre international (NCS). Il fonde, avec un don personnel, l’une des premières chaires de politique internationale à l’Université d’Aberystwyth, au Pays des Galles185. Il diagnostique les faiblesses de la SDN, et propose de la réformer, en la dotant de réels moyens de contrainte, comme, par exemple, une force armée indépendante qui serait en mesure d’imposer sa politique. Il appelle à l’abandon de la souveraineté de ses Etats-membres dans certains domaines.

D’autres futurs auteurs du Zukunft s’intéressent de près au sort de la SDN, comme, par exemple, Joseph Paul-Boncour, Georg Bernhard, Louise Weiss, Annette Kolb et Thomas Mann.

Joseph Paul-Boncour, qui représentera les anti-appeasement au sein de la classe politique française dans les colonnes du Zukunft, est impliqué dans l’évolution de la SDN. Délégué permanent de la France de 1932 à 1940, il occupe aussi des fonctions gouvernementales au plan national, en tant que ministre de la Guerre (1932), président du Conseil (décembre 1932–janvier 1933), et ministre des Affaires étrangères (1933–34).

Max Beer s’engage à la fois comme fonctionnaire et journaliste spécialisé au sein de la SDN. Il rejoint son service de presse, mais travaille aussi comme correspondant pour plusieurs titres internationaux, tels le Nationalzeitung (Bâle), la Jewish Telegraph Agency (New York) ou L’Europe nouvelle, qui embauche aussi Herbert Weichmann, un autre futur auteur du Zukunft. En 1939, Beer doit quitter la Suisse et s’installe quelques mois à Paris, avant de s’enfuir en 1940 aux Etats-Unis186. Il assiste aux premiers rangs à l’évolution de la SDN dans les années 1920 et 1930, ce qui explique que la rédaction du Zukunft s’attachera sa collaboration.

Quant à Georg Bernhard, il défend dès 1919 la réconciliation franco-allemande et la SDN. Comme Thomas Mann, il fait partie du Parti démocrate allemand (Deutsche Demokratische Volkspartei/DDP), l’un des partis de la coalition de Weimar (SPD/DDP/Zentrum). De 1920 à 1930, il est rédacteur en chef du Vossische Zeitung, qui est affublé, en raison de son positionnement franco-allemand, du sobriquet de « Journal de Foch » (« Foch’sche Zeitung »).

←58 | 59→

A partir de 1933, il travaille comme rédacteur en chef de la publication d’exil Journal de Paris (Pariser Tageblatt), où il continue à suivre la politique internationale. En 1938, il participe en tant que délégué des émigrés allemands à la conférence d’Evian sur les réfugiés, convoquée par la SDN, qui n’aboutira qu’à des résultats très insatisfaisants187.

La journaliste Geneviève Tabouis travaille pour L’Oeuvre, une publication emblématique pour les dilemmes des pacifistes des années 1920/30. Lors des conférences de paix de 1919, L’Oeuvre soutient les Quatorze points de Wilson et la mise en place de la SDN. Le journal est favorable au Cartel des gauches (1924) et au Front populaire (1936). Tabouis défend une politique de fermeté à l’égard d’Hitler et récolte des fonds pour les réfugiés188. Elle défend dans les pages du Zukunft une alliance des démocraties occidentales avec l’URSS, ainsi que des sanctions contre l’Italie et l’Allemagne, et publie dans L’Œuvre des documents allemands qui montrent les intentions belliqueuses d’Hitler. Elle répond dans le Zukunft à des accusations de la propagande allemande et d’Hitler lui-même, qui lui reprochent de « raconter des histoires » concernant l’armement allemand et la planification de la guerre189. Dans l’édition de L’Œuvre du 12 mai 1939, elle rédige un article d’investigation concernant la préparation de l’invasion allemande à Dantzig190. Le journal n’arrive cependant pas à quitter complètement sa ligne pacifiste, comme le montre l’article de Marcel Déat du 4 mai 1939, Mourir pour Dantzig ?, dans lequel il écrit : « Il ne s’agit pas du tout de fléchir devant les fantaisies conquérantes de M. Hitler, mais je vous le dis tout net : flanquer la guerre en Europe à cause de Dantzig, c’est y aller un peu fort, et les paysans français n’ont aucune envie de ‘mourir pour les Poldèves’ »191.

On retrouve le même dilemme au sein de L’Ecole Nouvelle de la Paix, l’une des initiatives les plus emblématiques du début des années 1930 à Paris, créée par Louise Weiss.

La journaliste accompagne régulièrement Aristide Briand, qui exprime dans L’Europe Nouvelle son souhait de créer une « compagnie anonyme de la paix ». Louise Weiss est convaincue, comme lui, que seul le recours à l’arbitrage peut garantir la sécurité collective. Elle soutient sa politique et défend ses idées sur la construction européenne. En 1930, elle fonde l’Ecole nouvelle pour la Paix, qui sera active jusqu’en 1934192. Les intervenants de cette école auront, pour beaucoup d’entre eux, des liens avec l’UFA et le Zukunft à partir de 1938193. Leurs ←59 | 60→conférences d’un très haut niveau témoignent d’une large ouverture à l’étranger et surtout aux antifascistes allemands, autrichiens et tchécoslovaques194.

Dès 1933, Louise Weiss participe à des organisations d’entraide pour les réfugiés, comme le comité du Baron de Rothschild. Elle quitte L’Europe Nouvelle à la suite de l’arrivée d’Hitler au pouvoir, qui marque l’échec du projet européen et du rapprochement franco-allemand porté par Aristide Briand, et à cause des dissensions au sein de l’équipe de la revue, car certains souhaitant encore coopérer avec l’Allemagne. Elle y signe son dernier article le 3 février 1934195. Au moment de la parution du Zukunft, elle est Secrétaire général du Haut Comité pour l’Aide aux Réfugiés du ministère des Affaires étrangères196.

Son engagement pour les réfugiés la conduit aussi à défendre une ligne ferme vis-à-vis des dictatures. Elle table sur l’opposition tacite d’une grande partie de la population allemande à Hitler. Dans des Appels aux femmes allemandes, elle essaiera de mobiliser cette opposition197.

L’écrivaine Annette Kolb est déléguée au sein de l’« Association pour la coopération culturelle » (« Verband für kulturelle Zusammenarbeit »), qui soutient les activités de la SDN et réunit des intellectuels de plusieurs pays. Elle fait la connaissance d’Aristide Briand en écrivant une monographie sur lui, intitulée Essai sur Briand (Versuch über Briand), 1929. Elle y appelle à l’entente franco-allemande, basée sur sa propre expérience, mais ne trouve pas beaucoup de résonance, contrairement au succès de son roman Daphne Herbst, paru quelque temps avant198. Son engagement pour la réconciliation franco-allemande, pour l’Europe et la démocratie, exprimé dans son Cahier de doléances (Beschwerdebuch) de 1932, est accueilli très positivement par les cercles intellectuels, mais l’expose à des attaques publiques, comme, par exemple, des manifestations de jeunes national-socialistes devant sa maison et celle de son voisin René Schickele à Badenweiler199.

Et enfin, Thomas Mann, qui entretient des liens amicaux avec René Schickele et Annette Kolb, essaie de son côté de sauver l’idéal démocratique et la coopération ←60 | 61→internationale, lors de ses nombreuses apparitions en public. La réussite du NSDAP lors des élections de 1930 l’amène à tenir un discours devenu historique dans la Salle Beethoven à Berlin (Discours allemand/Deutsche Ansprache), où il dénonce l’idéologie nazie : « Je me demande si tout cela est ‘vraiment allemand’, et si le mirage d’une sagesse obéissante, naïve, primitive, de sang pur et, somme toute, très limitée au niveau du cœur et de la raison (…) peut être réalisé par un peuple cultivé, mûr et expérimenté comme les Allemands »200.

Son dernier discours a lieu le 10 février 1933 à Munich, à l’occasion du 50e anniversaire de la mort de Richard Wagner. Le jour suivant, il part avec Katia pour une tournée à Amsterdam, Bruxelles et Paris, pour passer ensuite des vacances à Arosa. Erika et Klaus Mann les convainquent de ne plus revenir en Allemagne201.

La montée en puissance du nazisme, la prise de pouvoir d’Hitler et la guerre de l’Italie contre l’Abyssinie conduisent au déclin de la SDN, qui n’agit pas contre la politique expansionniste de l’Axe. Les hommes politiques français, dont plusieurs auteurs du Zukunft, doivent réagir à cette évolution.

Joseph Paul-Boncour et Edouard Herriot en tirent les conséquences en se rapprochant de l’URSS avec la signature d’un pacte de non-agression en 1932 et l’envoi d’un attaché militaire à Moscou. L’entrée de l’URSS à la SDN le 14 décembre 1934 et le pacte d’assistance mutuelle franco-soviétique du 2 mai 1935 couronnent ces initiatives. Paul-Boncour tente aussi de resserrer les liens avec la Yougoslavie et d’apaiser les relations avec l’Italie, pour éviter un isolement de la France. Lors de la réoccupation militaire de la rive gauche du Rhin par l’Allemagne en 1936, il est l’un des rares à appeler à une intervention immédiate. Il redevient Ministre des Affaires étrangères au printemps 1938 et confirme à la Tchécoslovaquie que la France tiendrait tous ses engagements, avant d’être désavoué par les Accords de Munich qui conduisent à son départ du cabinet202.

Yvon Delbos, membre du parti radical, devient ministre des Affaires étrangères du Front populaire en 1936. Il doit faire face à la crise d’Abyssinie et adopte au départ une ligne conciliante. Il défend la politique de non-intervention dans la guerre civile d’Espagne. En décembre 1937, il discute avec Józef Beck, son homologue polonais, du « projet de Madagascar » pour la colonisation juive afin de rendre service à Hitler. Mais il quitte le Quai d’Orsay après l’annexion de l’Autriche et milite désormais pour une politique de fermeté.

Pierre Cot, Ministre de l’aviation, participe à l’aide clandestine pour l’Espagne républicaine, principalement via des contrats fictifs avec le Mexique et la Lituanie, ←61 | 62→qui n’avaient pas signé le pacte de non-intervention.203. Il fonde en même temps le Rassemblement universel pour la Paix (RUP) avec Philip Noël-Baker et Robert Cecil, une association étroitement liée au Zukunft et à Willi Münzenberg204. Il se trouve accusé par la presse de droite d’avoir livré des armements perfectionnés à l’URSS voire même d’être un agent soviétique205.

Tous ces éléments expliquent la contribution ultérieure des hommes politiques français au Zukunft, qui milite pour une politique de fermeté contre l’Axe.

1.2 Des réseaux constitués par Willi Münzenberg pour le Komintern (1919–1938)

L’hebdomadaire Die Zukunft est en grande partie une idée de Willi Münzenberg, le « millionnaire rouge », l’une des plus brillantes têtes du parti communiste allemand, et un proche de Lénine206. Il participe à la fondation de la IIIe Internationale (Komintern) à l’initiative de Lénine et Trotski, en comptant sur une révolution selon le modèle russe dans d’autres pays, plus particulièrement en Allemagne. Le Komintern établit pendant les années 1920 et 1930 un réseau inégalé d’organisations et associations qui servent comme outils de propagande et où Willi Münzenberg tient une place de premier rang.

La recherche historique s’est penchée, depuis quelques années et grâce à l’ouverture de certaines archives à Moscou, sur ce « système solaire » du Komintern, une formule trouvée par Otto W. Kuusinen en 1926207, et le rôle de Münzenberg jusqu’à sa disgrâce à partir de 1936208. Nous allons analyser l’organisation et les ←62 | 63→activités du « consortium international » de Willi Münzenberg pendant la République de Weimar et dans l’exil.

1.2.1 Les réseaux créés pendant la République de Weimar (1919–1933)

Willi Münzenberg peut s’appuyer sur une vie intellectuelle berlinoise en pleine effervescence pendant la République de Weimar, qui fait de la capitale allemande un centre culturel mondialement reconnu. Nombre d’intellectuels s’engagent politiquement et font, par exemple, le voyage de Moscou.

Deux intellectuels de l’ancien Empire austro-hongrois qui joueront un rôle important pour le futur réseau du Zukunft s’installent pendant cette période à Berlin : Manès Sperber et Arthur Koestler. Tous deux sont d’origine juive et ont été attirés dans leur jeunesse par le sionisme. Manès Sperber, élève d’Alfred Adler à Vienne, arrive dans la capitale allemande en 1927 et rejoint le parti communiste. Il crée l’Institut pour la psychologie individuelle (Institut für Individualpsychologie) à Berlin et habite pendant un certain temps dans la « colonie d’artistes » (« Künstlerkolonie »), où il rencontre Arthur Koestler209 qui travaille en tant que vice-rédacteur en chef du Journal de Berlin de midi (B.Z. am Mittag), et au sein de la maison d’édition libérale Ullstein. Ils y nouent une amitié qui durera pendant toute leur vie. En 1931, Koestler rejoint de son côté le parti où il apprend le travail en « cellule », jusqu’à démissionner de son poste, désormais incompatible avec ses convictions politiques210. Sperber et Koestler fréquentent, pendant leur séjour à Berlin, d’autres intellectuels et écrivains qui contribueront au Zukunft, comme Rudolf Leonhard, Alfred Döblin211, Joseph Roth ou Hermann Kesten, les deux derniers étant originaires de Galicie comme Sperber212.

Tous deux voyagent en URSS. Manès Sperber y séjourne en été 1931 avec sa première femme Miriam, remarque les difficultés de la vie quotidienne et les contradictions internes du régime soviétique, mais reste tout de même fidèle à ses idéaux213. En 1932/33, c’est au tour d’Arthur Koestler de passer une année entière en URSS (1932–1933). Il est témoin des ravages de la persécution des koulaks, de la collectivisation et de la Grande famine en Ukraine. Mais il tente malgré tout d’associer sionisme et communisme, au point de soumettre aux autorités un projet de colonies juives en Sibérie, même s’il remarque que l’URSS est en réalité ←63 | 64→antisioniste et interdit l’usage de l’hébreu214. Il assiste à l’un des premiers procès de l’épuration stalinienne à Achkhabad, puis rencontre Karl Radek et Nikolaï Bucharin à Moscou et passe ses derniers mois à Kharkov auprès de ses amis Eva et Alex Weissberg215. Suite à ses expériences, il leur confie :

« Ce qui me contrarie le plus, ces sont les mensonges dans la presse (…). On parle de ‘problèmes de l’approvisionnement en énergie’. Pourquoi ne dit-on pas simplement : ‘A Kharkov, il n’y a pas de lumière électrique en hiver, sauf pendant deux heures par jour, la plupart des fois à midi, pendant les heures les plus claires’. On parle de ‘problèmes au niveau de l’approvisionnement en nourriture’. On devrait dire : ‘Le peuple dans la rue n’a rien eu à bouffer depuis trois mois, et c’est pour cela que les gens meurent comme des mouches’. Je pense qu’à aucun autre moment dans l’histoire du monde, il y a eu une famine plus grande que celle-ci. Et ces charlatans parlent de ‘difficultés au niveau de la nourriture ‘ »216.

Radek, Bucharin et Weissberg seront victimes des purges staliniennes. Koestler ne rentre pas en Allemagne, car la prise de pouvoir d’Hitler et la mise au pas qui interviennent pendant son séjour en URSS le forcent à s’installer en France. Sperber et Koestler rompront des années plus tard, en même temps que Willi Münzenberg, avec le stalinisme217.

Parmi les autres intellectuels qui soutiennent les initiatives de Münzenberg, on trouve par exemple Kurt R. Grossmann, président de la Deutschen Liga für Menschenrechte (DLM) depuis 1926218 ou Georg Bernhard, rédacteur en chef du Vossische Zeitung de 1918 à 1930219. La ligne éditoriale est marquée par un libéralisme de gauche depuis son soutien à la Révolution de 1848220. Dans les années 1920, la publication regroupe une grande partie de l’élite intellectuelle de Weimar221.

←64 | 65→

Et enfin, des écrivains de premier plan de la République de Weimar côtoient Willi Münzenberg. Trois d’entre eux seront étroitement liés au Zukunft : Kurt Kersten et Alfred Döblin, écrivains expressionnistes, ainsi qu’Hermann Kesten, un représentant majeur du courant de la Nouvelle Objectivité (Neue Sachlichkeit). Döblin et Kesten sont d’origine juive. En dehors de son activité littéraire, Kurt Kersten est aussi rédacteur en chef de la rubrique culturelle du journal Welt am Abend222 et coopère avec Willi Münzenberg au sein des associations que ce dernier met en place223. Il partira de son propre gré en exil en 1934224.

Alfred Döblin écrit Berlin Alexanderplatz en 1929 et publie aussi de nombreux articles de journaux. Il fréquente Arthur Koestler, Manès Sperber, Joseph Roth et Hermann Kesten225. Le 28 février 1933, au lendemain de l’incendie du Reichstag, il s’enfuira en Suisse, puis en France, puis obtiendra, avec sa famille, la nationalité française en 1936.

Hermann Kesten est né en Galicie comme Manès Sperber, un foyer juif dont sont issus de nombreux intellectuels de l’entre-deux-guerres. Il est directeur du département de littérature de la maison d’édition Kiepenheuer et publie des romans qui critiquent la société de la République de Weimar226. L’œuvre de Kesten peut être comparée à certains égards à celle de Klaus Mann (par exemple à Un enfant de l’époque/Kind dieser Zeit)227, qui fera aussi partie des auteurs du Zukunft. Klaus et Erika Mann sont des amis d’Hubertus Prinz zu Löwenstein, et Klaus Mann est, comme ce dernier, influencé par Stefan George228. Comme Arthur ←65 | 66→Koestler et Manès Sperber, ils font partie de la « génération de 1905 », une référence dans la vie intellectuelle en Allemagne et en France229.

Tous ces intellectuels soutiennent la création du conglomérat médiatique et des organisations internationales de Willi Münzenberg, qui ont une forte influence pendant cette période, en défendant des causes universelles auxquelles chacun peut s’identifier. Margarete Buber-Neumann, la belle-sœur de Willi Münzenberg, est l’une des premières à les désigner comme « organisations de camouflage » du Komintern230, c’est-à-dire des organisations « non-partisanes » et/ou humanitaires sous une étiquette démocratique, dont les postes-clés en deuxième ligne sont occupés par des kominterniens, qui les contrôlent ainsi231.

Elles sont néanmoins à l’origine de certaines évolutions cruciales après 1945, et il est donc nécessaire de comprendre ce contexte organisationnel et en particulier le rôle de Willi Mûnzenberg pour expliquer la portée internationale de l’hebdomadaire Die Zukunft qui en résultera.

Dans l’immédiat après-guerre, Willi Münzenberg devient président de l’Internationale des jeunes (Jugendinternationale/JI), issus des Jeunesses socialistes suite à la scission de la gauche232. En automne 1920, elle compte 49 organisations affiliées et 800.000 membres, grâce au talent organisationnel de Münzenberg233. Il en est pourtant évincé en mars 1921, car il se rapproche de la ligne idéologique esquissée par Rosa Luxemburg234, le « gauchisme démocratique » dénoncé par Lénine, qui lui confie cependant de nouvelles fonctions peu de temps après235. La belle-sœur de Willi Münzenberg, Margarete Buber-Neumann, estime dans son ouvrage La Révolution mondiale que Münzenberg se serait peut-être détourné du communisme soviétique dès 1921, s’il n’avait pas eu ce contact étroit avec Lénine, et, de ce fait, des possibilités de carrière inattendues236.

La guerre civile en URSS et la famine qui en résulte poussent Lénine à demander des aides étrangères. Maxime Gorki s’adresse à la SDN le 13 juillet 1921 avec un vibrant appel qui provoque une conférence internationale à Genève du 15 au 18 août, à laquelle douze pays et la SDN participent. C’est le président de l’American ←66 | 67→Relief Administration (ARA), futur président des Etats-Unis, Herbert Hoover, qui accorde le plus de soutien, afin d’alimenter un million d’enfants dénutris. L’aide américaine s’élève au total à 65 millions de dollars.

Fridtjof Nansen organise pour la SDN la logistique de l’acheminement de l’aide237. Au printemps 1922, l’ARA assure l’alimentation quotidienne de onze millions d’Ukrainiens238. Münzenberg fonde, de son côté, le Secours Ouvrier international (SOI)239, dont la présidente honoraire est Clara Zetkin, et qui regroupe des aides individuelles de dizaines de milliers d’ouvriers regroupés dans des organisations affiliées à la Komintern240. Mais le fonds est complété par le Kremlin, qui lui alloue des revenus issus de la nationalisation des biens de l’Eglise241.

Münzenberg utilise des actions de publicité modernes et de très grande ampleur pour faire connaître le SOI. Parmi les supports utilisés, on trouve des cartes postales, des revues illustrées, des films, des brochures et des prospectus. Babette Gross dira plus tard : « A cette époque déjà, Münzenberg a saisi ce qu’apprend un responsable de la publicité aujourd’hui : la portée publicitaire de l’image. Et il avait le talent pour gagner à sa cause les artistes du premier rang ».

Il cible aussi des groupes particuliers : des comités syndicaux, des femmes et des enfants aux Etats-Unis, des comités agraires en Bulgarie et dans les zones rurales en Allemagne. Il organise des « journées de fleurs » au Royaume-Uni, dans les pays scandinaves et aux Pays-Bas. Le 1er novembre 1921, la première revue illustrée pour ouvriers est créée242.

Dans le cadre de ses fonctions, Münzenberg fait la connaissance du Néerlandais Edo Fimmen243, le secrétaire général de la Fédération Internationale des syndicats de transport (International Transport Workers’ Federation/ITF), et du travailliste Ramsay Mac Donald, chef de la IIe Internationale. Ils ne souhaitent pas coopérer avec le Komintern, mais ces contacts seront précieux pour Münzenberg plus tard. Edo Fimmen l’aidera à financer le Zukunft244, et le parti travailliste soutiendra ses actions internationales, sans prêter attention à leur arrière-plan communiste. Il deviendra l’un des piliers de l’hebdomadaire Die Zukunft – tant ←67 | 68→au niveau du financement qu’au niveau des auteurs – et permettra à des émigrés allemands antifascistes de venir au Royaume-Uni245.

Münzenberg coopère aussi avec Olof Aschberg, fils d’un boutiquier russe émigré en Suède, qui apporte un soutien financier important à l’URSS en créant la « Ruskombank », premier établissement soviétique pour le commerce extérieur, qui s’appuie sur un consortium de banques américaines, britanniques, allemandes et suédoises246. Aschberg déménage dans les années 1920 en France, où il achète le château du Bois du Rocher à Jouy-en-Josas et soutient le Front populaire espagnol pendant la guerre civile. Il financera, en partie, le lancement du Zukunft247. En 1948/49, il encouragera Margarete Buber-Neumann, la belle-sœur de Münzenberg, à écrire son autobiographie Prisonnière de Staline et d’Hitler248.

Münzenberg et son bras droit Franz Jung se rendent régulièrement en URSS et sont au courant des ravages que la famine cause dans la population. Mais Münzenberg reste fidèle à la ligne du parti, probablement en raison de ses liens avec Lénine, qui lui dit toute sa reconnaissance dans un courrier du 2 décembre 1922. Des orphelinats et même un énorme chalutier de la Volga sont baptisés Willi Münzenberg249.

Après l’aide d’urgence à l’URSS, le SOI diversifie ses actions dans le monde entier. En 1923, il organise le soutien aux grévistes de la Ruhr. L’URSS, qui s’est relevée de la famine et bénéficie même d’un excédent de production grâce à la NEP, fournit des vivres aux ouvriers250. Le SOI intervient en 1925 en Irlande, menacée par une famine, et au Japon pour soutenir des ouvriers en grève. Il soutient aussi les mineurs en Angleterre en 1926 lors d’une grève qui dure six mois et menace l’existence de leurs familles251. Ce sont Ellen Wilkinson et Louis Gibarti qui coordonnent ces actions252. Beaucoup d’intellectuels berlinois soutiennent également le SOI, qui compte 15 millions d’adhérents en 1926253.

Edo Fimmen et Fridtjof Nansen abandonnent leur scepticisme et rejoignent l’organisation, de même que les Quakers, la Croix-Rouge et des hommes politiques socialistes de plusieurs pays. Le SPD garde ses distances254. Quant à Münzenberg, il est élu comme député du district Hesse-Nassau dans la banlieue de Francfort en mai 1924, après la levée de l’interdiction du KPD. Il gardera son siège jusqu’à son départ en exil en mars 1933255.

←68 | 69→

Il s’illustre aussi dans le domaine des médias, comme, par exemple, dans le cinéma dont l’importance pour la propagande est reconnue par Lénine : « De tous les arts, le cinéma est pour nous le plus important ». Sous les ordres de ce dernier et d’Anatoli Lounatcharski, Münzenberg crée la société cinématographique « Meshrabpom-Russ » en URSS (« Meshrabpom » étant une abréviation de « Secours ouvrier international »). Une moitié de la société est détenue par des investisseurs américains, le reste par le SOI et la banque centrale soviétique256.

Dans ce cadre, Münzenberg noue des contacts avec les socialistes italiens (PSI) qui sont confrontés à la montée du fascisme, des contacts qui seront toujours d’actualité au moment de la publication du Zukunft. Le député communiste Francesco Misiano, un ami d’Antonio Gramsci257, est nommé à la direction de la Meshrabpom où il reste jusqu’à sa mort en 1936, peu de temps avant son inculpation pour « déviance trotskiste » dans les procès de Moscou258.

La distribution des films de Meshrabpom en Allemagne est assurée par la société Prometheus, que Münzenberg dirige. L’un de ses plus grands succès est la distribution du Cuirassé Potemkine de Sergueï Eisenstein en 1926. Prometheus produit aussi plusieurs longs-métrages, dont Ventres glacés (Kühle Wampe) d’après un scénario de Bertolt Brecht en 1932259. C’est le premier film communiste de la République de Weimar et un acte emblématique, quelques mois avant la prise de pouvoir d’Hitler. Le contexte politique et la menace de censure conduisent la société Prometheus à la faillite260.

Mais Münzenberg s’investit aussi au-delà des frontières européennes. En 1924, le Komintern planifie la création d’une organisation anticolonialiste et anti-impérialiste qui amplifierait et coordonnerait les actions révolutionnaires d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine. Le contexte en Allemagne est particulièrement propice car la République de Weimar donne un droit d’asile généreux aux représentants des mouvements d’indépendance dans les pays colonisés.

Une centaine d’étudiants chinois viennent chaque année à l’Université de Berlin. Des activistes comme Ho Chi-Minh, qui fait des trajets réguliers entre Paris et Moscou en passant par Berlin, ou l’Indien V. Chattopadhyaya (appelé « Chatto » par les kominterniens) qui s’y est installé avec son épouse allemande, font partie de la vie intellectuelle berlinoise261. L’organisation imaginée par le Komintern doit passer par la création de partis nationaux-révolutionnaires réunissant des représentants ouvriers, paysans et de la classe moyenne, selon le modèle du ←69 | 70→Guomindang en Chine262. Les étudiants chinois ayant étudié à l’étranger, comme Deng Xiaoping ou Zhou Enlai, renforcent les cercles marxistes animés par des émissaires du Komintern et des enseignants sibériens formés à cet effet. Ils collaborent avec Sun Yat-Sen, car le Komintern estime qu’il poursuit des objectifs « révolutionnaires »263.

Les rébellions contre la colonisation française au Moyen-Orient (Maroc, Liban et Syrie) sont amplifiées par une importante campagne anticolonialiste orchestrée par Münzenberg en Allemagne. Il mobilise les intellectuels berlinois contre les « atrocités en Syrie » et fonde un Comité d’action contre la politique coloniale impérialiste en 1925, qui réunit la DLM, les Médecins socialistes et la Ligue des vétérans pacifistes.

C’est le pacifiste radical Otto Lehmann-Russbüldt, futur auteur du Zukunft et fondateur de la DLM, qui en assume la présidence, mais, en vérité, c’est le bras droit de Münzenberg, Louis Gibarti (de son vrai nom Ladislas Dobos, un kominternien hongrois), qui en définit la ligne. Gibarti, qui restera le plus proche collaborateur de Münzenberg à côté d’Otto Katz jusqu’à sa rupture avec le stalinisme, jouera aussi un rôle important dans le réseau du Zukunft, notamment en ce qui concerne les relations avec les organisations syndicales ou les intellectuels américains264.

En février 1927, des troupes américaines envahissent le Nicaragua, pendant que le gouvernement mexicain envisage la nationalisation des ressources de pétrole et une révolution agraire selon le modèle soviétique, ce qui est contraire aux intérêts américains. Le gouvernement du président Calles soutient les activités anticoloniales de Münzenberg avec des aides financières importantes265. Le contact mexicain sera décisif pour plusieurs collaborateurs du Zukunft, qui pourront obtenir des visas quelques années plus tard afin de s’y installer après la débâcle française.

En 1927, Münzenberg organise un congrès à Bruxelles (10 au 15 février), qui réunit des délégations d’un grand nombre de pays colonisés ou semi-coloniaux (Amérique du Sud, Mexique, Indonésie, Chine), auquel participe aussi Albert Einstein. La présidence est assurée par Henri Barbusse. Il s’agit de la réunion anticolonialiste la plus vaste et la plus représentative de l’entre-deux-guerres266.

←70 | 71→

Hormis les délégations des pays du « Sud », sont présents des pacifistes américains, des députés britanniques du parti travailliste (George Lansbury) et du parti travailliste indépendant (Fenner Brockway), des féministes telles qu’Helene Stöcker et des délégués russes. En tout, 174 délégués représentant 137 organisations de 37 pays sont présents, dont 104 issus de colonies ou des « pays opprimés par l’impérialisme ». Les organisations les plus importantes sont le Guomindang qui envoie 25 délégués267, ainsi que le Congrès national indien et son organisation-sœur, le Congrès national de l’Afrique du Sud268.

Plusieurs personnalités qui interviennent dans les indépendances après 1945 sont présentes : Jawaharlal Nehru, Messali Hadj, Lamine Senghor, Muhammad Hatta, Hafiz Ramadan Bey et Josiah Gumede, fondateur de l’ANC d’Afrique du Sud269. Helene Stöcker et Jawaharlal Nehru publieront des articles dans le Zukunft, qui se démarquera des autres publications de l’exil par une réflexion approfondie sur la colonisation européenne.

Edo Fimmen joue un rôle important dans l’organisation du congrès. Il parle plusieurs langues et connaît bien les syndicats indonésiens, japonais et latino-américains270. Le congrès est financé en partie par le SOI, mais on constate que les personnalités présentes sont issues de tendances politiques assez diversifiées, ayant pour but commun la fin de la colonisation.

Dans son discours d’ouverture, Münzenberg exprime cette volonté : « Les évolutions des prochaines décennies vont mener à la libération des pays coloniaux et semi-coloniaux (…). Nous allons essayer, par l’organisation de la volonté humaine, d’accélérer cette évolution et d’amener la libération des peuples le plus vite possible. »271.

Lamine Senghor appelle à une « transformation du monde actuel en une ‘Union des peuples libres’ ». Il dénonce, comme Georg Ledebour et Helene Stöcker, l’impérialisme et le capitalisme, qui pourraient mener à une nouvelle guerre272. Lors de ce congrès, la Ligue anti-impérialiste (LAI) est créée qui rencontre rapidement un grand succès. Dans son discours de clôture, Münzenberg annonce un « succès complet (…) qui a dépassé toutes nos attentes ».

Des socialistes s’associent officiellement à la LAI. George Lansbury, le « grand old man » du parti travailliste, devient son président, Edo Fimmen le vice-président. Mais deux kominterniens, Louis Gibarti et Liau Han Sin, en sont les secrétaires273.

←71 | 72→

Margarete Buber-Neumann raconte la soirée organisée à Berlin dans l’appartement de Münzenberg par Babette Gross pour les délégués avant leur départ dans leurs pays respectifs. Dans ses échanges avec Lansbury, elle remarque que celui-ci ne se rend pas compte de l’influence du Komintern. Il considère la Ligue anti-impérialiste comme un « moyen d’exprimer l’opinion d’Européens responsables » par rapport aux méfaits du colonialisme sans « avoir aucunement besoin » d’y être incités par les communistes. Quant à Senghor, il attribue d’emblée un rôle uniquement positif à l’URSS quand il lui confie : « L’Union soviétique est le seul pays au monde qui combat réellement le colonialisme ». Elle remarque que « ces peuples de couleur ont, avec une confiance enfantine, tourné leur visage vers Moscou »274.

Münzenberg entretient jusqu’à la parution du Zukunft des contacts étroits avec les délégués du congrès. Ceux-ci l’apprécient en fait souvent malgré son engagement pour le Komintern, et le suivent quand il rompt avec le stalinisme.

L’ « esprit de Bruxelles » reste vivant chez les participants, comme Babette Gross le souligne. Nehru évoque la mémoire de Willi Münzenberg et du congrès de Bruxelles lors de son discours d’ouverture à la conférence de Bandung de 1955. La même année, Babette Gross rencontre un ancien membre de la délégation indienne, le journaliste Nambiar, un ami de Nehru, devenu ambassadeur à Bonn. Celui-ci lui dit, en comparant la conférence de Bruxelles à celle de Bandung :

« L’esprit de Bandung est incomparable avec l’enthousiasme et la confiance en l’avenir qui se sont manifestés lors du congrès de Bruxelles. Bruxelles a été une sorte de ‘symphonie de l’espoir’, et la plupart des participants n’étaient certainement pas favorables au communisme pour autant. A Bandung, en revanche, les représentants des anciennes colonies n’ont plus parlé de ‘lutte commune’. Ils se sont opposés, tout comme les anciennes puissances coloniales, pour des raisons impérialistes. Il n’y a pas de solidarité entre l’Asie et l’Afrique. La Chine veut transformer tous les petits pays asiatiques en pays-satellites, et les nouvelles républiques africaines veulent, au contraire, chasser tous les Asiatiques de chez elles »275.

La stratégie du Komintern mène néanmoins à un échec en Chine : Après la mort de Sun Yat-Sen, nationalistes et communistes commencent à s’opposer. Les tentatives de soulèvement des ouvriers communistes chinois à Shanghai et à Canton en 1928, où le beau-frère de Münzenberg, Heinz Neumann, est dépêché pour organiser l’insurrection, échouent contre l’armée nationaliste de Tchang Kaï-chek qui étouffe le soulèvement dans une mare de sang (environ 60.000 victimes) et met la tête de Heinz Neumann à prix.

Ce dernier est accusé par le Komintern d’avoir causé l’échec de la révolte, même si, à l’origine, l’erreur revenait à Staline et le secrétariat du Komintern qui avaient préconisé qu’il existait une « situation révolutionnaire » en Chine qui ←72 | 73→devait mener à une victoire sûre des communistes276. Suite à la mainmise de Staline sur le Komintern, la Ligue anti-impérialiste se désintègre entre 1929 (congrès de Francfort) et 1931 (congrès de Berlin). Des personnalités dénoncés comme « réformistes » en sont exclus, telles que George Lansbury, Albert Einstein, Henri Barbusse, Upton Sinclair ou Jawaharlal Nehru. Face à ce demi-échec, Münzenberg demande à être démis de ses fonctions, demande à laquelle le Komintern accède le 29 mars 1933277. Cela ne l’empêche cependant pas de défendre la ligne stalinienne au moins jusqu’en 1936278.

En Allemagne, Münzenberg crée un véritable empire médiatique. Les Nouvelles éditions allemandes (Neuer Deutscher Verlag) qu’il acquiert en 1923 publient des livres de propagande, comme, par exemple, Ce que 58 travailleurs allemands ont vu en Russie. Son ami Edo Fimmen écrit la préface de cet ouvrage279. La maison Cosmos Verlag, également créée en 1923/24, publie des auteurs tels que Kurt Kersten (très impliqué dans le projet du Zukunft280), Gustav Regler, Egon Erwin Kisch, Kurt Tucholsky, Henri Barbusse, et même une monographie du peintre mexicain Diego Rivera281.

En 1924, la Revue illustrée des ouvriers (Arbeiter-Illustrierte Zeitung) est créée, célèbre pour les collages de John Heartfield (de son vrai nom Helmut Herzfeld) qui y sont publiés régulièrement. Cet hebdomadaire réunit 420.000 lecteurs à la veille de l’ascension du parti nazi au pouvoir. Il réunit dans ses colonnes des auteurs de renom tels que Kurt Tucholsky, Maxime Gorki, George Bernard Shaw, Erich Kästner, Bertolt Brecht ou Anna Seghers et utilise les dernières techniques de la photographie.

Comme il ne fait pas appel à des publicités pour se financer, l’hebdomadaire reste, malgré son succès, dépendant du financement du Komintern, du SOI et du KPD. Il sert comme organe de propagande communiste auprès de larges couches de la population. En 1928, la compagne de Willi Münzenberg, Babette Gross, est envoyée à Paris pour aider les camarades français à créer une revue similaire qui portera le titre Nos Regards, Illustré mondial du travail, sous la direction de Léon Moussinac282. Après l’interdiction de Nos Regards, Léon Moussinac crée en 1932 une nouvelle revue selon le même principe, avec le titre Regards, qui existe encore ←73 | 74→de nos jours. Il fonde aussi, en 1932, avec Louis Aragon, l’« Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires (A.E.A.R.) »283. Münzenberg côtoie également l’éditeur de la revue Vu, Lucien Vogel, qui fonctionne selon le même principe que Regards, et sa fille, Marie-Claude, qui sera déportée à Auschwitz et témoignera lors des procès de Nuremberg284.

Cette activité frénétique est complétée par l’édition de quotidiens à succès, comme Die Welt am Abend, Berlin am Morgen, Der Eulenspiegel ou des magazines spécialisés, comme Peuple et film (Volk und Film), Le photographe ouvrier (Der Arbeiterphotograph) ou Le chemin de la femme (Der Weg der Frau)285.

Hormis l’aide à la création de Regards, il édite aussi Ce Soir à Paris et P.M. à New York. Il fédère des milliers d’intellectuels dans tous les pays du monde autour des actions de propagande pour le SOI et contre l’impérialisme.

En 1929, Münzenberg dispose d’un empire médiatique considérable, une vraie multinationale avant l’heure, financée en partie par la Komintern, mais aussi par les abonnements. Il diversifie les activités en soutenant financièrement des créations d’entreprises par des camarades du parti et achète des bons du trésor russes qui rapportent jusqu’à 30% d’intérêts par an286. Le journal social-démocrate Vorwärts le compare à Alfred Hugenberg dans une série d’articles intitulée : Le consortium Münzenberg : Les affaires du Hugenberg communiste, comparaison vivement rejetée par l’intéressé287.

Ruth Fischer, qui évoque, comme Margarete Buber-Neumann, les « organisations de camouflage » dit, dans ce contexte : « C’est vraiment Münzenberg qui a découvert un nouveau type d’alliés : les sympathisants libéraux et progressistes, des intellectuels ou des personnes issues des classes aisées, comme, par exemple, des médecins ou des avocats »288.

Il est aussi à l’origine de l’idée de « solidarité » à la place des « bonnes œuvres », en appelant, par exemple, à la « solidarité avec le peuple russe » et en impliquant psychologiquement les personnes qui font des dons par une publicité variée et originale qui passe par les nouveaux médias, mais aussi des récompenses symboliques, comme des épingles du SOI, des cartes postales de l’URSS ou des bustes de Marx et Lénine289.

←74 | 75→

Par rapport à ces intellectuels et ouvriers, Margarete Buber-Neumann s’interroge s’il s’agissait uniquement d’« idiots utiles », qui chantaient les louanges de l’URSS au début des années 1930, malgré la persécution et la famine, et à qui on montrait une « façade » très éloignée de la réalité lorsqu’ils visitaient le pays. Elle arrive à la conclusion qu’il devait s’agir soit effectivement de personnes qui se laissaient abuser, soit d’agents du Komintern290.

On comprend mieux ce constat amer quand on considère l’histoire de l’auteure, prisonnière dans un camp de travail en URSS après l’exécution de son mari dans le cadre des procès de Moscou, puis livrée à Hitler suite au pacte germano-soviétique, où elle a survécu 5 longues années dans le camp de Ravensbrück291.

Arthur Koestler livre une autre explication pour sa propre adhésion au communisme. Après son long voyage en URSS de 1932 à 1933, où il a vu la famine, la pauvreté et l’inefficacité dans le pays, il dit : « Je suis resté un communiste convaincu ». Il considérait les mensonges et les malheurs dont il avait été témoin comme une « nécessité ». Il ne remettait pas la faute au système ou à une théorie, mais au fait que le pays et sa population étaient « arriérés », tout en restant convaincu qu’« on ferait mieux » dans les pays plus développés, comme l’Allemagne ou l’Autriche. Il évoque aussi les rencontres avec des gens qu’il désigne comme « patriotes soviétiques », qui essayaient sans cesse de faire fonctionner la machine malgré les difficultés, en donnant une impression d’« ordre et dignité », indépendamment de leurs fonction ou statut, « et qui sont toujours les premières victimes des purges, mais jamais vraiment éradiqués »292.

Ces citations font référence à son idéalisme et à une volonté réelle de changer la société pour qu’elle devienne plus juste et plus adaptée à la vie moderne. Ces deux éléments, partagés par de nombreux intellectuels, conduiront par ailleurs Münzenberg, Koestler et d’autres « renégats » à rompre, en fin de compte, avec le stalinisme293, mais aussi certains de leurs amis à persister justement dans cette ligne, en espérant des lendemains meilleurs.

Les deux personnes qui soutiennent le plus Münzenberg dans toutes ces activités sont sa compagne Babette Gross et son bras droit Otto Katz. Selon Arthur Koestler, il est un agent du Komintern et a comme double fonction d’aider et d’espionner Münzenberg. Ce dernier est tout à fait au courant de ces activités, il l’utilise, mais témoigne d’un certain mépris envers lui. Koestler le décrit comme « lisse, charmant et cosmopolite ». Il parle français, anglais, russe et tchèque et complète ainsi Münzenberg, qui a le plus grand mal à s’exprimer dans des langues étrangères.

←75 | 76→

Katz est également en contact avec Leopold Schwarzschild, pour qui il assure la gestion de son journal libéral, le Journal (Tagebuch) à Berlin294. Schwarzschild est un ami de Münzenberg, malgré leurs opinions politiques divergentes. Il publiera, dans l’exil, le Nouveau journal (Das Neue Tage-Buch), qui succèdera directement à sa publication berlinoise, et qui se démarquera des autres publications de l’exil par son niveau exigeant, son orientation internationale et sa tonalité libérale. Les grands journaux occidentaux le citeront fréquemment, et des personnalités publiques comme Winston Churchill ou Bertrand Russell le liront régulièrement et y publieront des articles295. C’est de ce journal que se rapprochera le plus le Zukunft296.

Le point d’orgue des activités internationales de Münzenberg est l’organisation d’un Congrès mondial contre la guerre et le fascisme en mars 1932 à Amsterdam, auquel 2.000 participants issus de 27 pays assistent. Ce congrès est à l’origine de mouvements contre la guerre et le fascisme dans plusieurs pays, comme, par exemple, le comité Amsterdam-Pleyel en France297.

Mais malgré ses nombreux contacts avec la gauche démocratique et pacifiste, Willi Münzenberg reste fidèle à la ligne directrice du Komintern jusqu’en 1933, qui désigne les sociaux-démocrates comme ennemi principal, davantage que le NSDAP, car ce seraient en réalité eux qui serviraient la bourgeoisie et le fascisme. Il s’agit de la théorie du « social-fascisme », inaugurée par Zinoviev en 1924 et reprise par Staline298. Hermann Weber fera ressortir en 1982, dans son étude L’ennemi principal : la social-démocratie, les conséquences dévastatrices de cette ligne, car elle fut sans doute l’une des raisons principales de l’arrivée d’Hitler au pouvoir299. Selon Stéphane Courtois, Willi Münzenberg, qui avait une « influence déterminante » sur l’orientation politique du KPD, fut « largement responsable du désastre qu’a connu le mouvement ouvrier et socialiste allemand »300.

←76 | 77→

Selon Margarete Buber-Neumann, les succès électoraux des nazis à partir de 1930 auraient même « forcé l’admiration de Staline et, par conséquent, du secrétariat du Komintern », ce qui l’aurait décidé à mener une sorte de « coexistence pacifique » avec Hitler301. Elle cite des exemples de coopération entre national-socialistes et communistes pour la période de1930 à 1933, qui passent par des demandes de libération de « prisonniers politiques » comme le national-socialiste Claus Heim, ou bien des cercles informels, tel celui qui se forme autour du « national-bolchévique » Karl Otto Paetel, et de sa publication Départ (Aufbruch)302.

Karl Otto Paetel, un futur auteur du Zukunft (ce qui nous laisse entrevoir la diversité de courants réunis autour de l’hebdomadaire !), coopère au sein de ce cercle avec Otto Strasser, les frères Ernst (NSDAP) et Bruno (KPD) von Salomon et le communiste Bodo Uhse. Ils sont à l’origine de la campagne conjointe des partis extrêmes contre le gouvernement de Prusse en 1931, considéré par les commentateurs contemporains comme le dernier « bastion de la démocratie » et gouverné par la coalition de Weimar (SPD, DDP et Zentrum). Ce gouvernement régional (l’Allemagne était un Etat fédéral, déjà à l’époque) poursuit une ligne antifasciste et anticommuniste303. Trois futurs auteurs du Zukunft y participent : Otto Braun (SPD) comme ministre-président, Otto Klepper (sans parti) comme ministre des Finances, et Herbert Weichmann (SPD) comme assistant personnel d’Otto Braun. Les problèmes budgétaires de la Prusse suite à la crise économique les forcent à mener des réformes draconiennes, pendant que le chancelier Heinrich Brüning, opposé au « gouvernement rouge » de la Prusse, essaie d’obtenir le contrôle sur sa police et sa justice en échange d’aides financières304.

C’est dans ce contexte que NSDAP et KPD militent ensemble en faveur d’un référendum pour dissoudre le parlement prussien305. Le référendum échoue, mais le parlement est dissout en début de 1932, et le gouvernement d’Otto Braun perd les élections anticipées contre les national-socialistes et les communistes. Ces derniers n’arrivent toutefois pas à s’entendre, et Braun reste donc dans ses fonctions à la tête d’un gouvernement minoritaire306. Le successeur de Brüning, Franz ←77 | 78→von Papen, impose le 20 juillet 1932 la réunion du gouvernement du Reich et de la Prusse entre ses mains, ce qui facilitera l’ascension d’Hitler au pouvoir.

Dans ce contexte tendu, Albert Grzezinski (le ministre de l’intérieur prussien), Herbert Weichmann et Otto Klepper plaident en faveur d’une intervention du « Front de Fer » pour éviter la destitution du gouvernement de Prusse. Mais ils n’arrivent pas à imposer leurs vues à Otto Braun, qui essaie de passer par la voie légale307. Mais la décision de la Cour constitutionnelle, qui tranche effectivement en faveur du gouvernement prussien, arrive trop tard pour changer le cours des évènements308. Personne ne peut présager à ce moment que des nouvelles alliances entre les ennemis d’hier se créeront dans l’exil, dont l’une des chevilles ouvrières sera paradoxalement Willi Münzenberg309.

La scission entre les partis ouvriers est aussi visible lors des élections du président du Reich en février 1932, à laquelle quatre candidats se présentent : Hindenburg, Hitler, Thälmann et Duesterberg. Le SPD, qui reproche maintenant au KPD de son côté de « s’être rapproché des fascistes », ne soutient pas le leader communiste Ernst Thälmann, mais appelle à l’élection d’Hindenburg pour « battre Hitler ». L’écrivain Kurt Hiller – qui fera partie de l’UFA et du cercle des proches du Zukunft – avance une candidature d’Heinrich Mann, mais celui-ci refuse et appelle de son côté à l’élection d’Hindenburg310.

La réticence d’Heinrich Mann affaiblit encore davantage le camp démocratique, même s’il signe avec Käthe Kollwitz et d’autres artistes et intellectuels un Appel urgent pour la constitution d’un Front ouvrier uni avant les élections législatives du 31 juillet 1932. Il est vrai que SPD et KPD ensemble obtiennent 37,3% des votes lors des élections du 6 novembre 1932, contre 33,1% pour le NSDAP. L’Appel urgent est affiché de nouveau avant les élections du 5 mars 1933, ce qui vaut à Heinrich Mann la destitution de son poste de président de l’Académie prussienne des Beaux-Arts et son départ en exil (5 et 21 février 1933)311.

1.2.2 Les réseaux créés en exil (1933–1938)

La prise de pouvoir d’Hitler force l’ensemble des protagonistes de ces évènements néfastes à prendre le chemin de l’exil. Mais cette nouvelle donne ne freine aucunement l’activité de Willi Münzenberg. Il utilise son réseau international pour ←78 | 79→recréer un nouveau « consortium » médiatique et associatif, dont la préoccupation principale est désormais la lutte contre le régime et la propagande nazis. Münzenberg devient ainsi l’un des principaux adversaires de Goebbels au niveau de la propagande internationale et se lie, entre autres, avec les personnalités politiques qui seront à l’origine du Front populaire, comme Edouard Herriot, Edouard Daladier ou Pierre Cot312. Quels sont les facteurs qui permettent à Willi Münzenberg de continuer ses activités, malgré les contraintes de l’exil ?

L’arrivée en France est facilitée pour Willi Münzenberg, sa compagne Babette Gross et ses proches collaborateurs, car ils connaissent déjà des intellectuels et politiques français grâce à leurs multiples activités. Henri Barbusse et Marie-Claude Vogel, la fille du directeur de la revue Vu, les aident à obtenir l’asile auprès du cabinet Chautemps. Les intellectuels antifascistes français, même les libéraux, sont prêts à coopérer avec eux. Ils rejettent la ligne du Komintern, mais sont d’accord pour combattre le régime nazi, dont ils reconnaissent la nature nihiliste et totalitaire « bien avant un grand nombre d’intellectuels allemands », selon Babette Gross313. Un facteur qui joue en faveur de Münzenberg est aussi qu’il se montre plus ouvert que d’autres kominterniens aux représentants des mouvements de gauche concurrents au parti communiste314.

Depuis son séjour en Suisse, il était resté en contact avec Salomon Grumbach, qui fait partie de l’aile droite du SFIO. Grumbach aide un certain nombre de sociaux-démocrates à se réfugier en France après la prise de pouvoir d’Hitler et introduit Münzenberg dans des cercles « allant de Pierre Laval à la droite socialiste », écrit Babette Gross. Pierre Comert, qui assume la direction du service de presse au Quai d’Orsay depuis 1933 et aide les exilés allemands, lui fait rencontrer ses amis du parti radical-socialiste, comme Joseph Paul-Boncour315. Yvon Delbos, ministre des Affaires étrangères de Léon Blum, fait également partie de son cercle et l’aide à entrer en confidence avec Gaston Palewski, Georges Mandel, Pierre Cot et Jean Giraudoux316.

Olof Aschberg, installé à Paris, aide également les réfugiés allemands, et sa compagne Siri crée un orphelinat pour des enfants arrivés en France sans leurs parents317. Ces liens alimenteront l’UFA et le Zukunft quelques années plus tard.

←79 | 80→

Münzenberg achète en 1933, grâce à la médiation de Paul Nizan et avec l’argent du Komintern et du PCF, les Editions du Carrefour à Paris, afin de continuer ses activités antifascistes. L’ancien propriétaire, l’éditeur suisse Pierre G. Lévy, a créé en 1928 cette maison d’édition restée mythique dans l’histoire de la littérature des années trente. Il est parvenu à réunir des noms prestigieux des avant-gardes littéraires, de la philosophie et des beaux-arts318, au sein de la revue Bifur, fer de lance surréaliste, entre autres, qui ne durera malheureusement pas très longtemps, faute de moyens financiers319. Le manque d’argent de la maison d’édition permet à Münzenberg de la reprendre, mais Pierre G. Lévy, d’origine juive et antifasciste convaincu, reste à sa disposition en tant que conseiller pour implanter la nouvelle équipe de direction dans la vie intellectuelle et l’environnement éditorial parisiens. En 1934, les locaux des Editions du Carrefour sont déménagés au N° 89, boulevard Montparnasse, où Münzenberg installe également le bureau parisien du SOI320.

Le premier livre publié sous la régie de Münzenberg est, en 1933, le Livre Brun sur l’incendie du Reichstag. Ce sont ses amis Otto Katz et Gustav Regler qui y contribuent en grande partie321. Le Livre brun produit un certain nombre de « preuves » pour la culpabilité des nazis dans l’incendie, dont un grand nombre se sont avérés être des faux plus tard. Mais il dénonce aussi la terreur nazie contre les communistes et autres opposants politiques, et contient une liste de 100 personnes tuées par le régime – celles-ci bien réelles

Les témoignages accablants sur la situation en Allemagne donnent une portée inédite à cet ouvrage, publié anonymement par le « Comité international d’aide aux victimes du fascisme hitlérien, président : Lord Marley ». Gustave Regler le formule ainsi : « Le livre que nous voulions composer devait être un réquisitoire contre le régime allemand ». Arthur Koestler ajoute : « Nous ne disposions que de communications clandestines avec l’Allemagne. Nous étions souvent réduits à deviner, à bluffer et à nous servir de la connaissance intuitive que nous possédions des méthodes et des idées de nos adversaires »322.

La technique de propagande mise en place par Münzenberg et ses amis est un succès : en quelques mois, le Livre Brun atteint 50 éditions en 20 langues et devient la publication-phare des « nouvelles » Editions du Carrefour. En tout, il ←80 | 81→sera diffusé à 1 million d’exemplaires. Il contribue à une altération de l’image du régime nazi à l’étranger.

Le Ministère de la propagande de Goebbels se sent obligé à reprendre certains points évoqués dans le Livre Brun pendant le procès de l’incendie du Reichstag à Leipzig, et les agences de presse allemandes cherchent à démentir les accusations. Göring, Goebbels et Helldorf sont obligés de venir à la barre des témoins dans le procès contre Dimitrov. Le commandant du camp de concentration d’Oranienburg rédige un Anti-Livre brun pour réfuter les précisions données concernant les conditions de vie des détenus dans ce camp. Les éléments du Livre Brun sont repris par de nombreuses publications de l’exil et la propagande des Alliés pendant la guerre. Après la guerre, il sera souvent utilisé comme base pour l’historiographie du IIIe Reich323. Peu après, au moment du procès de Leipzig, les Editions du Carrefour publient un Livre Brun II, puis suite à la « Nuit des Longs couteaux » un Livre Blanc sur les exécutions du 30 juin.

Les Editions du Carrefour amassent des archives importantes pour le Livre Brun I et II, qui servent comme base pour la Bibliothèque libre de l’Allemagne (Deutsche Freiheitsbibliothek) à Paris, à côté d’ouvrages brûlés et interdits par le régime national-socialiste. Elle est présidée par Heinrich Mann et implique d’autres futurs auteurs du Zukunft, tels que H.G.Wells, Romain Rolland, Lion Feuchtwanger, Joseph Roth et Rudolf Olden324. Ouverte au public le 10 mai 1934, le premier anniversaire de l’autodafé de livres en Allemagne, elle devient avec ses 20.000 livres le point de ralliement des intellectuels français et émigrés, ainsi que d’étudiants et scientifiques. Elle est étroitement liée à la Société de protection des écrivains allemands (Schutzverband Deutscher Schriftsteller/SDS), également dirigée par Heinrich Mann et financé par le Komintern. En Grande-Bretagne, l’Association des Amis de la librairie des livres brûlés (Society of the Friends of the Library of Burned Books) voit le jour325.

Suite à la parution des Livres bruns I et II, des « contre-procès » très médiatisés de l’incendie du Reichstag sont organisés au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. C’est Louis Gibarti qui les met en place, pour le compte du « Comité mondial ←81 | 82→d’aide pour les victimes du fascisme », une autre organisation créée par Münzenberg. Ces « contre-procès » durent jusqu’en 1935 et sont accompagnés par des manifestations en faveur d’Ernst Thälmann, emprisonné par le régime nazi. Münzenberg effectue en même temps une tournée dans plusieurs métropoles des Etats-Unis, accompagné du leader travailliste britannique Aneurin Bevan. Il reçoit le soutien du maire de New York, La Guardia, et ramène des fonds importants en Europe. Mais le Komintern est réservé, car Münzenberg coopère avec la « bourgeoisie » américaine326.

Louis Gibarti et Otto Katz parviennent de leur côté à fédérer des grands noms de la littérature et du cinéma américains autour du combat antifasciste. Gibarti fréquente John Dos Passos, Ernest Hemingway et Thomas S. Eliot, pendant qu’Otto Katz créé, sur incitation de Münzenberg, et avec la coopération de Hubertus Prinz zu Löwenstein, la Ligue antifasciste d’Hollywood (Hollywood Antinazi League), renommée en 1939 « Ligue hollywoodienne pour l’action démocratique » (« Hollywood League for Democratic Action »)327. Des émigrés allemands sympathisants du communisme, comme Fritz Lang, Billy Wilder, Bertolt Brecht et Hanns Eisler, y participent, mais aussi l’écrivain Dashiell Hammett et la journaliste Dorothy Thompson, qui soutiendra le Zukunft et y publiera des articles. A ces personnalités s’ajoutent des scénaristes et réalisateurs, comme Herbert Biberman et Frank Tuttle328.

En 1939, la Ligue compte 4.200 souscripteurs, dont Groucho Marx, James Cagney, Erroll Flynn, Ginger Rogers et les frères Warner (qui aident beaucoup les émigrés allemands en leur procurant des contrats)329. D’autres organisations progressistes soutenues par le Komintern émergent dans les années 1930, comme la Ligue des écrivains américains (League of American Writers), le Conseil hollywoodien pour la Paix (The Hollywood Peace Council) ou le Comité démocratique de Motion Picture (Motion Picture Democratic Committee). Toutes sont surveillées par les services secrets américains, et beaucoup d’artistes et intellectuels concernés seront mis à l’index par le maccarthysme des années 1950330. On remarque une forte corrélation entre la participation à ces associations et le ←82 | 83→soutien au New Deal de Franklin D. Roosevelt331. Elles témoignent d’une certaine conscience sociale de leurs membres, qui détient également sur la production filmographique de cette période.

En France, le Comité mondial contre la guerre et le fascisme voit le jour, dirigé par Henri Barbusse, puis, après sa mort, par Paul Langevin. La branche féminine de ce comité est particulièrement active, avec des personnalités telles que Gabrielle Duchêne, Emily Pankhurst et Dolores Ibarruri. Ellen Wilkinson y assure le travail organisationnel332.

Après la prise de pouvoir d’Hitler, des syndicats affiliés à l’Internationale syndicale rouge (ISR) rédigent un appel en vue d’un congrès ouvrier européen antifasciste, salle Pleyel à Paris, publié dans L’Humanité le 18 mars 1933. Henri Barbusse et Gaston Bergery organisent le congrès qui se tient le 4 juin 1933333. La CGT, la CGTU et la CGPT y rencontrent des syndicats autonomes. Mais le mouvement a du mal à se réclamer de l’ensemble de la lutte antifasciste334. Ce n’est que suite aux évènements du 6 février 1934 qu’il réussit à fédérer l’ensemble des syndicats lors du « Rassemblement national antifasciste » du 20 mai 1934, avec environ 3 500 délégués335 et présidé par Paul Langevin336.

Ces activités du nouveau « consortium Münzenberg » expliquent en partie la posture internationale du Zukunft quelques années plus tard, car elles ont une influence qui dépasse largement les seuls sympathisants communistes.

Parmi les collaborateurs des Editions du Carrefour, on trouve les membres du « consortium » de Berlin, comme Babette Gross, Otto Katz et John Heartfield, mais aussi des nouveaux venus, comme Arthur Koestler et Manes Sperber, qui feront également partie de la colonne vertébrale du Zukunft. Ils arrivent à Paris en 1934, après en début d’exil en Hongrie pour le premier, en Yougoslavie pour le second. Ils travaillent d’abord pour Willi Münzenberg au sein de l’« Institut pour ←83 | 84→l’étude du fascisme » (« Institut zum Studium des Faschismus »/INFA), puis pour sa maison d’édition337.

La finalité principale des Editions du Carrefour est de mettre en garde contre la politique de réarmement d’Hitler et d’éclairer le public sur les persécutions des juifs et des opposants politiques, deux éléments qui seront repris dans le Zukunft. Dorothy Woodman, la secrétaire de l’UDC, qui a assisté au procès de Leipzig sur l’incendie du Reichstag et a signé une pétition avec John Maynard Keynes et H.G.Wells pour libérer Dimitrov, y publie deux ouvrages : Hitler pousse à la guerre en 1934 et L’aviation allemande est prête en 1935338. L’écrivain Sydney Fowler Wright, qui visite l’Allemagne en 1934, est l’auteur d’une nouvelle avec un titre qui semble prémonitoire : La chute de Prague. Roman de la guerre de 1938339. En 1936, un livre documentaire parait : La tache jaune. L’extermination de 500 000 Juifs allemands, avec une préface de Lion Feuchtwanger340, puis, en 1937, le livre-programme de Willi Münzenberg, La propagande comme arme, co-écrit avec Kurt Kersten341. 56 titres y seront publiés en tout342. Les Editions du Carrefour peuvent ainsi être considérées comme l’organe le plus important du KPD et l’une des maisons d’éditions phares pour la littérature politique de l’exil343.

Hormis les Editions du Carrefour, Münzenberg achète deux autres maisons : les Editions Prométhée et les Editions Sebastian Brant (qui publieront le Zukunft à partir de 1938). Elles produisent du matériel de propagande clandestin, destiné à être introduit en Allemagne. Ces tracts ou écrits sont déguisés en prospectus d’agences de tourisme, notices de papier photographique, réclames de shampooing ou sachets de grains. Les couvertures des classiques allemands, surtout celles de la maison d’édition Reclam, sont utilisés pour mettre les documents à l’intérieur344. Les appels d’Heinrich Mann (comme, par exemple A tous les Allemands ou Aux ouvriers allemands, 1938) sont cachés dans des faux prospectus et dans des enveloppes de collection de timbres. Unis contre Hitler atteint les familles allemandes dans les petits sachets de limonade en poudre Cola-Citron. Les écrits de Thomas Mann circulent dans les sachets de thé Lyon’s. Même si cette propagande est très ingénieuse, elle ne suffit évidemment pas à mettre le régime réellement en péril. Les écrits finissent très souvent dans la poubelle, car leur détention est passible de l’envoi en camp de concentration345.

←84 | 85→

Grâce à ces multiples activités, Münzenberg « recrée tout son réseau d’influence à partir de Paris, il est l’un des communistes de haut niveau résidant dans la capitale française »346.

1.2.3 L’ouverture politique du « réseau Münzenberg » et la rupture avec le Komintern

Les années de 1934 à 1938 voient une ouverture progressive des organisations de Willi Münzenberg vers d’autres courants politiques. Cela s’explique en partie par le contexte de l’exil, mais surtout, au départ, par un changement de la ligne du Komintern formulé par Georgi Dimitrov en mai 1934 et adopté officiellement au VIIe Congrès du 25 juillet au 30 août 1935. La doctrine du « Front populaire » succède à celle du « social-fascisme », car le Komintern cherche à gagner les partis démocratiques progressistes à sa cause et à trouver des alliés pour l’URSS, tout en gardant le contrôle sur les fronts antifascistes ainsi créés. En France et en Espagne, des gouvernements selon ce modèle voient le jour.

La nouvelle doctrine influence aussi les projets des émigrés, déchirés entre différents groupes et lignes politiques. La SOPADE a reconnu de son côté dans le Manifeste de Prague du 30 janvier 1934 que la scission au sein du mouvement ouvrier aurait constitué la « cause principale » de l’ascension d’Hitler. Il appelle à la chute d’Hitler comme « premier pas vers la réalisation d’une société socialiste »347. Heinrich Mann se rapproche au même moment des communistes et de l’URSS, suite à la publication de son recueil La haine (Der Hass) de 1933. Ce rapprochement s’explique en partie par des subsides qu’il reçoit du Komintern et la large diffusion de ses livres en Union soviétique348.

Le 27 juillet 1934, la SFIO et le PCF concluent un « pacte d’unité d’action ». Le soutien français à l’entrée de l’URSS à la SDN et le pacte franco-soviétique de non-agression de mai 1935 complètent ce mouvement d’ouverture. L’action commune du SPD et du KPD dans la Sarre est un autre signe encourageant, même si le référendum sur le rattachement à l’Allemagne du 13 janvier 1935 (90% des électeurs votent pour) est un échec pour eux349.

Par conséquent, c’est l’ancien chef du SPD sarrois, Max Braun, qui contacte en mai 1935 les sociaux-démocrates et représentants du Zentrum sarrois émigrés. Il rallie Georg Bernhard, à cette époque rédacteur en chef du Pariser Tageblatt, à sa ←85 | 86→cause, puis le menchevik Georg Juri Denicke, et enfin Willi Münzenberg. Max Braun, Georg Bernhard et Willi Münzenberg continueront cette coopération au sein du Zukunft.

Le journal Der Gegen-Angriff (maison d’édition Sébastian Brant de Willi Münzenberg), qui a déjà, de son côté, publié un appel à un « Front unitaire contre le fascisme », soutient Braun et publie des prises de position dans ce sens par des grands noms de l’émigration350. Le 22 juin un article commun d’Erwin Piscator et Willi Münzenberg y paraît à l’occasion de la deuxième « Journée de la solidarité » du SOI351.

Cette journée se déroule le 23 juin à Montreuil, avec la participation massive des partis français à l’origine du « Front populaire », la SFIO, le PCF, les radicaux-socialistes, des syndicats, la LDH. C’est une manifestation de solidarité impressionnante pour les émigrés allemands, avec 60.000 participants environ. L’Appel de Montreuil enjoint « tous les partis et organisations antifascistes allemands » à s’unir. Cet appel émeut Heinrich Mann, qui parle d’une « grande nouveauté » dans le dialogue entre pays.

Les manifestations du 14 juillet, organisées par Victor Basch (président de la LDH et futur auteur du Zukunft), qui réunissent 500.000 personnes et aboutissent à la création du « Rassemblement populaire », renforcent la détermination des émigrés. Les dirigeants communistes, socialistes et radicaux, les représentants de la CGT et de la CGTU, les chrétiens-démocrates de la JR et la LDH font le serment solennel de rester unis pour défendre la paix et la démocratie et d’élaborer un programme commun en vue de la constitution d’un Front populaire pour les élections législatives d’avril 1936352.

Willi Münzenberg est chargé par Dimitrov de prendre la direction du « Comité mondial contre la guerre et le fascisme », l’un des vecteurs majeurs de la politique de Front populaire353. Ce comité est particulièrement fort en Grande-Bretagne aussi, où la « Commission Marley », soutenu par le parti travailliste et impliquée dans le Livre brun, fournit un financement important354. Münzenberg reçoit aussi le mandat d’« entamer des pourparlers avec un certain nombre de personnalités, entre autres les représentants du ‘Zentrum’ », afin de créer un Front populaire allemand355. Leopold Schwarzschild, l’une des personnalités libérales étroitement impliquées dans la préparation du Front populaire allemand, intervient en novembre 1935 dans un article du Neues Tage-Buch :

←86 | 87→

Cet article de Schwarzschild semble évoquer, avant l’heure, la « communauté » qui se constitue autour du Zukunft. Hugo Simon évoque dans un entretien avec Rudolf Hilferding que c’était probablement Münzenberg qui lui en avait donné l’idée357.

Le 26 septembre 1935, un Comité pour la liberté (Freiheitsausschuß) réunit 51 personnes de différents horizons358, puis le 2 février 1936, une nouvelle conférence se tient à l’hôtel Lutetia, avec davantage de participants. Si on s’appuie sur les différents groupes établis par Ursula Langkau-Alex, les futurs auteurs et collaborateurs du Zukunft représentent environ 50% des participants du Comité et y tiennent des positions-clés359 :

« 1. Les communistes : Willi Münzenberg et Peter Maslowski ;

2. Les sociaux-démocrates et socialistes : Max Braun, Rudolf Breitscheid, Victor Schiff, Alexander Schifrin, Hans Siemsen et Walter Oettinghaus ;

3. Les libéraux-démocrates : Heinrich Mann, Leopold Schwarzschild, Georg Bernhard, Gottfried Salomon, Emil J.Gumbel, Ernst Toller, Emil Ludwig, Rudolf Leonhard et Ludwig Marcuse ;

4. Les catholiques : Fritz Lieb, Paul Ludwig Landsberg et Werner Thormann (qui n’est pas présent, mais manifeste par écrit son ‘soutien’ au Front populaire). »

Rudolf Breitscheid lui fixe trois objectifs : « La solidarité avec les victimes du IIIe Reich ; montrer au monde ce qui se passe réellement en Allemagne ; provoquer des actions concrètes de la part des antifascistes étrangers contre Hitler. » Ces objectifs sont publiés dans un manifeste intitulé A tous (An alle)360.

Les libéraux-démocrates, qui représentent la majorité des participants, proposent l’esquisse d’une future constitution allemande, basée sur les « libertés individuelles » et « l’union des partis socialistes ». Ils préconisent des poursuites juridiques contre les national-socialistes, et aspirent à « réaliser ces idéaux libéraux et démocratiques qui répondent à la quête spirituelle des ouvriers et des classes moyennes allemands », entre autres par la « nationalisation ←87 | 88→d’industries-clés ». Le programme est considéré comme « excellent » par Heinrich Mann361. On retrouvera ces éléments dans le Zukunft plus tard.

Peu après ces premières rencontres, un Comité resserré (Engerer Ausschuß) approfondit les travaux. Il est surnommé « Cercle du Lutetia » ou, plus officiellement, « Comité pour la préparation d’un Front populaire allemand ». Au sein de ce cercle, les sociaux-démocrates et communistes ont la majorité. On y trouve, entre autres, Heinrich Mann, Willi Münzenberg, Max Braun, Siegfried Aufhäuser, Rudolf Breitscheid, Otto Braun, deux représentants du SAPD, Leopold Schwarzschild et Georg Bernhard362.

Siegfried Aufhäuser fait partie du SOPADE à Prague comme Rudolf Breitscheid, et participe au « Cercle du Lutetia » contre l’avis de la majorité du parti.363. Ils ont tous deux fait partie de l’USPD de 1918 à 1922, comme beaucoup de futurs auteurs du Zukunft. Les anciens membres du gouvernement prussien, Otto Braun, Herbert Weichmann et Otto Klepper, soutiennent aussi les activités du comité364, qui travaille en étroite collaboration avec la station 29,8, la Radio allemande de la liberté (Deutscher Freiheitssender)365, utilisé plus tard par le Zukunft366.

En 1936, l’Espagne crée de son côté un Front populaire à l’issue des élections du 16 février367, ce qui conduit au soulèvement des troupes armées sous Francisco Franco le 17 juillet et le début de la guerre civile. Au même moment, les premières fissures apparaissent au sein du « Comité pour la préparation d’un front populaire allemand ». Le 6 mars, lors de la première réunion de la Commission du programme, Philipp Dengel, le représentant du KPD en l’absence de Münzenberg, convoqué à Moscou, révèle à des catholiques et libéraux que la ligne du Komintern impose de garder le pouvoir de décision du Front populaire entre les mains des communistes. Cette annonce fait « l’effet d’une bombe », comme il le dira plus tard368.

←88 | 89→

C’est à ce moment-là que les problèmes de Willi Münzenberg avec le Komintern commencent. Il est accusé par Walter Ulbricht « de ne pas avoir compris le sens de la stratégie du Front populaire », d’être indirectement responsable de la sortie de Dengel, et d’« être allé beaucoup trop loin (…) en admettant une discussion sur la future constitution allemande »369. Heinrich Mann le défend, et Münzenberg rapporte le 23 mars, après son retour de Moscou, que les travaux peuvent continuer370. Mais le 22 avril, Münzenberg est de nouveau rappelé à l’ordre car il aurait parlé de « questions internes » au Komintern à des non-communistes, c’est-à-dire Georg Bernhard et Heinrich Mann371.

Malgré ces premières tensions, le Comité publie une déclaration commune le 20 mai 1936 dans les Informations allemandes (Deutsche Informationen), signée par Walter Ulbricht, Rudolf Breitscheid et Heinrich Mann, où il appelle la communauté internationale à une politique de fermeté suite à la remilitarisation de la Rhénanie372. Mais la séance du 8 et 9 juin 1936 sous la présidence de Rudolf Breitscheid ne permet pas des avancées sur le programme, car Wilhelm Pieck, représentant du KPD, bloque toutes les décisions373.

Le premier procès de Moscou se tient du 19 au 25 août 1936 suite à un article de Trotski dans le New Militant du 9 mai 1936. Malgré le début de la « Grande Terreur », la nouvelle constitution de l’URSS, « la constitution la plus démocratique au monde », publiée avec un grand brassage médiatique, ainsi que le soutien de l’URSS aux Républicains espagnols, suscitent beaucoup d’espoir auprès des émigrés allemands, avant que les purges du NKWD commencent derrière les lignes en Espagne et parmi les émigrés à Moscou. Ces rebondissements sont expliqués par Margarete Buber-Neumann374.

En octobre 1936, Münzenberg entame son dernier voyage à Moscou. Il est soumis à des interrogatoires et on essaie de le retenir. Les staliniens Walter Ulbricht et Herbert Wehner intriguent contre lui, et on le contraint à clamer son soutien aux procès de Moscou contre les anciens bolcheviks, dont plusieurs de ses amis proches375. C’est grâce à l’intervention de Palmiro Togliatti qu’il peut récupérer son passeport et quitter Moscou en catastrophe376.

←89 | 90→

Le Comité s’élargit pendant ce temps, ce dont témoigne la liste des signataires de son appel à l’unité antifasciste de décembre 1936, où l’on retrouve, par exemple, Lion Feuchtwanger, Arnold Zweig ou Otto Lehmann-Rußbüldt377.

Lors de la conférence de Pâques (10–11 avril 1937), une délégation des Cortes espagnols, venue pour des pourparlers avec le gouvernement du Front populaire français participe378, ce qui amène Münzenberg à citer dans son discours du 10 avril l’exemple « de la République de Madrid » pour « la République allemande à venir », soulevant ainsi les applaudissements des non-communistes, surtout du SAPD qui œuvre sans cesse à une gauche unie379.

Heinrich Mann appelle, de son côté, à un « renforcement des forces internationales de la paix » pour repousser le danger de guerre. Il plaide pour la création d’une « République démocratique populaire » en Allemagne, qui « ne répétera pas les erreurs et faiblesses (…) de 1918 »380.

Dans la nuit du 26 au 27 avril 1937, le beau-frère de Münzenberg, Heinz Neumann, est arrêté. Il sera fusillé le 26 novembre dans le cadre des purges contre l’Armée Rouge381. Sa belle-sœur, Margarete Buber-Neumann, sera arrêtée dans le cadre de l’« opération allemande », décidée par ordre secret du NKWD le 25 juillet 1937382. Selon les estimations les plus récentes, environ 700 communistes allemands ont été victimes de cette opération383, où Herbert Wehner, proche d’Ulbricht à cette époque et l’un des organisateurs du Front populaire allemand384, futur cadre du SPD en RFA, joue un rôle plus que trouble en dénonçant des émigrés au NKWD385. Kurt Kersten, futur auteur du Zukunft, fait état d’une « profonde dépression » de Münzenberg suite à ces événements, mais ce dernier s’efforce de ne rien laisser paraître386.

Les sociaux-démocrates prennent peu à peu leurs distances avec le comité. Rudolf Breitscheid dit au sein de la réunion d’évaluation du 24 avril « que les sociaux-démocrates participent seulement à titre individuel et personnel » ←90 | 91→au Comité, « car il serait une perte d’argent et de temps inutile de chercher à convaincre Prague » (c’est-à-dire la SOPADE). L’ambassadeur allemand considère le comité désormais comme insignifiant : « Une Organisation capable de travailler en commun, dont les agissements pourraient être nocifs pour l’Allemagne, n’a pas encore vu le jour »387. Le RSHA constate que « le Comité pour un front populaire, dans son état actuel, constitue un conglomérat de groupes d’émigrés qui se livrent une guerre intestine », surtout en raison « du rejet des communistes par les autres membres »388. Cette initiative arrive donc à ses limites moins de deux ans après ses débuts, en raison de l’intransigeance des communistes et de la tombée en disgrâce de Willi Münzenberg.

Ulbricht le déstabilise davantage, en dénonçant la « mauvaise préparation de la conférence (de Pâques) » par Münzenberg au Komintern389. Celui-ci est éliminé des instances dirigeantes du Comité390. L’affaire du Pariser Tageszeitung, qui intervient au même moment, a parfois été interprétée comme une émanation de la lutte entre Ulbricht et Münzenberg et d’une tentative de ce dernier d’acquérir un quotidien de renom afin de lui servir comme plate-forme391.

Plus d’un an après, dans une lettre à Dimitrov du 30 août 1938, Münzenberg fait état de ce travail de sape de la part d’Ulbricht, dans une dernière tentative désespérée de se justifier392. Il rappelle qu’Ulbricht avait proposé d’intégrer au comité le Front Noir d’Otto Strasser, « une proposition ridicule »393 et dénonce la « cruauté » de ce dernier « envers des camarades (…), surtout ceux qui ont offert leur vie en Espagne et y ont sacrifié leur santé »394.

Ce sont Walter Ulbricht et Bruno von Salomon qui reprennent en main le comité, ce qui nuit à sa crédibilité auprès des non-communistes comme Heinrich Mann et Rudolf Breitscheid395. Heinrich Mann convoque un « cercle d’amis » avec Ulbricht, Breitscheid, Gumbel, Braun et Münzenberg pour « une séance de crise » et écrit une lettre à Dimitrov le 2 juin afin de soutenir Münzenberg, en soulignant l’« engagement personnel » de ce dernier, sans succès.396. Il soutient Münzenberg ←91 | 92→amicalement, ensemble avec sa femme Nelly, dans le cadre d’une correspondance intensive tout au long de l’année 1937397.

Entre juillet et novembre 1937, Münzenberg se lie aussi davantage à Rudolf Breitscheid et discute ouvertement avec lui la procédure en cours au sein du KPD et les décisions à prendre398. Breitscheid lui déconseille plusieurs fois de se rendre à Moscou, malgré les « invitations » à répétition399. Il écrit dans une lettre à Zeth Höglund (un ancien de Zimmerwald ayant rompu avec le parti communiste en 1924), que Münzenberg aurait été « mis au placard » par son parti, et qu’il « a fini avec le stalinisme (…) »400.

Nous savons aujourd’hui que Staline a ordonné à Dimitrov le 11 novembre 1937 dans un entretien : « Il faut faire venir Münzenberg à Moscou pour le faire arrêter »401, ce qui n’était évidemment pas connu par les protagonistes à cette époque.

Afin de mieux comprendre cette période juste avant la parution du Zukunft, il convient aussi d’expliquer la dernière grande initiative internationale à laquelle Münzenberg participe parallèlement au Cercle du Lutetia : la création du Rassemblement Universel pour la Paix (RUP). Elle est une conséquence de l’adhésion de l’URSS à la SDN en 1934 et portée par la volonté de Moscou de se concilier Paris et Londres.

C’est Louis Dolivet (Ludovici Udeanu), un kominternien roumain, qui en assure l’organisation en coopération avec Münzenberg. Il gagne d’abord le pacifiste Norman Angell à sa cause, qui recueille le soutien du parti travailliste au congrès de Brighton, mais aussi celui d’hommes politiques comme Robert Cecil et Philip Noël-Baker402. Le RUP est créé officiellement à l’issue d’une réunion dans la maison de Cecil403.

Du côté français, y participent Pierre Cot, Salomon Grumbach, René Cassin, Marc Sangnier, Camille Planche et Léon Jouhaux404, ainsi que Guy Menant, ←92 | 93→Joseph Paul-Boncour, Robert Lange, Edouard Herriot, Paul Langevin et Jacques Chapelon. Il s’agit d’un cercle qui se connaît bien et s’apprécie405, et qui se retrouvera plus tard en grande partie dans les pages du Zukunft.

Le RUP organise le « Congrès universel pour la paix » au stade du Heysel à Bruxelles du 3 au 6 septembre 1936, réunissant 5.000 participants. Il s’agit du « plus grand congrès de la paix que l’histoire ait jamais vu », selon les actes établis à cette occasion406.

Ce congrès, véritable acte fondateur du RUP dans l’opinion publique, se fixe comme objectif le soutien à la Société des Nations fragilisée par la seconde guerre italo-éthiopienne407. Il affiche des objectifs démocratiques, mais cherche à essayer, en arrière-plan, de trouver des alliés pour l’URSS. Louis Dolivet s’investit dans le Comité de propagande de l’association à côté de Philip Noël-Baker et Robert Lange408, puis devient son secrétaire général. Pierre Cot, acquis à la coopération franco-soviétique, devient coprésident avec Lord Cecil. Olof Aschberg offre des locaux à l’association et joue les intermédiaires pour en assurer le financement409.

Grâce aux adhésions collectives de mouvements politiques très divers, le RUP peut revendiquer dès 1936 des centaines de millions d’adhérents dans le monde. Les listes recueillies par Louis Launay, informateur du Reichssicherheitshauptamt au sein du RUP, font état de délégués dans 40 pays410. On y retrouve des conservateurs, libéraux, travaillistes ou communistes anglais, ainsi que les forces du Front populaire en France (SFIO, PCF, parti radical et JR). La LDH et Victor Basch apportent leur soutien411.

Le RUP construit le « Pavillon de la Paix » de l’Exposition universelle de 1937 et organise une « Journée de la Paix » le 1er août. Il soutient les Républicains espagnols et Tchang Kaï-chek dans la seconde guerre sino-japonaise, dénonce l’annexion de l’Autriche et les Accords de Munich. Il cherche à établir jusqu’en 1939, tout comme le Zukunft, un « Front de la Paix » unissant quatre « puissances ←93 | 94→démocratiques » sous le contrôle de la SDN, c’est-à-dire la France, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l’URSS412.

Le RUP reçoit des subventions du Quai d’Orsay413, tout comme le Zukunft414. Mais les Accords de Munich et le pacte germano-soviétique marquent le déclin du mouvement, contrairement au Zukunft qui trouve sa justification en s’opposant à ces deux évènements marquants. Autant au niveau des partis et personnalités qui y participent qu’au niveau des objectifs, on retrouve dans le RUP les mêmes éléments que dans le Zukunft, surtout le triangle franco-britannique-allemand qui constituera sa colonne vertébrale. Il s’agit de la dernière tentative d’établir une entente mondiale au sein d’une association pacifiste contre l’avancée du fascisme.

Mais à partir de décembre 1936, les activités de Münzenberg se déroulent sous la surveillance du staliniste Bohumir Smeral, envoyé par le Komintern afin de reprendre en main l’ensemble du « réseau Münzenberg ». Smeral envoie un rapport détaillé après la fin de son intervention, le 5 janvier 1938415, qui donne une idée de l’ampleur des initiatives et des résistances inattendues que l’émissaire du Komintern rencontre.

Il cite 30 organisations, dont le Comité mondial contre la guerre et le fascisme (CM), dirigé à ce moment par Paul Langevin, le RUP, la Ligue anti-impérialiste (LAI), les Editions du Carrefour, le Comité de coordination pour l’Espagne (Victor Basch), l’Agence Espagne (Otto Katz), le Comité Thälmann, les Amis de l’URSS, l’ Association internationale révolutionnaire du théâtre (Erwin Piscator), le Travail des noirs, le Comité chinois, les Nouvelles d’Allemagne (Deutsche Nachrichten, Rudolf Breitscheid et Otto Braun), les Archives antifascistes et la Bibliothèque allemande de la liberté (Heinrich Mann et Alfred Kantorowicz)416.

Plusieurs de ces associations seront complètement liquidés par Smeral417, pendant que d’autres continuent à exister sous la houlette du Komintern jusqu’à la défaite française, comme le CM418.

Ce dernier organise encore des manifestations avec Joseph Paul-Boncour, Yvon Delbos ou Léon Jouhaux et publie des articles d’intellectuels français et allemands ←94 | 95→dans son bulletin419. Il compte, entre autres, Philip Noël-Baker, Tchang Kaï-chek et Gandhi parmi ses soutiens420. La Ligue américaine contre le fascisme réussit à monter un congrès en début 1938 avec des nombreuses personnalités telles qu’Upton Sinclair et Albert Einstein, et enregistre de nouvelles adhésions421.

En revanche, les Informations allemandes, largement dominées par les sociaux-démocrates et financées par les abonnés, dont les grandes maisons de presse européennes, ne se laissent pas embrigader. Smeral déplore le manque d’informations « d’une valeur propagandistique » pour l’URSS, mais ne change rien à leur organisation422.

Et lorsqu’il s’attaque au RUP, il se heurte à la résistance de Louis Dolivet, qui rompt en même temps que Münzenberg avec le Komintern423. Contrairement à la plupart des autres émigrés, il possède la nationalité française, ce qui diminue sa dépendance du Komintern. Il est défendu par les coprésidents Lord Robert Cecil et Pierre Cot, ce qui lui permet même de contre-attaquer et d’évincer les stalinistes en 1939424. Le président du Trade Unions Congress (TUC) britannique et de la Fédération syndicale internationale, Sir Walter Citrine, à qui le Zukunft adressera ses lettres d’information confidentielles (Lettre des Neuf – Neunerbrief) plus tard425, fait également barrage aux tentatives du Komintern426.

Au moment où Smeral écrit son rapport, le RUP s’engage en faveur des Républicains espagnols, organise des « Semaines de la Paix » en Angleterre, avec des orateurs français (Pierre Cot), et des congrès internationaux. Le 12 mai 1938, un rassemblement a lieu au Vel’ d’Hiv’ à Paris où plusieurs hommes politiques et syndicalistes interviennent (Cachin, de Brouckère, Jouhaux, Grumbach, entre autres).

La branche française du RUP réunit les Anciens Combattants (3 millions de membres), la CGT (5 millions) et plusieurs autres associations. L’attribution du Prix Nobel de la Paix à Lord Cecil « rehausse l’autorité du mouvement dans les cercles de droite, conservateurs, religieux (…), et il a conquis de bonnes positions dans la presse mondiale », selon Smeral. Son ancrage est très fort en Angleterre. Tous ces éléments décident Smeral de ne rien faire contre le RUP427.

Concernant le sort de Münzenberg, il écrit à la fin de son rapport : « L’éclatement d’un tel scandale (…) sur le sol parisien est inconfortable. D’un autre côté, je ←95 | 96→ne pense pas qu’il viendra à Moscou, pour s’en expliquer politiquement (…). Avant mon départ d’ici, lumière devrait absolument être faite sur ce qui doit advenir de Willi Münzenberg »428.

Quant au Cercle du Lutetia, plusieurs sociaux-démocrates et libéraux, dont des futurs auteurs du Zukunft429, signent un courrier commun au comité central du KPD le 13 novembre 1937 où ils l’accusent de « vouloir créer un Front populaire dirigé par le seul parti communiste », ce qui serait « inacceptable » pour eux430. Rudolf Breitscheid annonce dans un courrier à Heinrich Mann du 3 décembre qu’il se retire du Comité.

La dernière conférence du Comité a lieu les 11 et 12 décembre 1937 à Dijon, sous la présidence d’Heinrich Mann, mais en l’absence des autres protagonistes non-communistes importants. Ils décident, pour une partie d’entre eux, la création d’une Association des socialistes libres (Bund freiheitlicher Sozialisten)431, une émanation des Amis de l’Unité socialiste de Willi Münzenberg. Celui-ci écrit dans une lettre à Nelly Mann du 8 mars 1938 qu’il « s’est définitivement retiré de l’ensemble des activités » et que « la seule chose qui reste c’est de voir Marck pour l’Association (des socialistes libres) ». Il annonce aussi « la démission de Koestler du parti communiste »432.

Les tentatives d’Heinrich Mann de renouer avec Breitscheid et d’autres socialistes échouent433. Willy Brandt, en tant que représentant du SAPD, témoigne de la fin peu glorieuse du Comité :

« Ainsi il se fit que j’ai vu Heinrich Mann à la présidence, quand il n’y avait plus rien à présider. C’était en octobre 1938, après les Accords de Munich (…). Il ne restait presque rien des efforts pour créer une unité. Les hommes d’Ulbricht – comme on disait à cette époque – avait cassé ce qu’il était possible de casser, Münzenberg était parti, Breitscheid ne venait plus, la cohorte d’intellectuels et de ‘libéraux-démocrates’, comme on les appelait, s’était rétrécie comme une peau de chagrin. J’avais l’impression qu’on abusait d’Heinrich Mann »434.

Willi Münzenberg se tourne aussi vers le Parti allemand de la liberté (Deutsche Freiheitspartei/DFP), créé en 1937 et dirigé par les chrétiens-démocrates Otto Klepper et Carl Spiecker435. Le DFP édite les Lettres allemandes de la liberté (Deutsche ←96 | 97→Freiheitsbriefe), diffusées illégalement en Allemagne. Deux de ses membres dirigeants seront importants pour le Zukunft : Otto Klepper et Hermann Rauschning, ancien membre du NSDAP et président du Sénat de Dantzig jusqu’en 1935436. Le RSHA note dans ses rapports l’activité de ce parti qui se trouve accusé par les communistes « de saper le Front populaire » et gagne rapidement en importance grâce au poids de ses membres plutôt conservateurs et à l’implication de Willi Münzenberg437.

Il est probable que Münzenberg ait utilisé ses réseaux pour diffuser les Lettres de la liberté en Allemagne438. Avec le temps, il devient le « père spirituel » du DFP439. Il semblerait aussi qu’Heinrich Mann ait soutenu ce « nouveau parti de la liberté socialiste », comme Münzenberg l’appelle dans son courrier d’août 1937, car Nelly Mann s’implique dans son organisation : « dont votre femme adorable (…) est la secrétaire générale »440.

Une autre personne qui soutient Münzenberg, tout en restant actif au sein du « Cercle du Lutetia », est Siegfried Marck. Il échange un grand nombre de lettres avec Heinrich Mann, qui apprécie son approche philosophique, le « néo-humanisme », dont certaines propositions seront reprises dans le Zukunft441. Marck évoque la création des Amis de l’unité socialiste dès mai/juin 1938 dans cette correspondance et cite comme représentants, hormis Münzenberg et lui-même, « Lieb (…) et Gumbel »442. En novembre et décembre 1938, il réécrit à Heinrich Mann concernant les « Amis de l’unité socialiste » et le Zukunft, en sollicitant son soutien à ces projets, soutien qu’Heinrich Mann leur accorde, comme le montrent ses remarques manuscrites sur les enveloppes de Siegfried Marck (« prévoir intervention »)443. Siegfried Marck met aussi en garde, à la même occasion, contre ←97 | 98→un « anticommunisme croissant au sein de l’opposition allemande » suite aux manœuvres du KPD. Il évoque le fait que Münzenberg considère Heinrich Mann comme « véritable ami » (« wirklicher persönlicher Freund »)444.

Le soutien d’Heinrich Mann à Münzenberg, Marck et le Zukunft montre d’ailleurs sa liberté intellectuelle, malgré une certaine coopération avec Moscou. Il publiera des articles dans cet hebdomadaire, tout comme Lion Feuchtwanger, qui « assure Münzenberg (…) de son soutien » en mars 1938445 malgré sa mise au ban par le parti communiste.

2 La confluence des réseaux au sein du Zukunft

Le Zukunft émerge donc suite à la rupture de Willi Münzenberg avec le stalinisme, dans laquelle il est suivi par une grande partie de ses amis. On retrouve dans son panel d’auteurs tous les groupes et personnalités qu’il a croisés depuis 1919, ce qui explique la montée en puissance rapide de cette publication. Mais elle n’aurait jamais vu le jour sans une étroite collaboration d’hommes politiques et d’intellectuels français, qui intègrent nombreux l’Union franco-allemande (UFA) créée autour de l’hebdomadaire.

2.1 La coopération franco-allemande au sein du Zukunft et de l’UFA (1938–1940)

Cette coopération est un bel exemple de l’entente entre les peuples, dans le « minuit du XXe siècle »446, d’autant plus qu’elle se place dans un contexte difficile, marqué par la crise de réfugiés de l’Europe centrale et un durcissement de la politique française. Les protagonistes français de l’aventure du Zukunft vont à l’encontre de l’opinion publique française et même de la politique qu’ils ←98 | 99→sont amenés à défendre officiellement, comme dans les cas de Georges Bonnet, ministre des Affaires étrangères d’avril 1938 à septembre 1939.

Les ouvrages traitant de l’émigration en France sont légion447. Nous nous limitons donc à rappeler les éléments les plus importants pour comprendre dans quelles circonstances les 134 publications de l’exil germanophone paraissent à Paris448, dont le Zukunft est l’une des dernières449.

La France n’est pas le seul pays appliquant une politique sévère vis-à-vis des émigrés, comme on le constate lors de la conférence internationale d’Evian en juillet 1938, convoquée par Franklin D. Roosevelt et impliquant 32 pays, à laquelle des représentants des émigrés, comme Georg Bernhard, participent. Seule la République Dominicaine accepte de dépasser ses quotas450. De leur côté, les Etats-Unis ne rempliront jamais leurs quotas de réfugiés, à l’exception de l’année 1939, et même là, seules 27.000 places sont disponibles pour les 309.000 Juifs allemands, autrichiens et tchèques qui déposent une demande451.

Dans quel contexte la coopération franco-allemande au sein de l’UFA et du Zukunft voit-elle le jour, et comment réussit-elle à gagner en envergure, malgré des circonstances très difficiles ?

←99 | 100→

2.1.1 Une coopération placée dans un contexte difficile

L’émigration croissante d’Europe centrale vers la France à partir de 1933 n’est pas absorbée de manière satisfaisante, compte tenu de la crise économique. On peut distinguer trois grandes vagues d’émigration : d’abord de 1933 à 1935, suite à l’établissement de la dictature hitlérienne, la « mise au pas » et les premières lois antijuives, puis de mars à octobre 1938 (annexion de l’Autriche), et enfin d’octobre 1938 à mars 1939 (Accords de Munich, démantèlement de la Tchécoslovaquie et « Nuit de cristal » en Allemagne)452.

Une grande partie des réfugiés est d’origine juive, mais on trouve aussi des personnes qui fuient Hitler uniquement en raison de leurs convictions politiques et/ou leur opposition intellectuelle au nazisme. Les exemples les plus notables au sein du Zukunft sont Willi Münzenberg, Hubertus Prinz zu Löwenstein, Fritz von Unruh, Otto Klepper, Hermynia zur Mühlen, Hermann Rauschning et la famille Mann.

Afin de donner une idée de l’ampleur de l’émigration, il est intéressant de consulter les chiffres établis par l’une des premières études exhaustives de l’après-guerre, commanditée par le Conseil des Juifs d’Allemagne (Council of Jews from Germany) aux Etats-Unis et rédigée par Ruth Fabian et Corinna Coulmas en 1978. Les données utilisées proviennent en partie de l’étude effectuée par Ariel Tartakower et Kurt R. Grossmann (auteur du Zukunft), sous le titre Le réfugié juif (The Jewish Refugee) à New York en 1944. Ces chiffres ne tiennent cependant pas compte des réfugiés autrichiens et tchécoslovaques, et laissent de côté les personnes persécutées pour d’autres motifs que leur origine453 :

« La somme des émigrés vivant en France entre 1933 et 1944 n’a jamais dépassé les 60.000. La plupart d’entre eux continuait leur chemin outre-Atlantique. Ainsi, 26.000 réfugiés allemands arrivèrent en France pendant les premiers mois après la prise de pouvoir d’Hitler, mais en 1935, 19.000 d’entre eux avaient déjà quitté le pays. En chiffres absolus, la France est le plus grand pays d’émigration en Europe, et le deuxième au monde, après les USA. Selon Tartakower et Grossmann, entre 1933 et 1940, plus de 150.000 émigrés allemands ont séjourné en France. Il faut y ajouter les 5.000 à 6.000 réfugiés de la Sarre et environ 10.000 réfugiés autrichiens. Le chiffre total des réfugiés antihitlériens allemands est, selon eux, d’environ 285.000 entre ←100 | 101→1933 et 1943. Plus de la moitié des émigrés germanophones auraient donc séjourné en France (…). En 1947, il resta environ 95.000 réfugiés en Europe occidentale, dont environ 20.000 en France. »454

Le Mémorial de la Shoah confirme ces chiffres, à 3.000 personnes près. Il estime que l’Allemagne comptait quelque 523.000 Juifs en 1933, moins d’un pour cent de la population totale du pays, et que l’émigration se répartissait de la manière suivante :

« La première vague représenta 37.000 à 38.000 personnes, essentiellement en direction des pays européens voisins (…). Pour les deux vagues suivantes, environ 36.000 Juifs quittèrent l’Allemagne et l’Autriche en 1938 et 77.000 en 1939 (…). En septembre 1939, environ 282.000 Juifs (au lieu de 285.000 chez Tartakower/Grossmann, nda) avaient quitté l’Allemagne, et 117.000 l’Autriche annexée. Parmi eux, 95.000 avaient émigré aux Etats-Unis, 60.000 en Palestine, 40.000 en Grande-Bretagne, 30.000 en France, et environ 75.000 en Amérique Centrale ou du Sud, le plus grand nombre d’entre eux s’étant installés en Argentine, au Brésil, au Chili et en Bolivie. Plus de 18.000 Juifs du Reich réussirent à se réfugier à Shanghai, malgré l’occupation japonaise »455.

Selon cette source, une majorité des juifs allemands et autrichiens aurait pu émigrer malgré les difficultés : « A la fin de 1939, environ 202.000 Juifs restaient en Allemagne et 57.000 en Autriche annexée, dont beaucoup de personnes âgées. En octobre 1941, lorsque l’émigration des Juifs fut officiellement interdite, le nombre des Juifs encore en Allemagne était tombé à 163.000 »456.

L’étude de Claus-Dieter Krohn de 2011 prend en compte l’ensemble des réfugiés antihitlériens, y compris les opposants politiques non-juifs, et avance le chiffre d’« environ 500.000 personnes, dont 360.000 d’Allemagne et 140.000 d’Autriche »457.

Si l’on retire les réfugiés d’origine juive (399.000 pour le Mémorial de la Shoah, 402.000 pour Tartakower et Grossmann), il reste entre 98.000 et 101.000 réfugiés non-juifs, c’est-à-dire environ 20%. Cette population non-juive sera plus encline à rentrer en Allemagne ou en Autriche après-guerre458.

L’Allemagne perd, selon Krohn, environ 3.000 universitaires, c’est-à-dire 25% de l’effectif, ainsi que d’autres intellectuels de renom, qui apportent un « brain gain » extraordinaire, surtout aux Etats-Unis. Ce constat est valable aussi pour ←101 | 102→les réfugiés italiens (Enrico Fermi), hongrois, néerlandais etc.459. Peter Gay, fils d’une famille d’émigrés, écrit en 1968 dans son ouvrage Weimar Culture : « Les exilés qu’Hitler a produit représentaient la transplantation la plus importante d’intelligence, de talent et d’érudition dans un autre pays que le monde ait jamais connu »460.

Les auteurs du Zukunft font partie de ce « brain gain », ils partagent les mêmes incertitudes et errances que les autres émigrés. Mais ils parviennent aussi à créer une coopération internationale extraordinaire pendant les deux années d’existence de l’hebdomadaire en traitant d’égal à égal avec les représentants les plus éminents des pays d’accueil, malgré leur statut précaire et leurs soucis pour leurs familles restées parfois en Allemagne ou en Autriche. Ce projet s’insère dans la production intellectuelle multiforme de l’exil (littérature, presse, théâtre, film) qui force encore l’admiration de nos jours.

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, la discussion en France est marquée par l’emploi des travailleurs immigrés et le statut de demandeur d’asile. En effet, la plupart des réfugiés d’Allemagne sont simultanément victimes de la persécution antisémite et d’une discrimination économique, car l’Allemagne nazie gèle leurs avoirs financiers et les exproprie après leur départ. Une grande partie des émigrés ne possède pas de papiers valides.

La France ferme certaines professions aux réfugiés, comme celle d’avocat ou de médecin461. Selon Fabian et Coulmas, « pas plus de 10% des émigrés n’avaient un permis de travail », une situation qui explique leur précarité qui génère « de nombreux SDF »462.

Mais l’avènement du Front populaire améliore leur situation. Le 4 juillet 1936, la France signe un traité auprès de la SDN afin de mettre en place des « passeports Nansen » (« Nansenpass »), à savoir des papiers provisoires pour les apatrides. Des autorisations de travail sont données à certaines catégories de réfugiés et le nombre de naturalisations augmente légèrement463.

Des intellectuels français aident les émigrés et participent à leurs activités, comme dans le cadre de la « Bibliothèque allemande de la liberté »464. En 1935, le ←102 | 103→« Congrès international des écrivains » se tient à Paris, centré sur la littérature interdite en Allemagne, avec l’aide financière et logistique d’André Gide, Renaud de Jouvenel, Paul Langevin et Gaston Gallimard465.

Malgré ces initiatives, les émigrés souffrent de l’« indifférence générale » qui les entoure et même d’une certaine antipathie de la part de la population, selon Manès Sperber : « L’émigration allemande n’est pas la seule (…), ni la plus mal lotie (…), mais en tout cas la moins désirable ». Arthur Koestler commente l’attitude des Français à l’égard des émigrés, qui « les prennent dans les bras à un moment, pour les laisser seuls le moment d’après, grelottant dans la rue, condamnés à rester un touriste éternel, ou un émigré éternel, selon les cas »466.

Il y a cependant des exceptions, comme Annette Kolb, qui considère Paris comme son deuxième chez-elle. Les années de son exil dans la capitale française (1933–1941) comptent parmi ses périodes les plus productives et voient la publication de son roman autobiographique La balançoire (Die Schaukel) en 1934, de sa biographie de Mozart en 1937, ainsi que son récit de son voyage en Amérique en 1940 et sa biographie de Schubert en 1941 ( !).

Mais elle rencontre les mêmes difficultés que les autres émigrés : financières, car elle n’arrive plus à placer beaucoup d’articles dans des journaux, et administratives, car elle n’obtient la nationalité française qu’en 1936. Elle côtoie Rudolf Breitscheid et Rudolf Hilferding, entre autres, qui rencontrent chez elle des intellectuels français comme son ami Jean Giraudoux lors de ses « jours fixes » (« mais jamais plus que six invités, sinon, je n’ai pas assez de couverts », écrit-elle au printemps 1934 à René Schickele)467.

Les émigrés peuvent aussi s’appuyer sur des réseaux particuliers, comme celui des socialistes et sociaux-démocrates. Salomon Grumbach aide, par exemple, un grand nombre de réfugiés, dont le couple Weichmann, qui arrive en France en 1933468. Ils se sentent d’abord isolés à Paris469, mais grâce au beau-fils de leur propriétaire, membre du parti socialiste, ils élargissent leur réseau et améliorent leurs connaissances en français470.

Un journal économique allemand de renom, L’économiste allemand (Der Deutsche Volkswirt) qui continue à paraître en Allemagne nazie, embauche Herbert Weichmann (un émigré juif !) comme correspondant à Paris. Il y publie des articles sous le pseudonyme « Ernst Greisinger ». En outre, il travaille pour la publication Le journal de Prague (Das Prager Tageblatt) et le Pariser Tageszeitung471, ce qui lui permet de survivre. Elsbeth Weichmann écume tous les jours la presse ←103 | 104→internationale et constitue une vaste archive de coupures de presse, qui servira également pour le Zukunft472.

En 1935, le couple Weichmann commence à travailler pour la revue Le Troc, où ils écrivent pour la première fois en français, avant d’être embauchés par le nouveau rédacteur en chef de L’Europe Nouvelle, Pierre Brossolette, qui deviendra un ami proche473. André Géraud (« Pertinax »), qui y travaille aussi, soutient le couple et fait revenir Herbert Weichmann à Paris quand celui-ci est incorporé de force dans l’armée française474.

Grâce à ce travail, Herbert Weichmann se construit une renommée sous son pseudonyme « Henri Muller ». Il publie aussi des articles en signant de son véritable nom. Il s’emploie à démonter l’image de puissance économique du Troisième Reich, en analysant les faiblesses de son économie planifiée et de la politique agressive d’Hitler475, un angle d’approche qu’il reprendra dans le Zukunft. Le cercle des Weichmann est constitué en grande partie de sociaux-démocrates en exil, comme Otto Braun, Albert Grzesinski ou Victor Schiff (un futur auteur du Zukunft aussi)476. Ils font la connaissance de Max Brauer, futur maire de Hamburg, qui fera appel aux services d’Herbert Weichmann après la guerre477.

L’entraide des émigrés est donc assez développée. Des écrivains et artistes de renom, comme Lion Feuchtwanger, Thomas et Heinrich Mann, Emil Ludwig ou Eugen Spiro, qui maintiennent leur popularité dans les pays d’accueil, fournissent des garanties ou des aides financières pour des exilés moins fortunés ou reconnus.

Cette aide est complétée par les organismes privés français, tels le Comité National d’Aide et d’Accueil aux Réfugiés du Baron de Rothschild, dont le premier président est Paul Painlevé en 1933, ou le Haut Comité des Réfugiés, une initiative de Louise Weiss, soutenu financièrement par Rothschild à partir de 1938, dont le président est Georges Bonnet478.

Beaucoup d’hommes politiques ou intellectuels aident les réfugiés politiques (juifs ou non-juifs) à venir en France ou militent en faveur d’une politique d’accueil plus généreuse, comme Salomon Grumbach, Léon Blum ou Jean Giraudoux. Les soutiens les plus nombreux se trouvent dans l’élite progressiste, germanophile mais antifasciste, et dans certains partis politiques : les communistes, les socialistes, l’aile gauche du Parti radical ou les chrétiens-démocrates479.

←104 | 105→

Un deuxième centre de l’émigration se constitue à Sanary-sur-Mer, dont la colonie allemande avec ses membres illustres a inspiré une littérature abondante480. La vie y est moins chère qu’à Paris, et le climat plus doux. Des intellectuels français et britanniques liés aux écrivains allemands, comme H. G. Wells, André Malraux, Aldous Huxley et André Gide, séjournent également à Sanary (H.G. Wells et Aldous Huxley contribueront au Zukunft). Mais la population se montre hostile vis-à-vis de ce « groupe de boches », qui colonise le café au bord de la mer et les lieux publics481.

Ludwig Marcuse y tient un rôle particulier, car il est un ami proche d’un grand nombre d’écrivains, tels que Lion Feuchtwanger, Heinrich Mann, Erika Mann, Ernst Toller ou Hermann Kesten482. C’est lui qui donne à Sanary le surnom de « la capitale de la littérature allemande »483. Lion Feuchtwanger, qui connaît Marcuse de la campagne pour Carl von Ossietzky484 dit de lui : « On n’apprend rien ici, à Sanary, quand Marcuse n’est pas là »485. C’est Marcuse qui sollicite la plupart des contributions de la part d’écrivains pour le Zukunft486. En avril 1939, il part ←105 | 106→aux Etats-Unis avec l’aide de Fritz Pollock qui se porte caution pour son « Affidavit »487.

René Schickele tient aussi une place à part à Sanary, en raison de ses origines franco-allemandes. Hermann Kesten écrit dans un hommage posthume pour lui dans le Neues Tage-Buch (que Feuchtwanger a conservé dans ses papiers lors de sa fuite en Amérique)488 : « Il était un émigré, lui aussi, mais avec un passeport français et ayant comme langue maternelle le français : Ses œuvres étant interdites par le régime nazi, il continuait à œuvrer, le visage tourné vers l’Allemagne, à l’entente des peuples ».

Ce rôle de médiateur est également souligné dans les hommages posthumes dans le Zukunft. Hans Siemsen cite, dans son article du 9 février 1940, Jean Jaurès et René Schickele comme les deux personnes qui lui ont fait comprendre l’« esprit français » à la veille de la Première Guerre mondiale489, un élément que Ferdinand Hardekopf relève aussi dans sa contribution. Valeriu Marcu loue l’amitié profonde que Schickele vouait à ses compagnons de malheur, et sa « façon héroïque » de faire face au « cancer de la littérature allemande, (…) la pauvreté (…) sans jamais abandonner sa bonne humeur ». Werner Thormann le représente comme : « Gallo-Germain (…), symbole d’une sphère culturelle rhénane et catholique, à laquelle appartiennent (…) plusieurs millions d’Allemands, ainsi que des millions de Français, Suisses, Belges, et Néerlandais, en un mot : Schickele fut un écrivain occidental »490.

Hermann Kesten s’installe aussi à Sanary, mais voyage beaucoup en Europe. Il travaille souvent avec Ernst Toller et côtoie Bertolt Brecht, Erich Kästner, Joseph Roth, Anna Seghers, Heinrich et Thomas Mann, dont il fait venir certaines œuvres dans les maisons d’édition Allert de Lange et Querido pour lesquels il travaille.

En 1934, il partage une maison avec Joseph Roth et Heinrich Mann à Nice. Il publie des romans historiques (Ferdinand und Isabella, König Philipp der Zweite), mais aussi Les enfants de Guernica (Die Kinder von Gernika), qui thématise l’éradication de ce village par la Légion Condor491. Cette nouvelle paraît en avant- première dans le Zukunft.

←106 | 107→

Les gouvernements Daladier (avril 1938 – septembre 1939, avec une courte interruption) limitent les libertés civiques des émigrés de manière drastique, permettant leur internement dans des camps et créant les « prestataires », des internés qui effectuent des travaux d’intérêt général pour le gouvernement français. Le durcissement de l’attribution de permis de travail conduit à une expulsion de masse, et les services préfectoraux recourent aux empreintes digitales pour démasquer les clandestins. Ils s’appuient sur un appareil policier extrêmement répressif492. En septembre 1939, tous les émigrés allemands sont internés en tant qu’« étrangers ennemis »493.

La période d’édition du Zukunft recoupe cette période. Une partie de la rédaction est internée entre novembre 1938 et mai 1939, ce qui rend le travail difficile. De nombreuses lettres dans ses archives montrent les efforts pour les faire libérer. Werner Thormann et Joseph Wirth y jouent un rôle important494, ainsi qu’Hubertus Prinz zu Löwenstein avec la « Guilde américaine pour la liberté culturelle allemande » qu’il avait créée en 1937495.

Herschel Grynspan, qui vit à Paris, assassine le 7 octobre 1938 le conseiller d’ambassade allemand von Rath à Paris dans son bureau, car ses parents viennent d’être déportés par le gouvernement allemand, en même temps qu’environ 17.000 autres Juifs. Hitler s’empare de l’évènement, et cet assassinat sert de prétexte au déclenchement de la « Nuit de cristal » par les SA le 9 novembre 1938.

Pour apaiser les relations franco-allemandes, le ministre des Affaires étrangères Georges Bonnet dit à son homologue allemand Joachim von Ribbentrop que la France, tout comme l’Allemagne, aurait un intérêt particulier à trouver une solution à la question juive, et promet qu’elle n’accueillerait plus désormais de ←107 | 108→Juifs originaires d’Allemagne496. Mais, malgré cela, Georges Bonnet fait partie de l’UFA. Ce fait montre les contradictions dans la politique française, qui va parfois à l’encontre des convictions personnelles de ses acteurs, mais aussi les limites de l’action du Zukunft, qui n’arrive pas à inverser la tendance répressive en France de manière générale.

Le contexte difficile de l’exil n’empêche cependant pas les émigrés de voyager, comme on l’a remarqué pour Hermann Kesten, un élément assez étonnant et souvent oublié.

Ludwig Marcuse fait par exemple un voyage en URSS avec Lion Feuchtwanger en 1937. Ce dernier en tire son livre très controversé Moscou 1937, où il fait l’apologie de Staline. Marcuse reste plus longtemps que Feuchtwanger (six mois), ce qui lui permet, comme à Arthur Koestler cinq ans auparavant, de connaître l’envers du décor de l’utopie communiste. Il est reçu par Staline, comme Feuchtwanger, mais l’entretien ne se passe pas aussi bien. Marcuse, qui assume ses origines juives et sa religion, parle du désarroi dans lequel l’athéisme d’Etat peut plonger certaines personnes. Staline lui lance en réponse : « On a fini avec des chercheurs de Dieu comme Lounatcharski, on vous finira aussi ». Pour Marcuse, le stalinisme représente « une nouvelle forme d’idolâtrie »497. Marcuse rencontre des problèmes avec les autorités soviétiques, et Feuchtwanger doit intervenir pour le faire revenir en France498.

Marcuse critique le manque de culture des artistes officiels et compare – chose assez incongrue à l’époque – l’URSS aux Etats-Unis, surtout en ce qui concerne, selon lui, « leur hostilité à la notion européenne de ‘culture’ ». Cette notion signifierait « un certain héritage culturel et une certaine éducation » qui feraient défaut à ces deux « pays neufs ». Il dénonce l’« utilitarisme » lié à la « culture » dans ces deux pays, surtout quand elle est utilisée pour glorifier leur système politique499.

Concernant les conditions de vie des Soviétiques, il constate : « Marx a fait une erreur fondamentale quand il a pris l’exploitation capitaliste pour la dernière forme d’exploitation de l’histoire ; des millions d’êtres humains ont payé cette erreur de leur vie. (…) Aux succès de la planification correspond la triste histoire de ceux qui sont planifiés ».

Tout comme Arthur Koestler, il ne cache cependant pas son admiration pour le peuple qui subit « le tsar rouge sang ». C’est pour cette raison qu’il se distancie des libéraux qui essaient de le prendre en otage après son retour afin de confirmer leurs idées des « meurtriers russes » : « Ils n’ont rien compris (…) face à leurs attaques et leurs mensonges, j’ai été forcé à me transformer en avocat de l’Union ←108 | 109→soviétique »500. En 1938/39, il travaille pour le Zukunft, car il apprécie beaucoup les « deux organisateurs » Münzenberg et Koestler, même s’il reste dubitatif sur la durabilité du projet501. Comme d’autres auteurs, il exprimera ses réticences à l’égard du stalinisme dans les pages de l’hebdomadaire.

Après la débâcle française, certains prisonniers des camps d’internement sont livrés directement au régime de Vichy, qui les fait déporter, en partie au moins, en Allemagne, en vertu du §19 du Traité d’armistice qui stipule : « Le Gouvernement français est tenu de livrer sur demande tous les ressortissants allemands désignés par le Gouvernement du Reich et qui se trouvent en France, de même que dans les possessions françaises, les colonies, les territoires sous protectorat et sous mandat. »502.

Nous allons présenter les exemples de deux auteurs du Zukunft, résidents de Sanary, qui sont internés : Lion Feuchtwanger et Hermann Kesten, puis le cas particulier du camp de Gurs.

Lion Feuchtwanger décrit dans son livre Le Diable en France son internement dans les différents camps du Sud : d’abord aux Milles, puis une tentative de transfert à Bordeaux afin de protéger les prisonniers des troupes allemandes, et enfin un camp près de Nîmes, où des habitants l’aident à s’enfuir vers l’Angleterre503. Les commandants des camps montrent des attitudes très différentes vis-à-vis des internés. Certains relâchent la surveillance ou donnent la possibilité de se promener dans les villes voisines. La plupart applique les règles de manière plus stricte après l’armistice504.

Hermann Kesten est interné dans les camps de Colombes et Nièvres en tant qu’ « étranger ennemi », puis s’enfuit aux Etats-Unis en 1940 où il s’engage dans l’ERC. Stefan Zweig l’appelle « le Saint Patron de tous ceux qui sont dispersés dans le monde »505.

Le Zukunft entretient une correspondance fournie avec le camp de Gurs, où des antifascistes allemands et autrichiens sont détenus avec des réfugiés de la Guerre civile espagnole506 : Elsbeth Weichmann, la femme d’Herbert Weichmann, y est interné, après un passage au Vélodrome d’Hiver le 16 mai 1940. Elle s’en échappe début juin, dans la confusion générale causée par l’avancée allemande et le décret de Georges Mandel du 26 mai qui met en place les « commissions de triage » afin ←109 | 110→de départager les antifascistes de la « cinquième colonne » nazie. Elsbeth Weichmann prend à l’insu du commandant du camp, avec l’aide de certaines codétenues, les listes des femmes antifascistes, les tampons et les papiers de remise en liberté. Personne ne les retient507.

Son mari peut s’échapper, de son côté, du camp de prestataires de Ruchard près de Tours. Il la retrouve début juillet 1940 à Sète, mais est de nouveau interné dans un camp de prestataires508.

Avec l’aide d’Otto Braun, du consulat américain de Marseille, de l’ERC et de la « German Labour Delegation » (GLD), ils s’enfuient via l’Espagne et le Portugal aux Etats-Unis où ils arrivent le 27 novembre 1940509. Avant de partir, ils croisent Rudolf Breitscheid à Marseille, qui leur donne l’impression d’avoir abandonné tout espoir510.

Après la guerre, cette politique de persécution sera occultée. Beaucoup d’archives seront détruites à la fin du régime de Vichy, mais aussi sur l’ordre du Ministre de l’Intérieur du GPRF (décrets du 6 septembre 1946 et du 31 janvier 1947 qui ordonneront la destruction de tous les documents « reflétant une politique de discrimination raciale »). Les Français refuseront longtemps d’ouvrir ce chapitre douloureux de la fin de la Troisième République, qui trouve sa continuation sous le régime du Vichy511.

2.1.2 Un « Front populaire sans les communistes ? »

Dans les papiers de Werner Thormann, on trouve une note sans date en anglais, probablement écrite vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, contenant une description des relations que Münzenberg et lui-même entretenaient avec des cercles gouvernementaux français. Il y est également question du financement du Zukunft et du rôle de Guy Menant, son propriétaire officiel :

←110 | 111→

« En juillet 1938, j’ai été approché à Paris par M. Pierre Viénot, sous-secrétaire d’Etat au sein du Ministère des Affaires Etrangères et membre de la chambre de députés française (…). Il m’a suggéré de rejoindre l’équipe éditoriale d’un hebdomadaire politique de langue allemande, qui devait être crée à Paris, afin de maintenir les contacts entre des démocrates exilés de l’Europe centrale et les cercles politiques et intellectuels des puissances occidentales (…). C’était en accord complet avec mes amis autrichiens (de l’Entraide autrichienne dont Thormann dirigeait le bureau de presse, nda) que je suis devenu rédacteur en chef du ZUKUNFT, le nouvel hebdomadaire crée sous les auspices du gouvernement français en Octobre 1938.

Les fonds pour sa publication ont été mis à disposition par le Ministère des Affaires étrangères français par le biais de M. Salomon Grumbach (…) et par un fonds spécial de M. Paul Reynaud, Ministre de Finances à cette époque et futur Premier ministre français, ainsi que par le biais de Gaston Palewski (l’actuel chef du cabinet du Général de Gaulle). Plus tard, pendant la guerre, les fonds nécessaires pour la publication du ZUKUNFT ont été mis çà disposition par le Ministère français de l’Information, sous la responsabilité de sa section allemande, dirigée par M. Pierre Viénot.

Les autorités françaises ont décidé de publier le ZUKUNFT sous la direction de Willi Muenzenberg, ancien membre du Reichstag allemand. Comme la loi française dit que seul un citoyen français peut être propriétaire d’une maison d’édition et éditer un hebdomadaire en France, le propriétaire officiel de la maison d’édition Sebastian Brant et éditeur du ZUKUNFT était M. Guy Menant (…) qui appartenait au parti démocratique catholique de la Jeune République (il est maintenant président de l’association des Français combattants, ‘Fighting French’) en Afrique du Nord »512.

Cette description de Werner Thormann recoupe, en grande partie, les éléments évoqués par Babette Gross concernant les réseaux de Willi Münzenberg en France. On note l’importance des réseaux chrétiens-démocrates et sociaux-démocrates, ainsi que l’implication de personnes ayant été actifs dans les relations franco-allemandes ou les mouvements pacifistes. Mais le Zukunft sert aussi comme tribune pour mettre en scène la rupture de Münzenberg avec le Komintern, avec l’aide de Kurt Kersten513. Thormann explique dans une autre note concernant la création du Zukunft l’impact de la rupture de Willi Münzenberg avec le communisme :

←111 | 112→

On retrouvera ces personnes au sein de l’UFA, mais aussi du CGI de Jean Giraudoux515. L’auteur utilise cette description pour mettre le rôle des Autrichiens dans l’hebdomadaire en avant, mais aussi pour se distancier du « Cercle du Lutetia » (considéré comme proche des communistes par les Anglo-Américains) :

« Même si j’étais en désaccord avec cette surestimation de M. Muenzenberg et me suis senti très embarrassé par l’obligation de travailler avec lui, j’ai considéré qu’il était de mon devoir de ne pas refuser le poste qu’on m’offrait (…) en raison de l’empressement des autorités françaises, et j’ai fait de mon mieux afin de donner au ZUKUNFT un caractère politique indépendant des idées particulières de M. Muenzenberg concernant l’avenir politique. Je peux ajouter que je n’avais rien à faire avec les efforts de créer une sorte de ‘FRONT POPULAIRE’ parmi les émigrés allemands en France. »516

Dans les papiers des archives du Zukunft à Paris se trouve aussi un grand nombre de lettres et rapports révélant les relations étroites de Münzenberg avec les représentants de la vie politique et intellectuelle française. Il utilise ces relations pour justifier son départ du parti communiste.

Le 7 mars 1939, la rédaction du Zukunft envoie à plusieurs médias français en même temps un communiqué de presse concernant la démission de Münzenberg du KPD, dont La Lumière (Georges Eugène Vallois) et L’Aube (Georges Bidault)517. Ce dernier fait également partie de l’UFA et écrit des articles pour l’hebdomadaire.

←112 | 113→

Dans ce communiqué de presse, Münzenberg souligne son propre rôle en tant que « l’un des fondateurs du mouvement communiste, collaborateur intime de Lénine en Suisse. » Il dit qu’il aurait démissionné du parti « parce qu’il s’était figé dans des formes creuses, paralysé par un mécanisme bureaucratique. » Il esquisse dans un document joint au communiqué l’idée d’un parti unifié ouvrier, « comportant des objectifs socialistes et démocratiques, la sauvegarde des principes démocratiques au sein du parti ». Selon lui, « un Parti de ce genre constitue la garantie qu’un jour la solution du problème national de l’Allemagne aura lieu dans un sens démocratique et non pas dans un sens réactionnaire et fasciste… ».

La parution du premier numéro du Zukunft est annoncée par Werner Thormann dans un communiqué adressé à des hommes politiques et journalistes français :

« A partir du 12 octobre paraîtra l’hebdomadaire DIE ZUKUNFT (L’AVENIR) (…) qui s’efforcera de réunir, pour une œuvre constructive, les meilleurs auteurs de l’Allemagne et de l’Autriche démocratique et les amis de la démocratie centre-européenne dans les pays occidentaux. Il ne s’agira pas d’un journal de l’émigration proprement dite (…).

Les buts du nouveau journal sont essentiellement européens. Le journal groupera les milieux démocrates et antinazis des minorités allemandes dans tous les pays du monde. Quant à la tendance du journal, elle sera celle d’une large union au-dessus des partis et n’excluant que les partisans d’une dictature totalitaire bolchévique ou d’une dictature militaire. Ainsi on trouvera parmi les collaborateurs du journal les catholiques, les démocrates, les socialistes, les protestants de la tendance Niemöller et même des milieux conservateurs comme les légitimistes autrichiens (…). C’est pour cela que l’hebdomadaire se réclamera dans son sous-titre d’ ‘une nouvelle Allemagne’ et d’ ‘une Europe nouvelle’. »

La nouvelle publication paraît dans la maison d’édition Sebastian Brant que Münzenberg fait transférer de Strasbourg à Paris. Même si cette maison n’a pas la même envergure que les Editions du Carrefour, des œuvres importantes pour l’exil y paraissent, tels les analyses d’Alexander Schifrin sur l’armement de l’Allemagne, la publication de Kurt Kersten, Sous les drapeaux de la liberté (Unter Freifeitsfahnen), le Calendrier de la liberté allemand (Deutscher Freiheitskalender) ou la revue militaire de Julius Deutsch, Guerre et Paix (Krieg und Frieden)518.

Münzenberg crée le 1er mai 1939 officiellement les Amis de l’Unité socialiste. Öttinghaus assure, pour ce groupe ainsi que pour la rédaction du Zukunft, la liaison avec la ‘9e Compagnie’ au sein du camp d’internement de Gurs519, qui résiste ←113 | 114→à l’influence des communistes et se voit attribuer des baraquements séparés520. Sa correspondance avec cette compagnie est abondante, et elle définit les bases pour la ligne qui sera tenue par le Zukunft et d’autres « renégats » communistes : « une démocratie socialiste, un socialisme de la liberté », la quête d’un « parti unifié de la classe ouvrière »521.

Willi Münzenberg envoie, après le début de la guerre, au nom de la rédaction du Zukunft et de politiques allemands en exil, des rapports sur la situation en Allemagne au gouvernement français. Ces rapports sont diffusés aux ministères par l’intermédiaire de Gaston Palewski, chef du cabinet du ministre des Finances, Paul Reynaud (qui écrit pour le Zukunft), et d’A. Berthoin, secrétaire général du ministre de l’Intérieur, Albert Sarraut522. Dans ces rapports, il est question de la situation interne en Allemagne, mais aussi du combat contre le stalinisme. Nous allons en citer deux exemples pour montrer quel type d’informations est transmis aux autorités françaises.

Dans le rapport du 21 septembre 1939, Münzenberg esquisse des plans pour l’avenir de l’Allemagne dans le contexte du partage de la Pologne entre l’Allemagne et l’URSS, qui témoignent, par rapport à l’évolution réelle de l’après-guerre, d’une grande clairvoyance :

« Maintenant où les Russes se sont avancés jusqu’à Lwow (…), il n’y a que deux possibilités pour l’avenir de l’Allemagne après Hitler. Elle sera bolchévique et s’appuiera sur Moscou, où elle entrera définitivement dans le giron du monde libéral et démocratique (…). Il faut créer une alliance entre les meilleures parties de la classe ouvrière allemande, les milieux bourgeois et les représentants de l’industrie allemande (…). La police française a adopté, malheureusement, le point de vue qu’il ne faut pas faire de différence entre les anciens communistes allemands et ceux qui sont aujourd’hui encore du côté de Staline… »523.

Quatre jours après, il rapporte l’avancée des « troupes russes » :

Le but de Münzenberg est donc double : informer le gouvernement français, mais aussi (et surtout) le mettre en garde contre l’expansionnisme soviétique. Il espère ainsi obtenir que le gouvernement prenne des mesures plus sévères à l’égard des communistes.

Nous verrons à d’autres occasions que Münzenberg n’oublie jamais de défendre ses propres intérêts. Ses talents de propagandiste l’aident dans cet objectif, son attitude peut aussi conduire à une certaine méfiance de la part des autorités françaises à son égard.

2.1.3 Le Zukunft comme porte-parole de l’UFA

Les relations entre l’UFA et son organe, le Zukunft, sont, en quelque sorte, symbiotiques. L’hebdomadaire voit le jour avant l’UFA. La fondation de celle-ci est annoncée dans ses colonnes. Il sert ainsi comme organe d’expression et de recrutement pour cette association franco-allemande de grande envergure, la dernière de ce type avant la débâcle française. Dans quelles conditions l’UFA est-elle mise en place ?

Au sein du Zukunft, on trouve des auteurs issus des trois grandes vagues de l’émigration. A côté des 89 Allemands, 47 auteurs viennent de l’Autriche, de la Tchécoslovaquie, de la Hongrie, de la Pologne, de la Lituanie et de la Roumanie. L’intelligence de l’Europe centrale y est donc fortement représentée, ce qui marque aussi les discussions dans les colonnes de l’hebdomadaire.

Parmi les auteurs du Zukunft, on trouve aussi les personnalités qui ont toujours soutenu les réfugiés, comme Louise Weiss, qui revendique, dans l’édition du 27 janvier 1939 sous le titre « Le monde pour les réfugiés » (« Die Welt für die Verfolgten »), des mesures concrètes :

« 1. Un règlement pour l’accueil collectif des enfants

2. Des allègements et une accélération du traitement des visas de transit pour les personnes qui prouvent qu’elles ont la possibilité d’immigrer dans un autre pays

3. Une amnistie et des grâces pour les réfugiés malheureux qui ont violé les règlements français d’immigration »525.

←115 | 116→

L’UFA et son organe le Zukunft font partie, selon Hans-Manfred Bock, des « réseaux franco-allemands les plus significatifs dans l’entre-deux-guerres », mais sont, en même temps, « les derniers, avec la durée de vie la plus courte »526. Dans son numéro spécial France–Allemagne (Frankreich–Deutschland), le Zukunft annonce la création de l’UFA/DFU ainsi :

« Nous sommes heureux de pouvoir annoncer à nos lecteurs que, parmi les amis et collaborateurs du ‘Zukunft’, s’est créée une ‘Union franco-allemande’, dans une époque de tensions internationales qui ont atteint leur paroxysme et de danger imminent de guerre (…). Le ‘Zukunft’ sera l’organe de cette Union »527.

Cet appel est soutenu par un article de Guy Menant sur la page 15 : « Pour une Union franco-allemande »528.

Dans son édition du 19 mai 1939, l’hebdomadaire appelle ses lecteurs à rejoindre l’UFA :

« La création de l’Union franco-allemande, dont nous avons parlé dans notre édition spéciale ‘France-Allemagne’, a trouvé un écho considérable et déclenché des déclarations de soutien d’un grand nombre de personnalités. Il s’agit de :

J.PAUL-BONCOUR, ancien président du Conseil et Ministre des Affaires étrangères, YVON DELBOS, ancien Ministre des Affaires étrangères, Mgr E. BEAUPIN, Directeur du Comité Catholique des Amitiés Françaises ä l’Etranger, ROBERT LACOSTE, Secrétaire du Syndicat général des fonctionnaires, Membre de la Commission d’administration de la CGT, LEO LAGRANGE, ancien ministre, Membre de la Chambre des députés, Mme GERMAINE KELLERSON, GUY MENANT, Ancien député, EMMANUEL MOUNIER, Directeur de l’hebdomadaire ‘Esprit’, A. M. PETITJEAN, ERNEST PEZET, Vice-président de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des députés, et MARC SANGNIER (…) qui se sont adressés à un grand nombre de représentants éminents de la vie intellectuelle et politique française, des députés, des directeurs d’organisations, des érudits, des artistes et des écrivains, et les ont enjoints de signer l’appel suivant et de rejoindre l’Union franco-allemande »529.

Dans cet appel, l’UFA est définie comme « association indépendante », qui soutient les « principes de la liberté et de la démocratie » :

« Le sort de l’Europe et du monde entier dépend, au plus haut degré, de la forme définitive que prendront les relations franco-allemandes. L’Union Franco- allemande se définit par les principes communs au monde occidental et sa ←116 | 117→tradition humaniste, par le respect absolu des libertés individuelles et des Droits de l’homme (…). L’organe officiel de l’Union est la tribune européenne ‘Die Zukunft’ ».

Ils appellent à la « solidarité complète des puissances de la paix (‘Friedensmächte’) contre les Etats agresseurs » et s’opposent « au chantage par la menace de guerre »530 :

« Les membres de l’UFA sont convaincus que la cause de la démocratie, de la dignité humaine et des Droits de l’Homme restera victorieuse (…). Ils partent de la conviction que les relations futures entre la France et l’Allemagne dépendront des efforts pour l’organisation de l’Europe (…) qui sont portés par les politiques les plus clairvoyants de notre époque ».

L’objectif ultime, en cas de guerre, doit être « la création d’un Europe politiquement unie et organisée de manière fédérale », ainsi que « l’organisation d’une véritable puissance supranationale pour défendre la démocratie »531. Le Zukunft affiche à partir du 26 mai 1939, une semaine après cet appel, le sous-titre (en français et allemand) : Organe de l’Union Franco-Allemande/Organ der Deutsch-Französischen Union532.

La liste des membres de l’UFA dans le Zukunft du 30 juin montre la confluence des réseaux évoqués auparavant : les pacifistes, les chrétiens-démocrates, les cercles franco-allemands de la République de Weimar, les organisations du « conglomérat » de Münzenberg comme le RUP, ainsi qu’une bonne partie des représentants du Cercle du Lutetia533. Du côté français, elle se lit comme un « Who’s Who » des cercles progressistes du Front populaire issus des chrétiens-démocrates, de la SFIO ou du Parti radical534. Elle comprend aussi des germanistes français qui s’investissent dans la réconciliation franco-allemande pendant l’entre-deux-guerres (Jean Giraudoux et Pierre Viénot) et après 1945 (Edmond Vermeil et Paul Vignaux)535.

Le 14 juillet 1939, journée de la Fête nationale française, l’UFA est rejoint par les personnes suivantes : Thomas Mann, Erika Mann, Bruno Frank, Eugen Spiro, Hubertus Prinz zu Löwenstein, Kurt R. Grossmann, Leo Lania, Viktor Schiff, ainsi que 11 nouveaux membres français issus de l’enseignement supérieur et des syndicats, dont Georges Bonnac, résistant de la première heure et futur chef de la CGT clandestine, mort au camp de concentration de Melk en Autriche, le 3 janvier 1945536.

←117 | 118→

Les apports des auteurs français à l’UFA sont multiples. Jean Giraudoux, chef du CGI au moment de la parution de l’hebdomadaire, est un personnage essentiel pour la propagande antifasciste. Raymond Aron, étoile montante de la sociologie française, a séjourné en Allemagne de 1931 à 1933 où il a observé l’émergence du totalitarisme nazi jusqu’aux autodafés de livres537. Il vit à Paris jusqu’en 1940 où il collabore avec Célestin Bouglé, un proche d’Emile Durkheim, défenseur d’une sociologie basée sur une morale laïque et libérale, qui influencera fortement sa pensée538. En 1935, il publie La sociologie allemande contemporaine, où il introduit l’idée nouvelle de la relativité et de l’indéterminisme en sociologie539. En 1938, il obtient son doctorat ès-Lettres avec une thèse intitulée Introduction à la philosophie de l’histoire et publie un essai sur La théorie de l’histoire dans l’Allemagne contemporaine.

On trouve aussi des chrétiens-démocrates qui jouent des rôles-clés dans l’UFA et le Zukunft. Georges Bidault, de la même génération que Raymond Aron et Emmanuel Mounier, est agrégé d’histoire. Il s’est distingué par son engagement dans les mouvements de jeunesse catholique et au sein du PDP. En 1934, il devient rédacteur en chef du journal chrétien-démocrate et antifasciste, L’Aube, qui entretient des liens étroits avec le Zukunft. Il y coopère avec François Mauriac et Guy Menant540.

Secrétaire du bureau de la Chambre des députés jusqu’en 1936, Guy Menant (PDP) demande à interpeller sur la propagande hitlérienne en France, ainsi que sur le caractère politique des Jeux Olympiques de Berlin. Il ne se représente pas aux élections pour laisser sa place à Georges Hoog. En 1938, il assure la présidence de la section française du RUP ainsi que l’édition du journal Die Zukunft.

Ernest Pezet est journaliste, collaborateur de Marc Sagnier et co-fondateur du PDP. Il est très actif au sein de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des députés, dont il est vice-président et spécialiste de l’Europe centrale et orientale. Il s’intéresse beaucoup aux questions de propagande et de censure et intervient plusieurs fois pour aider les auteurs émigrés du Zukunft ou leurs amis à sortir des camps d’internement541.

Son proche ami Jean Raymond-Laurent fait aussi partie des fondateurs du PDP. Au moment de la parution du Zukunft, il est membre de la Commission de l’armée et de celle des Mines. Il fait partie de la délégation de députés en voyage d’information en Catalogne en 1938 et prend fait et cause pour les républicains espagnols contre Franco, en dénonçant l’implication de l’Italie et de l’Allemagne ←118 | 119→en Espagne. Il est lucide face aux dangers de l’hitlérisme et fermement oppose aux Accords de Munich542.

Emmanuel Mounier est philosophe et créateur de la revue Esprit, qui collabore aussi étroitement avec le Zukunft. Il est considéré comme l’un des pères fondateurs du personnalisme.

On peut ajouter à ces piliers de l’UFA Louise Weiss et Géneviève Tabouis, deux adversaires décidées du fascisme et du nazisme.

Louise Weiss, fondatrice de l’Europe nouvelle, et de l’Ecole nouvelle de la paix, a abandonné ces deux champs d’activité en 1934, profondément déçue par l’échec de la SDN et des puissances démocratiques face aux nazis. Elle s’est consacrée à la promotion des droits civiques des femmes au sein de l’association La femme nouvelle qu’elle a créée en 1935, en organisant des actions « coup de poing » selon le modèle des suffragettes anglaises, et en arborant le slogan : « La Française doit voter »543. De là, elle connaît Cécile Brunschvicg, qui fera aussi partie des soutiens du Zukunft544.

En 1937, avant les Accords de Munich, elle rend visite à son ami Edvard Benes545. Elle obtient de Georges Bonnet la création d’un Comité pour l’aide aux réfugiés le 31 décembre 1938, hébergé officiellement au ministère des Affaires étrangères, dont elle devient le secrétaire général. Dans ses Mémoires d’une Européenne, elle explique ses motivations :

« Les persécutions d’Adolf Hitler contre la ‘race maudite’ laissaient la moyenne des Français encore incrédules, les atrocités de la Kristallnacht, à partir desquelles l’extermination des israélites de la Grande Allemagne avait été décidée, n’avaient pas autrement ému l’opinion publique, maintenue dans une ignorance délibérée par les partisans de la paix à tout prix, qui fermaient les yeux et se bouchaient les oreilles »546.

Comme l’ensemble des auteurs du Zukunft, elle est outrée par la politique d’appeasement et fonde face à la montée des tensions l’Union des Françaises décorées de la Légion d’honneur afin de promouvoir un « service national féminin »547. Elle dispose d’un réseau de contacts importants en France et à l’étranger, dont les ←119 | 120→anciens contributeurs de la Nouvelle Ecole de la Paix, des personnalités issues du combat féministe, ainsi que des politiques et intellectuels anglais et américains548.

Geneviève Tabouis travaille au quotidien L’Œuvre de 1930 à 1940. Amie de longue date de Willi Münzenberg dans le cadre de ses activités pour le Komintern, elle le suit après sa rupture avec le parti. En 1938/39, elle échange régulièrement avec la rédaction du Zukunft549 et dénonce dans ses pages et ailleurs la terreur nazie. Elle est très bien informée sur la situation en Allemagne et fait partie des rares personnes qui prédisent l’occupation complète de la Tchécoslovaquie. La presse nazie la vise par de caricatures et tente d’établir qu’elle serait d’origine juive. Elle attaque aussi l’influence des « réseaux et de la propagande nazis » en France550, ce qui n’est pas sans raison, car la DFG-NS organise des programmes d’échanges entre Anciens combattants, élèves etc., et l’influence d’Otto Abetz au sein de l’élite française est très forte551. Mais à la fin de 1939, elle se détourne de Willi Münzenberg, en le dénonçant même comme agent nazi, ce qui l’affecte beaucoup. Il tient l’influence des stalinistes pour responsable de cette évolution552.

Le Zukunft entretient donc des relations étroites avec des politiques et intellectuels français du premier rang. Ces contacts se manifestent dans des réunions amicales en cercle restreint, comme le montre une invitation pour un petit déjeuner le 15 juin 1939 dans les archives du Zukunft. Parmi les invités, on trouve (aux côtés du couple Osusky, consul de la Tchécoslovaquie) : « M. Champetier de Ribes, M. Paul-Boncour, M. Paul Bastid, M. Pierre Cot, M. Yvon Delbos, M. Pierre Viénot, M. Ernest Pezet, M. Raymond-Laurent, M. Marcel Ray et M. Mousset, Journaliste au Journal des Débats »553.

Comme nous allons le voir maintenant, l’UFA sert comme organe de propagande antistalinien, organisme de soutien pour les réfugiés, mais aussi en tant que « service de renseignements » concernant la situation en Allemagne ou certains émigrés politiquement exposés.

←120 | 121→

Dans un communiqué suite au pacte germano-soviétique, elle dénonce celui-ci :

Ce communiqué est accompagné d’une déclaration où les signataires se rangent du côté des démocraties occidentales :

« Les membres allemands de l’Union Franco-allemande regrettent que le front de la paix, dont la formation sembla imminente, et qui, d’après leur conviction, n’était pas seulement le moyen le plus sûr de garantir la paix, mais de préparer également l’Europe future, a échoué. Ils condamnent sévèrement la trahison de ce front par la Russie, c’est-à-dire par une puissance qui réclamait jusque-là la première place non seulement dans la lutte pour l’idée de la sécurité collective, mais aussi dans la représentation de la classe ouvrière contre le fascisme international. (…)

La volte-face de l’Union Soviétique ne changera en rien la clarté des fronts. L’opposition allemande contre la barbarie de la dictature national-socialiste, et avec cette opposition le peuple allemand tout entier, ont leur place à côté de tous ceux qui se sont voués à la défense des principes de la liberté et de la dignité humaine… »555.

Puis, après la déclaration de guerre, l’UFA est utilisée afin de soutenir des émigrés internés en France ou dans d’autre pays faisant partie de ses membres ou sympathisants anticommunistes. Une lettre du 26 février 1940, signée par Walter Öttinghaus et probablement destinée à ses amis au sein de l’UFA, évoque le travail des « prestataires » de la 9e compagnie en soulignant leur fidélité envers les Alliés occidentaux. Il mentionne aussi leur rupture avec le communisme à la suite de leur engagement dans la guerre civile espagnole :

« Ils condamnèrent, de la manière la plus décidée, les méthodes et les façons employées par les communistes là-bas. Un certain nombre de personnes fut exécuté, par-derrière, sans procédure, si elles osaient critiquer cette folie. (…) Comme ils ont tous ces expériences amères derrière eux, et comme ils ne veulent combattre que pour la Démocratie et la Paix, ils sont les adversaires les plus honnêtes et les plus décidés du stalinisme. On peut émettre toute garantie possible pour leur loyauté à ←121 | 122→l’égard de la France. Ils vont investir toute leur énergie, dans les entreprises où on les emploie, dans le soutien aux puissances occidentales »556.

Une lettre du Prix Nobel de la Paix, Ludwig Quidde, à la rédaction du Zukunft du 12 mai 1940 (en français) montre, enfin, sa troisième fonction, concernant des renseignements sur des émigrés politiquement exposés. Ludwig Quidde leur demande de soutenir le journaliste Max Barth, également membre de l’UFA, « détenu dans un camp de concentration suédois (…) dans des conditions de vie difficiles (…). Je vous prie de demander sa libération en vous référant à ses sentiments éprouvés antinazis. Il faut adresser la demande à Stockholm, Socialstyrelsen »557. Cette demande réussit : Max Barth est libéré peu de temps après, il continue sa fuite vers Oslo, où il obtient un passeport norvégien, puis il part, en passant par la Suède et l’Union soviétique, aux Etats-Unis558.

Un autre exemple est la recherche d’Erwin Wolf, le secrétaire de Trotski, disparu le 31 juillet 1937 à Barcelone, par sa sœur, Mimi Rabl. Elle adresse un courrier au Zukunft le 20 février 1940, où elle demande s’ils peuvent l’aider, en passant par « leur organisme en Hollande (…) qui s’occupe de la recherche des personnes disparues »559. La rédaction lui répond le 1er mars qu’ils vont « se renseigner sur le sort de votre frère »560. Peu après, ils lui adressent plusieurs pages de renseignements, en s’appuyant sur des témoignages, des articles de presse et les anciens consuls généraux norvégien et tchécoslovaque qui avaient demandé des précisions au gouvernement espagnol dès 1938 et communiquent ces demandes au Zukunft561. Cet épisode montre les réseaux diversifiés de la rédaction et de l’UFA.

Une partie de ces missions passe par l’organisation Hommes en détresse (Menschen in Not), une émanation de l’UFA, dont la fondation est relayée par le Zukunft sur la Une de l’édition du 25 août 1939, quelques jours avant la guerre. Sous le titre « Hitler doit perdre ! », l’hebdomadaire dénonce les « ballons d’essai » lancés par ce dernier « afin de recréer une atmosphère comme avant Munich » ←122 | 123→par rapport à la Pologne. Ils annoncent comme objectif de la nouvelle organisation « d’aider ceux qui ne reçoivent l’aide de personne ». C’est une allusion aux émigrés qui sont exclus des réseaux d’aide communistes, entre autres, car le texte poursuit : « Les vieilles lignes de front s’effritent, des nouveaux partis et organisations émergent, des milliers de personnes sont forcées, par leur conscience, de se repositionner ».

La nouvelle organisation est soutenue par l’UFA, « le groupe ‘Esprit’ » (…) ainsi que de nombreux autres groupes et comités ». Dans la liste d’adhérents, on trouve un grand nombre des auteurs émigrés du Zukunft ainsi que des « amis étrangers ». Son président est Fritz von Unruh, son secrétaire Willi Münzenberg562.

L’UFA et son organe, le Zukunft, représentent donc une tentative remarquable de coopération franco-allemande à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Ils s’appuient sur des réseaux constitués par des personnalités influentes défendant les meilleures traditions européennes contre le totalitarisme. Dès lors, il faut évoquer aussi leur portée européenne et internationale.

2.2 L’élargissement des réseaux en Europe

En dehors de l’UFA, c’est la coopération avec les démocraties occidentales en général qui donne son envergure internationale au Zukunft. En premier lieu, la Grande-Bretagne, puis la Suisse, les Pays-Bas et les pays scandinaves. Puis, on note aussi les contributions importantes d’émigrés de l’Europe centrale. Et enfin, il faut mentionner les auteurs italiens, des personnalités reconnues au niveau international pour leur engagement antifasciste.

Les différents origines des auteurs font donc de l’hebdomadaire une véritable tribune européenne, et contribuent à sa richesse intellectuelle. Comment ces réseaux européens se constituent-ils ?

2.2.1 Le Zukunft comme tribune européenne

L’hebdomadaire réunit 331 auteurs originaires de 24 pays, dont 21 pays européens (en comptant la Russie et l’Ukraine)563. Seulement 82 d’entre eux viennent de l’Allemagne. Les auteurs des autres pays de l’Europe centrale signent des contributions importantes. 15 auteurs autrichiens participent par exemple au Zukunft, ce qui montre la coopération austro-allemande, assez rare dans le milieu de l’exil.

Concernant les autres nationalités, il convient de mentionner les quatre auteurs originaires de la Galicie (tous d’origine juive), dont trois font partie de la colonne vertébrale du Zukunft : Max Beer, Manès Sperber et Hermann Kesten. On ←123 | 124→pourrait dire la même chose des auteurs hongrois (cinq en tout), dont deux sont essentiels pour l’hebdomadaire : Arthur Koestler, rédacteur en chef du Zukunft et Julius Deutsch, l’ancien ministre de la guerre d’Autriche et député de Vienne, qui fournit des analyses géopolitiques564 et publie la revue Guerre et paix565.

Julius Deutsch entretient notamment des contacts avec les représentants du parti travailliste et de la Société fabienne en Angleterre. Quant à ses prises de position, il suit l’évolution du Zukunft, en défendant un socialisme démocratique, et en mettant, après le pacte germano-soviétique, l’URSS et l’Allemagne nazie à la même enseigne566. Il fait également parti des « Amis de l’unité socialiste »567.

Parmi les 11 auteurs nés en Tchéquie, sept viennent de la minorité juive germanophone (dont Sigmund Freud, Franz Werfel, Ernst Weiss et Hans Natonek), et les quatre autres jouent des rôles importants dans la construction politique et intellectuelle de la Tchécoslovaquie avant et après la Seconde Guerre mondiale (Edvard Beneš, Hubert Ripka, Vladimir Vašek, qui publie sous son nom d’artiste « Petr Bezruč », et Karel Čapek).

60 auteurs viennent de France (dont quatre Alsaciens, avec Louise Weiss), 56 du Royaume-Uni, 13 de Suède, cinq d’Italie, ainsi que de groupes moins importants de la Belgique, des Pays-Bas, des autres pays scandinaves, des pays baltes, de la Roumanie ou de l’Ukraine (comme, par exemple, Alexander Schifrin).

Il faut cependant noter que la plupart des auteurs sont nés avant la Première Guerre mondiale, au sein de l’empire austro-hongrois partagé en 1918, ou au sein de l’empire allemand, dont les frontières sont modifiées au même moment. Environ 40% des auteurs sont germanophones.

Bien entendu, la colonne vertébrale de l’hebdomadaire est l’UFA, mais un deuxième axe important intègre la Grande-Bretagne, et d’autres pays sont fortement représentés. Un décompte des articles non-germanophones, traduits par les soins de la rédaction, montre que la plupart des textes viennent d’auteurs français (137) ou anglais (110). L’ouverture européenne est donc un trait caractéristique du Zukunft. De nos jours, une coopération entre pairs d’autant de pays différents, au sein d’une seule publication, serait inconcevable. On mesure encore davantage l’énergie des auteurs émigrés qui tiennent l’hebdomadaire.

←124 | 125→

Les différentes origines des auteurs s’expriment dans leurs points de vue, qui s’affrontent et se complètent dans les pages du Zukunft. Nous allons évoquer ici un exemple particulier pour montrer le caractère européen de la publication et la diversité de points de vue : la discussion autour de la problématique des réfugiés. Comment la diversité des auteurs du Zukunft s’y manifeste-t-elle ?

Dans le Zukunft du 27 janvier 1939, on peut lire, par exemple, les avis de Lord Robert Cecil, Mgr Beaupin, Jean Cardinal Verdier (les deux derniers étant proches du Sillon), François Mauriac, Louise Weiss, Harold Nicolson, Yvon Delbos, et George Peabody Gooch, professeur au Trinity College, Oxford568. Ces articles montrent que les auteurs se sentent concernés par le problème des réfugiés, mais défendent aussi des positions qui rappellent nos discussions actuelles face à une nouvelle crise de réfugiés. Les questions de l’intégration et de l’assimilation sont soulevées, ainsi que les limites de la tolérance envers les émigrés.

Les prises de position britanniques, plus sévères à l’égard des réfugiés, se concentrent sur trois points : une « action internationale » pour assurer l’accueil des réfugiés, une participation financière des dictatures à l’origine des flux, et l’idée de les installer dans une zone inhabitée, où ils ne « dérangent » pas les autres populations. Robert Cecil écrit, par exemple :

« A partir du moment où l’Allemagne et d’autres pays forcent une partie de leur population à émigrer, ils devraient en porter les coûts, ou au moins une partie d’entre eux. Aucun peuple n’a le droit de chasser des hommes d’un pays et de les laisser tout simplement sur le pas de porte de ses voisins. La seule solution efficace peut être trouvée dans la création d’une colonie dans des régions inhabitées (…). La tentative d’installer l’afflux immense de réfugiés dans les pays européens, qui sont souvent déjà surpeuplés, n’aboutira à rien et peut causer des difficultés notables »569.

Son compatriote Harold Nicolson reprend ces idées et souligne le problème de l’assimilation :

« Pour différentes raisons, il est très difficile pour un pays d’accueillir des réfugiés s’il n’est pas assuré, d’une certaine mesure, de leur future assimilation. Le problème serait moins difficile à résoudre si on visait une région en particulier pour y installer les réfugiés après une période d’adaptation de quelques mois »570.

Les prises de position françaises sont beaucoup plus bienveillantes. François Mauriac écrit, par exemple :

« En tant que président de l’ ‘Accueil Français aux Autrichiens’, et membre du Haut Comité pour les réfugiés (…), je me suis fixé comme objectif d’aider les victimes des persécutions. En tant que chrétien et homme, je condamne ces persécutions, ←125 | 126→et j’espère que les efforts conjoints de la France, de l’Angleterre et des Etats-Unis vont aboutir à une solution internationale de ce problème, qui cause autant de souffrances humaines »571.

Il existe aussi des aides concrètes pour les réfugiés auxquelles participent les auteurs du Zukunft, comme, par exemple, la Conférence pour l’aide aux réfugiés en Tchécoslovaquie du 22 octobre 1938, organisé par le ‘Bureau international pour le respect du droit d’asile et l’aide aux réfugiés’, qui s’occupe de leur accueil dans les pays européens et fournit des aides financières. Sur la liste des participants, on trouve Henri Hauser, Rudolf Katz et Louise Weiss. Des prises de positions écrites sont transmises par Sir Norman Angell, Stafford Cripps et Lord Listowel, qui se démarque par un soutien sans faille au droit d’asile :

« Le martyre des juifs et des sociaux-démocrates allemands qui sont chassés de la nouvelle Allemagne et ne peuvent trouver un abri dans la nouvelle Tchécoslovaquie me brise le cœur. Et comme nous sommes, en France et en Angleterre, responsables pour une grande partie dans leur perte, le moins que nous puissions faire est de leur donner asile jusqu’à ce que leur sort soit définitivement réglé »572.

Norman Angell considère les réfugiés comme un atout pour les pays d’accueil. Il revendique le rétablissement de « la liberté d’immigration et de la circulation des personnes » en argumentant qu’elle a toujours apporté la prospérité, comme dans les dominions britanniques et aux Etats-Unis. Elle doit être liée à la libre circulation des biens et des capitaux :

« Si on cherche un remède pour la baisse démographique, qui menace notre avenir et l’avenir de notre Empire, ainsi qu’un remède pour le problème des réfugiés, et si on souhaite donner, en même temps, une aide efficace à l’initiative privée, il reste comme seul moyen de rétablir la liberté d’immigration, comme elle existait avant la guerre, et qui signifiait, dans nos Dominions et aux Etats-Unis d’Amérique (…) une prospérité toujours croissante. La génération d’après-guerre a oublié dans quelle mesure la liberté avant la guerre s’appuyait sur la liberté de l’échange des biens et des capitaux, ainsi que sur la libre circulation des hommes »573.

Il exprime ces idées aussi dans d’autres articles pour le Zukunft, par exemple en novembre 1938574. Sa série d’articles sur les côtés positifs de l’émigration en mai/←126 | 127→juin 1939575 fait réagir Martin Andersen-Nexö : « Chaque pays devrait accueillir les réfugiés à bras ouverts, et en être heureux, car ils enrichissent la culture et représentent autant de ‘graines de liberté’ »576. Angell se prononce également en faveur d’une reconsidération de la colonisation577. Il explique le changement du contexte après la Première Guerre mondiale par « un changement des visions et théories sur l’intérêt national »578. Cet article fait suite à celui de Duff Cooper sur l’Europe unie, et on y trouve des idées qui seront réalisées plus tard par les pères fondateurs de l’Europe.

2.2.2 Les réseaux au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni est le deuxième partenaire important des émigrés du Zukunft. Un grand nombre d’entre eux est déjà installé à Londres lorsque l’hebdomadaire voit le jour579. La ville héberge aussi les restes du SOPADE et différentes organisations d’aide aux réfugiés, comme la FDKB580. Cette dernière réunit plusieurs auteurs du Zukunft et préfigure, en quelque sorte – comme d’autres associations d’émigrés – les associations de la RDA, tant au niveau de ses membres qu’au niveau de son idéologie. Son rôle pour l’intégration des émigrés au Royaume-Uni est néanmoins très important581.

←127 | 128→

La politique d’immigration du Royaume-Uni reste plus stricte que celle de la France ou des Etats-Unis. En 1939, on compte environ 70.000 réfugiés allemands, dont 90% d’origine juive, ainsi que 19.000 Italiens et 8.000 Tchèques. Les organisations d’aide aux réfugiés sont réunies dans Bloomsbury House à Londres, dont le Czech Refugee Trust Fund et l’International Solidarity Fund (ou Fonds Matteotti). Certains partent outre-Atlantique de gré ou de force, comme Paul Frischauer582 ou Hubertus Prinz zu Löwenstein, qui sont expulsés et interdits de territoire583. Après la déclaration de guerre, les réfugiés sont classés en trois catégories : « risque sécuritaire » (A), « dignes de confiance sous conditions » (B), et « antifascistes loyaux » (C).

Après l’occupation de la France, la crainte d’une invasion allemande et des activités d’une cinquième colonne conduit à l’internement d’environ 25.000 réfugiés, même issus des catégories B et C584, en tant qu’« étrangers ennemis », comme Arthur Koestler, qui avait été libéré des geôles franquistes en 1938 grâce à une campagne dans la presse anglaise585. Face à l’indignation de l’opinion publique, ←128 | 129→le gouvernement décide de les libérer à partir du 31 juillet 1940. L’Union d’organisations socialistes allemandes y joue un rôle important, en coopération avec le Département International du parti travailliste586.

Malgré tous ces obstacles, le Royaume-Uni constitue un modèle pour les auteurs émigrés du Zukunft et sert comme terre d’accueil. Nous allons analyser comment les réseaux de l’hebdomadaire s’y constituent.

Ces réseaux sont souvent inofficieux, car la politique britannique montre devant l’opinion publique plutôt son désintérêt concernant des contacts avec les associations des émigrés et la mise en place d’une représentation officielle de l’émigration587. Un nombre très restreint de personnalités y contribue : Arthur Koestler, Willi Münzenberg, Emil Ludwig, Hubertus Prinz zu Löwenstein, le couple Paul et Marica Frischauer, Max Beer et Hermann Rauschning.

Emil Ludwig écrit des mémorandums pour le gouvernement anglais concernant la politique extérieure ; il connaît la Duchess of Atholl, Lord Lothian et d’autres représentants de la noblesse. Il est même pressenti pour une mission secrète en Egypte588. Les autorités américaines notifient en 1940 aux services britanniques qu’ils lui accorderaient un visa hors quota pour ses mérites (22 livres édités, dont une biographie de Roosevelt589, un degré honoraire de Rutgers University, des interventions dans 11 universités américaines entre 1936 et 1938, « interventions dans presque toutes les capitales européennes en quatre langues »)590.

Hubertus Prinz zu Löwenstein s’appuie sur des liens familiaux pour établir son réseau. Son grand-père maternel, Lord Pirbright, était un ancien ministre des Colonies591. Sa femme Hertha, d’origine néerlandaise, apparentée aussi à la noblesse anglaise, parle couramment l’anglais et l’aide à traduire ses discours, livres et articles592.

Il entretient des contacts avec Winston Churchill. Dès juin 1937, il lui demande de l’aide concernant l’affaire du Pariser Tageszeitung. Ce contact n’est pas relevé dans la littérature parue à ce jour portant sur l’affaire, mais constitue néanmoins un élément intéressant pour apprécier son étendue. Löwenstein écrit : « La plupart des Allemands ne sont pas des nazis (…). Le national-socialisme va conduire à une catastrophe au plan international (…). Nous savons aussi que, malheureusement, ←129 | 130→le mécontentement croissant de la population n’a pas encore fait émerger l’espoir d’un ordre pacifique et démocratique dans un avenir proche. »

Il avance comme objectif du rachat du Pariser Tageszeitung la mise en place d’un forum de discussion pro-occidental : « La création d’un centre où peuvent être réunies les idées constructives développées en-dehors de l’Allemagne (…). L’alternative n’est pas le nazisme ou le bolchevisme, mais la dictature, soit-elle brune ou rouge, et la démocratie ». Il espère pouvoir « exercer de l’influence sur des personnalités dirigeantes en Allemagne, et plus particulièrement au sein de l’armée » avant de demander une aide financière anglaise pour le rachat, émanant « d’un groupe d’investisseurs qui y seront associés »593.

Le 11 novembre 1939, il soumet à Churchill ses idées concernant « la future Confédération Européenne » en se basant sur le contenu de conférences qu’il a tenues aux Etats-Unis594 et milite en faveur « d’une organisation centralisée de tous les Allemands d’esprit démocratique à l’étranger (…) un ‘Reich’ de jure à l’extérieur de l’Allemagne au sens géographique (…) un Conseil national, un gouvernement en exil »595. Catherine Duchess of Atholl, auteure du Zukunft, soutient cette idée, comme elle l’écrit à Löwenstein : « J’ai lu vos propositions avec grand intérêt ». Elle mentionne les plans d’Otto Strasser et d’Hermann Rauschning concernant une « fédération germanique (…) afin de diviser la Prusse (…). Seriez-vous d’accord avec des propositions de ce type, même si elles viennent d’eux ? »596 Mais les contacts de Löwenstein sont à double tranchant, comme les refus répétés de visa le montrent.

La famille Frischauer, en charge du bureau de Londres pour le Zukunft, dispose, elle aussi, de beaucoup de contacts et aura des démêlées avec les services secrets. Ils échangent beaucoup avec la rédaction de l’hebdomadaire, et Marica Frischauer, d’origine yougoslave (Marijana Ivanovic), leur fait part de ses remarques drôles et cocasses sur l’élite anglaise. Elle enrôle un grand nombre des auteurs anglais pour le Zukunft, en coopération avec Arthur Koestler597. Avec ←130 | 131→son mari, elle crée l’agence United Correspondants, spécialisée dans l’Europe centrale. Elle fait des émissions radio à partir de Londres vers la Yougoslavie598.

United Correspondants est soutenu, en arrière-plan, par MI6 qui l’utilise comme organe de propagande599, mais arrive à se créer une certaine renommée grâce à ses analyses approfondies. Un grand nombre de publications dans le monde entier y est abonné, surtout dans les dominions et colonies anglaises. Ces abonnés sont repris par leur associé Walter Tschuppik après l’éviction des Frischauer en fin 1940 et le changement du nom de l’agence en European Correspondants600.

Paul Frischauer connait bien, par exemple, Julian Huxley, ainsi que Vernon Bartlett, auteur du Zukunft, un député sans parti, qui soutient un « Front populaire » britannique. L’éditeur Paul Willert, un ancien agent communiste lié à Otto Katz (Rudolf Breda), qui a rompu en même temps que Frischauer avec le stalinisme, est enrôlé par ses soins pour le MI6601. Frischauer connaît aussi Guy Burgess, qui jouera un rôle très important au sein des « Cinq de Cambridge » pendant la Guerre froide602. Le point commun entre Paul Frischauer, Vernon Bartlett et Guy Burgess est leur activité journalistique pendant la guerre civile d’Espagne.

Pour le MI6 britannique, le Zukunft est « l’organe d’un groupe d’émigrés allemands en Grande-Bretagne » (il n’est pas question de la France dans leur rapport). Ils notent l’importance de Paul Frischauer pour cette publication dans un rapport de juillet 1945 qui retrace l’« affaire Frischauer » (« The Frischauer case »). Les ←131 | 132→activités suivantes sont relevées dans sa biographie : Président d’United Correspondants en 1939/40, contacts avec des personnes et firmes « suspectes » pour le MI6, ainsi qu’avec des agents et organisations communistes603. Le 20 février 1941, quelques mois après leur départ pour le Brésil, les Frischauer sont désignés comme « indignes de confiance »604, avant d’être réhabilités en 1944/45.

A l’opposé de l’échiquier politique se situe Hermann Rauschning, fils d’une famille bourgeoise, ancien gouverneur de Dantzig et ancien membre du NSDAP. Les élites anglaises lui ouvrent ses portes suite à la publication de son livre Entretiens avec Hitler. Il se fait attaquer par la revue L’autre Allemagne, éditée par August Siemsen en Amérique du Sud, en tant qu’« habitué des clubs de la haute société » et désespérément « bourgeois »605.

On trouve, parmi les auteurs et dans le réseau du Zukunft, des personnalités qui ont participé, en 1934, à la mise en place de la section britannique de la Bibliothèque allemande pour la liberté comme Lady Oxford and Asquith, une amie de H.G. Wells606, ou les rédacteurs en chef du Times (Wickham Steed) et du journal libéral New Statesman and Nation (Kingsley Martin)607.

Ellen Wilkinson, qui sera ministre en charge de la protection du territoire britannique dans le War cabinet de Churchill, avait aussi soutenu la Bibliothèque allemande. Elle intervient auprès du gouvernement français au moment de l’internement des émigrés allemands608.

Mais le point d’appui le plus solide pour les émigrés est la Société fabienne (Fabian Society), la fabrique des idées (think tank) du parti travailliste. Willi Münzenberg et Richard Löwenthal entretiennent des contacts avec ce groupe, entre autres609. John Parker, son secrétaire général, publie deux articles dans le Zukunft610, ainsi que d’autres personnalités travaillistes comme Clement Attlee ou Herbert Morrison.

←132 | 133→

Enfin, le Zukunft se fait connaître par la qualité de ses publications. En témoignent des demandes d’agences de presse anglaise d’utiliser ses articles, en partageant 50/50 avec les auteurs. Ce sont Arthur Koestler, Paul Frischauer et la rédaction à Paris qui traitent ces demandes611. Ils participent aussi à la création d’une association des Amis du Zukunft selon le modèle de Paris, qui organise des évènements culturels pour faire mieux connaître l’œuvre des émigrés au sein des pays d’accueil612. Deux éditions spéciales Angleterre-Allemagne voient le jour, le 25 novembre 1939 et le 9 juin 1939.

Le Zukunft du 28 juillet 1939 annonce sur sa Une la création d’une « Union franco-anglaise », une « organisation-sœur » de l’UFA, les Federal Fellowships613. Parmi les personnalités qui la soutiennent, on trouve Norman Angell, Vyvyan Adams, l’antimunichois Duff Cooper614, Reginald Fletcher, le futur ministre de l’Aviation d’Attlee, William Earl of Listowel, très impliqué dans la décolonisation anglaise après la guerre615, John Herbert Harvey Parker et H.G. Wells. On note aussi la présence de Storm Jameson, le président du PEN-Club anglais, Graham Wallas de la London School of Economics (LSE) Harold Nicolson, le mari de Vita Sackville-West616, futur sous-secrétaire d’Etat à l’Information du War Cabinet617, Arthur Cummins du News Chronicle, Herbert D. Hughes (Société fabienne) et l’historien Veit Rudolf Valentin, de l’University College London. Margerita Beer, la femme de Max Beer, y figure également.

A partir du 28 août 1939, les Amis du Zukunft publient une nouvelle revue à Londres, To Morrow, « l’organe des ‘Federal Fellowships’ », qui réunit des contributions des auteurs anglais du Zukunft. Wilhelm Wolfgang Schütz est désigné comme le nouveau représentant du bureau de Londres et rédacteur en chef de To Morrow618. Son rôle sera évoqué plus tard.

←133 | 134→

Les auteurs britanniques se recrutent donc au sein de deux groupes principaux : les soutiens de la SDN et les antimunichois, issus de l’ensemble des partis. Quelles sont leurs motivations spécifiques ?

Concernant les soutiens de la SDN, il faut d’abord mentionner Robert Cecil, fondateur de la LNU et président de cette organisation de 1923 à 1946, dont font également partie le David Davies et Norman Angell619. Tous les trois sont défenseurs du « libéralisme » dans le sens traditionnel du terme (liberté économique et individuelle) et se montrent sceptiques vis-à-vis de l’idée de l’Etat-nation, contraire au libre-échange et à la libre circulation des hommes. Norman Angell déclare que l’idée de la souveraineté nationale est « obsolète ». David Davies crée la New Commonwealth Society (NCS) en 1932, destinée à réformer la SDN selon le modèle de la coopération à l’intérieur du Commonwealth620.

Les antimunichois de la politique britannique soutiennent la nomination de Winston Churchill comme Premier Ministre. Ils se recrutent principalement dans les rangs des conservateurs et travaillistes, comme le montre le groupe The Focus, crée en 1935 par Wickham Steed et soutenu par Norman Angell, ou par The Five Year Group621.

Deux démissions contribuent à leurs efforts : d’abord celle d’Anthony Eden, qui désapprouve la politique d’ouverture vers l’Italie fasciste, en février 1938, puis celle d’Alfred Duff Cooper comme Premier Lord de l’Amirauté après les Accords de Munich622.

Tous les auteurs britanniques de l’hebdomadaire figurent sur la « liste noire » établie par les services de l’Allemagne nazie, énumérant les citoyens britanniques et réfugiés se trouvant en Grande-Bretagne à être arrêtés en priorité lors d’une invasion réussie623.

Cette tendance à une coopération gauche-droite est typique pour le Zukunft, dans le but d’unir les défenseurs de la démocratie contre le fascisme et de promouvoir une politique ferme contre le régime nazi. Cette large ouverture politique n’est pas partagée par le reste la presse de l’exil (sauf le Neues Tagebuch, NTB de Leopold Schwarzschild), qui considère toujours que les dictatures seraient des ←134 | 135→émanations du capitalisme, et doute donc de l’utilité de renforcer l’armement à l’Ouest, car cela ne servirait que les intérêts de l’industrie624.

Le travailliste Clement Attlee apparaît dans le Zukunft sous le titre « Major C.R. Attlee, chef de l’opposition dans la Chambre basse ». Il signe un « message italo-anglais » avec Pietro Nenni dans l’édition du 20 Janvier 1939, dans laquelle il critique la politique anglaise envers l’Italie et le manque de soutien aux Républicains espagnols625. Il contribue régulièrement à la revue militaire Krieg und Frieden626 et soutient des ouvrages édités par Sebastian Brant, tels que La marche vers la Seconde Guerre mondiale (Der Aufmarsch zum Zweiten Weltkrieg), qui aurait « été utilisé (…) dans les débats de la chambre basse »627.

Le Zukunft sert donc comme organe de propagande pour les antifascistes et antimunichois britanniques, comme cela est le cas pour la France. Leurs sujets de prédilection sont les conséquences de Munich, l’intégration de l’URSS dans un « front de la paix », le rayonnement du modèle politique anglais et la future organisation de l’Allemagne, de l’Europe et des relations internationales. Leurs contributions deviennent plus rares après la déclaration de guerre628, ce qui peut montrer un certain désintéressement face à l’échec de la politique proclamée dans les pages du Zukunft. Leur contribution est particulièrement mal vue par la presse allemande et italienne, mais aussi par des publications communistes.

Suite aux premiers articles de Duff Cooper, Die Zukunft du 24 février 1939 reproduit quelques extraits des réactions : « Si Monsieur Cooper n’était pas un dilettante politique ignare, il aurait choisi comme porte-voix un organe réputé comme le Daily Telegraph ou le News Chronicle, mais pas une feuille obscure d’émigrés » (Berliner Börsenzeitung, 15. 10. 1938), ou bien :

« Un tel procédé, de s’adresser par-dessus la tête de son propre gouvernement directement à un peuple d’un autre Etat, pour le rameuter contre ses dirigeants, n’est pas seulement une méthode dépourvue de tact, mais tout bonnement inadmissible. Il reste à dire que la tentative de Duff Cooper a utilisé des moyens particulièrement inappropriés. Car il veut s’adresser directement au peuple allemand, par le biais d’un hebdomadaire parisien d’émigrés parisiens, comme il l’explique lui-même dans sa contribution pour cette publication (Frankfurter Zeitung N° 528–529, 16 octobre 1938) ».

Le Berliner Morgenzeitung dénonce l’édition anglo-allemande de la revue et soupçonne un financement « des services secrets français et anglais ».

←135 | 136→

De son côté, la presse soviétique dépeint la revue comme « l’organe de l’émigration conservative, catholique (…) et nationaliste », pendant que les trotskistes y voient « un organe staliniste ». La Tribuna (Rome) dénonce l’hebdomadaire comme un « ramassis de bons à rien (…), le seigneur et aristocrate à côté de l’homme du peuple sale et en guenilles (…), le juif errant, le catholique qui s’entiche du socialisme, le journaliste mercenaire, le scientifique nocif, le politicien en faillite et l’intellectuel qui se perd dans le vague »629.

Derrière les coulisses, le Zukunft est considéré par la Gestapo comme l’une des publications les plus influentes au sein de l’exil. Elle réussit, par exemple, en concertation avec certaines publications françaises, à faire interdire la NS-DFG (ou DFG/CFA) par le gouvernement, et à faire expulser Otto Abetz en juin 1939630.

2.2.3 Les autres pays européens : Pays-Bas, Suisse, Italie, pays scandinaves

Dans le cadre des réseaux du Zukunft, il convient de souligner la fonction de médiateurs de certains « petits pays » de l’Europe dont on a tendance à sous-estimer le rôle. Tous les pays libres jusqu’à la guerre servent come terre d’accueil pour les émigrés, comme le montrent l’installation des maisons d’édition Querido aux Pays-Bas (Amsterdam) et de Bermann-Fischer en Suède. Aux Pays-Bas, l’appui d’Edo Fimmen et de l’ITF est très précieux pour le Zukunft. La Suisse accueille, malgré une législation stricte, un certain nombre de réfugiés, comme par exemple Anna Siemsen ou Manès Sperber.

En outre, beaucoup d’auteurs suisses s’expriment dans le Zukunft et fournissent des informations dont la rédaction n’aurait pas pu disposer sans eux. En ce qui concerne les pays scandinaves, on peut noter la présence d’auteurs suédois, danois et finnois, ainsi que des émigrés y ayant trouvé refuge, comme Walter A. Berendsohn ou Klaus Dallmann. Quel est l’apport des auteurs de ces pays à la ligne rédactionnelle du Zukunft ?

D’abord, la personne la plus importante pour le Zukunft originaire des Pays-Bas est Edo Fimmen (de son vrai nom Eduard Carl Fimmen), secrétaire général du syndicat international du transport (ITF) installé à Amsterdam de 1919 à 1939, puis transféré à Londres631. Il s’agit d’une organisation qui regroupe – encore à l’heure actuelle (2019) – 700 syndicats dans 150 pays avec 4,5 millions d’adhérents632. Ce ←136 | 137→caractère international marque le travail de l’ITF avant la Seconde Guerre mondiale, à l’exemple de Fimmen qui parle quatre langues (néerlandais, allemand, anglais et français). Il milite en faveur des « Etats-Unis d’Europe » dès 1924. Son ouvrage du même nom fait partie des concepts les plus aboutis de cette période633. En outre, il fait partie de la Ligue contre l’impérialisme créée par Münzenberg.

Les membres du syndicat, des ouvriers du transport et des marins, voyagent beaucoup et peuvent transmettre des informations clandestines aux services secrets occidentaux634, mais aussi à la rédaction du Zukunft. Fimmen avait apostrophé sévèrement, en 1933, le président de l’Union syndicale, Franz Köhler, face aux dissensions entre partis ouvriers :

« Hitler est là où les ouvriers allemands l’ont porté. L’histoire jugera, un jour, sévèrement notre organisation et nos fonctionnaires (…). Si vraiment des têtes seront coupées en Allemagne, j’espère que ce ne sera pas seulement ceux des simples ouvriers, mal guidés par le KPD et le SPD (…). Si l’Allemagne est bouleversée, essaie au moins de sombrer avec dignité à leurs côtés. »635

Malgré cette critique, l’ITF aide les réfugiés et les groupes de Résistance en Allemagne, qui participent illégalement à des réunions aux Pays-Bas. Elle aide à la diffusion de publications clandestines en Allemagne, dont des textes écrits par les auteurs du Zukunft636, et participe à la création de petits groupes de résistance dans les entreprises, en les aidant financièrement « sans regarder leur appartenance politique (…), mais sur la base de leur efficacité »637.

Edo Fimmen est en contact avec le syndicat clandestin des cheminots (Hans Jahn638), ainsi qu’avec un réseau « sur environ 190 bateaux de la marine allemande » crée par Hermann Knüfken, un ancien cadre du Komintern ayant ←137 | 138→rompu avec le stalinisme en 1936639. Les communistes, qui essaient de monter un réseau parallèle, dénoncent l’ITF comme « trotskiste », pendant que le SOPADE les attaque en tant que « communistes »640. Malgré ces multiples difficultés le réseau se développe, surtout dans les ports scandinaves, où ils coopèrent avec la direction du SAPD, dont Willy Brandt et les deux auteurs du Zukunft Irmgard et August Enderle, qui dispose d’un réseau illégal particulièrement développé en Allemagne du Nord641.

En France, l’ITF alloue une subvention de 2.000 dollars au Zukunft. Les contacts de Willi Münzenberg, selon Fimmen « plus honnête et ouvert » que la plupart des communistes, sont considérés comme stratégiques. Münzenberg écrit à Fimmen en décembre 1939, qu’« environ 1.000 des 2.500 membres du KPD s’orientent vers notre groupe (‘Les Amis de l’Unité socialiste’) »642.

L’ITF se fait aussi le porte-parole de la coopération franco-anglaise au sein de la Fédération syndicale internationale, présidée par Walter Citrine643, dont Fimmen est le secrétaire général. Léon Jouhaux, secrétaire général de la CGT, y joue un rôle important aussi644. Tous sont auteurs du Zukunft. Walter Citrine figure parmi les personnes auxquelles est adressée la Lettre des Neuf de la rédaction avec des informations secrètes sur l’Allemagne645.

Dans les archives du Zukunft, on trouve des traces d’un travail intense au niveau des syndicats et de leurs représentations clandestines en Allemagne. D’abord plusieurs exemplaires du Journal des syndicats clandestin (Gewerkschaftszeitung : Organ der Arbeiter und Angestellten Deutschlands), imprimé sur du papier très fin, presque transparent, pour être transférés illégalement en Allemagne646. Puis son successeur, le Nouveau journal des syndicats : Réflexions sur l’évolution socio-économique et politique de l’Allemagne (Neue Gewerkschaftszeitung : Betrachtungen zur sozial-ökonomischen und politischen Entwicklung Deutschlands), édité de février 1939 à mars 1940, par la Fédération syndicale hollandaise (« Holländischer Gewerkschaftsbund, Amstel 224–226, Amsterdam-C. »)647. Ce journal dénonce le syndicat unique en Allemagne (Deutsche Arbeitsfront/DAF) et établit une carte des premiers camps de concentration, en se basant sur un Livre blanc anglais qui ←138 | 139→les répertorie dès 1939 grâce à des confidences d’un chef de la Gestapo648, qu’on retrouve dans le Zukunft.

En janvier 1940, les lecteurs ont droit à une retranscription des vœux d’Hitler pour le 60e anniversaire de Staline649, et en avril, on leur transmet les objectifs de guerre du parti travailliste anglais : « Chute d’Hitler (…). Sauvegarde des libertés démocratiques et construction d’un monde en paix (…). Anéantissement de la tyrannie totalitaire (…). Réparations pour la Tchécoslovaquie et la Pologne ». Le journal prend parti contre la guerre en Finlande650, à l’image de l’article qu’Edo Fimmen publie dans le Zukunft du 26 avril 1940, intitulé simplement « Finlande », où il condamne les conquêtes territoriales de l’URSS651.

On trouve aussi, dans ces dossiers, les Informations de la représentation des syndicats allemands à l’étranger (Informationen der Auslandsvertretung der deutschen Gewerkschaften), dont le propriétaire est, officiellement, Henri Vignaud652, ainsi que la Correspondance des syndicats allemands illégaux (Korrespondenzblatt illegaler dt. Gewerkschaften), destinées à la diffusion clandestine et imprimées sur du papier très fin653.

Puis, on relève un grand nombre d’éditions de la revue Fascisme (Faschismus), la publication de l’ITF qui parait en six langues (plus l’Esperanto) entre janvier 1939 et mai 1940654.

Puis, la Suisse est un autre centre important pour les activités de la presse de l’émigration. Manès Sperber et Anna Siemsen y sont installés.

Manès Sperber est démobilisé de l’armée française après la défaite. Il rejoint avec sa compagne, Zenija (Jenka) Zivcon, la zone libre, à Cagnes-sur-Mer, où André Gide et André Malraux l’aident à se cacher à la campagne, et où naît son deuxième fils, Dan655. Il doit cependant fuir lorsque les déportations s’intensifient en 1942, et choisit la Suisse où il reste jusqu’à la fin de la guerre, malgré son internement pendant plusieurs mois656. En 1945, il revient en France et s’installe à Paris avec Jenka, et Dan.

Anna Siemsen est installée en Suisse depuis 1933. Elle contracte un mariage blanc avec le secrétaire général des Jeunesses ouvrières suisses, Walter Vollenweider, pour obtenir la citoyenneté. Celle-ci lui permet de s’exprimer en public, de rejoindre le parti social-démocrate suisse (SPS) et de travailler pour ←139 | 140→des journaux657. Elle obtient, en 1938, une bourse de l’American Guild, qui lui est enviée, car « elle tient un grand nombre de conférences » et « elle est rédactrice en chef du journal social-démocrate La femme dans la vie et au travail (Die Frau in Leben und Arbeit) »658. Elle publie plusieurs ouvrages sur la pédagogie moderne, dont Les fondements sociaux de l’éducation (Die gesellschaftlichen Grundlagen der Erziehung)659. Elle reste en contact avec ses deux frères Hans et August et contribue au journal du deuxième, La oltra Alemania660.

Aux côtés de ces deux piliers du Zukunft, on trouve aussi d’autres émigrés qui s’installent en Suisse, y compris après la guerre, pour fuir, entre autres, la « chasse aux sorcières » aux USA, dont Ignazio Silone, Erika et Thomas Mann, Emil Ludwig, Hermann Kesten, Walter Mehring et Ferdinand Hardekopf.

Hormis son rôle comme pays d’accueil, la Suisse fournit aussi des auteurs pour le Zukunft. On peut citer, à titre d’exemple, le théologien Fritz Lieb, rédacteur en chef du Journal suisse du dimanche (S.Z. am Sonntag)661, qui affirme en décembre 1938 qu’« Hitler a l’intention d’anéantir la religion en Allemagne »662. Il diffuse le contenu d’un discours d’Alfred Rosenberg, tenu à huis clos lors d’une conférence du NSDAP à Nuremberg, et copié par le service de presse protestant en Suisse. Rosenberg y fixe clairement comme objectif de « faire disparaître l’Eglise catholique et l’Eglise protestante confessante, sous sa forme actuelle, de la vie de notre peuple. » Il recommande de « s’attaquer en priorité à l’Eglise catholique en Autriche (…), profiter des divisions entre les clergés allemand et autrichien (…) et exterminer l’ennemi le plus déterminé du national-socialisme ». Fritz Lieb collabore aussi au Calendrier allemand de la liberté, proche du Zukunft663. Il signe, en tant que « collaborateur suisse du ‘Zukunft’ » et « professeur de l’Université de Bâle », la lettre de protestation en faveur d’Edvard Benes en 1939664.

Dans le premier numéro du Zukunft du 12 octobre 1938, on trouve une analyse intitulée « L’état d’esprit en Suisse »665, sur la Suisse germanophone, tiraillée entre le désir de neutralité et la nécessité de s’ouvrir aux réfugiés antifascistes :

←140 | 141→

« Il ne manque pas de voix en Suisse qui voudraient inculquer au peuple une sorte de ‘neutralité de l’esprit’, c’est-à-dire qu’il devrait s’occuper de ses propres affaires et ne pas tenir compte des évènements autour (…). Et pendant qu’on reconnaisse au Troisième Reich le droit (…) de ‘s’occuper’ de citoyens d’un autre Etat souverain, en s’appuyant sur la force si nécessaire, on veut dénier le droit au citoyen suisse de s’indigner pour des raisons de conscience (…) comme, par exemple, la maltraitance d’hommes sans défense dans les camps de concentration ou la lutte (…) contre les Eglises.

Si jamais cette idée d’une complète neutralité de l’esprit déterminait le comportement de la Suisse, il en serait fini de l’indépendance spirituelle de ce pays. (…) Dans un monde où la foi en la violence remplace la religion, la Suisse représente un refuge spirituel, où celui qui pense autrement ne peut pas encore être mis au ban, déshonoré, volé ou tué, mais seulement convaincu (…) ».

Pour les auteurs suisses, le Zukunft représente donc un moyen de s’exprimer librement, au même titre que leurs collègues des autres nationalités. La Suisse servira aussi comme modèle pour une future organisation allemande et européenne aux yeux des émigrés.

A côté des Néerlandais et Suisses, plusieurs auteurs italiens émigrés participent au Zukunft. Les Italiens représentent à l’époque de sa parution le groupe d’étrangers le plus important en France, composé essentiellement de réfugiés économiques et d’une minorité de réfugiés antifascistes (les fuorusciti), forcés à s’exiler par les violences des squadristi à partir de 1921/22. Deux autres vagues suivent : de 1924 à 1926, puis après le passage des Lois fascistissimes en 1926–27666. En 1939, le nombre d’Italiens en France est estimé à 900.000. Il diminue de 200.000 environ pendant la guerre, suite aux naturalisations et à la fuite des antifascistes dans d’autres pays667.

Comme pour les Allemands et Autrichiens, ce sont surtout le PCF, la SFIO, le parti radical, le PDP et la JR qui les aident668. Tous les réfugiés italiens ne s’attardent cependant pas en France ; ils partent directement en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis. En 1938, les premières lois raciales de Mussolini669 touchent des Italiens jusque-là parfaitement intégrés dans la société fasciste et même honorés par le régime, à l’image d’Enrico Fermi, dont la femme est juive., et qui participera au « Projet Manhattan »670.

←141 | 142→

Les cinq auteurs italiens du Zukunft sont très importants pour l’histoire intellectuelle de cette période. Il s’agit de Carlo Sforza, Don Luigi Sturzo, Francesco Saverio Nitti, Ignacio Silone et Pietro Nenni.

Don Luigi Sturzo est l’un des pères fondateurs du christianisme social en Italie. Le 18 janvier 1919, il participe à la fondation du Parti populaire italien (PPI), précurseur de la démocratie chrétienne, au côté d’Alcide De Gasperi et d’Alberto Marvelli. Le PPI est, comme le Sillon en France ou le Zentrum en Allemagne, fortement influencé par l’encyclique Rerum Novarum. Son manifeste porte le titre Appell aux Libres et aux Forts (Appello ai liberi e forti).

Il se définit comme un parti de masse au-dessus des confessions. Les points forts de son programme sont la politique de la famille, l’élection proportionnelle et le droit de vote des femmes. Il souhaite un renforcement des régions et une organisation fédérale de l’Italie. Les libertés individuelles doivent être garanties, un impôt progressif sur le revenu instauré, afin de mettre en place un Etat-Providence. Le PPI défend la SDN et le désarmement671.

En 1923, Luigi Sturzo fonde le journal Parti populaire italien, avant de partir en exil en 1924 en raison de son opposition au fascisme que d’autres représentants du parti (comme Alcide de Gasperi) ne partagent pas au début672. Il s’installe d’abord à Londres, puis à New York (1940). Pendant cette période, il publie de nombreux ouvrages, notamment L’Italie et le fascisme (1926), La communauté internationale et le droit de la guerre (1929), La société : sa nature et ses lois (1936), Politique et morale (1938) et L’Église et l’État (1939).

Pour Luigi Sturzo, les catholiques doivent s’impliquer dans la politique et faire preuve, dans ce cadre, d’une autonomie absolue vis-à-vis de l’église. Le christianisme serait la principale source d’inspiration, mais pas forcément la seule pour une politique moderne.

La société doit reconnaitre les aspirations de chaque individu, et l’individu passe avant la société. La société est un produit de la « sociabilité », c’est-à-dire qu’elle se base sur des relations librement consenties. Elle ne doit pas poser de limites à la liberté individuelle, mais éviter en même temps une « hyper-individualité ». En matière d’économie, Sturzo dénonce le capitalisme d’État gaspilleur de ressources, mais reste convaincu de sa capacité d’intervention dans l’économie, même si elle doit être limitée dans le temps et apporter un résultat concret.

Il fonde ainsi le « popularisme », une doctrine politique originale qui représente, selon lui, la mise en pratique de la doctrine sociale de l’Église catholique, pragmatique mais profondément imprégnée d’éthique. L’ensemble de ces points coïncide avec la ligne rédactionnelle du Zukunft, dont il devient un contributeur important.

←142 | 143→

Il coopère (dans le Zukunft et ailleurs) avec Carlo Sforza, l’adversaire le plus éminent de Mussolini. Sforza part en exil en 1927, d’abord en France, puis – en passant par l’Angleterre et la Suisse – aux Etats-Unis. Il y crée la Mazzini Society avec Gaetano Salvemini, entre autres, un rassemblement antifasciste important. Le 17 août 1942, lors d’un congrès italo-américain à Montevideo, il est célébré comme le « leader spirituel de l’Italie antifasciste ». Il rentre en Italie en octobre 1943, ou il prendra la direction de la Consulta Nazionale (Assemblée provisoire)673.

Les trois autres auteurs italiens s’apparentent à la gauche. En premier lieu, Ignacio Silone qui dirige le journal du PSI, L’Ouvrier (Il Lavoratore), à Trieste, dont le siège social est incendié par les fascistes en octobre 1920. Il adhère ensuite au PCI en 1921, dont il deviendra l’un des dirigeants dans la clandestinité. C’est dans ses fonctions pour le PCI qu’il fait la connaissance de Willi Münzenberg. Il quitte l’Italie en 1928 pour des missions en URSS, s’installe en Suisse en 1930, où il s’oppose à Staline et prend position pour Trotski et Zinoviev, ce qui conduit à sn exclusion du Parti communiste en 1931. Il publie une étude intitulée Le fascisme – son émergence et son évolution en 1934, qui en fait l’un des théoriciens les plus aboutis de ce phénomène, ainsi que L’école des dictateurs en 1938674, dont il publie des extraits dans le Zukunft avant sa publication. Présenté sous la forme d’un dialogue entre plusieurs personnes (dont « Thomas le cynique » qui explique la prise de pouvoir du fascisme à « Professeur Pickup » et « Mr. Double U », qui représentent les démocraties occidentales), il explique les manquements des partis démocratiques, la nature de l’idéologie fasciste, ainsi que l’état d’esprit des dictateurs totalitaires et de leurs sujets675.

Francesco Saverio Nitti, membre du Parti radical et Président du Conseil italien au moment des traités de la paix (23 juin 1919–16 juin 1920), s’oppose au démembrement de l’Allemagne et aux réparations. Il doit également affronter le mécontentement des Italiens au moment des traités, qui est l’une des causes de la montée du fascisme. Ses travaux sur l’économie italienne et le destin des démocraties en Europe affirment son statut de théoricien, mais il est surtout un homme d’État de grande envergure. Il élabore par exemple un projet de réformes des institutions de l’État afin de les rendre plus appropriées à une société capitaliste moderne, facilitant l’émergence d’une classe dirigeante nouvelle et dynamique. Après l’avènement du régime fasciste, il se retire dans sa villa d’Acquafredda où il compose une trilogie sur l’Europe.

Il prend le chemin de l’exil en 1925, après que les squadristi aient dévasté sa maison du quartier Prati à Rome. A Zurich puis à Paris, il prend part à une intense activité antifasciste pendant 20 ans, entre autres par son essai Bolchevisme, ←143 | 144→fascisme et démocratie (Bolscevismo, fascismo e democrazia) de 1927. Ce travail est sans doute son œuvre la plus importante et aujourd’hui encore un témoignage majeur de la culture politique libérale et démocratique en Italie. En 1943, il est arrêté par les SS et interné au château d’Itter dans le Tyrol.

Enfin, Pietro Nenni se lance très tôt dans l’action politique. Il milite avec Mussolini pour l’intervention italienne dans la Première Guerre mondiale et fonde le « faisceau » de Bologne en 1919. Il se détourne du fascisme peu après, adhère au Parti républicain italien avant de rejoindre le PSI en 1921. Il dirige dès l’année suivante le quotidien du parti, En avant ! (Avanti !).

Dénonçant le régime, il doit s’exiler en France en 1926. Secrétaire du PSI en exil depuis 1931, il conclut un pacte d’unité d’action avec le PCI et s’engage dans la guerre d’Espagne comme commissaire politique des Brigades internationales. Revenu en France après la défaite des républicains, il est arrêté par le régime de Vichy en 1942, puis livré à la police italienne. Il retrouve la liberté après la chute de Mussolini et reprend la tête du PSI en juin 1944. Son fils participe à la Résistance française, et sa fille Vittoria meurt au camp d’Auschwitz676.

Dans le Nord de l’Europe, les liens du Zukunft avec les pays scandinaves se créent autour de deux auteurs émigrés : Walter A. Berendsohn au Danemark et Günter Dallmann (qui utilise aussi les pseudonymes « Lot Anker » et « Sven Haegner » dans le Zukunft) en Suède.

Walter A. Berendsohn, qui dispose de contacts avec un grand nombre d’intellectuels et écrivains en exil, est connu pour son ouvrage Le front humaniste. Une introduction dans la littérature de l’émigration (Die humanistische Front. Einführung in die Emigrantenliteratur), dont seule la première partie (1933–39) paraît en 1946677. Il s’agit de la première classification de la littérature de l’émigration, très complète et aujourd’hui encore un ouvrage de référence.

Après ses études en germanistique, littérature slave et philosophie, il enseigne de 1926 à 1933 à l’Université de Hambourg, qui l’évince à cause de ses origines juives. Il s’enfuit au Danemark et en septembre 1933, la presse allemande publie la (fausse) nouvelle de son suicide « car ses idéaux humanistes ont été vaincus, de toute évidence ». En 1936, il perd la nationalité allemande. Il continue sa fuite en Suède en 1943 suite à l’intensification des rafles allemandes.

Ses études se focalisent, à côté de la littérature de l’exil, sur la littérature scandinave et l’œuvre d’August Strindberg. Dans ses papiers, on trouve une correspondance riche qui montre l’importance de son réseau.

Il est chargé, en février 1938, par le Royal Institute of International Affairs à Londres, à écrire un « rapport de 30 pages environ » sur « l’impact de la littérature de l’exil (…) afin de l’utiliser pour nos études ». L’institut lui envoie un questionnaire précis, concernant le centres de l’émigration et leur importance ←144 | 145→(Prague, Paris, Londres), les maisons d’édition, la diffusion en Europe et ailleurs, l’impact des difficultés économiques et de l’exil en général, les activités politiques des émigrés, et si « la littérature de l’exil constitue en elle-même une culture indépendante et dynamique ». Ils s’enquièrent aussi sur les relations et la distinction ou non entre des réfugiés juifs et politiques, et demandent une liste des publications les plus importantes. Berendsohn s’acquitte de sa tâche à la satisfaction de l’Institut, qui lui envoie un courrier de remerciement le 31 mars 1938678. Cet échange montre que Berendsohn est déjà reconnu, à cette époque, comme spécialiste de la littérature de l’émigration, et que ses contacts lui permettent d’établir et renvoyer le rapport en l’espace de six semaines seulement.

Ses contacts incluent la New School for Social Research à New York, où beaucoup d’émigrés, comme Hannah Arendt par exemple, enseignent, ainsi que l’« Institute for Social Research » de la Columbia University (l’Institut de Francfort en exil) où il correspond avec Theodor W. Adorno et Max Horkheimer679.

Il fait partie du PEN-Club en exil, de l’antenne de la FDKB en Suède sous la présidence de Max Hodann, et rédige des articles pour l’Aufbau de Manfred George, ainsi que pour des publications allemandes en Amérique latine (L’Autre Allemagne d’August Siemsen et le Journal d’Argentine/Argentinisches Tagebatt)680.

Il publie entre autres dans le Zukunft une interview avec Martin Andersen-Nexö, qu’il connaît personnellement, à l’occasion de son 70e anniversaire. Andersen-Nexö, qui est aussi un ami de Willi Münzenberg681, lui parle de son séjour en Allemagne de 1923 à 1930 : « Depuis 1933, je n’y ai plus mis les pieds, bien entendu. (…) Ce que vit le peuple allemand est affreux »682.

Berendsohn contribue aussi au numéro spécial « Suède-Allemagne » du 31 mars 1939683. Il coopère à un livre édité par Emil J. Gumbel chez Sebastian ←145 | 146→Brant : La science libre (Freie Wissenschaft)684. Après 1943, il œuvre à la diffusion de la littérature allemande en Suède. Il tache de recenser l’ensemble des ouvrages parus dans l’exil et contribue ainsi de façon déterminante à la première phase des recherches dans ce domaine dans les années 1950 et 1960. Il convaincra l’Académie de Stockholm d’attribuer le Prix Nobel de la Littérature 1966 à Nelly Sachs, émigrée en Suède comme lui pendant la guerre, et participera à la campagne pour l’attribution du Prix Nobel de la Paix à Willy Brandt en 1971685.

Günter Dallmann est encore plus présent dans le Zukunft que Walter A. Berendsohn. C’est l’un des auteurs les plus jeunes de l’hebdomadaire (né en 1911). Membre du parti communiste de 1931 à 1933, il part en exil en France, avant d’aller en Suède en octobre 1934 où il devient membre du SAPD et de la FDKB. Il travaille comme journaliste et traducteur et contribue sous ses pseudonymes Lot Anker, Sven Haegner, Eric Landelius, Karl Mörne et H. P. Schlicht à environ 25 publications suédoises. Comme Berendsohn, il est en contact avec beaucoup d’émigrés, dont Klaus et Erika Mann686.

Il assure « l’administration à Stockholm » pour le Zukunft, comme il l’écrit dans un courrier à la rédaction du 21 décembre 1938. A ce titre, il mobilise des abonnés potentiels en adressant des exemplaires gratuits et/ou des courriers à « des syndicats et organisations ouvrières suédoises »687, et il prépare le numéro spécial Suède–Allemagne688. Concernant ses propres articles pour l’hebdomadaire, il utilise deux de ses pseudonymes (Lot Anker, Sven Haegner), à côté de son vrai nom. Il écrit en tout 11 articles pour l’hebdomadaire689.

Il présente par exemple la « littérature engagée » suédoise, qui dénonce les inégalités sociales, mais aussi la politique d’appeasement. « Scepticisme et attente dans le Nord » prend la forme d’une revue de presse concernant le « Troisième Reich » et ses velléités de conquête. Pour la presse d’investigation, « il n’y a aucun doute que le Nord fait partie des plans de conquête d’Hitler ». « La Suède ←146 | 147→et le Troisième Reich » dénonce les efforts allemands pour influencer l’opinion publique suédoise.

Mais on trouve aussi des auteurs suédois et finnois très intéressants dans ce numéro. Ils sont issus de trois groupes : d’abord des écrivains, poètes ou artistes antifascistes (Marika Stiernstedt, Eyvind Johnson, Sven Danvik, Elmer Dictonius et le réalisateur Karl Gerhard), puis des journalistes, comme Ture Nerman, cofondateur du PC suédois, ou collaborateurs du Göteborgs Handels- och Sjöfartstidning (GHT), la publication la plus ouvertement antifasciste en Suède (Torgny Segerstedt, Victor Vinde, Per Meurling), et enfin des hommes de l’Eglise protestante comme le ministre des cultes Arthur Engberg ou le pasteur Gustav Ankar690.

Les auteurs attaquent la dictature et louent le « modèle suédois », construit par le parti social-démocrate, qui consiste en une intervention de l’Etat mesurée dans l’économie afin de garantir l’épanouissement individuel691. Ils prônent une neutralité affirmée dans un contexte « où les puissances occidentales ne sont plus considérées comme fiables » après Munich692.

Mais quelles sont leurs motivations pour s’investir dans le Zukunft ? D’abord, on trouve des médiateurs culturels ayant séjourné en France, comme Eyvind Johnson, futur Prix Nobel de la littérature (1974)693. L’œuvre de Johnson mêle la dénonciation des injustices de son époque à une inébranlable confiance dans le progrès social et la bonté profonde de l’âme humaine, une vision partagée par la majorité des auteurs du Zukunft. Il critique la neutralité suédoise694.

Le journaliste Victor Vinde (de son vrai nom Victor Andersson) est installé en France depuis 1919. Au moment de la parution du Zukunft, il travaille comme correspondant pour plusieurs journaux suédois695. Il quitte le pays pendant ←147 | 148→l’Occupation, après avoir publié un livre sur les premiers mois du régime de Vichy. A la fin de la guerre, il observe l’émergence de la France libre et les débuts de la IVe République696. Dans l’après-guerre, il suit attentivement la guerre d’Algérie, le gaullisme et la guerre du Vietnam, ainsi que les évolutions dans le bloc de l’Est697.

En ce qui concerne les hommes de l’Eglise, ils défendent l’« humanisme chrétien » incarné par l’Eglise confessante et Martin Niemöller, comme, par exemple, le pasteur Gustav Ankar698. Ils considèrent Niemöller comme le véritable représentant de l’Allemagne luthérienne symbolisée par le texte De la liberté des chrétiens (Von der Freiheit eines Christenmenschen)699. Luther est donc présenté, dans cette édition comme à d’autres occasions, en tant que porte-parole de la liberté, et non pas, comme chez certains écrivains et historiens, en étant à l’origine de l’asservissement du peuple allemand, « de Luther à Hitler ».

Les auteurs suédois présents dans cette édition spéciale se sont distingués, par la suite, concernant leur résistance à Hitler au sein d’une Suède « neutre ».

Pour finir le tableau des relations du Zukunft avec les pays du Nord, il convient de remarquer que quatre auteurs sont nés en Lituanie. Trois d’entre eux sont des auteurs juifs de langue allemande (Joseph Bloch, Joseph Gottfarstein et Julius Brutzkus), le quatrième (Wladimir Ozols) est un stratège militaire de renom, ancien chef d’Etat-major de l’armée lettone700. Gottfarstein vise les mensonges de la propagande nazie701, Brutzkus analyse les possibilités de colonisation pour les Juifs allemands702, et Ozols contribue à la revue Krieg und Frieden de Julius Deutsch703. Dans le Zukunft du 1er décembre 1939, il analyse la stratégie de guerre ←148 | 149→d’Hitler. Il pense que l’Allemagne ne pourra jamais atteindre la suprématie numéraire nécessaire pour vaincre les Alliés dont la production militaire « va monter en puissance »704.

On peut donc dire que les auteurs du « Grand Nord » du Zukunft ressemblent, par leurs convictions, aux autres nationalités représentées dans cette publication. Leurs contributions sont de grande qualité, en impliquant des personnalités comme Marika Stiernstedt ou Victor Vinde.

2.3 Les réseaux à l’extérieur de l’Europe

Au-delà de ses réseaux européens, le Zukunft puise dans un vivier d’auteurs qui sont installés dans le monde entier, afin d’assurer un haut niveau des contributions. Il s’agit, comme pour les pays européens, d’émigrés et d’auteurs locaux. Une partie de ce réseau transnational s’est constitué grâce aux multiples activités de Willi Münzenberg, mais d’autres personnalités du Zukunft y contribuent aussi, comme Hubertus Prinz zu Löwenstein, bien introduit dans le milieu politique et de cinéma aux Etats-Unis, qui met une association d’aide aux émigrés en place : la Guilde Américaine pour la liberté culturelle allemande (American Guild for German Cultural Freedom). En Amérique du Sud, en Afrique et au Moyen-Orient, le Zukunft dispose aussi d’un réseau de correspondants et de connaissances, dont la majeure partie est d’origine allemande, ce qui lui permet de proposer des analyses géopolitiques de grande qualité.

Nous allons restituer ce réseau mondial en évoquant ses acteurs principaux et les sujets particuliers liés à cet investissement dans d’autres parties du globe.

2.3.1 Politiques et journalistes aux Etats-Unis et leur soutien au Zukunft

Les Etats-Unis sont, en tant que premier pays d’accueil, un point de ralliement important pour les réfugiés et leurs activités. Willi Münzenberg et ses collaborateurs y ont mis en place plusieurs associations et organisé des manifestations très médiatisées. Certains auteurs du Zukunft y sont installés depuis 1933, d’autres arrivent entre 1939 et 1941. Ils peuvent s’appuyer sur des personnalités américaines très impliquées dans la vie politique et culturelle du pays.

Six auteurs du Zukunft sont originaires des États-Unis, parmi eux la présidente du PEN-Club américain, Dorothy Thompson, qui entretient des liens amicaux avec plusieurs auteurs émigrés de l’hebdomadaire705. Le ministre de l’Intérieur américain, Harold L. Ickes, ainsi que le journaliste Edgar Ansel Mowrer, auteur du best-seller L’Allemagne recule l’heure (Germany Puts the Clock Back, 1933), ←149 | 150→écrivent des articles706. Bons connaisseurs de l’Europe, ils se classent dans le champ interventionniste et essaient d’amener le président Roosevelt à une action économique et militaire contre les dictatures fasciste et nazie. Comment ces réseaux se constituent-ils, et quelles motivations peut-on déceler chez les soutiens américains du Zukunft ?

En premier lieu, il faut mentionner les relations personnelles des émigrés germanophones avec les représentants de la vie culturelle américaine. Celles-ci se mettent en place, entre autres, à Pacific Palisades, où beaucoup d’intellectuels émigrés, dont les auteurs du Zukunft, s’installent. La connexion de Sanary perdure aux rives du Pacifique, après des histoires de fuite souvent rocambolesques. Les émigrés s’entraident pour quitter l’Europe par le biais de différentes organisations de secours, qui organisent la fuite de Lion Feuchtwanger, Heinrich Mann et Bertolt Brecht, entre autres707.

Thomas Mann se souvient de Lion Feuchtwanger à Pacific Palisades, dans un article pour le 70e anniversaire de ce dernier : « De temps en temps, il réunissait toute la ‘Californie allemande’ (‘Deutsch-Kalifornien’), et l’amitié qui s’était nouée à Sanary s’y développait ». Dans cet article, il utilise d’ailleurs le sobriquet de « Petit Maître » (« Kleiner Meister ») pour Feuchtwanger, souvent discuté dans la littérature biographique de ces deux personnages, et souligne : « Le meilleur compliment que l’on pouvait recevoir en Angleterre au début des années 1930 était : ‘C’est presque comme Feuchtwanger’ (‘It’s nearly like Feuchtwanger’) »708.

Ludwig Marcuse y est aussi présent, il est l’ami fidèle de plusieurs écrivains, dont Thomas Mann, Alfred Döblin, Hermann Kesten et Lion Feuchtwanger709. Sa ←150 | 151→femme Sacha et lui font partie des dernières personnes qu’Ernst Toller voit, la veille de son suicide du 15 mai 1939. Il aide leur ami commun, Hermann Kesten, de venir aux Etats-Unis710.

La « connexion de Pacific Palisades » est souvent mentionnée dans les récits biographiques de certains de ses protagonistes711, mais contrairement à la colonie de Sanary, il n’existe que peu d’études d’ensemble712.

Les auteurs y arrivent entre 1939 et 1941. La colonie de Pacific Palisades englobe, comme avant en France, les communes environnantes, telles que Santa Monica, où Bertolt Brecht s’installe, ou le quartier de Beverly Hills à Los Angeles, où réside Thomas Mann. Ils participent à l’apport notable de l’émigration pour Hollywood, qui se fait remarquer dès 1932. Un article dans l’Aufbau, le journal de Manfred George713 le montre en décembre 1944. Son titre est « Ce que notre immigration a fait pour Hollywood – et vice versa ». La première vague d’immigration aurait eu lieu de 1930 à 1932, dans l’objectif d’accélérer les carrières des personnes concernées et soutenue par « Metro et Warner, qui expérimentaient, à cette époque, des versions allemandes de leurs films à succès ». La quasi-totalité serait revenue en Allemagne « pour devenir des nazis (…) mais trois auteurs juifs y sont retournés aussi, deux d’entre eux, Walter Hasenclever et Paul Morgan, l’ont payé de leur vie ». Puis :

« La deuxième vague était une marée (…). Quelques-uns avaient la chance d’arriver dans les studios (…) : Fritz Lang, Billy Wilder, Peter Lorre (…). En 1940, Metro, Warner et Universal ont sauvé environ deux douzaines de grandes figures de la littérature et de scénaristes qui avaient échoué à Lisbonne. Mais la plupart d’entre eux venaient seulement et attendaient. Nous joignons à cet article une liste de ceux qui apparaissent dans les remerciements de films (la liste de 3 pages est jointe à l’article)714 (…). 1937 fut une année victorieuse, dans laquelle les immigrés d’Europe ←151 | 152→centrale ont récolté 40% des Academic Awards (…) comme ‘Fury’ de Fritz Lang, presque tous les films de Lubitsch, deux films de Dieterle, dont ‘Robin Hood’, ‘Six tombes au Caire’ de Billy Wilder etc. »715.

Il faut y ajouter les films de propagande pour soutenir les Alliés, tels The Seventh Cross de Fred Zinnemann, une adaptation du livre d’Anna Seghers (avec Helene Weigel), To Be or Not To Be d’Ernst Lubitsch ou Casablanca de Michael Curtiz, où Peter Lorre et Conrad Veidt jouent à côté de Humphrey Bogart et Ingrid Bergman716. Les intellectuels impliqués dans le Zukunft participent à cette épopée de l’immigration allemande et autrichienne en Californie qui constitue la base de sa renommée et de son intégration dans la vie culturelle aux Etats-Unis. L’« empereur des émigrés », Thomas Mann (selon Ludwig Marcuse)717, les réunit régulièrement, tout comme Lion Feuchtwanger dans sa « Villa Aurora » à Pacific Palisades718. C’est Martha Feuchtwanger qui rend la maison habitable et s’organise pour se procurer de l’essence afin d’effectuer les trajets nécessaires, pendant que Lion Feuchtwanger ne quitte que rarement sa maison, où il discute parfois des heures avec Bertolt Brecht assis sur un banc719.

Les femmes jouent des rôles très variés dans cette communauté. Marlene Dietrich est l’une des plus grandes stars d’Hollywood. La femme de Berthold Viertel, Salka, une amie de plusieurs auteurs du Zukunft, est une auteure et scénariste à succès qui a travaillé pour Greta Garbo. Elle reçoit les émigrés dans sa villa, leur donne des aides financières et participe à la création du « Fonds pour le film européen » (« European Film Fund ») qui permet l’établissement de contrats avec les majors américains et aide, entre autres, Heinrich Mann à obtenir son visa720. Dans son salon se côtoient Sergueï Eisenstein, Hanns Eisler, Charlie Chaplin et Thomas ←152 | 153→Mann. Berthold Viertel est un ami d’Heinrich Mann et Lion Feuchtwanger721. Il travaille pour la FDKB à Londres et l’Austro-American Tribune aux Etats-Unis722.

Martha Feuchtwanger joue plutôt un rôle d’arrière-plan, mais elle sait recevoir, a une forte personnalité et beaucoup d’humour. Katia Mann joue plutôt les « intendantes » pour son mari. Nelly Mann, comme on a vu précédemment, intervient activement dans le réseau de contacts de son mari. Elle est très controversée car on lui reproche son alcoolisme et ses origines. Sacha Marcuse entretient une correspondance abondante avec des intellectuels et écrivains, qui la considèrent comme une amie fidèle723.

Annette Kolb, qui arrive aux Etats-Unis à 71 ans, rencontre des problèmes similaires à Heinrich Mann, concernant son adaptation au « Nouveau monde » et le manque de succès de ses écrits724. Invitée par son amie Dorothy Thompson, elle participe à la réunion du Pen-Club américain en 1939 et à la réception des écrivains allemands émigrés à la Maison Blanche à cette occasion725. Son adresse postale est l’Hôtel Bedford, le « quartier général » de Klaus Mann et d’un certain nombre d’autres émigrés. Parmi ses amis figurent Hermann et Toni Kesten, Franz et Alma Werfel, Kurt Wolff, Heinrich Brüning ou Carl Zuckmayer. Klaus Mann la soutient et l’aide à placer des articles et des appels dans des émissions radio destinées à l’Allemagne726. Comme Thomas Mann, elle met en avant l’« autre, la véritable Allemagne » lors de ces appels : « La paix ne pourra être réalisée qu’après la défaite des ennemis de la paix par les armes (…). L’heure du pacifisme n’a pas encore sonné. (…) Les ennemis d’Hitler ne sont pas les ennemis du peuple allemand (…). Mais les nazis sont vos seigneurs, et ils vont vous faire porter la charge de leurs crimes »727.

En dehors de ces intellectuels de renom, les contacts du Zukunft aux Etats-Unis passent en partie par les kominterniens Louis Gibarti et Otto Katz, qui disposent d’un réseau impressionnant à Hollywood et dans la presse américaine.

Louis Gibarti entretient, par exemple, une correspondance avec Emil Lengyel, un journaliste américano-hongrois connu, correspondant du New York Times en Europe. Il publie en 1939 un article dans le Zukunft, intitulé « L’opinion du ←153 | 154→peuple en Amérique »728. Dans une lettre ouverte du 4 février 1939, il exprime sa « sympathie complète avec les objectifs du ZUKUNFT ». Le 25 juillet, Gibarti lui adresse un courrier de recommandation pour Kurt R. Grossmann afin de faciliter l’installation de ce dernier aux Etats-Unis729.

Il connait aussi Gardner Jackson, l’ancien correspondant du Boston Globe, qui a organisé la campagne internationale pour la libération de Sacco et Vanzetti, l’une des actions les plus importantes orchestrées par Willi Münzenberg aux Etats-Unis730. Ils planifient une édition spéciale « Etats-Unis–Allemagne » qui ne voit malheureusement jamais le jour. Jackson l’informe dans une lettre du 13 janvier 1939 de ses actions en faveur d’une politique plus sévère contre Hitler731.

Certains auteurs américains du Zukunft vont largement au-delà d’un soutien à leurs amis. Ils prennent fait et cause pour un accueil élargi des émigrés et une politique interventionniste des Etats-Unis en Europe. Nous allons analyser les motivations de trois de ces personnalités : la journaliste et écrivaine Dorothy Thompson, présidente du PEN-Club américain, Harold L. Ickes, ministre de l’intérieur et l’un des collaborateurs les plus proches de Franklin D. Roosevelt, ainsi qu’Edgar A. Mowrer. Dans quelle mesure réussissent-ils à peser sur l’opinion publique et la politique américaine ?

Dorothy Thompson, l’amie d’Annette Kolb, travaille pour le New York Herald Tribune où elle tient la rubrique politique « On the record » de 1936 à 1959732. Elle a fait ses premières armes en tant que journaliste politique au début des années 1920, en couvrant la guerre civile russe et la prise de pouvoir de Mussolini. De 1920 à 1924, elle a été correspondante en Autriche pour le Public Ledger de Philadelphie733, puis responsable du département pour l’Europe centrale de ce journal à Berlin de 1924 à 1926. Elle change pour le New York Post en 1927. En 1929, elle est l’une des premières à dénoncer le stalinisme en URSS, dans son livre The New Russia734. Pendant ses années à Berlin, elle observe la crise économique, l’ascension du parti nazi et devient le premier correspondant étranger à obtenir un entretien avec Hitler en 1931. Lors de cet entretien, elle reste interloquée par l’apparence médiocre d’Hitler et son manque de culture, elle le décrit même comme le prototype du « voyou » et exprime son inquiétude de voir que l’Allemagne, cette « citadelle de l’art, de la philosophie, de la science » risquait de « tomber ←154 | 155→dans les mains d’un personnage aussi vulgaire ». Elle observe son emprise sur les autres et son obsession qui rend tout dialogue impossible, ainsi que l’auto-sabordage de la gauche et de la droite face au nazisme. En même temps, elle dénonce la responsabilité des Alliés pour la déstabilisation de l’Allemagne, mais aussi la République de Weimar, qui aurait « failli d’être vraiment sincère à l’égard de ses propres principes »735.

Ses expériences l’amènent à publier un livre en 1932, J’ai vu Hitler (I saw Hitler), où elle remet en question la virilité d’Hitler, son éducation, et sa santé mentale. Elle attaque son idéologie raciale, mais sur ce point, elle ne trouve d’écho que dans la presse juive aux Etats-Unis. A partir de cette publication, les nazis surveillent de près son travail736.

En 1934, lors d’une enquête sur l’Autriche, elle trouve le pays « triste » et « nostalgique d’un temps révolu », mais elle remarque aussi l’absence de contrôles aux frontières entre l’Autriche et l’Allemagne et l’infiltration fasciste omniprésente737. En Allemagne, elle visite des camps d’été des jeunesses hitlériennes et constate le « triste sort » d’un grand nombre de personnes qu’elle avait connues avant. Elle ironise sur l’impact de la propagande qui « dit que M. Hitler est un Messie envoyé par Dieu pour sauver le peuple allemand – une vieille idée juive »738.

Elle s’implique dans la campagne internationale pour Carl von Ossietzky – où elle rencontre un grand nombre de futurs auteurs du Zukunft – et monte un plan pour faire sortir sa femme d’Allemagne, qu’elle évoque ouvertement vis-à-vis d’un ami dans l’hôtel Adlon, probablement devant des agents de la Gestapo, ce qui conduit à son expulsion, la première de ce type d’un journaliste étranger. Désormais, elle est une « célébrité internationale » de la cause antifasciste et un témoin recherché concernant les affaires allemandes739.

Suite à cela, elle aide plusieurs de ses amis, dont Carl Zuckmayer, à quitter l’Allemagne740. Après l’annexion de l’Autriche, elle écrit un article dans Foreign Policy Magazine : « Refugees : A World Problem », une sorte d’écho à ses articles dans le Zukunft, entre autres. Cet article est l’élément déclencheur pour Franklin D. Roosevelt de convoquer la Conférence d’Evian sur les réfugiés, qui échoue malheureusement. Elle s’oppose à l’annexion de l’Autriche et aux accords de Munich et fréquente beaucoup d’émigrés allemands et autrichiens, comme, par exemple, Ödon von Horvath, Thomas Mann, Bertolt Brecht, Stefan Zweig et Fritz Kortner741. Après l’arrestation d’Herschel Grynszpan, elle organise un meeting de ←155 | 156→plusieurs milliers de personnes dans le Hollywood Bowl pour collecter des fonds en faveur des réfugiés, ainsi que 40.000 $ de ses auditeurs à la radio pour assurer la défense de Grynszpan. Il ne sera jamais jugé par un tribunal allemand, mais mourra avant la fin de la guerre en prison.

Avec Fritz Kortner, elle lance sur le Broadway la pièce Un autre soleil (Another Sun), qui montre la vie des émigrés et le choc que l’« Anschluss » a représenté pour eux742. Son troisième mari, après son divorce de Sinclair Lewis en 1942, est Maxim Kopf, un émigré autrichien, ami de Jan Masaryk743.

D’abord républicaine et opposée à la « dictature » du New Deal aux Etats-Unis, elle devient l’un des soutiens les plus importants du président Roosevelt lors de la campagne présidentielle de 1940 et milite pour une participation des Etats-Unis à la guerre744. Ce changement de cap la rapproche d’autres auteurs du Zukunft et la relie à Harold L. Ickes, qui avait fait le même cheminement dès 1932.

Ickes, Secrétaire à l’Intérieur, un pilier du New Deal malgré son appartenance au parti républicain, est un personnage atypique dans la vie politique américaine. Président de la NAACP745 à Chicago de 1924 à 1926, en faveur de l’abolition de la ségrégation raciale et de la reconnaissance des droits des Amérindiens, il est nommé comme ministre de l’Intérieur par le président Roosevelt en 1933 dans une volonté d’asseoir les réformes sur une base aussi large que possible746. Il garde ce poste de 1932 à 1946, l’un des plus longs ministères dans l’histoire américaine, et abolit la ségrégation entre Blancs et Afro-Américains dans ses services747. Il connaît Gardner Jackson qui milite, comme lui, dans l’« Union Américaine pour les libertés individuelles » (« Amerian Civil Liberties Union »)748. Klaus Mann loue son franc-parler749.

Ickes occupe également la présidence de la PWA750 de 1933 à 1938. La PWA est, à côté de la WPA751, gérée par Harry Hopkins, le pilier le plus important du New Deal. Ickes et Hopkins font partie des conseillers les plus proches du président752. ←156 | 157→Le ministre fait partie de ceux qui attaquent le plus les « 60 familles américaines » et l’influence du « big business » sur l’économie nationale, par exemple en 1938 : « L’Amérique se métamorphose en une Amérique fasciste, tenue par la grande industrie – une Amérique réduite en esclavage ! » C’est l’année ou la PWA reçoit le plus de fonds publics753.

De son côté, Edgar A. Mowrer décrit dans son livre L’Allemagne recule l’heure (Germany Puts the Clock Back) la « révolte contre la raison » de l’idéologie nazie qui aurait conduit à une sorte de « nouvelle religion », marquée par « l’hystérie et la vénération des ancêtres (l’autorité du ‘sang’) ». Il défend la raison contre ces atavismes. Ses reportages pour le Chicago Daily News en tant que directeur du bureau de Berlin constituèrent un suivi de jour en jour de l’ascension d’Hitler, de l’élection présidentielle en 1932 jusqu’à sa nomination comme chancelier. Ces reportages lui valurent le Prix Pulitzer754.

En danger de mort après la prise de pouvoir, il est obligé à quitter l’Allemagne après avoir couvert le meeting du parti à Nuremberg en septembre 1933. Il négocie son départ contre la libération de Paul Goldmann, un journaliste détenu par la Gestapo, puis reprend le bureau du Chicago Daily News à Paris, d’où il effectue des voyages réguliers en Asie (Chine et Japon)755.

2.3.2 La « Guilde Américaine pour la liberté culturelle allemande »

Harold L. Ickes fait partie des destinataires de la Lettre des Neuf de la rédaction du Zukunft756 et soutient les associations des émigrés telles que la Guilde américaine, comme le montre sa participation à un dîner pour récolter des fonds757. La Guilde est créée en 1936 par Hubertus Prinz zu Löwenstein et constitue l’un des nombreux liens entre la rédaction du Zukunft et les intellectuels aux Etats-Unis. Elle ←157 | 158→s’investit dans l’accueil des émigrés et donne des bourses aux écrivains en exil758. Comment contribue-t-elle au réseau de l’hebdomadaire Die Zukunft ?

Les visées de Löwenstein dépassent dès le début l’idée de créer une association d’aide aux émigrés. Il espère pouvoir créer une « représentation centrale de l’exil allemand », comme il l’annonce à Werner Thormann dans une lettre du 26 octobre 1939 (en français dans le texte) :

« Cher ami,

Dans mon télégramme à Mr. Muenzenberg, je lui ai dit que je suis absolument d’accord avec vous car je considère la fondation d’un groupe central allemand antihitlérien vital pour la cause de la démocratie. On a lu dans les journaux américains que ces plans se sont cristallisés dans la formation d’un Conseil National à Londres, dans le sens que j’ai demandé dans mon article du 6 septembre, dans ‘L’Avenir’. J’étais très heureux de voir (…) que vous me demandez de représenter le groupe central en Amérique (…).Pour faire cela, il me faudrait une nomination directe et officielle (…) ; alors j’aurai la possibilité de me présenter au public américain comme représentant de la Démocratie allemande (…). Je crois que je suis assez connu aux Etats-Unis pour pouvoir compter sur une vague de sympathie et de collaboration privée et publique. Tous mes contacts et tous les amis de l’American Guild seront naturellement à la disposition de cette œuvre… »759.

Entre les auteurs du Zukunft et le bureau de l’American Guild (Löwenstein et Volkmar von Zühlsdorff), les échanges sont fréquents, surtout après la première vague d’internements en France, évoquée précédemment. Löwenstein demande la libération de plusieurs internés, dont des auteurs du Zukunft, dans un courrier du 31 janvier 1940 adressé au comte de Saint Quentin, l’ambassadeur français aux Etats-Unis. Il donne des précisions afin d’accélérer le processus : « Dr. Siemsen est un collaborateur de l’hebdomadaire Die Zukunft, l’organe de l’’Union franco-allemande’, dont la publication n’a jamais été interrompue encore (…) W. Mehring vit en France depuis très longtemps, et il a été appelé par certains ‘le Heinrich Heine de nos jours’ ». Et, concernant Rudolf Leonhard : « Je sens qu’il est plutôt un idéaliste abstrait qui a cru en la sincérité (…) de la Russie soviétique dans son alliance avec les démocraties »760.

La Guilde coopère avec l’ERC de Varian Fry761. Elle s’occupe des affidavits, c’est-à-dire des formulaires à remplir par des citoyens américains (ou en attente de naturalisation), où ils garantissent la prise en charge des personnes ←158 | 159→concernées : « soutien et entretien (…) jusqu’à ce que la personne devienne indépendante au plan financier »762.

August Siemsen contacte Löwenstein après la libération de son frère. Il le remercie et lui présente sa publication L’Autre Allemagne en prônant « une meilleure coopération entre l’émigration politique allemande aux Etats-Unis et en Amérique du Sud »763.

A côté de la libération de Hans Siemsen, le « cas Unruh » est emblématique pour les interventions de la Guilde. Le 29 décembre 1938, Fritz von Unruh, qui appartient au Conseil européen (European Council) de l’American Guild764, évoque son souhait d’émigrer aux Etats-Unis. Le contact passe par Charlotte Dieterle à Hollywood, puis par Löwenstein, son collaborateur Volkmar von Zühlsdorff et Dr. Bermann, cofondateur de la Guilde765. Le 21 juin 1939, Zühlsdorff lui propose un emploi (« un poste de lecteur dans une maison d’édition américaine ») qu’il accepte. Le 12 juillet, Löwenstein lui propose un « agent américain, Pr. William Feakins »766. Thomas Mann, qui a intégré la Guilde le 23 juillet 1938767, s’intéresse aussi à Fritz von Unruh. Le 30 juillet 1939, il écrit à Dr. Bermann : « Rudolf Olden est à Londres (…). Je voudrais également rappeler le problème de Fritz von Unruh, dont on me dit qu’il allait très mal (…). On a attiré mon attention de plusieurs côtés sur la nécessité de l’aider »768.

Le 24 mai 1940, Friederike Ergas-Unruh écrit à l’American Guild : « Aidez-nous, s’il vous plaît (….). Fritz von Unruh est interné depuis 8 jours ». Grâce aux affidavits de Thomas Mann et Max Reinhardt (auteur du Zukunft), il est libéré en août 1940 et émigre aux Etats-Unis769.

Un télégramme de Thomas Mann à la Guilde du 13 août 1940 révèle les contacts avec les conseillers du président en charge des réfugiés : « Brentwood Los Angeles California : Les deux Unruh arrivés sur bateau grec samedi mais sont retenus stop clarifier affaire avec conseillers du président stop pouvez-vous câbler à Washington ? » Dès le lendemain, Charlotte Dieterle peut télégraphier que l’affaire est réglée770. Les conseillers du président, qui ont plutôt la réputation ←159 | 160→de bloquer au maximum l’afflux des réfugiés, peuvent donc, dans certains cas, agir de manière rapide et efficace.

Un courrier de Zühlsdorff au « Department of State, Washington, D.C. » du 15 octobre 1940 revient sur Unruh et mentionne l’intervention du Secrétaire d’Etat :

Cet exemple montre donc les divers canaux par lesquels passe la Guilde, et qui impliquent aussi des membres du gouvernement.

Mais Löwenstein ne parvient pas à sauver Willi Münzenberg, malgré plusieurs tentatives de sa part772. Un an après, le 26 août 1940, Siegfried Marck évoque, dans une lettre à Sauerländer, Münzenberg comme une « personne en danger » (il ne sait pas qu’il est déjà mort) :

« Je ne sais strictement rien sur le sort de M. (…). Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de vous faire un rapport plus en détail de son activité. Neuf dixièmes des initiatives de l’émigration politique allemande ont été prises par lui. S’il tombait entre les mains d’Hitler, celui-ci aurait attrapé l’un de ses ennemis les plus forts. Le prince Löwenstein connaît Willi Münzenberg aussi bien que moi… »773.

L’American Guild intervient donc, à côté d’autres personnes et organisations, dans le sauvetage des auteurs émigrés du Zukunft, dont environ un tiers (31 en tout) émigre aux Etats-Unis. La majorité d’entre eux arrive d’ailleurs à s’enfuir après la défaite française, sauf une huitaine de cas (moins que dix pourcent du panel d’auteurs).

2.3.3 Les réseaux dans les pays du « Sud » économique

L’intérêt du Zukunft réside aussi dans ses reportages et analyses concernant les pays du « Sud », qu’ils soient indépendants ou encore colonisés. Les réseaux de la rédaction se mettent en place par des biais différents. En premier lieu, par les contacts de Willi Münzenberg avec les anciens membres de la « Ligue contre l’Impérialisme », créée à Bruxelles en 1927. Tous ne suivent pas la nouvelle ligne imposée par le Komintern à partir de 1929, qui conduit au retrait ou à l’expulsion de membres considérés comme trop « bourgeois ». Ces personnes se retrouvent dans le réseau du Zukunft, à la fois anticommuniste, antifasciste et antiimpérialiste.

←160 | 161→

En second lieu, par les relations personnelles de certains auteurs et soutiens de l’hebdomadaire, comme la famille Siemsen, Otto Klepper (qui a travaillé plusieurs années en Chine), Jacques Soustelle ou certains auteurs autrichiens.

En troisième lieu, par le réseau de l’ITF qui ressort des listes de la correspondance personnelle d’Edo Fimmen, ainsi que de celle du secrétariat de l’ITF à Amsterdam (puis à Londres). Fimmen avait des contacts non seulement avec des syndicalistes européens comme Ernest Bevin, Walter Citrine ou Léon Jouhaux774, mais aussi dans les pays du « Sud » : Argentine, Mexique, Inde, Cuba, Afrique du Sud, Equateur, pour n’en citer que quelques-uns775. Il est évident que ces contacts ont été très utiles pour collecter des informations sur les évolutions politiques dans les pays et régions concernés. Comment le réseau du Zukunft s’élargit-il aux pays du « Sud » ?

Au même titre que les Etats-Unis, l’Amérique latine accueille un certain nombre de réfugiés. Les trois centres les plus importants sont l’Argentine, le Mexique et le Brésil.

En Argentine, la famille Siemsen joue un rôle de premier plan. August Siemsen fonde la revue La Otra Alemania à Buenos Aires et reste en contact avec son frère et sa sœur. Tous les trois y publient des articles, ainsi que dans le Zukunft, où Hans Siemsen occupe, pendant quelques mois, la fonction du rédacteur en chef.

Le Mexique exprime en premier, le 19 mars 1938, son opposition à l’annexion de l’Autriche. Son président Lazaro Cardenas poursuit une politique qui est par principe hostile à des interventions étrangères – pour préserver le Mexique de l’interventionnisme états-unien, entre autres – et applique, à l’intérieur, une économie planifiée à grande échelle, ce qui le rapproche des intellectuels émigrés de gauche776.

La rédaction du Zukunft essaie aussi d’approfondir ses contacts dans ce pays. Les canaux utilisés sont parfois étranges. Ainsi, Werner Thormann envoie, muni d’un courrier de recommandation, Jacques Soustelle, directeur du Musée de l’Homme, spécialiste dans l’ethnologie américaine et attaché militaire de l’ambassade française, auprès du comte Silvio Pizzarello de Helmsburg. Celui-ci représente les légitimistes autrichiens au Mexique (Comité gubernativo de Austria Libre)777. Dans son courrier, Thormann exprime sa gratitude pour le soutien de Pizzarello à l’association Entraide autrichienne, et lui demande de s’investir dans une « cause commune » dont Soustelle lui parlera778, concernant probablement ←161 | 162→l’accueil de réfugiés. En même temps, Soustelle rencontre Mauricio Luft, l’un des fondateurs (avec Ernst Toller) de l’Action républicaine autrichienne au Mexique (Acción Republicana Austriaca en México/ARAM)779, opposée aux légitimistes. Elle souhaite, comme ces derniers, l’indépendance de l’Autriche, mais dans un cadre républicain et socialiste. L’ARAM est au départ une création social-démocrate, mais intègre aussi des communistes et libéraux780. Elle évolue, dans un certain sens, comme la rédaction du Zukunft au niveau de l’orientation politique. L’organe de cette association est la revue Austria Libre, éditée en allemand et espagnol.

Soustelle partage la ligne politique du Zukunft, en tant que pacifiste et antistaliniste, et soutient les émigrés qui cherchent des solutions pour quitter la France. En juin 1940, il rejoint les Forces françaises libres (FFL) afin de mettre ses contacts au service du général de Gaulle781.

Entre 1939 et 1942, le Mexique accueille 15.000 réfugiés espagnols et allemands par l’intermédiaire de son consul général Gilberto Bosques à Marseille, qui coopère avec le réseau de Varian Fry, dont Otto Klepper ou Babette Gross782. Ils y vivent dans une certaine isolation783, tout comme les réfugiés dans les autres pays de cette région. Cette situation peut conduire à des actes de désespoir come le suicide de Stefan Zweig à Petrópolis (Brésil).

A partir de 1941, l’Allemagne libre (Freies Deutschland), une organisation procommuniste, s’installe en Amérique latine. Elle est dirigée par Paul Merker et Ludwig Renn, deux écrivains qui rémigreront en RDA après la guerre. Placée sous surveillance du FBI, elle développe des liens avec d’autres associations de réfugiés, comme la Hongrie libre ou l’ARAM. Heinrich Mann est en contact avec ces associations784.

←162 | 163→

A côté de l’Amérique latine, le Zukunft publie régulièrement des articles sur la situation en Afrique, Asie et au Moyen-Orient, des régions qui accueillent aussi des réfugiés antifascistes.

Concernant l’Afrique, la rédaction bénéficie d’un réseau de collaborateurs, dont des Allemands installés depuis longtemps en Afrique du Sud (Johannesburg) ou en Namibie (anciennement Afrique du Sud-Ouest allemande, administrée par l’Afrique du Sud). Ils alertent les lecteurs du Zukunft sur la propagande nazie auprès de la population d’origine européenne785.

Le 2 juin 1939, par exemple, deux articles sur trois pages sont consacrés à la situation en Afrique : « Où l’Afrique du Sud se situe-t-telle ? », signé par H.O. Simon, puis « Hitler en Afrique du Sud », d’un auteur anonyme. Les nazis seraient, selon eux, très nombreux et ne se gêneraient pas de porter l’uniforme. Mais il existerait aussi des clubs et des journaux antifascistes : « Depuis qu’Hitler est au pouvoir, un divorce spirituel s’est effectué en Afrique du Sud-Ouest, comme partout où des Allemands habitent : les uns sont devenus des nazis, les autres sont restés de bons Allemands, mais en aucun cas des nazis ». Il cite le Deutsche Afrika-Post qui « défend une position loyale envers les Anglais et les Boers, sans oublier les intérêts des Allemands »786.

Le 29 septembre 1939, H.O. Simon prend l’occasion du retour du Général Smuts au poste de premier ministre et ministre de la défense pour écrire un louange dans le Zukunft sur cette grande figure de l’émergence de l’Afrique du Sud en tant que nation et « dominion » britannique, à côté de Louis Botha et Paul Krueger. L’auteur met en avant sa position pragmatique à l’issue de la Première Guerre mondiale (contre les réparations excessives et l’occupation de la Ruhr), ainsi son rêve d’une « union du Zambèze au Cap », qui semble préfigurer la « Communauté de développement d’Afrique australe » (CDAA) de nos jours.

Les Amis de l’Unité socialiste prennent contact avec un parti antifasciste sud-africain en début 1940, le Parti afro-allemand (Deutsch-Afrikanische Partei). Celui-ci, qui a appelé les Allemands à résister à la propagande hitlérienne en mai 1939787, se fixe comme objectif la réalisation d’un « socialisme démocratique ». Willi Münzenberg et Walter Öttinghaus leur assurent leur soutien et leur proposent de l’aide, en leur transmettant des articles ou des adresses des abonnés de l’hebdomadaire788.

Certains auteurs du Zukunft ont des contacts avec la Chine, comme par exemple Otto Klepper, qui a conseillé les nationalistes de Tchang Kaï-chek dans la modernisation du secteur agricole en 1933/34789. Le théâtre asiatique est considéré ←163 | 164→comme le « tendon d’Achille » des puissances occidentales790. Dans l’édition du 4 novembre 1938, les deux premières pages sont consacrées, carte à l’appui, à la chute de Canton et Hankou ainsi qu’aux conséquences géopolitiques de cette percée japonaise, qui leur assure la domination de l’ensemble de la côte chinoise. Les auteurs relèvent la menace sur Hong Kong, l’Indochine et les Philippines. Selon eux, l’offensive japonaise serait une conséquence directe des Accords de Munich et de la faiblesse des grandes puissances791. Ils s’appuient sur des contacts « qui y habitent depuis des années » pour renseigner leurs lecteurs sur la situation en Chine et les possibilités d’accueil pour les émigrés (très compromises suite à l’occupation japonaise)792.

Comme un grand nombre d’auteurs du Zukunft est d’origine juive, ils s’intéressent beaucoup aux évolutions en Palestine. Plusieurs auteurs y sont allés dans les années 1920, comme Manès Sperber ou Arthur Koestler, ou s’y sont installés après avoir quitté l’Europe, comme Arnold Zweig. Lion Feuchtwanger soutient plusieurs associations juives.

Ils sont donc très bien informés sur la situation en Palestine et défendent, en partie au moins, les intérêts des sionistes. Arthur Koestler, pour sa part, retournera vivre en Palestine après la guerre, il donnera des renseignements aux services secrets britanniques concernant la situation dans cette région. Le réseau international remarquable du Zukunft permet sa diffusion dans le monde entier. Il dispose de :

« représentations au Danemark (Bureau des éd. Sebastian Brant), en Grande-Bretagne (London Office), aux Pays-Bas (Bureau des éd. S. Brant), en Norvège, en Palestine, en Pologne (Bureau des éd. S.Brant), en Suède, en Suisse, en Hongrie (Bureau des éd. S. Brant), en Roumanie, en Afrique du Sud, aux Etats-Unis, en Colombie et en Chine ».

Il s’agit souvent de librairies amies du Zukunft. Les prix sont affichés pour 18 pays différents793. Dans son édition du 9 juin 1939, la rédaction annonce que des « cercles des amis du ‘Zukunft’ se sont constitués à Johannesburg (Afrique du Sud), Rio de Janeiro (Brésil) et La Paz (Bolivie) »794. Cette diffusion internationale ←164 | 165→correspond à la diversité des origines des auteurs et représente un exploit remarquable pour une publication d’émigrés en temps de guerre.

3 Les principales écoles de pensée représentées dans le Zukunft

Comme pour ses contacts internationaux, le Zukunft établit aussi un réseau de courants politiques extrêmement large, qui auraient été considérés, dans certains cas, comme diamétralement opposés quelques années auparavant, allant de « renégats » communistes jusqu’à d’anciens nazis.

Dans un courrier « confidentiel » du 14 janvier 1939 à Paul Frischauer, que la rédaction signe collectivement, elle revendique et justifie la diversité politique du Zukunft :

« L’éditeur et seul propriétaire du magazine ‘Die Zukunft’ est l’ancien député Guy Menant, qui appartient au groupe ‘Jeune République’ (…). La rédaction est gérée par M. Werner Thormann, catholique, Arthur Koestler (…), Ludwig Marcuse (…).

La partie économique est sous la responsabilité d’Herbert Weichmann, ancien chef de cabinet du ministre-président de Prusse, Otto Braun (…). Max Beer rédige les ‘Informations sur la politique internationale’, il était le collaborateur le plus proche de Stresemann (…). L’hebdomadaire est soutenu activement par l’ancien chancelier et chef du ‘Zentrum’, Joseph Wirth, qui n’apparaît pas publiquement, pour des raisons bien déterminées (…), ainsi que d’autres représentants des cercles catholiques (…).

Parmi les légitimistes autrichiens, on peut citer les suivants : Martin Fuchs (ancien responsable de la communication de l’ambassade autrichienne à Paris) (…), Klaus Dohrn, Otto Maria Fidelis, Georg Brenner, Joseph Roth, Ernst E. Winter (ancien maire adjoint de Vienne) (…). Sans être relié au plan organisationnel au ‘Parti de la Liberté allemande’ (‘Deutsche Freiheitspartei’), le ‘Zukunft’ s’est fixé comme objectif de mettre à disposition de ce mouvement en particulier la partie de l’hebdomadaire dédiée à l’opposition bourgeoise (…). (La rédaction) a publié un article de l’ancien président du Sénat de Dantzig, Hermann Rauschning (…) et a reproduit certains tracts de ce parti (…).

L’hebdomadaire entretient des relations étroites avec l’opposition protestante, l’Eglise confessante (‘Bekennende Kirche’) et, plus particulièrement, les cercles autour de Niemöller, de Karl Barth et de Fritz Lieb (qui fait partie des collaborateurs les plus importants de l’hebdomadaire).

En outre, nous avons mis l’accent sur la participation des poètes et écrivains allemands et autrichiens les plus connus, tels que Thomas Mann, Heinrich Mann, Arnold Zweig, Stefan Zweig, Emil Ludwig, Lion Feuchtwanger, Alfred Döblin, Franz Werfel, Joseph Roth, Fritz von Unruh etc. (…).

L’hebdomadaire est lié à des cercles juifs, comme le ‘Congrès mondial’, et a noué des contacts avec certains groupe autour du Baron R(othschild) (…). En ce qui concerne les partis ouvriers, on peut trouver (…) toutes les nuances de la ←165 | 166→social-démocratie allemande, en particulier Julius Deutsch, Victor Schiff, Paul Sering (Richard Löwenthal), Alexander Schifrin, Emil J. Gumbel, Fritz Sternberg etc. (…).

Le parti communiste (…) est le seul groupe à avoir refusé »795.

Ce courrier montre bien la singularité de l’hebdomadaire et la volonté de Willi Münzenberg de construire un front antifasciste (et antitotalitaire) le plus large possible. Il convient donc d’analyser l’apport de ces différents courants à l’hebdomadaire. Cette approche nous permettra aussi de mettre en lumière les motivations de ses auteurs.

3.1 Les courants de gauche

La gauche socialiste et social-démocrate est divisée en un grand nombre de « sous-groupes » qui apportent chacun leur contribution au journal et enrichissent la discussion. Leurs orientations vont des anciens communistes jusqu’au Parti radical français, dont le représentant le plus connu est Edouard Herriot. En outre, on relève que, malgré les dires de la rédaction, des sympathisants communistes restent fidèles à l’hebdomadaire, comme Heinrich Mann, Lion Feuchtwanger, Arnold Zweig et Rudolf Leonhard. Quelles sont les caractéristiques de ces différentes écoles de pensée de gauche ?

3.1.1 Les « renégats » communistes

Les « renégats » communistes constituent le cœur de l’hebdomadaire. Il s’agit de personnalités de grande envergure intellectuelle qui interviendront activement dans la nouvelle définition de la « gauche » pendant et après la guerre. Ils s’orientent de plus en plus vers le modèle occidental de la démocratie parlementaire, tout en gardant (au moins pendant la parution du Zukunft) une vision socio-économique fortement influencée par le marxisme. Leur évolution intellectuelle les en éloigne pourtant de plus en plus, et surtout de sa version staliniste.

Ils arrivent néanmoins à rallier Heinrich Mann et Lion Feuchtwanger à l’hebdomadaire, les deux intellectuels dominants du SDS, qui refuse de rompre avec Staline. Deux autres auteurs du Zukunft, Alfred Döblin et Joseph Roth, créent l’Union de la presse et de la littérature libre (Bund Freie Presse und Literatur) en juillet 1937, qui s’oppose au SDS796. Cette coopération des deux associations antagonistes s’explique par l’estime que tous portent à Willi Münzenberg, ainsi qu’aux autres piliers de la rédaction. Quelles sont les motivations des « renégats » et des auteurs communistes qui contribuent au Zukunft ?

←166 | 167→

Tous les « renégats » partagent les motivations que nous avons déjà évoquées pour Willi Münzenberg, Arthur Koestler et Manès Sperber, mais se distinguent aussi, comme ceux-ci, par d’autres particularités dans leur biographie.

Certains ont rompu avec le parti en 1929/30, comme Ignacio Silone, un ancien proche d’Antonio Gramsci, qui critique le « manque de démocratie interne » au parti communiste avant de le quitter. Il publie les romans Fontamara, Pain et vin (Pane et vino) et La semence sous la neige (Il seme sotto la neve), diffusés clandestinement en Italie, qui portent des traits autobiographiques et expliquent sa vision du socialisme797.

D’autres, comme Hermynia zur Mühlen, viennent d’un tout autre milieu social. Cette dernière, surnommée « La comtesse rouge », est issue d’une famille de la haute noblesse austro-hongroise et avait suivi avec beaucoup de sympathie la Révolution d’octobre. Elle vit, entre 1919 et 1933, à Francfort et à Berlin avec son compagnon, le traducteur et journaliste d’origine juive Stefan Isidor Klein, où elle publie de nombreux essais dans Le drapeau rouge (Die rote Fahne) social-démocrate, et Le révolutionnaire (Der Revolutionär) communiste. Elle écrit aussi des romans et nouvelles qui critiquent la société de Weimar, ainsi que des contes « prolétariens », comme, par exemple, Ce que racontent les amis du petit Pierre (Was Peterchens Freunde erzählen), illustré par George Grosz. Maîtrisant parfaitement le français, l’anglais et le russe, elle se fait un renom en tant que traductrice de littérature contemporaine, dont l’œuvre complète d’Upton Sinclair798.

Juste avant la prise de pouvoir d’Hitler, elle publie ses romans à succès : Fin et début (Ende und Anfang), 1932, La grande roue (Das Riesenrad) et Forgerons de l’avenir (Schmiede der Zukunft), 1933. Opposante farouche d’Hitler, elle quitte l’Allemagne pour s’installer à Vienne. Ses œuvres sont mises à l’index par les nazis entre 1933 et 1935. Elle continue à mettre l’Europe en garde contre le danger du nazisme, mais commence aussi à prendre ses distances avec le stalinisme799.

Quand Klaus Mann publie son mensuel pour la littérature de l’exil, Le rassemblement (Die Sammlung) en 1933, elle fait partie du panel des auteurs, comme une douzaine d’autres contributeurs du Zukunft. Mais quatre de ces auteurs, et non des moindres (Alfred Döblin, Stefan Zweig, René Schickel et Thomas Mann), qui sont encore publiés en Allemagne, arrêtent leur contribution suite à des pressions ←167 | 168→des maisons d’édition, y compris de Querido à Amsterdam qui craint pour ses débouchés. Querido demande aussi à Hermynia zur Mühlen d’arrêter ses contributions, mais elle leur oppose une fin de non-recevoir :

De 1938 à 1939, elle vit à Prague avec Stefan Klein, qu’elle épouse pendant leur séjour. Elle est un témoin direct des conséquences des Accords de Munich. En 1939, le couple réussit à s’enfuir à Londres, où Hermynia zur Mühlen vit jusqu’à sa mort en 1951801. Ses contributions pour le Zukunft ironisent sur l’idéologie nazie. Elle utilise, entre autres, le pseudonyme « Annemarie » pour construire le personnage d’une jeune femme naïve qui prend l’idéologie au pied de la lettre et détourne ainsi son sens. Ces essais prennent la forme de lettres à un petit chef nazi (« Herr Sturmführer »), dont « Annemarie » est amoureuse802.

Les « renégats » participent pour la plupart à l’association Amis de l’Unité socialiste allemande que Münzenberg crée peu avant le pacte germano-soviétique803. Cette association organise des soirées-débats à Paris, où beaucoup d’auteurs du Zukunft, interviennent, comme, par exemple, le 2 juin 1939, sur le sujet « Chemins et objectifs de l’unité socialiste » : Julius Deutsch, Alexander Schifrin (Max Werner), Kurt Glaser, Paul Sering (Richard Löwenthal), Peter Maslowski et Willi Münzenberg804.

En ce qui concerne certains soutiens ou auteurs communistes, ils suivent le chemin des « renégats » quelque temps après, comme Ellen Wilkinson, l’amie fidèle de Willi Münzenberg. Elle soutient la déclaration de guerre britannique le 3 septembre 1939, malgré ses convictions pacifistes et ses sympathies pour le communisme805 et occupe à partir de mai 1940 différents fonctions au sein du War Cabinet. Pendant le « Blitz », elle est responsable des abris aériens et de la défense civile806 au sein du Secrétariat d’Etat à l’Intérieur de Herbert Morrison, un ancien ←168 | 169→auteur du Zukunft807. Cette fonction et son engagement personnel pour les quartiers bombardés lui valent le surnom « Shelter Queen » par la presse britannique. Sous l’influence de Morrison, elle se distancie du communisme et soutient l’interdiction du journal The Daily Worker en raison de sa propagande antibritannique808. En juin 1943, elle devient vice-présidente du parti travailliste809 et participera, en avril 1945, à l’élaboration de la Charte des Nations Unies810.

Mais d’autres intellectuels participent au Zukunft et restent en même temps fidèles à la ligne du parti, comme le mathématicien Jacques Chapelon. Il est ingénieur de formation, professeur de l’Ecole Polytechnique et ami du physicien Paul Langevin. Chapelon et Langevin sont coéditeurs de la revue La Pensée avec Frédéric Joliot-Curie811. Cela est aussi le cas pour deux autres auteurs de l’hebdomadaire, qui joueront des rôles importants en RDA après la guerre : Albert Schreiner (S. Erckner) et Karl Ganz (Kurt Bürger)812. Franz Dahlem, futur membre du Politburo du SED, reste en contact avec la rédaction, mais refuse de publier des articles sous son nom813.

A côté de ces exemples, les contributions d’Heinrich Mann et de Lion Feuchtwanger au Zukunft représentent une tentative sérieuse de surmonter les clivages politiques de l’exil, qui est visible, par exemple, dans le premier numéro qui fête le soixantième anniversaire d’Alfred Döblin, avec des messages de nombreux intellectuels issus des deux « camps »814. Lion Feuchtwanger et Ludwig Marcuse, voisins à Sanary, qui ont tiré des enseignements opposés de leurs voyages à Moscou, coopèrent pour rédiger un dossier thématique de la revue pour le numéro spécial « Angleterre-Allemagne » du 25 novembre 1938815. La revue publie aussi un extrait du roman Exil de Feuchtwanger, et dans le numéro du 24 février 1939, ce dernier loue le Zukunft pour son combat antifasciste, à côté d’Erika Mann, Joseph Roth, Siegfried Marck ou Emil J. Gumbel :

Döblin et Feuchtwanger coopèrent au sein du Deutscher Freiheitskalender, à côté de Thomas Mann, Franz Werfel, Hermann Rauschning, Annette Kolb, Erika Mann, Oskar Maria Graf, Kurt Kersten, Max Werner et Ludwig Marcuse817. Cette capacité à « réconcilier les opposés » souligne les qualités personnelles et intellectuelles des rédacteurs en chef.

3.1.2 Les groupuscules socialistes et les menchéviks

A côté des « renégats » communistes, d’autres représentants des « troisièmes voies » socialistes contribuent à l’hebdomadaire, d’origine allemande, autrichienne et russo-ukrainienne. Ils appartiennent à une multitude de groupes et contribuent à l’évolution de la pensée politique en Europe occidentale. Quel est leur apport au réseau du Zukunft ?

Les groupuscules allemands du Zukunft comprennent les formations Nouveau Départ (Neu Beginnen), représenté par Richard Löwenthal alias Paul Sering818, le Parti ouvrier socialiste allemand (Sozialistische Arbeiterpartei Deutschlands/SAPD), représenté par Anna, Hans et August Siemsen, ainsi que les Socialistes révolutionnaires d’Allemagne (Revolutionäre Sozialisten Deutschlands) autour de Siegfried Aufhäuser.

Neu Beginnen est fondé en 1931 par d’anciens communistes et une partie de l’aile gauche des Jeunes travailleurs socialistes (Sozialistische Arbeiter-Jugend). Richard Löwenthal participe à sa mise en place au plan organisationnel et idéologique. L’organisation est tenue secrète dès sa création, ce qui favorise le passage dans la clandestinité suite à la prise de pouvoir d’Hitler. En septembre 1933, la représentation du SPD en exil à Prague (SOPADE) commence à financer ses militants vivant dans le Reich dont elle reconnaît l’efficacité.

Les cadres de Neu Beginnen forment les militants à la clandestinité, à la transmission illégale d’informations et au maintien du contact avec l’étranger, dans le but de prendre des postes de responsabilité après la chute d’Hitler. Richard Löwenthal travaille clandestinement en Allemagne jusqu’en 1935, quand la Gestapo commence à arrêter des membres de ce réseau. Il s’enfuit à Prague et reprend la direction de Neu Beginnen dans l’exil avec Karl Frank, jusqu’à son départ à Londres en 1938, après les Accords de Munich819. Le rapprochement avec ←170 | 171→le « Front populaire allemand » conduit à une coopération plus étroite de Neu Beginnen avec les autres mouvements de gauche dans l’exil et la Résistance820.

En février 1938, Löwenthal publie un rapport sur les années 1936 et 1937 en anglais, pour les Amis de la liberté allemande (Friends of German Freedom)821.

Il y mentionne les difficultés croissantes après le coup de filet du 4 février 1938 qui aurait détruit une grande partie de la Résistance et demande une aide financière. Neu Beginnen chercherait une « concentration de toutes les forces socialistes encore existantes dans l’illégalité » et l’ouverture à d’autres courants822, ce qui préfigure des réseaux comme l’Orchestre rouge. Dans les papiers de Richard Löwenthal, on trouve une transcription du procès contre Fritz Erler et d’autres résistants du groupe devant le « Tribunal du peuple » (« Volksgerichtshof »)823. Les liens entre Erler et Löwenthal persistent après la guerre. Dans les dernières volontés d’Erler du 30 mai 1966, il remercie les « amis » dont Löwenthal fait partie824.

Les papiers de Löwenthal contiennent aussi une « proposition de programme d’actions des socialistes révolutionnaires Nagel-Sering »825 :

« 1.) Fin de la guerre. Mise en place de négociations immédiates pour un armistice.

2.) Fin du pouvoir arbitraire. Désarmement et anéantissement de toutes les organisations fascistes.

3.) Mise en œuvre du bouleversement révolutionnaire par le peuple. Création de conseils d’ouvriers, de soldats et de paysans librement élus.

4.) Enlèvement des fascistes de tous les postes de pouvoir.

5.) Transition planifiée de l’économie vers une production de paix (…). Nationalisation des grandes banques, expropriation des trusts de l’industrie d’armement et des grands propriétaires terriens (…). Soutien à l’industrie des biens de consommation, construction publique de logements, rétablissement des moyens de transport détériorés.

6.) Transition vers un Etat socialiste libre.

Nous revendiquons une Europe fédérale et socialiste en coopération avec l’ensemble des grandes puissances comme base pour une paix juste et durable. »

←171 | 172→

Ces réflexions constituent la base du programme officiel de Neu Beginnen pour la reconstruction de l’Allemagne, publié quelques mois après et repris dans le Zukunft : La future Guerre mondiale. Taches et objectifs du socialisme allemand826.

Le SAPD voit également le jour en 1931 grâce à une alliance d’anciens communistes et de membres de l’aile gauche du SPD ayant voté contre les mesures d’urgence du gouvernement Brüning, comme Anna Siemsen. Elle prend sa direction et le renforce par un groupe pacifiste recruté dans différents partis (Anna-Siemsen-Gruppe)827. Comme Neu Beginnen, le SAPD milite pour un front unitaire des partis ouvriers contre Hitler. Certains de ses membres restent actifs en Allemagne après 1933, comme par exemple Willy Brandt, qui trouve refuge à Oslo et contribue à la création et au maintien d’organisations clandestines. Une direction exilée du parti est fondée à Paris. Les contacts des membres du parti restés en Allemagne avec l’ITF et des marins suédois permettent l’échange d’informations clandestines828.

Neu Beginnen et le SAPD ont des points en commun avec un autre groupuscule socialiste, l’ISK (Internationaler Sozialistischer Kampfbund), fondé par Leonard Nelson en 1925. Son journal, L’étincelle (Der Funke), publie l’Appel urgent à l’unité (Dringender Appell für die Einheit) en 1932, signé par plusieurs auteurs du Zukunft829. L’ISK continue la résistance au nazisme jusqu’en 1938, où plusieurs membres du parti sont arrêtés. Il crée en 1926 un groupe socialiste en Grande-Bretagne (Socialist Vanguard Group), dissout en 1950, qui influence de manière significative la doctrine des travaillistes830. Willi Eichler, son président en exil, intervient régulièrement dans les émissions allemandes de la BBC831.

←172 | 173→

A côté des Allemands au sein du Zukunft appartenant à ces groupes, on trouve des représentants des Socialistes révolutionnaires autrichiens (Revolutionäre Sozialisten Österreichs). Ils participent à des manifestations communes avec Neu Beginnen, la SAPD, l’ISK et les Amis de l’unité socialiste, comme par exemple le 24 juin 1939 à Paris pour les « combattants allemands et autrichiens d’Espagne internés dans le camp de Gurs ». Ils créent aussi une commission de travail commune, ce qui est assez inhabituel, car les Autrichiens cherchent, en règle générale, à se distancier des Allemands pendant l’exil832. Ils militent en faveur d’une entente franco-allemande et d’une démocratie socialiste renouvelée833.

Enfin, les mencheviks russes exercent une influence importante sur les partis de gauche en Europe occidentale, après leur départ forcé de l’URSS au début des années 1920834. Alexander Schifrin (« Max Werner »), Alexander Stein-Rubinstein et Léon Agourtine (pseudonyme « Léo Léontine ») font partie de ce groupe. Ils sont liés à Theodor Dan, « un collaborateur d’Otto Bauer, menchevik et antistaliniste (…) ayant des contacts avec les cercles les plus élevés du gouvernement français » selon le rapport de la police allemande qui a réquisitionné les archives du Zukunft au domicile de Theodor Dan en 1940835.

Alexander Schifrin publie 17 articles dans le Zukunft, Alexander Stein-Rubinstein cinq836. Dans les archives du Zukunft, on trouve un classeur entier de publications de ce dernier. Aucun autre auteur n’a laissé autant de papiers dans les archives de la rédaction. On trouve également une copie de son livre de 1936, Adolf Hitler – un élève des Sages de Sion837. Il s’intéresse aux questions juives et aux chances de faire renaître la liberté individuelle en Europe centrale, anéantie par la realpolitik et la loi du plus fort838.

Léon Agourtine n’écrit qu’un seul article pour le Zukunft sous son pseudonyme839. Il est l’un des espérantistes les plus éminents de l’entre-deux-guerres ←173 | 174→et essaiera de promouvoir l’espéranto jusque dans les années 1952, où il écrit une étude sur « La Communauté Européenne de Défense et la question des langues »840.

Quant à Alexander Schifrin, il participe au « Front populaire allemand » avec son ami Siegfried Marck841, puis s’implique, comme lui, au sein du Zukunft. Il devient pendant son exil un expert militaire très apprécié par les gouvernements occidentaux grâce à ses ouvrages géostratégiques et ses analyses pour la presse de l’émigration.

La particularité de son approche du totalitarisme (même s’il n’utilise pas ce terme dans ses écrits) est qu’il compare, dès le début, le fascisme en Italie et le communisme en URSS, sans les mettre à égalité complète. Selon lui, la révolution bolchévique « pousse les révolutions bourgeoises à leur dernière extrémité » et « bouleverse complètement les structures sociales », pendant que le fascisme et le nazisme ne seraient que « les dernières émanations de la société bourgeoise qu’ils maintiennent en vie »842. Il voit dans l’URSS un « empire colonial » qui a suivi, à sa façon, le modèle de l’Occident. Mais il constate aussi la « vie indépendante » (« Eigenleben ») du fascisme et du nazisme, « qui en fait des ennemis particulièrement dangereux du prolétariat »843.

En raison de ses visions antitotalitaires, il fait partie des « Amis de l’unité socialiste » et participe aux soirées-débats, comme, par exemple, le 11 mai 1939, avec Willi Münzenberg, Walter Oettinghaus, Peter Maslowski, Jakob Altmaier et Hans Siemsen844.

Dans la « discussion programmatique » lancée par Werner Thormann sur l’avenir de l’Allemagne et des partis de gauche, il défend un « front uni » et une fédération européenne845.

Selon lui, « la politique communiste et socialiste d’avant-guerre n’existera plus », et il prédit une « nouvelle forme du socialisme » qui tirera les conséquences ←174 | 175→de la montée du fascisme et répondra aux besoins de la population, dont les « classes moyennes ébranlées et exsangues »846.

Il appelle à la fermeté contre Hitler, en incluant l’URSS dans une coalition antihitlérienne, car « les Etats-Unis et l’Union soviétique sont, au niveau de l’industrie, trois à quatre fois plus forts que l’ensemble de l’Axe »847

Dans l’édition spéciale France-Allemagne du Zukunft du 28 avril 1939, il publie un article intitulé « Pour une Union Franco-Allemande », complétée par une coopération entre la Tchécoslovaquie et l’Allemagne « pour ouvrir la voie d’une coopération pacifique entre l’Europe centrale et l’Europe du Sud-Est » et constituer « un axe de coopération entre les démocraties libres » englobant une grande partie du continent848. Le 9 juin, il fixe comme « double objectif » d’évincer Hitler au plus tôt, puis de travailler à « une coopération européenne »849. Les évolutions ultérieures ont malheureusement rendu ce projet utopique, jusqu’aux révolutions pacifiques en Europe de l’Est en 1989/90.

Dans l’édition du 11 août 1939, il rédige une recension de l’ouvrage de Serguei Chachottin (Tchakhotine), Le viol des foules par la propagande politique. Tchakhotine, un menchevik comme les précités, cofondateur du « Front de fer » avec Carlo Mierendorff, gère les restes de cette organisation de son exil à Paris. Depuis la redécouverte de ses papiers, il est reconnu comme l’un des théoriciens les plus importants de la propagande moderne et de la psychologie des masses850. Il s’enfuit, comme Theodor Dan et Alexander Schifrin, à New York. Schifrin et Dan y publieront la revue La nouvelle voie (Neuer Weg)851.

3.1.3 Les grandes formations politiques de gauche

Un projet comme le Zukunft ne peut pas voir le jour sans le soutien de cercles influents au sein des pays d’accueil. Ce sont, en premier lieu, les partis établis de gauche, comme la SFIO, le parti travailliste en Angleterre, les démocrates américains ou les sociaux-démocrates suédois. Nous commençons par l’étude des auteurs sociaux-démocrates émigrés, puis l’élargissons aux représentants des partis de gauche dans les pays d’accueil.

←175 | 176→

Les sociaux-démocrates allemands et autrichiens sont marqués par leur échec contre le nazisme et veulent apprendre de leurs erreurs. Ils espèrent obtenir une place de premier plan dans le nouvel ordre mondial après la chute d’Hitler. Au sein de la rédaction du Zukunft, ils tiennent des postes-clés, à l’exemple d’Herbert Weichmann et de Max Beer, tous deux représentants de l’intelligence juive assimilée d’Allemagne.

Herbert Weichmann, assistant personnel du ministre-président prussien Otto Braun au moment du « coup de Prusse », est partisan d’une intervention armée du « Reichsbanner », comme Otto Klepper et Hubertus Prinz zu Löwenstein, qui ne partagent cependant pas ses opinions politiques852. Suite à un long voyage en URSS en 1930/31 avec sa femme, il est devenu très critique vis-à-vis du stalinisme, comme il l’exprime dans son livre de 1931, Vie quotidienne dans l’Etat des Soviets (Alltag im Sowjetstaat), qui vise aussi les intellectuels qui défendent une image positive de l’URSS853. Suite à l’« aryanisation » du service public, il perd son statut de fonctionnaire prussien et part en exil en France, où il travaille pour des publications de l’émigration, mais aussi pour l’Economiste allemand (Deutscher Volkswirt) sous un nom d’emprunt. On trouve ses contributions dans 11 publications en tout854.

A partir de 1935, il écrit en français pour L’Europe nouvelle et Les Echos, où il analyse la politique financière, économique et d’armement allemande, surtout les mesures d’Hjalmar Schacht, président de la Reichsbank et ministre de l’économie jusqu’en 1937. Il connait très bien la situation de l’économie allemande855 et peut ainsi mettre en évidence les faiblesses du régime dans ce domaine. A partir de 1939, il travaille pour le Pariser Tageszeitung et le Zukunft, où il est responsable de la rubrique économique856. Il est aussi membre de l’UFA857 et des Amis de l’Unité socialiste858.

←176 | 177→

Max Beer, quant à lui, est un ancien collaborateur de Gustav Stresemann et délégué allemand au sein de différentes commissions de la SDN. Pendant son exil, il y est accrédité comme correspondant pour plusieurs publications, dont L’Europe nouvelle, le Jewish Telegraphic Agency (New York) et le Nationalzeitung de Bâle859. Le Basler Volkszeitung et différentes publications à Genève font aussi appel à ses services860. Il milite pour un renouvèlement de la SDN et le rapprochement franco-allemand861. Au sein du Zukunft, il tient la rubrique hebdomadaire sur la politique étrangère et écrit des articles ponctuels sur certains sujets d’actualité.

A côté de ces deux personnalités-clés, on trouve des personnalités comme Rudolf et Balder Olden862, Siegfried Aufhäuser863 ou Walter Oettinghaus864, qui s’attèlent à donner des informations sur la situation intérieure en Allemagne, louent le modèle de la démocratie occidentale et dénoncent le pacte germano-soviétique.

Les auteurs français qui représentent la social-démocratie sont issus de deux formations principales : le parti radical de gauche et la SFIO.

Salomon Grumbach, SFIO, vice-président de la commission étrangère de l’Assemblée nationale au moment de la parution du Zukunft865, est un soutien important pour les émigrés en général et l’hebdomadaire en particulier. Il n’écrit que trois articles sous son nom pour le Zukunft, portant sur l’analyse géopolitique, mais organise derrière les coulisses le financement et s’investit pour faire libérer les émigrés des camps d’internement. Il collabore aussi à la revue Guerre et Paix866.

Joseph Paul-Boncour, qui publie aussi trois articles pour le Zukunft, est un représentant éminent de la SFIO et se positionne, dès le début, contre la politique d’appeasement des puissances occidentales. Il a défendu la famille de Jean Jaurès lors du procès contre Raoul Villain, puis est devenu sénateur du Loir-et-Cher (1931–1940). En 1931/1932, il a représenté la France auprès de la SDN. De 1932 à 1934, il a occupé les postes de ministre de la Défense et des Affaires étrangères, ainsi que celui de président du Conseil. En 1932, il a signé, avec ‘Edouard Herriot, le pacte de non-agression franco-soviétique. En février 1938, il redevient ministre ←177 | 178→des Affaires étrangères, mais quitte ce poste après l’annexion de l’Autriche en mars de la même année867.

François de Tessan n’écrit qu’un seul article pour le Zukunft868, mais il est néanmoins significatif pour le réseau autour de cette publication. Il succède à Paul-Boncour au sein de la SDN de 1934 à 1936, puis devient sous-secrétaire d’Etat des gouvernements du Front populaire de 1936 à 1938. Il travaille aussi comme journaliste et publie plusieurs ouvrages politiques. Depuis un séjour aux Etats-Unis en 1912, il est franc-maçon et devient un ami personnel de Franklin D. Roosevelt, qui lui rend plusieurs fois visite chez lui, dans sa propriété de Meaux869.

Du côté italien, les socialistes sont représentés par Francesco Nitti et Pietro Nenni. Francesco Nitti fait partie de la gauche laïque et pro-européenne. En 1923, il part en exil à Zurich puis à Paris. Comme il fait partie des théoriciens qui établissent des ressemblances entre le fascisme et le stalinisme, il est représentatif pour la ligne antistalinienne du Zukunft870.

Pietro Nenni se réfugie en France en 1926 où il devient secrétaire général du PSI. Il se lie d’amitié avec Léon Blum, Marcel Cachin, Romain Rolland et Georges Sorel. Il combat, comme plusieurs auteurs du Zukunft, dans les brigades internationales en Espagne871.

Notre tableau des socialistes et sociaux-démocrates ne serait pas complet sans les Anglais et Américains. Nous avons déjà évoqué le rôle essentiel de Clement Attlee pour le Zukunft et la revue Guerre et Paix. Il considère que les inégalités existantes, un résultat du capitalisme libéral, sont à l’origine des problèmes en Europe et rejoint ainsi la majorité des auteurs du Zukunft, qui aspirent à un ordre socio-économique plus juste, basé sur une certaine répartition des richesses, et appellent à un interventionnisme fort de l’Etat pour assurer cette répartition. Mais il rejoint aussi les auteurs conservateurs dans leur opposition stricte à l’appeasement.

Le 20 janvier 1939, il signe un « Message anglo-italien » avec Pietro Nenni. Ils appellent à une « véritable politique de la Paix », donc, en fait, une politique de force de la part des puissances occidentales872. Dans la même édition, il loue ←178 | 179→l’ouvrage d’Alexander Schifrin, La marche vers la Seconde Guerre mondiale (Der Aufmarsch zum Zweiten Weltkrieg)873. Il participe aux réflexions de la New Commonwealth Society (NCS), présidée par David Davies, qui se fixe comme tache de « rénover » le Commonwealth britannique et la SDN874.

D’autres travaillistes contribuent au Zukunft : Philip Noël-Baker, John Herbert Parker875, Harold Nicolson, Harold Laski et Herbert Morrison. Certains d’entre eux ne publient que dans les éditions spéciales « Angleterre-Allemagne », mais d’autres participent davantage.

Philip Noël-Baker, Prix Nobel de la Paix, participe à la revue Guerre et Paix. Pour le Zukunft, il analyse dans son article « Godesberg et les masses » la propagande allemande et l’influence de l’opinion publique sur les accords de Munich. Il se fait d’ailleurs attaquer, comme d’autres politiques anglais, par la presse allemande pour sa participation au Zukunft, qui exprime ses « vives regrets » de voir des personnes de cet ordre participer « à une publication d l’émigration principalement juive (…) sans avenir » et ainsi « pousser à la guerre »876.

Harold Nicolson se prononce sur une page commune avec Arthur Koestler dans l’édition spéciale « Angleterre-Allemagne » sur les différences et les points communs entre les peuples anglais et allemand. Il analyse les deux côtés opposés du caractère allemand : paisible et individualiste d’un côté, obéissant et malléable de l’autre, et met en garde contre l’obéissance aveugle qui conduit à une abdication morale : « si le gouvernement est défaillant, le peuple n’aura pas assez de ressources pour tenir sur ses propres pieds ». Koestler répond à cette analyse psychologique et souligne l’affinité des Allemands pour les modèles philosophiques « qui président souvent à la politique », ce qui est contraire au pragmatisme anglais877.

Herbert Morrison, le président du Grand Londres, signe dans la première édition spéciale Angleterre-Allemagne une Lettre ouverte au peuple allemand, où il dépeint les conséquences de la politique d’Hitler et exprime la différence qui existe aux yeux des Anglais entre le gouvernement et le peuple. Il met en garde contre une guerre qui ruinerait l’ensemble des belligérants et « qui porterait, par nos bombes, la mort et l’anéantissement (…) à vos femmes et enfants. » Il appelle à la fin des persécutions « contre des minorités sans défense »878. Dans la deuxième ←179 | 180→édition spéciale Angleterre-Allemagne du 9 juin 1939, il écrit aux Allemands que la Grande-Bretagne n’attaquerait pas « une Allemagne pacifiste »879.

Ces représentants du parti travailliste s’opposent donc à la politique d’appeasement. Ils s’intéressent aux questions militaires et souhaitent préserver la paix en étant en position de force. Ils distinguent entre le peuple et le gouvernement allemand et misent sur la résistance de la population. Certains d’entre eux auront des positions importantes au sein du War cabinet de Churchill et du cabinet travailliste d’après-guerre.

3.2 Les chrétiens-démocrates

A côté des formations de gauche, les chrétiens-démocrates constituent le deuxième pilier du Zukunft. Cette coopération est rendue possible par l’évolution des paradigmes intellectuels pendant l’entre-deux-guerres et plus spécialement au sein des contributeurs de l’hebdomadaire. Comme les anciens communistes, les chrétiens-démocrates tentent de surmonter les schémas classiques de leur vision du monde, formée par leurs convictions religieuses. Ils militent surtout pour une implication des croyants dans la vie politique.

Les Allemands sont rattachés fermement au camp républicain, pendant que les Autrichiens affichent une certaine proximité avec des modèles autoritaires. Leurs idées témoignent donc d’une grande diversité qui peut s’exprimer dans les pages du Zukunft. Ils sont rejoints par des chrétiens-démocrates français qui tiennent des fonctions-clés au sein du Zukunft, ainsi que par des auteurs issus d’autres pays, surtout l’Italie et le Royaume-Uni. Quelles sont les différentes visions du monde défendues par ces auteurs, et comment évoluent-elles ?

3.2.1 Les auteurs émigrés

Ce sont eux qui mettent en place la coopération au sein du Zukunft, et c’est pourquoi il convient de les présenter en premier lieu afin de mieux comprendre leurs motivations, ainsi que leurs réflexions sur l’ordre allemand, européen et international après la guerre. Leur coopération au sein du Zukunft préfigure, en quelque sorte, la « démocratisation » des partis chrétiens et leur ouverture vers d’autres courants après 1945, dans le but d’établir une démocratie parlementaire et l’état-providence comme base pour la construction européenne.

Concernant les catholiques « démocratiques », nous allons analyser quatre exemples : Werner Thormann, Wilhelm Wolfgang Schütz, Paul Ludwig Landsberg et Hans Schwann. Tous sont d’origine juive et convertis au catholicisme. Alfred Döblin les rejoindra suite à sa conversion en 1941. La démarche de se convertir est typique pour une partie de la communauté juive du début du XXe ←180 | 181→siècle en Allemagne, qui essaie de s’intégrer à la société suite à son émancipation au XIXe siècle. Les mariages mixtes touchent par exemple 25 % des juifs880. Mais, la communauté juive affiche aussi avec fierté sa contribution à la civilisation occidentale ou allemande : la Bible et le monothéisme, l’œuvre de Moses Mendelssohn ou d’écrivains comme Heinrich Heine et Ludwig Börne.

Le philosophe Hermann Cohen écrit au début du XXe siècle un essai intitulé « Germanité et judéité ». Pour lui, l’Allemagne est « le nouvel Israël des Juifs ». La philosophie allemande voudrait, selon lui, réaliser l’idéal de la moralité, tout comme la religion juive. Il existerait donc bien une confluence entre ces deux courants de pensées881.

Beaucoup de représentants de la communauté juive, comme Walter Rathenau ou l’auteur du Zukunft Max Cohen-Reuß882, ont montré cet attachement lors de la Première Guerre mondiale, soit en combattant, soit en occupant des fonctions importantes dans l’organisation économique de la guerre. Walter Rathenau est aussi le symbole pour la faillite du vis-à-vis judéo-allemand883, comme Stefan Zweig l’explique dans Le Monde d’hier :

« Ses paroles coulaient comme s’il avait lu un texte écrit sur une feuille invisible et il donnait cependant à chacune de ses phrases une forme si accomplie et si claire que sa conversation, sténographiée, aurait constitué un exposé parfaitement propre à être imprimé tel quel. (…) Il y avait dans sa pensée je ne sais quoi de transparent comme le verre et par là même d’insubstantiel. J’ai rarement éprouvé plus fortement que chez lui la tragédie de l’homme juif qui, avec toutes les apparences de la supériorité, est plein de troubles et d’incertitudes. (…)

Toute son existence n’était qu’un seul conflit de contradictions toujours nouvelles. Il avait hérité de son père toute la puissance imaginable, et cependant il ne voulait pas être son héritier, il était commerçant et voulait se sentir artiste, il possédait des millions et jouait avec des idées socialistes, il était très juif d’esprit et lorgnait du côté du Christ »884.

←181 | 182→

Les catholiques d’origine juive, à l’exemple des auteurs du Zukunft, cherchent donc à donner un nouveau souffle à cette religion sans pour autant oublier leurs racines. Et une idée-phare qui se dégage est l’application des principes chrétiens (et humanistes) à la construction de la société.

Werner Thormann est le rédacteur en chef du Zukunft en 1939/40. Il s’engage pour la création d’une Europe fédérale, ce dont ses nombreux articles pour l’hebdomadaire témoignent. Dès le 21 octobre 1938, il lance une « discussion programmatique » sur l’organisation de l’Allemagne après Hitler. Manès Sperber présente dans ce contexte une explication de la « tragédie allemande » qui se rapproche de la théorie du « chemin particulier » (« Sonderweg »). Il recommande, comme Werner Thormann, Anna Siemsen ou Alexander Schifrin, des modèles fédéralistes pour l’Allemagne et l’Europe885.

De son côté, Thormann défend aussi l’opposition « modérée » (« bürgerlich ») en Allemagne, dans laquelle il place beaucoup d’espoirs886. Il chante les louanges du « Centre », dont la tache va être, selon lui, après la chute d’Hitler, « dans une Allemagne encore entachée par le national-socialisme et menacée par le stalinisme », de mettre sur pied un état démocratique887.

Ses convictions européennes sous-tendent l’ensemble de ses contributions, jusqu’au dernier numéro du Zukunft du 3 mai 1940, où il propose un article intitulé : « Un objectif européen : Démocratie et socialisme doivent être repensés »888. Dans cet article, il souligne qu’il faut s’atteler « à une construction fédérale »au niveau allemand et européen889.

Il s’est montré ouvert vis-à-vis des autres courants politiques dès la République de Weimar, comme le montrent ses activités au sein de l’« Union Républicaine » de Joseph Wirth et du Rhein-Mainische Volkszeitung, dont il définit la ligne comme suit :

« Le Rhein-Mainische Volkszeitung était en opposition contre le parti du ‘Zentrum’ catholique. Il demandait une position claire en faveur de la République, et, en politique étrangère, une politique de la paix et de la réconciliation, avec, en son cœur, la réconciliation franco-allemande, et – en tant qu’objectif à long terme – une fédération européenne ».

←182 | 183→

Thormann défend aussi un mélange entre économie privée et publique, « pour compléter la démocratie politique avec une démocratie économique »890. Ce dernier point le rapproche des partis de gauche.

Dans un papier sans date, mais probablement écrit au moment de la parution du Zukunft et intitulé Le front religieux : un programme, Thormann fustige la persécution des Eglises en Allemagne et l’interdiction des syndicats chrétiens. Il écrit :

« La politique des national-socialistes envers les Eglises est pire qu’une persécution sanglante. (…) Ils se sont efforcés, par tous les moyens, d’inculquer la conviction au peuple allemand, et surtout à la jeunesse, qu’on ne peut pas être à la fois un bon chrétien et un bon Allemand, que le christianisme est une théorie appartenant au passé, et que les clercs des deux confessions n’ont aucune morale, qu’ils trompent le peuple par leur malignité ».891

Wilhelm Wolfgang Schütz, dont la famille s’est convertie au catholicisme avant sa naissance, propose une vision proche de celle de Thormann : un christianisme social, démocratique et ouvert aux autres convictions ou religions Il travaille pour le Zukunft à Londres, où il est en contact avec l’évêque de Chichester, entre autres.

Paul Ludwig Landsberg va dans le même sens que Thormann et Schütz concernant la démocratisation de l’Allemagne. Ses parents l’ont baptisé luthérien en 1903, à l’âge de deux ans. Plus tard, il s’est converti au catholicisme892. Il fut l’élève de Max Scheler et passa son HDR en 1928 avec un travail sur Saint Augustin, avant d’être chargé de cours de philosophie à l’Université de Bonn. Grâce à ces travaux, il entre en contact avec le cercle de la revue Esprit et Emmanuel Mounier, qui l’amène à actualiser la notion de « destin » de Saint Augustin dans un sens personnaliste.

Après la prise de pouvoir d’Hitler, il émigre en Espagne, où il enseigne dans les Universités de Santander et Barcelone. Mais suite à la défaite républicaine, il revient en France et obtient un poste à la Sorbonne où il fait connaître l’œuvre de Max Scheler. Il témoigne de la défaite républicaine et des tiraillements derrière les lignes pendant la guerre civile espagnole lors d’une intervention dans le cadre des Décades de Pontigny de Paul Desjardins en 1938893. Un an plus tard, il y expose sa vision de l’œuvre de Saint Augustin. Plusieurs auteurs du Zukunft participent ←183 | 184→à ces rencontres, et l’hebdomadaire publie dans son édition du 22 mars 1940 un hommage posthume vibrant à Paul Desjardins par Ferdinand Hardekopf :

En ce qui concerne Paul Ludwig Landsberg, il participe aussi au « Collège de sociologie » de 1937 à 1939, mis en place par Georges Bataille et Roger Callois, avec les personnalistes de la revue Esprit. Les manifestations du Collège connaissent un grand succès et sont fréquentés par Drieu La Rochelle et Walter Benjamin, entre autres. Leurs biographies montrent le dilemme de l’intelligence de droite face au totalitarisme.

Landsberg souligne dans ses ouvrages les liens étroits entre la philosophie et l’anthropologie (Introduction à l’anthropologie philosophique, 1932) La philosophie ne l’intéresse pas en tant qu’édifice théorique, mais par rapport à l’expérience personnelle de chaque être humain, comme par exemple concernant la question de la mort et de la « conscience de la mort » qui sous-tendrait l’action humaine. Il publie des articles à ce sujet dans la revue Esprit895.

Ses articles dans le Zukunft se concentrent sur trois mois, du 15 septembre au 15 décembre 1939, où il publie, en tout, 12 fois dans les pages de l’hebdomadaire. Le 15 septembre 1939, il lance un appel au peuple allemand : « Allemagne, éveille-toi », afin d’arrêter cette « guerre injuste » d’un point de vue chrétien896. Cet article paraît sur la même page que celui de Werner Thormann, « La guerre d’Hitler et l’Allemagne catholique », qui souligne qu’Hitler veut « anéantir l’Eglise catholique »897.

Ses articles paraissent dans le Zukunft à côté de ceux de Thormann ou d’autres opposants conservateurs d’Hitler, comme, par exemple dans l’édition du 15 décembre 1939. Dans ce texte, Landsberg présente le livre de Hermann Rauschning, Entretiens avec Hitler, qui montre, selon lui, que « nos notions philosophiques et historiques sont trop inoffensives pour caractériser ce régime (…). Des loups sont parmi nous, qui se nourrissent des cadavres des peuples libres »898.

←184 | 185→

L’agencement de ces pages témoigne de la quête du Zukunft de rassembler tous les opposants d’Hitler, car des démocrates comme Landsberg se trouvent à côté de personnes ayant une vision complètement différente, telles que Karl Otto Paetel, l’ancien « national-bolchévique ». Il indique ainsi « l’avenir du Zukunft », qui mène sur la piste du consensus démocratique qui s’établit après 1945 en Allemagne.

A ce titre, Hans Schwann appelle dans l’une de ses contributions à « une nouvelle pensée », à la « destruction du pouvoir de l’ancienne et de la nouvelle classe régnante », à une « amélioration continuelle et réfléchie du niveau de vie et du statut social de la masse des actifs et de leur sécurisation pour la maladie et la vieillesse », afin de « préserver la dignité humaine et la liberté de chacun ». Il établit la synthèse entre les différents courants et convictions : « Ce sont des notions que nous connaissons, l’un par son libéralisme, l’autre par son socialisme et le troisième par son christianisme. (…) Il faut essayer d’y parvenir ensemble (…), l’idée de l’’ensemble’ est la plus importante »899.

L’écrivain Alfred Döblin souligne aussi l’importance de cette « nouvelle pensée basée sur l’humanisme », en réunissant les différentes sensibilités politiques : « J’ai touché à l’expressionnisme. Mais quand je m’y suis mis à écrire réellement, j’ai dépassé le cadre prescrit. (…) J’ai eu la même expérience avec la psychanalyse, le socialisme ou le marxisme. Les choses doivent pousser dans mon propre jardin. Je ne m’approvisionne pas sur le marché »900.

Il n’est sûrement pas un hasard que Stefan Zweig lui répond sur la même page sous le titre « Mon cher et vénéré Alfred Döblin » : « On aime un homme, un artiste surtout pour son caractère unique, la nature incomparable de sa création, qu’on ne peut pas reproduire par l’apprentissage, et notre amour pour vous est si singulier et nous rend si heureux, parce que chez vous on sent cette magie particulière »901.

Döblin publie aussi son roman Novembre 18 en avant-première dans le Zukunft902. Cette œuvre retrace les deux premières semaines des révoltes en Allemagne après le 9 novembre 1918. L’intrigue commence à Strasbourg et montre la situation particulière de l’Alsace et de ses familles déchirées entre l’Allemagne et la France – on sent ici sa préoccupation pour la réconciliation des deux pays – et se termine à Berlin avec les funérailles des premières victimes du côté des révolutionnaires, suivies d’un discours de Karl Liebknecht.

Döblin met en exergue le fossé entre les préoccupations du « petit peuple » et l’idéalisme des révolutionnaires. Le contraste entre le mécontentement de la ←185 | 186→grande masse venue aux funérailles (« ils sont tous fous ici ») et l’apparition de Liebknecht, qui fait taire tout le monde et tente de porter l’action à un niveau plus élevé est saisissant. Liebknecht commence son discours par une note compassionnelle à l’égard des victimes :

« Les Hohenzollern ont voulu franchir la Porte de Brandebourg comme vainqueurs, mais c’est le prolétariat qui a pris leur place. (…) Le temps des meurtriers de masse est révolu, on a enfin tiré un trait sous les agissements de ces criminels. Vous qui gisez là, vous avez montré qui vous êtes. Votre sang est le nôtre. On vous a atteint, on nous a atteint. Il faut le faire savoir, et nous ressentons la douleur de vos blessures. Merci à vous, les amis. »

Mais à la fin de son discours, il s’écrie : « C’est le prolétariat qui a été visé par les assassins ! Il faut combattre pour la révolution avec tous les moyens, même en donnant notre propre vie ! »903.

Ce roman est une louange aux tentatives révolutionnaires de 1918/19 (auxquelles plusieurs auteurs du Zukunft ont participé), mais dépeint aussi de manière réaliste la misère du peuple et constitue une mise en garde contre le radicalisme de la « dictature du prolétariat ».

Une figure importante de la démocratie chrétienne est aussi Hubertus Prinz zu Löwenstein. Issu de la haute noblesse et apparenté à l’ancien roi de Bavière Louis II, il fait partie de la jeune génération d’émigrés (né en 1906) et met en garde dès 1931, dans sa thèse en droit intitulée Contours et idée de l’état fasciste et leur réalisation904, contre le fascisme et le national-socialisme. Il devient l’un des chefs du « Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold »905. En 1933, il part en Autriche, son pays de naissance. Il provoque de nouveau la colère des autorités allemandes avec ses ouvrages publiés en 1934, La tragédie d’un peuple. L’Allemagne 1918–1934906 et Après la chute d’Hitler. Le futur Empire allemand907, ce qui lui vaut la perte de la nationalité908. En 1936, il émigre aux Etats-Unis en tant que professeur invité du « Carnegie Endowment for International Peace » et intervient dans de nombreuses universités aux Etats-Unis et au Canada909. Il est, dès le début, une figure de ralliement de l’exil et apporte un soutien précieux aux intellectuels émigrés ←186 | 187→grâce à son nom, mais aussi ses liens familiaux avec la haute noblesse anglaise et ses relations aux Etats-Unis, où il côtoie des acteurs de Hollywood, entre autres.

Il mêle sa foi chrétienne profonde à un soutien inconditionnel aux institutions républicaines de Weimar et envisage, comme Werner Thormann, une solution allemande au sein d’une fédération européenne910.

Mais d’autres auteurs du Zukunft, également d’origine juive, comme Joseph Roth, Klaus Dohrn ou Otto Maria Karpfen (pseudonyme Otto Maria Fidelis ou O.M.F.), défendent un tout autre modèle : une « société des ordres » et un « Empire » catholique renouvelé.

Joseph Roth exprime sa nostalgie de l’Empire des Habsbourg dans ses romans La Marche de Radetzky (1932) et La Crypte des Capucins (1938). Il écrit à Stefan Zweig le 19 août 1935 : « Je ne vois pas d’autre voie que le mont du Calvaire qui mène au Christ et à aucun Juif plus grand. Je vais même peut-être aller plus loin si j’en ai la force et entrer dans un ordre »911.

Ses amis le considèrent comme quelqu’un de désintéressé qui réalise l’idéal chrétien en aidant ceux qui sont tombés dans la misère. On note, depuis 1925/26, un changement de ses vues politiques, du socialisme vers le monarchisme. Mais il s’agit plutôt d’un « monarchisme romantique », l’utopie d’une Autriche telle qu’elle aurait pu être ou dû être. Roth n’est pas le seul représentant de cette nostalgie912.

Selon lui, la monarchie et l’Église catholique représenteraient les seules forces capables d’opposer une résistance suffisante à la « peste brune » – si elles s’y décidaient. Il soutient la cause monarchiste et le successeur au trône, Otto von Habsburg, par des articles et son travail politique. Il habite depuis 1927 à Paris, où il noue de multiples contacts, en collaborant à Marianne et L’Intransigeant, mais aussi au Ständestaat913. Ses œuvres paraissent chez les éditeurs néerlandais de la littérature de l’exil, « Querido Verlag » et « Allert de Lange Verlag », comme dans la maison d’édition chrétienne « De Gemeenschap ». C’est l’une des raisons pour lesquelles il séjourne à plusieurs reprises aux Pays-Bas et en Belgique. Mais pendant les dernières années de sa vie, sa situation financière et son état de santé se détériorent rapidement. Avec sa compagne depuis 1936, Irmgard Keun, ils boivent beaucoup, comme leur ami Egon Erwin Kirsch le remarque, et ils sont parfois accompagnés dans leurs beuveries par Hans Siemsen914. Roth bénéficie ←187 | 188→d’un appui financier de Stefan Zweig, qui partage aussi une partie de ses convictions politiques. En 1937, il lui parle de sa dépression et du « dégoût » qu’il a envers lui-même915.

Mais malgré ces problèmes, il lance une tentative désespérée le 24 février 1938 pour sauver l’indépendance de l’Autriche. Il part à Vienne pour convaincre le chancelier fédéral Kurt Schuschnigg d’abdiquer en faveur d’Otto von Habsburg. Mais il ne réussit pas à lui parler, et le président de la Police de Vienne lui conseille de retourner au plus vite à Paris.

L’« Anschluss » le brise encore davantage et accélère son déclin physique. Le 23 mai 1939, il est conduit à l’hospice pour indigents de l’hôpital Necker après s’être effondré devant le Café Tournon (apparemment en recevant la nouvelle du suicide d’Ernst Toller). Le 27 mai, il meurt d’une double inflammation des poumons. Le 30 mai, il est inhumé au cimetière parisien de Thiais, en la présence d’une grande partie de la communauté des exilés. L’enterrement suit le rite « catholique-modéré ». À l’occasion de l’enterrement, les légitimistes autrichiens, les communistes et la communauté juive réclament le défunt comme l’un des leurs. L’inscription sur la pierre tombale dit : « écrivain autrichien – mort à Paris en exil »916.

Klaus Dohrn est né à Dresde. Il émigre en 1933 en Autriche, où il devient peu de temps après son arrivée rédacteur en chef du journal Société des ordres chrétienne (Christlicher Ständestaat). Ce journal se définit comme « clérical et anti-national-socialiste » et sert, de fait, comme support idéologique de l’« austrofascisme », établi en 1933/34 par Engelbert Dollfuß, puis perpétué après son assassinat par Kurt Schuschnigg.

Le nouveau régime, créé officiellement le 1er mai 1934 par l’entrée en vigueur de la nouvelle constitution, se désigne également par le nom « Société des ordres », comme la revue917. La formule de l’ancienne constitution qui stipulait que le peuple était la source de la loi est remplacée par le paragraphe suivant : « Par la grâce du Dieu tout-puissant, source de la loi, le peuple autrichien reçoit cette constitution pour son état fédéral chrétien et allemand, basé sur la société des ordres »918. Dohrn justifie son engagement pour le Ständestaat comme suit : « Il fallait qu’il existe un document sans équivoque de la part des catholiques contre ←188 | 189→le national-socialisme, une preuve, que (…) des voix se soient élevées du côté des évêques, manifestant un rejet (…) par principe du national-socialisme, en se basant sur leur conscience en tant que catholiques. »

L’un des articles les plus importants de Dohrn dans le journal est intitulé « National-socialisme et… ». Il y argumente que l’on ne peut comparer le national-socialisme avec le fascisme italien ou le régime autrichien, car il s’agirait de « deux mondes complètement différents ». On devrait plutôt le comprendre comme un « jumeau du bolchevisme (…) avec lequel on trouve, malgré des différences apparentes, un grand nombre de points communs », comme « l’oppression brutale de tous les opposants, la mise au pas de tous les domaines de la vie (…), la lutte contre le christianisme au nom d’une nouvelle religion (séculaire) où le collectif est déifié, où la famille perd ses droits et où l’on ne montre aucun respect pour l’âme de chaque individu ».

Comme Elke Seefried le remarque, on trouve ici aussi certains éléments des futurs « théories du totalitarisme »919. Le légitimisme de Dohrn s’appuie, comme pour Joseph Roth, sur le successeur potentiel au trône, Otto von Habsburg, dont il est proche920. Eugen Kogon, qui a fait la connaissance de Dohrn en exil, le décrit comme l’un des ennemis les plus en vue du régime hitlérien, « qui voulait sa tête »921.

Otto Maria Karpfen fait aussi partie des collaborateurs du journal Ständestaat. Mais après l’annexion de l’Autriche, sa publication est interdite, et ses auteurs doivent quitter l’Autriche. Karpfen s’installe en Belgique. Il écrit lors de sa prise de contact avec la rédaction du Zukunft qu’il souhaite garder l’anonymat, en raison de son passé au sein du Ständestaat, mais aussi parce que sa famille se trouve encore à Vienne922.

Klaus Dohrn se manifeste dans la première édition du Zukunft du 12 octobre 1938. Il écrit sur « L’Eglise catholique et l’Allemagne »923. Otto Maria Karpfen publie, de son côté, son premier article le 18 novembre sous son pseudonyme « Fidelis ». L’article est intitulé : « Réflexions sur un programme catholique et autrichien ». Il est annoncé par la rédaction comme « contribution à la discussion sur le programme », dans le but d’arriver à « une unité entre Allemands et ←189 | 190→Autrichiens concernant le programme économique et social », ce qui ne serait pas très difficile, selon elle, contrairement aux domaines « de l’organisation de l’Etat et de la politique étrangère »924.

Pour illustrer ces différentes visions de la politique étrangère, le deuxième article de Fidelis, « le légitimiste et catholique bien connu » du 18 novembre 1938, est inséré à la suite d’un article d’Alexander Schifrin sur la « politique étrangère de la gauche allemande », où ce dernier défend « une Allemagne unie, démocratique, fédérale » au sein d’« une Europe fédérale » en association avec l’URSS, contre les « bourgeois et impérialistes » de l’Europe occidentale925.

Fidelis trace, de son côté, une limite très nette entre Allemands et Autrichiens, et souligne que « les Allemands doivent être rééduqués » pour « effacer les fautes de 1938, 1914, 1870…1517 », contrairement aux Autrichiens, qui « ne sont pas réellement Allemands ».

Il pense que si une future « annexion » avait lieu, cela devrait être « l’annexion de l’Allemagne à l’Autriche (…) et certainement pas dans l’autre sens ». Les Autrichiens auraient « excommunié » Hitler, qui aurait réalisé « sa vision de la Grande Allemagne » à leurs dépens. Pour Fidelis, « catholique » et « autrichien » vont de pair, mais il se distancie de la réalisation de l’Etat « soi-disant organisé selon les ordres, soi-disant allemand » réalisé par Schuschnigg en 1934 qu’il avait soutenu avant son exil. Il prône un nouvel « Empire catholique » pour « mieux défendre les intérêts des peuples en Europe du Sud-Est », par une « conversion » de Benes, entre autres, à ce modèle catholique et supranational. La fédération européenne serait donc un empire autrichien renouvelé réunissant « Vienne, Budapest et Prague »926.

Dans l’édition du 27 janvier, Fidelis parle de la persécution des catholiques, dont ils seraient eux-mêmes coupables, selon lui, parce qu’ils n’auraient rien fait pour empêcher l’annexion de l’Autriche, à l’image du cardinal Innitzer, qui aurait salué l’arrivée d’Hitler à Vienne. La « révolution conservatrice » d’Hitler serait beaucoup plus dangereuse que le « conservatisme », et les catholiques n’auraient pas été capables de remarquer cette différence à temps927.

Il propose aussi, dans ses échanges avec la rédaction, « d’écrire régulièrement sur l’Italie »928. Mais on ne peut localiser que l’un de ces articles, dans le Zukunft du 7 avril 1939, concernant la mort de Pie XI, « un antifasciste convaincu », sur fond d’influence allemande croissante en Italie. L’auteur observe l’envoi de troupes ←190 | 191→italiennes de plus en plus nombreuses en Libye, Abyssinie et en Espagne929. Les autres articles de Karpfen ne sont probablement pas signés.

Fidelis/Karpfen émigre en 1939 au Brésil. Il fait partie des 3.000 Juifs que le dictateur brésilien Getulio Vargas accepte sur l’insistance de Pie XII, sous condition qu’ils s’étaient convertis au catholicisme. Il change son nom en « Carpeaux » et deviendra l’un des critiques littéraires les plus en vue du Brésil, où il publiera une douzaine d’ouvrages930.

Le fait qu’un certain nombre de chrétiens défend une organisation sociale nourrie par des idées de l’Ancien régime pour établir un contre-modèle au national-socialisme, s’explique par plusieurs éléments : D’abord, la démocratie et la République étaient des formes de gouvernement relativement récentes en Europe centrale, associées à l’industrialisation, qui n’avait pas qu’une connotation positive dans les cercles intellectuels européens. Puis, la République de Weimar était liée aux yeux de l’opinion (et de beaucoup d’intellectuels) au Traité de Versailles, à l’inflation de 1921–1923 et à la crise économique et sociale depuis 1929, donc à des évolutions négatives. En Autriche, la situation n’était guère meilleure. Elle avait perdu son Empire en même temps que la monarchie, et depuis la prise de pouvoir d’Hitler, elle était gérée par un régime autoritaire qui gagnait en crédit, malgré sa répression sanglante contre le mouvement ouvrier931, en s’opposant à Hitler.

En d’autres mots, la démocratie occidentale était considérée comme un modèle minoritaire en Europe, et pas forcément positif au plan politique, économique et social932. Mais cette appréciation changera avec le temps, comme nous le démontrerons dans le cadre de cette étude.

3.2.2 La coopération avec les chrétiens-démocrates français

Les chrétiens-démocrates français, qui ont œuvré à la réconciliation franco-allemande de 1919 à 1933, continuent dans cette voie en accueillant et en soutenant les émigrés germanophones. Les trois groupes qui s’y distinguent sont la JR, le PDP et les personnalistes. Comment s’intègrent-ils dans le groupe du Zukunft, et quelle est leur contribution particulière à l’échange des idées dans ses pages ?

←191 | 192→

Les contacts de Werner Thormann avec des personnalités chrétiennes-démocrates en France, établis pendant la République de Weimar, sont indispensables pour le Zukunft. Il entretient, entre autres, des contacts avec la JR, représentée par Marc Sangnier et Guy Menant. Pendant que le premier, une sorte de « père spirituel » du christianisme social, donne une caution morale importante à l’UFA et au Zukunft, le second est le propriétaire officiel de l’hebdomadaire et des éditions Sebastian Brant933. Il aide les prisonniers dans le camp de Gurs934.

Georges Hoog, l’abbé Beaupin (directeur du « Comité catholique des actions françaises à l’étranger ») ainsi que le cardinal Verdier, archevêque de Paris, très lié au Sillon puis à la JR, font aussi partie de l’UFA et écrivent des articles pour le Zukunft935. La JR favorise, fidèle à ses origines dans le Sillon, un large secteur public au niveau économique. Ils participent au « Front populaire » et sont pacifistes, mais désapprouvent la politique de l’appeasement936.

En mai 1936, quatre députés JR sont élus à l’Assemblée. Georges Hoog perd, mais reste actif au sein du « Comité catholique des actions françaises » et en tant que secrétaire général de la JR. Il est aussi le rédacteur en chef de La Démocratie, l’organe du parti. Le nouveau parti, qui compte 15.000 membres, participe au Front populaire et occupe des postes au gouvernement. Fin 1938, il prend vigoureusement position contre les Accords de Munich. Georges Hoog participe à la discussion dans la presse française en 1938/39 concernant l’adaptation du peuple allemand à la démocratie et à la paix. Cette discussion est relayée par le Zukunft. Georges Hoog y est cité à côté d’Henri de Kerillis, Léon Blum, Pertinax, Pierre Bloch et Emile Burg937.

Dans l’édition du 8 mars 1940, il appelle dans un article à la défense de la démocratie et à son développement afin de servir à l’ensemble de la population. La démocratie est définie comme « la reconnaissance de la dignité humaine et de sa priorité dans tous les domaines de la vie sociale », contrairement au « totalitarisme », qui « met l’Etat, la race ou la classe en avant ». L’homme devrait ←192 | 193→être au centre des préoccupations, dans une « démocratie politique, sociale et économique ». On retrouve ici les idées de Werner Thormann et d’autres chrétiens- démocrates938. Le cardinal Verdier va dans le même sens après la « Nuit de Cristal » : « Que Dieu nous préserve de ce racisme, que notre civilisation chrétienne rejette – rejette au nom de la science, de l’histoire, de la véritable philosophie, du droit, de la morale traditionnelle et au nom de la religion chrétienne »939.

Le 27 janvier 1939, il écrit dans la rubrique « Le monde pour les persécutés » une lettre au Zukunft, publiée sur la même page que celles de François Mauriac, Louise Weiss et de l’abbé Beaupin. Verdier rejette « l’enseignement de la haine, de la violence, de l’oppression et de la tyrannie ». Il lui oppose « l’âme française » qui « recherche l’amour, la liberté, la justice et la fraternité »940. Suite à ses prises de position largement médiatisées, il est visé par la propagande national-socialiste, d’autant plus qu’il proclame la solidarité de l’église catholique avec les démocraties et souligne la politique ouverte du pape envers les réfugiés941.

L’abbé Beaupin partage les opinions du cardinal Verdier942. Dans son article du 28 avril 1939, « L’anéantissement des catholiques allemands et ses conséquences », il déplore les persécutions contre « les catholiques de la Rhénanie, de la Bavière et de l’Autriche » qui « ont toujours joué un rôle de premier plan au sein de l’Eglise ». Mais il écrit aussi : « Les catholiques français sont fermement convaincus que les catholiques allemands, qui souffrent aujourd’hui, seront capables, à l’avenir, de réaliser l’entente franco-allemande pour le bien des deux pays et pour le bien de l’Eglise mondiale, sur la base d’une coopération amicale, confiante et durable. »

Il souligne les débuts prometteurs de cette coopération jusqu’en 1933943 et rend hommage aux organisations portées par les catholiques français et allemands. Le 10 juillet 1940, les quatre députés JR présents votent contre les pleins pouvoirs de Pétain.

Ernest Pezet, Jean Raymond-Laurent et Georges Bidault représentent l’autre parti chrétien-démocrate, le PDP, dans le groupe des auteurs du Zukunft.

←193 | 194→

Pezet joue un rôle-clé dans l’organisation de l’hebdomadaire et y signe plusieurs articles. Sa fonction en tant que vice-président de la commission des affaires étrangères de l’assemblée nationale au moment de la parution du Zukunft l’amène à pourvoir aider l’hebdomadaire financièrement, et à participer à des actions en faveur de a libération des internés944. Le PDP se situe un peu plus à droite que la JR, et il dispose d’un nombre plus important de députés. En 1928, il arrive à un maximum de 19 députés et de 35 sympathisants. Mais il ne parviendra jamais, comme il le souhaitait, à rassembler l’ensemble des catholiques sociaux945.

Le PDP est attaché à la République et aux libertés politiques. En ce sens, il se situe aussi dans la doctrine chrétienne-démocrate esquissé par le Sillon. Combattant le « laïcisme radical », elle approuve néanmoins le principe de laïcité découlant de la séparation des Églises et de l’État en 1905. Mais il défend aussi la liberté de l’Église sur le terrain scolaire. Puis, le parti est oppose – comme la JR – à la fois au libéralisme économique et au socialisme. Il veut réaliser la « démocratie dans l’organisation économique et sociale » par la réforme graduelle et la représentation syndicale notamment. Préconisant l’intervention de l’État dans la sphère économique, il aspire à une plus grande justice sociale (journée de 8 heures, congés payés, assurances sociales, allocations familiales, etc.), selon la théorie du « popularisme » de Don Luigi Sturzo, l’autre source d’inspiration importante du PDP.

Sur le plan institutionnel, le parti prône la décentralisation administrative, sociale et économique. Il soutient l’instauration de la représentation proportionnelle, le vote des femmes et l’usage du referendum. En politique extérieure, il défend les mécanismes de la conciliation internationale qu’incarne la SDN et œuvre à l’entente des peuples946. Le parti est néanmoins classé dans les forces de « droite » sur le tableau des partis politiques français d’André Siegfried de 1930, en raison de son « inspiration chrétienne »947.

Afin de « réconcilier » les chrétiens-démocrates et de créer « un journal quotidien au service des idées démocrates-chrétiennes et catholiques sociales », L’Aube est créé en 1932 par Francisque Gay, un ami proche de Marc Sangnier. Les rédacteurs les plus connus sont Gaston Tessier, président de la CFTC et Georges Bidault, membre de la commission exécutive du PDP948. A leurs côtés, on trouve Ernest Pezet et Robert Schuman du PDP, ainsi que Guy Menant et Georges Hoog de la JR949.

←194 | 195→

Il s’agit aussi des futurs auteurs chrétiens-démocrates du Zukunft, hormis Robert Schuman, qui ne signe pas d’article, mais connaît les auteurs au travers ses relations avec les chrétiens-démocrates allemands et autrichiens. Ce lien sera primordial pour l’après-guerre950. Don Luigi Sturzo écrit, lui aussi, pour L’Aube951. Ces initiatives restent néanmoins marginales par rapport à l’opinion publique : Le PDP ne réunit jamais plus de 5% des suffrages exprimés, et L’Aube ne dépassera jamais 13.000 exemplaires, un chiffre dérisoire à côté de l’Action française, par exemple, qui arrive à environ 63.000952. Suite à l’affaire Stavisky et les événements du 6 février 1934, le PDP se scinde en une aile gauche majoritaire incarnée par Robert Cornilleau et une aile droite derrière Pierre-Henri Teitgen953.

Sur le plan international, le parti fait preuve d’une grande lucidité. Jean Raymond-Laurent est le seul député catholique à se rendre en Espagne en début 1939. Malgré leur anticléricalisme, il soutient la cause des républicains espagnols et affirme que la principale menace pour la paix provient des fascistes et non de la Russie, ce qui le distingue de l’anticommunisme virulent de son parti. Hubertus Prinz zu Löwenstein défend une position similaire dans son livre de 1937, Un catholique dans l’Espagne républicaine954. La commission exécutive du parti suit Raymond-Laurent et s’oppose aux accords de Munich en 1938955.

La rédaction de L’Aube se rend dès 1935 à l’évidence que son œuvre de réconciliation connaît des limites. Francisque Gay rédige à ce sujet un Mémoire confidentiel pour un rassemblement des forces démocratiques d’inspiration chrétienne et défend sa position avec l’aide de Georges Bidault et les groupes d’Amis de L’Aube qui deviennent, en novembre 1938, les Nouvelles Equipes Françaises (N.E.F.)956, avec lesquelles la rédaction du Zukunft échange beaucoup957.

Georges Bidault, qui fait partie de l’UFA et écrit pour le Zukunft, a attaqué dès 1927 la volonté du nationalisme maurrassien d’incarner à lui seul le patriotisme français et a soutenu la condamnation de l’Action française par le pape Pie XI. En 1930, il a signé dans la revue chrétienne-démocrate Politique un article intitulé : « Charles Maurras : Le déclin d’une influence » et adhéra au PDP en 1931958. Mais c’est comme éditorialiste de L’Aube à partir de 1934 qu’il se fait connaître. La ←195 | 196→qualité de sa plume lui vaut une influence qui dépasse celle du journal, comme en témoigne Paul Reynaud en 1938 : « Il n’est pas un parlementaire digne de ce nom (…) qui, à propos d’un problème d’actualité, ne lise L’Aube pour savoir ce qu’en pense Georges Bidault ». L’historien Jean-Pierre Rioux définit en 1983 son apport aux débats politiques des années 1930 ainsi : « Les droits de l’homme, une presse propre, un solide parlementarisme et la représentation proportionnelle : (…) toute une génération d’hommes neufs résume ainsi son sens du bien commun et du service public. Nombre d’entre eux l’ont appris en lisant Bidault »959.

Bidault poursuit ses polémiques avec l’Action française. En juin 1938, il s’élève contre l’élection de Charles Maurras à l’Académie française, y voyant « le pouvoir de l’insulte sur la lâcheté », dans un éditorial intitulé « Le provocateur au meurtre sous la Coupole »960. Les questions de politique étrangère occupent une place croissante dans ses éditoriaux. Il observe avec inquiétude la consolidation du régime hitlérien : « Quand Hindenburg abandonna Brüning, il choisit, sans le savoir, dans le Walhalla son exécuteur testamentaire »961. L’Allemagne de la « Nuit des Longs Couteaux » ressemblerait à « un ilote en proie à l’ivresse »962.

C’est Werner Thormann qui établit le contact avec lui le 11 octobre 1938 pour le Zukunft963. Il y publie un certain nombre d’analyses964 avant d’intégrer l’armée française en octobre 1939. Il invite pendant une permission en février 1940 la rédaction à participer, avec d’autres Amis de L’Aube, à une « réunion intime » pour évoquer l’avenir des N.E.F. : « Nous aurons à parler (…) de ce qui s’impose non seulement pour maintenir notre mouvement à travers la dure épreuve, mais pour préparer ce qui doit être sa place dans les reconstructions de demain. Et, ce disant, nous ne pensons pas à des places, à des cadres, à des formules, mais à un ‘esprit ’ qui pénétrera les institutions »965.

Un autre chrétien-démocrate éminent, le syndicaliste Paul Vignaux, est passé comme Georges Bidault par l’ACJF, puis par la « Jeunesse ouvrière chrétienne » (JOC)966. Il fut l’un des fondateurs de la SGEN-CFTC en 1937, un syndicat statutairement « laïque » malgré son inspiration chrétienne. Il travaille au CGI, comme beaucoup d’autres auteurs du Zukunft, puis organisera en concertation ←196 | 197→avec Léon Jouhaux, lui aussi auteur de l’hebdomadaire, la Résistance syndicale après la défaite française. Il part aux Etats-Unis en août 1940967.

Dans ses articles pour le Zukunft, il fait état de son émotion « en voyant des hommes d’Europe centrale, de langue allemande, exprimer leurs espoirs en la démocratie et une Europe unie », avant d’évoquer les « différences culturelles » entre « démocraties et Etats totalitaires », qui ne pourraient pas générer, selon lui, un « modus vivendi durable »968. Il souhaite éviter des futurs dangers émanant de l’Allemagne969.

Enfin, Emmanuel Mounier, né en 1904, fait partie des jeunes auteurs du Zukunft. Jacques Chevalier, Henri Bergson et Charles Péguy ont eu une influence profonde sur lui. Il vient à Paris en 1927–1928 pour passer l’agrégation, où il rencontre Bergson, le Père Pouget et Jacques Maritain970. Au début des années 1930, il crée la revue Esprit pour faire face à la « crise de l’homme au XXe siècle ». Il partage cette quête avec d’autres groupes que l’historiographie désigne aujourd’hui sous l’expression de « non-conformistes des années 30 »971. Jusqu’à la guerre, Mounier s’attache à approfondir les orientations de la révolution « personnaliste et communautaire » qu’il souhaite voir se réaliser pour remédier au « désordre établi », sans tomber dans les impasses totalitaires du fascisme ou du stalinisme.

Le mouvement intellectuel personnaliste est une réaction à la crise économique profonde de cette décennie, que la jeunesse intellectuelle française perçoit comme une crise de civilisation. Cette crise, ces jeunes la caractérisent en opposant l’« individu » et la « personne », une idée empruntée à Charles Péguy, pour manifester leur refus de l’ordre établi. Emmanuel Mounier définit ses objectifs comme suit :

« Nous appelons personnaliste toute doctrine, toute civilisation affirmant le primat de la personne humaine sur les nécessités matérielles et les appareils collectifs qui soutiennent son développement. En ralliant à l’idée de personnalisme des aspirations convergentes qui cherchent aujourd’hui leur voie par-delà le fascisme, le communisme et le monde bourgeois décadent. (…) Notre but immédiat est de définir, ←197 | 198→face à des conceptions massives et partiellement inhumaines de la civilisation, l’ensemble des consentements premiers qui peuvent asseoir une civilisation dévouée à la personne humaine »972.

L’« individu » dans le sens libéral est considéré comme le rejeton des tendances aliénantes du monde moderne. Il a sacrifié sa dimension spirituelle, ses énergies créatrices et sa liberté au profit d’un idéal petit-bourgeois qui ne viserai qu’au « bien-être », et qui corromprait tous les aspects de la vie. Pour Emmanuel Mounier, « l’individu, c’est la dissolution de la personne dans la matière. (…) Dispersion, avarice, voilà les deux marques de l’individualité. (…) Aussi, la personne ne peut croître qu’en se purifiant de l’individu qui est en elle »973.

Il esquisse une sorte de philosophie spirituelle qui peut s’appliquer à tous les religions et même les athées. Ce « nouvel humanisme » rappelle certaines idées des auteurs émigrés du Zukunft, comme, par exemple, Ludwig Marcuse ou Siegfried Marck :

« Précisons nos termes. Appelons ‘civilisation’, au sens étroit, le progrès cohérent de l’adaptation biologique et sociale de l’homme à son corps et à son milieu ; culture, l’élargissement de sa conscience, l’aisance qu’il acquiert dans l’exercice de l’esprit, sa participation à une certaine manière de réagir et de penser, particulière à une époque et à un groupe, bien que tendant à l’universel ; spiritualité la découverte de la vie profonde de sa personne. Nous avons ainsi défini les trois paliers ascendants d’un humanisme total »974.

Dans son Manifeste au service du personnalisme (1936), il souhaite un « retour à la Renaissance » et à l’humanisme de cette époque, fortement inspire par le christianisme, « après quatre siècles d’errances »975.

Les contributions d’Emmanuel Mounier pour le Zukunft présentent le personnalisme, comme par exemple, dans l’article « Le personnalisme chrétien et l’année 1789 », dans lequel il se dit défavorable au contenu « bourgeois » de la Révolution française et à ses travers « qui confondent l’égalité avec l’égalitarisme ». Il cherche à défendre « le vrai contenu des Droits de l’Homme, l’espoir de beaucoup d’hommes (…) un épanouissement de la personnalité rendu possible par l’humanisme »976.

Dans l’édition du Zukunft du 26 mai 1939, on trouve un résumé d’une réunion du cercle d’Esprit où les liens entre les émigrés et les personnalistes français apparaissent clairement :

←198 | 199→

Intéressé par certaines des premières orientations du régime de Vichy, comme par exemple la politique de la jeunesse, à laquelle il inspire l’idée de la « Jeune France », Emmanuel Mounier s’en détourne à partir de 1941. Il prend contact avec le mouvement de Résistance Combat, au sein duquel on trouve beaucoup de chrétiens-démocrates, tandis que la revue Esprit est interdite en août 1941. Arrêté par le régime de Vichy, il est libéré après une éprouvante grève de la faim et se réfugie dans la Drôme.

3.2.3 Les chrétiens-démocrates et hommes de l’Eglise d’autres pays

En comparaison avec les Allemands, Autrichiens et Français, les chrétiens-démocrates issus d’autres pays qui contribuent au Zukunft ne sont pas très nombreux, mais très connus dans leurs pays, comme l’Italien Don Luigi Sturzo et les représentants scandinaves. Ils participent par exemple à la campagne en faveur de Martin Niemöller, relayée aussi dans d’autres publications de l’exil. Le renouveau religieux incarné par le christianisme social est plutôt un phénomène « continental », qui concerne surtout l’Allemagne, l’Autriche, la France et l’Italie. Dans les autres pays, l’idée d’un parti chrétien comme acteur politique à part entière semble plutôt incongrue. En Angleterre par exemple, les politiques conservateurs se considèrent naturellement comme « chrétiens » et intègrent les préceptes religieux dans leur politique. En quoi ces positionnements différents influencent-t-ils leurs contributions ?

Don Luigi Sturzo, fondateur du PPI, prône l’épanouissement de l’individu comme objectif principal de l’ordre social, c’est-à-dire une société libre portée par le consentement de ses membres. Il considère que l’Etat doit gérer le capitalisme et présente le principe chrétien de l’amour du prochain comme base pour une société solidaire, mais s’oppose à une domination autoritaire de la religion sur la ←199 | 200→société978. Il prend contact avec le Zukunft en adressant une lettre à la rédaction afin de soutenir la campagne pour l’attribution du Prix Nobel de la Paix à Benes979.

Dans ses articles pour l’hebdomadaire, il défend la sécurité collective980 et définit les notions d’« élite » et de « masse » dans les démocraties occidentales, à l’exemple des Accords de Munich. Selon lui, les élites « doivent exprimer, dans les démocraties, les préoccupations des peuples ». Ils n’en auraient pas assez tenu compte, surtout en ce qui concerne les notions de « Paix, Honneur et Sécurité », mais elles se seraient réveillées depuis suite à la pression de l’opinion publique et auraient de nouveau intégré le rôle qui leur était attribué981.

Puis, il discute l’utilisation du terme « Empire » (« Imperium ») par les dictatures. Cette utilisation serait en opposition à ses origines au sein de l’Empire romain, de l’Empire des Habsbourg ou de l’« Empire britannique », en réunissant plusieurs peuples au sein de la même entité et partageant les mêmes valeurs. Il donne surtout une mission spécifique à l’« empire » français, à l’opposé de l’« impérialisme » égoïste des dictatures :

« La France d’aujourd’hui est la France des Droits de l’Homme, la France démocratique et humaniste, ou mieux : la France de la culture et de la mission catholique, qui est en passe de devenir la France de la liberté, de la Société des nations et de la foi chrétienne. La ‘France impérialiste’ n’est pas crédible. Les colonies d’Outre-Mer ne forment pas un Empire ‘à la romaine’, mais un Commonwealth selon le modèle anglais, une communauté : La grande France »982.

On peut noter aussi que plusieurs personnes issues du milieu protestant scandinave s’expriment dans le Zukunft comme Erling Eidem, l’archevêque d’Uppsala, qui appelle à combattre le nazisme983. Le ministre des Cultes, Arthur Engberg, appelle dans l’édition du 13 janvier 1939 les Suédois à défendre leur « liberté », indispensable pour sauvegarder l’« honneur » des citoyens. L’humiliation des citoyens par la tyrannie et le remplacement d’arguments neutres et vérifiables par la démagogie seraient, pour lui, le premier pas vers la perte de l’honneur de l’individu. Le 31 mars 1939, dans l’édition spéciale « Suède-Allemagne », il ←200 | 201→appelle à la défense de la « souveraineté du peuple » et loue le modèle social-démocrate suédois984.

Le pasteur Ankar s’occupe des réfugiés en Suède et plaide, comme beaucoup d’autres auteurs chrétiens du Zukunft, pour l’« humanisme », en opposition à la « violence ». Il réfléchit sur la double nature humaine, qui serait constituée à la fois d’« un animal de bât » qui « tire patiemment le wagon de la culture » et d’« un tigre sauvage (…) qui n’attend qu’à mettre ce wagon en pièces ». Mais, même en connaissance de cette double nature et des dangers qu’elle recèle, il plaide pour l’épanouissement de l’individu : « L’homme n’est pas un moyen pour atteindre un but (…), il est un but en soi ». C’est pour cette raison que sa liberté doit être garantie, et une « communauté » doit être construite sur des bases saines, qui apporte un plus pour chaque individu qui y adhère, contrairement aux régimes totalitaires. Il souligne la vocation sociale du christianisme et le devoir des chrétiens de s’intéresser à tous les aspects de la vie quotidienne et de la culture985.

Le Zukunft cite aussi l’archevêque de Cantorbéry, Cosmo Gordon Lang, dans son édition du 18 novembre 1938 :

« Je pense être le porte-parole de l’ensemble du peuple chrétien, si j’exprime, sans me retenir, les sentiments de dégoût qui ont été provoqués par les actes de violence et de destruction en Allemagne et en Autriche (…). Peu importe comment on évalue la provocation d’un seul jeune Juif irresponsable, des représailles d’une telle envergure, d’une telle sauvagerie et d’un tel esprit de revanche ne sauraient être justifiés »986.

L’archevêque de Chichester participe, de son côté, à des associations d’émigrés comme, par exemple, la FDKB987. Et des politiques comme Duff Cooper soulignent qu’ils parlent en tant que chrétiens, quand ils fustigent les dictatures ou plaident pour des idéaux humanistes988.

On peut donc conclure que le Zukunft est un exemple pour la réorientation des mouvances chrétiennes pendant la première moitié du XXe siècle. Le christianisme social, fruit de l’industrialisation, s’y exprime, avec ses idéaux sociétaux qui se rapprochent des courants de gauche, tout en employant une justification religieuse. L’Etat-Providence semble être primordial, ainsi que son intervention dans l’économie pour limiter les excès du capitalisme.

L’humanisme chrétien plaide en faveur de l’épanouissement de l’individu au sein de la société moderne et industrialisée, où il risque de perdre sa véritable ←201 | 202→nature (ce qui rappelle l’« aliénation de l’homme » prônée par Marx). Plus particulièrement, le personnalisme d’Emmanuel Mounier préfigure des mouvances ultérieures, comme par exemple les écologistes qui défendent une société « postmoderne », adaptée aux besoins réels de l’humain. L’homme doit donc être au centre de l’organisation économique et sociale, et celle-ci doit contribuer à son épanouissement.

L’ensemble des auteurs chrétiens-démocrates condamnent les dictatures totalitaires, une position minoritaire au sein du catholicisme et du protestantisme, et beaucoup plus claire que celle du pape. On remarque néanmoins chez les auteurs autrichiens qu’ils ne sont pas complétement hostiles à une « Société des ordres » ou soutiennent les légitimistes autour d’Otto de Habsbourg. Mais ces positions auront tendance à s’infléchir au fur et à mesure de la guerre, puis de la reconstruction après 1945.

3.3 Les libéraux et courants de droite

Le Zukunft s’alimente aussi d’autres courants, minoritaires mais néanmoins intéressants. On peut citer, en premier lieu, les libéraux, fortement influencés par le keynésianisme et les débats déclenchés par la crise économique de 1929. Ils cherchent une nouvelle ligne doctrinaire lors du « colloque Lippmann » en 1938 à Paris, auquel des auteurs du Zukunft participent. Puis, les conservateurs anglais défendent la démocratie, mais aussi l’Empire colonial et le statut de grande puissance du Royaume-Uni. Et enfin, dans les courants nationalistes, représentés par des auteurs allemands, mais aussi par certains auteurs français, on remarque un attachement plus faible à la démocratie, mais il s’agit d’une position en évolution.

Concernant les artistes et écrivains qui interviennent dans le Zukunft, il est relativement difficile d’établir une classification, car ils ont une toute autre approche de la politique que les hommes politiques ou journalistes présents dans le panel d’auteurs. Mais les nuances qu’ils apportent sont essentielles pour comprendre la richesse de la pensée de l’exil. Nous en insérons certains dans les trois courants précités, tout en restant conscients des limites de cette classification.

Quelles nuances particulières les auteurs libéraux, conservateurs et nationalistes apportent-ils à la ligne éditoriale de l’hebdomadaire ?

3.3.1 Le nouveau modèle libéral

Le libéralisme « classique » devient un courant minoritaire au lendemain de la Première Guerre mondiale. La planification économique pendant la guerre, les problèmes dans les pays européens exsangues et les crises économiques des années 1920 (hyperinflation en Allemagne, crise économique mondiale de 1929) semblent indiquer que ce modèle est révolu989.

←202 | 203→

Cette vision des choses fait émerger, par exemple, le groupe X-Crise à Paris990 ou les idées planistes du « néo-socialisme » d’Henri de Man991. Les ouvrages de John Maynard Keynes proposent une approche révolutionnaire de la politique économique, en accordant une place importante à l’intervention de l’Etat et aux services publics. Les formations politiques inspirés par le libéralisme (radicaux en France, libéraux en Angleterre) se scindent en différents courants et perdent en influence.

Les années 1930 voient ainsi un renouveau de la pensée libérale basé sur différentes approches. D’abord un libéralisme « classique » renouvelé, profondément ancré dans les principes démocratiques et laissant une grande marge de manœuvre à l’individu. Ce courant soutient le développement des échanges internationaux, l’abolition des frontières, la constitution de coopérations internationales et européennes, mais accepte aussi les inégalités sociales. Il milite néanmoins en faveur de l’« éducation des masses », selon les principes des Lumières.

En revanche, le courant keynésien ou « néolibéral » (selon la terminologie des années 1930) est plus égalitaire et affiche la nécessité d’améliorer le niveau de vie de tous, afin que chacun puisse s’épanouir individuellement sans tomber dans des dépendances. Ces deux courants se reflètent dans le panel d’auteurs et les articles du Zukunft.

En 1937, l’ouvrage La Cité libre (The Good Society) du journaliste américain Walter Lippmann est à l’origine d’un grand débat sur le libéralisme, dont les principaux protagonistes se réunissent dans le cadre du « Colloque Walter Lippmann » à Paris du 28 au 30 août 1938992, peu de temps avant la parution du Zukunft. Ce colloque influencera toute la deuxième moitié du XXe siècle, en posant la problématique suivante : « Pourquoi le libéralisme, qui avait été le moteur de la grande révolution, ayant pour mission historique de découvrir la division du travail, n’a-t-il vraiment été ‘l’étoile polaire de l’esprit humain’ que jusque vers 1870 ? »993 .

←203 | 204→

Lippmann estime qu’après cette date, le libéralisme dût faire face à une double opposition : à droite, par une alliance des militaires et des politiciens visant à substituer l’autorité de l’État à celle du marché, et à gauche, par les idées socialistes, plus égalitaires, mais aussi étatistes que celles de droite. Devant ce dilemme, les « derniers libéraux », comme Herbert Spencer (1820–1903), n’auraient pas été à la hauteur994.

Le colloque réunit les plus grands noms des sciences économiques de l’époque, dont les émigrés autrichiens Friedrich von Hayek, Ludwig von Mises, Karl Polanyi et Stefan T. Possony995. José Castillejo, économiste espagnol en exil depuis 1936, ainsi que des émigrés allemands, tels que Wilhelm Röpke et Alexander Rüstow, y participent aussi

L’Ecole autrichienne (von Hayek et von Mises) défend un retour au libéralisme classique, pendant que les « néolibéraux » (keynésiens) de cette époque, tels que Röpke et Rüstow, militent en faveur d’une politique interventionniste de l’Etat pour réguler l’économie996. Mais les deux groupes ont des valeurs communes : les Droits de l’Homme, le respect de la liberté individuelle comme de la liberté économique, la coopération entre les peuples et le souhait de voir les frontières nationales abolies.

L’« interventionnisme libéral » de l’Etat peut aussi revêtir des éléments « directionnistes » ou « corporatistes »997, ce qui explique que certains fascistes italiens et autrichiens s’en réclament. Il ne faut pas oublier que ce type de régime est, tout comme la pensée de Keynes, le résultat du désarroi des populations européennes appauvries, qui ne trouvent plus leur compte dans l’ancien ordre libéral.

En ce qui concerne le Zukunft, plusieurs de ses auteurs participent au colloque, tels que Francesco Nitti, Jacques Chapelon ou Raymond Aron998. Ils se rangent du côté des keynésiens.

Les idées de Raymond Aron s’expriment dans un article du Zukunft sur la psychologie de masse, où il analyse les raisons socio-économiques qui transforment des individus ayant un certain esprit critique en une « masse » homogène obéissant à des émotions basiques. Il considère que ce moment est venu quand « la société ne leur laisse plus de place » et qu’ils n’ont plus d’espoir. A ce titre, il critique la défaillance des partis de gauche au moment de la crise économique en Allemagne999.

←204 | 205→

Pour Werner Thormann, Anna Siemsen ou Siegfried Marck, il est indispensable de conférer un rôle important à l’Etat dans le domaine économique afin d’éviter les travers du libéralisme et garantir une vie dans la dignité pour chaque individu. En outre, une planification au niveau européen aurait, selon eux, le mérite de rendre les pays interdépendants, d’éviter des futures crises économiques, et surtout d’ériger une barrière contre le nationalisme extrême et les velléités allemandes de domination du continent1000.

Les idées keynésiennes influencent aussi les cercles personnalistes. A côté d’Emmanuel Mounier, on trouve comme représentant de ce courant Daniel Villey, qui coopère avec lui au sein de la revue Esprit1001 et participe à l’UFA. Sa biographie est intéressante pour l’histoire intellectuelle, car il deviendra président de la société de Mont-Pèlerin après la guerre, qui préparera le tournant « néolibéral » dans notre définition actuelle.

Dans une certaine mesure, on peut ajouter au courant keynésien les radicaux de gauche qui ont participé aux gouvernements du « Front populaire », comme Edouard Herriot. Ils oscillent entre des restes du libéralisme d’avant-guerre et les nouvelles idées interventionnistes. Après la guerre, ils vont suivre les réformes décidées par le GPRF afin de mettre en place une économie mixte, avec un rôle important de l’Etat et de la planification.

Mais le groupe le plus emblématique pour l’évolution du libéralisme est, sans doute, les auteurs britanniques du Zukunft.

Le libéralisme « classique » est défendu par les auteurs les plus âgés, tels que Robert Cecil, David Davies et Norman Angell, mais aussi par des plus jeunes, tels que Violet Bonham-Carter1002 ou Emlyn Garner-Evans1003. Ils sont formés intellectuellement par l’industrialisation, le libéralisme économique et l’expansion de l’Empire britannique. Par conséquent, ils prônent un internationalisme sans limites et considèrent que seule la coopération entre peuples et le dépassement de l’Etat-nation peuvent mettre un terme au cercle vicieux des guerres et dictatures.

Violet Bonham-Carter, qui présidera le parti libéral de 1945 à 1947, joue un rôle important dans la vie intellectuelle anglaise. Elle essaie de redéfinir, comme ←205 | 206→d’autres auteurs du Zukunft, les liens entre l’individu et la démocratie1004. En tant qu’amie proche de Winston Churchill et adversaire décidée de la politique d’appeasement, elle fait partie du groupe qui le porte au pouvoir, à côté d’Anthony, Eden, Alfred Duff Cooper et Harold Macmillan1005.

Car les libéraux « classiques » sont parmi les premiers à reconnaître la menace des dictatures totalitaires, auxquelles ils sont diamétralement opposés par leurs valeurs. Emlyn Garner-Evans évoque par exemple dans un article pour le Zukunft la nécessité de remplacer Chamberlain par un « cabinet d’unité nationale » qui mettrait un terme à cette politique1006. Parmi les soutiens britanniques des Federal Fellowships et de la publication To morrow, on trouve des personnalités issues des trois grands partis, une illustration de cette idée, qui préfigure en quelque sorte le War Cabinet de Churchill1007.

Les libéraux militent aussi en faveur d’un système de sécurité collective renouvelé et doté d’une capacité d’intervention militaire afin de garantir la paix et le libre-échange, ce qui les rapproche une nouvelle fois de Churchill, qui définit le rôle de la New Commonwealth Society (NCS) – elle aussi liée au Zukunft – ainsi en 1937 : « Nous sommes l’une des seules associations pacifistes qui prônent l’usage de la force, d’une force écrasante, si possible, pour défendre le droit international »1008.

La défense de la « civilisation chrétienne », dans laquelle ils souhaitent intégrer les Etats-Unis, constitue aux yeux des libéraux la base de ce système. En revanche, ils restent très réservés à l’égard de l’Union soviétique, à l’exemple de Robert Cecil, qui considère « la lutte des classes, peu importe si ce sont les propriétaires terriens ou les travailleurs qui sont attaqués, comme la forme la plus insidieuse de désintégration nationale »1009. Selon lui, la Première Guerre mondiale aurait décrédibilisé l’ancien système politico-économique et créé un « vide qui devait être rempli pour éviter un nouveau désastre. La solution idéale aurait été la construction d’une coopération européenne basée sur la moralité chrétienne (…). Le Traité de Versailles a échoué de le faire »1010.

←206 | 207→

Certains auteurs libéraux de l’hebdomadaire ont rejoint dans les années 1920 et 1930 le parti travailliste, un phénomène qui s’explique par le réajustement de leurs idées.

La figure de proue de ces « transfuges » est sans doute Norman Angell, qui a rejoint ce parti dès 1919. Il en devient l’un des spécialistes en politique étrangère les plus écoutés, grâce à son ouvrage Les fruits de la victoire critiquant le traité de Versailles, comme Keynes1011.

Il prône, comme Raymond Aron, le développement de l’esprit critique grâce à l’éducation pour former des citoyens éclairés et indépendants, comme il l’explique dans ses ouvrages L’esprit public de 19261012 et Les assassins invisibles de 19321013. John Smith (le « Monsieur-tout-le-monde » anglais) aurait « crée lui-même les forces dont il est devenu la victime », et il faudrait l’éclairer sur ses travers : « Premièrement, le citoyen et électeur ordinaire doit mieux connaître sa propre nature, son attirance pour certaines folies, toujours récurrentes et toujours désastreuses ; deuxièmement, une meilleure connaissance de la nature des mécanismes sociaux est nécessaire, et troisièmement, la nature de la vérité doit éclater, grâce aux leçons tirées de faits constatés »1014.

Toujours dans cette volonté « éducative », il publie des ouvrages comme Préambule pour la Paix. Un Guide pour l’homme de la rue1015 en 1935, ou bien Les mystères de l’argent : Une explication pour débutants1016 en 1936. Son objectif est de mettre en garde contre les « minorités agissantes » qui imposeraient des vues nationalistes ou dictatoriales, en appelant à « des pulsions, des instincts humains profonds, des faits psychologiques que nous devons prendre en considération »1017.

Il analyse aussi de manière critique – comme Raymond Aron, Georges Duhamel ou Ludwig Marcuse – l’influence des médias modernes sur la société, la « civilisation de masse », qui entraverait la liberté individuelle1018. Pour y faire face, tout citoyen aurait « une obligation morale d’être intelligent »1019.

←207 | 208→

Mais ses prises de position reflètent aussi l’une des principales défaillances des intellectuels, car il crée un gouffre entre lui-même et le « citoyen ordinaire » qu’il souhaiterait « éduquer ». Il fait d’ailleurs paradoxalement ce reproche à Wilson dans son autobiographie : « L’impression principale que je gardais de lui était celle d’un éloignement des masses au nom desquelles il était convaincu de parler »1020

Et malgré son appartenance au parti travailliste, il reste sceptique face aux vertus de la nationalisation : « Les premiers fruits de la nationalisation des richesses sont la diminution, et non pas l’augmentation, de l’interdépendance économique des nations qui, par elle-même, constituerait, dans une certaine mesure, une limite mécanique à la guerre ». Il critique « le dogmatisme et l’arrogance » des intellectuels de gauche qui considèrent la guerre comme un résultat du capitalisme et le socialisme comme base de la paix1021.

Comme les autres auteurs libéraux du Zukunft, il plaide pour une grande alliance antifasciste afin de défendre la « civilisation » et le « christianisme », donc uniquement constituée de l’Europe occidentale et des Etats-Unis1022. L’alliance ne devrait inclure l’URSS que si celle-ci montrait un « comportement acceptable » dans les relations internationales1023.

Parmi les philosophes et écrivains d’inspiration libérale au sein du Zukunft, pourtant plus difficiles à « classer » que les hommes politiques, on peut citer Ludwig Marcuse, rédacteur de la rubrique littéraire. Il analyse la position difficile de l’individu face à la « masse » dans son article « Le solitaire » d’octobre 1938, révélateur de la ligne rédactionnelle de l’hebdomadaire. Il y attaque « les grandes croyances qui terrorisent l’individu (…) et proposent des schémas faciles à suivre », même dans le camp antifasciste, telles que « les trois grands idiomes allemands : le chrétien, le libéral et le matérialiste ». Ceux-ci feraient de leurs ennemis – les nazis – des « figures mythologiques (…) : l’ ‘Antéchrist’, le ‘Fou et le gangster’, ou ‘la dernière phase du haut capitalisme’ ». Ces idées dominantes de l’exil ne tiendraient pas vraiment compte de l’autonomie de l’individu, malgré leurs bonnes intentions : « Il faut insister sur la ‘dérive’ que l’on incarne, en tant qu’individu autonome. (…) L’histoire de l’esprit est une succession de ‘dérives’. La ‘dérive’ des grands élèves par rapport aux grands maîtres représente le progrès. (…) L’héroïsme est toujours le courage d’être ‘un solitaire’ »1024.

Comme pour Raymond Aron, cette autonomie représente un objectif à atteindre, au moyen d’« une contre-propagande » promouvant les valeurs ←208 | 209→individuelles en opposition aux idéologies totalitaires, mais aussi aux médias en général, qui construiraient les « masses »1025.

Aron et Marcuse rejoignent sur ces points Walter Lippmann, qui a étudié dans son ouvrage L’opinion publique de 19221026 la manipulation de la population par la « fabrique de consentement » qu’est la propagande. Celle-ci serait utilisée par les dictatures, mais aussi dans une certaine mesure par les démocraties pour formater l’opinion publique1027.

La question s’est souvent posé (et se pose encore) à quel courant politique on peut rattacher Thomas Mann. La recherche récente s’oriente plutôt vers une attitude d’« artiste esthète », qui ressentait un certain malaise quand il s’agissait d’aborder des questions politiques. Mais il l’a toujours considéré comme son devoir de s’opposer aux régimes totalitaires. Sa perception reste néanmoins influencée par les grandes personnalités artistiques, comme Goethe, Tolstoï, Schopenhauer, Nietzsche et Wagner. Il est aussi un admirateur – comme beaucoup d’auteurs du Zukunft, par ailleurs – de Franklin D. Roosevelt et du New Deal, inspiré par le keynésianisme. Mais ce ne sont pas autant les mesures sociales qui retiennent son attention, c’est plutôt la figure du « grand homme », et de l’« intervention d’en haut », par des esprits hors du commun, bénéfique pour le peuple.

Manfred Görtemaker cite, par exemple, le discours Le sort et la responsabilité1028 de Thomas Mann de 1943 où il se distancie de la vision de la démocratie « comme revendication égalitaire d’en bas » et lui oppose sa vision de celle-ci « en tant que bienveillance, justice et sympathie émanant ‘d’en haut’ ». Les réactions critiques du public lors de ce discours éveillent la colère de Mann, qui dénonce sa « naïveté sans bornes ». Dans son journal, il note : « L’idéalisme démocratique ? Est-ce que j’y crois vraiment ? Ou est-ce que je ne l’adopte pas seulement au niveau intellectuel, comme un rôle ? »1029.

Les idées de Thomas Mann ne sont pas très éloignées des libéraux anglais et de leur volonté d’« éduquer le peuple » par des intellectuels « éclairés ». On retrouve cette approche aussi dans le cadre des missions de « rééducation » en Allemagne après 1945, auxquelles des intellectuels émigrés, tels qu’Alfred Döblin et Fritz von Unruh, participeront.

←209 | 210→

On ne peut pas complètement nier cette approche, car nous constatons, avec le recul, que les interventions de ces personnalités hors du commun dans une Europe déchirée et appauvrie par la guerre après 1945 ont réellement apporté quelque chose aux « masses » avec lesquelles elles entretiennent une relation d’« amour-haine ».

3.3.2 Les conservateurs

Les « antimunichois » conservateurs anglais sont en général plus jeunes que les libéraux, ils ont participé à la Première Guerre mondiale et sont davantage influencés par le keynésianisme. Ils se montrent ouverts à une coopération européenne dans certains domaines, ce qui les rapproche des représentants des gauches, pendant que les libéraux misent plutôt sur une coopération à l’échelle mondiale dans le cadre d’une SDN réformée. Cette position implique un réexamen de la politique britannique à l’égard du continent, qui transparaît dans certains de leurs articles pour le Zukunft, mais deviendra surtout visible après la guerre.

Ils coopèrent avec les libéraux et les travaillistes au sein de la New Commonwealth Society (NCS). Winston Churchill est son président au moment de la parution du Zukunft, les vice-présidents sont, entre autres, Alfred Duff Cooper, Norman Angell et Clement Attlee1030. Elle réunit une centaine de députés au sein du Parlement britannique, dont Harold Macmillan, et est présente dans 50 pays du monde. On retrouve le même esprit interpartis au sein du Zukunft et dans sa revue partenaire, To morrow1031.

Les deux représentants les plus actifs des conservateurs au sein du Zukunft sont Alfred Duff Cooper et Harold Macmillan. Ils font partie des « Edenites » ou « Glamour Boys » – les soutiens de Churchill – avec Harold Nicolson (un autre auteur du Zukunft), qui s’opposent à toute forme de politique d’appeasement1032.

Alfred Duff Cooper connaît bien l’Allemagne suite à des visites au début des années 1930 où il a participé, entre autres, à un rassemblement à Nuremberg. Neville Chamberlain le nomme Premier Lord de l’Amirauté en mai 1937. Comme Anthony Eden, il pense que la politique britannique doit être moins indulgente envers l’Allemagne, mais aussi l’Italie fasciste, contrairement à la majorité de politiques britanniques. Mussolini est au gouvernement depuis 1922, il a signé les Accords de Locarno pour l’Italie, et il a fait plusieurs fois office de « médiateur » entre Hitler et les puissances occidentales. Mais les rebelles conservateurs considèrent désormais qu’il ne faut envisager aucun compromis avec lui. Duff Cooper ←210 | 211→démissionne du gouvernement en octobre 1938, suite aux Accords de Munich, qu’il dénonce devant la Chambre des Communes en affaiblissant ainsi le gouvernement Chamberlain.

Il analyse de manière clairvoyante le rôle de plus en plus important des Etats-Unis et de l’URSS au niveau géopolitique et nuance l’appréhension des conservateurs à l’égard des Soviétiques : « Si, en face du danger réel et terrible qui émane de l’Allemagne, tous nos efforts devaient être paralysés par l’épouvantail bolchévique (…) je serais proche du désespoir »1033.

Duff Cooper et Anthony Eden font partie des soutiens infaillibles de Churchill dans son ascension au gouvernement. Ce dernier est nommé Premier Lord de l’Amirauté en 1939 dans le cabinet d’unité nationale, toujours mené par Chamberlain, et Anthony Eden devient Ministre des Dominions. Duff Cooper, considéré comme le leader de la rébellion parmi les conservateurs, n’obtient rien. Il part aux Etats-Unis où il tient une série de conférences en faveur d’une politique interventionniste « pour défendre la civilisation contre la barbarie ». Des pacifistes américains, défenseurs de l’isolationnisme, manifestent contre ces conférences1034.

Dans le Zukunft, il appelle sur la Une du premier numéro à une révolte contre la dictature national-socialiste : « Le peuple anglais sent que le seul chemin possible pour éviter la guerre doit être emprunté avec son véritable allié : le peuple allemand. »

Il loue la parution du Zukunft : « Je me réjouis de voir paraître un journal de langue allemande à Paris, qui pourrait être en mesure de transmettre au peuple allemand les idées de cette partie du monde où la liberté de conscience est encore autorisée »1035.

Quelques pages plus loin, il défend « les mêmes droits pour tous, sans égard à l’origine ou la religion », les valeurs chrétiennes et le pacifisme, tout en soulignant « qu’il ne pourra jamais y avoir de la paix entre les peuples chrétiens et les nazis », et que « Chamberlain est allé beaucoup trop loin » dans sa volonté de conciliation1036.

Dans un article du 20 octobre 1939, il esquisse les « conditions de la paix » après la guerre, « une paix juste et équilibrée », mais qui éviterait aux Allemands « de tomber toujours dans les mêmes travers (…) des gouvernements qui les trainent toujours (…) dans les mêmes catastrophes ». Afin d’y parvenir, il suggère ce qui ressemble à la dénazification en 1945 : « Trouver avec des méthodes scientifiques le problème et découper la tumeur maligne », en partant du principe que les Allemands ne sont pas pires que les autres, mais qu’ils ont « une faiblesse : la ←211 | 212→croyance en des idéologies absurdes et la facilité avec laquelle ils acceptent les exactions contre certains groupes de la population ». Il les oppose aux Anglais et Français, « qui n’accepteraient pas ces exactions et démontreraient l’absurdité du nazisme et de son Führer ridicule »1037. Comme les libéraux, il semble être convaincu de la force de la démocratie anglaise et ne doute pas qu’elle gagnera la guerre – un point qui le rapproche de Churchill.

En juin 1939, il plaide pour un front uni des démocraties, « qui devraient rassembler les petits pays européens autour d’eux » pour mettre en place « un nouveau système de sécurité collective » afin de réaliser « l’Idée du comte Coudenhove-Kalergi : L’Europe est une unité. Faire un coup de force contre un seul peuple signifie de violer l’ensemble des pays européens »1038.

Son ami Harold Macmillan (1894–1986) est associé dans la maison d’édition familiale, Macmillan publishers, où sont publiés, entre autres, les ouvrages de John Maynard Keynes1039. Influencé par ce dernier, il défend – contrairement à la majorité du parti conservateur – une économie planifiée dont il trace les grandes lignes, mais aussi ses applications concrètes, dans son ouvrage La voie du milieu paru en 19361040.

Dans ce livre, il met en garde contre les dangers d`une dictature fasciste ou communiste qui plane sur l`ensemble de l`Europe si l’on ne remédie pas aux maux qui ont engendré la soi-disante « révolution conservatrice » d`Hitler ou le bolchevisme, à savoir les inégalités sociales et la misère d’une grande partie de la population.

Il trace les lignes de l`Etat-providence comme il sera mis en œuvre en Grande-Bretagne après la guerre, avec la nationalisation de certains secteurs de l`économie, mais aussi une place importante pour l’économie du marché, qu`il décrit comme « planification capitaliste » ou « auto-gouvernance industrielle ». Il revendique pour chaque citoyen « la garantie d`un standard de vie minimum irréductible », un « salaire minimum », « des allocations familiales », « la production et distribution de nourriture, des logements et de l`électricité »1041. Cette vision de l`économie correspond à celle de la plupart des auteurs du Zukunft.

La démission d’Alfred Duff Cooper relance son opposition à Munich1042. Il édite des pamphlets en février 1939 qui appellent à une position ferme de la ←212 | 213→Grande-Bretagne, quitte à risquer la guerre : Le prix de la paix et Les aspects économiques de la défense1043.

Ces ouvrages, qui soulignent l’effort financier énorme du « Troisième Reich » pour le réarmement, sont recensés dans le Zukunft en mars 1939. Avec les impôts, les charges sociales, les « dons » extorqués de la population pour différentes œuvres (« Winterhilfswerk », « Kraft durch Freude ») et les dépenses des entreprises publiques, Macmillan arrive à « plus de 2/3 du revenu national » prélevés par l’Etat. Le but de son ouvrage est, selon le Zukunft, de « réveiller les Anglais, qui aimeraient vivre en paix », ce qui semblerait de plus en plus irréaliste1044.

Il continue sur cette lancée le 24 mars 19391045, après l’annexion de la Tchéquie par les Allemands, qui représente à ses yeux « la dernière d’une succession de défaites pour les démocraties » et prédit que l’Allemagne va « essayer de neutraliser ses voisins à l’Est avant de mener la guerre à l’Ouest ». Il relève néanmoins le « manque de main-d’œuvre » en Allemagne, ce qui devrait conduire « à la recherche de travailleurs à l’étranger »1046. Mais contrairement aux spécialistes économiques émigrés comme Herbert Weichmann, Macmillan pense que le régime va résister à cette difficulté : « Je ne peux pas croire que ces leaders, qui ont, de manière habile et innovante, poussé l’économie dans ses dernières extrémités, l’ont mené à sa hauteur actuelle, la laisseraient s’effondrer au moment où ils ont le plus besoin d’elle. » Par conséquent, la seule solution résiderait en une organisation plus efficace de l’économie dans les démocraties, gérées par l’Etat, afin de contrer les efforts allemands.

C’est une nouvelle remise en question du libéralisme « classique ». Cette position deviendra encore plus visible dans le cadre de la planification économique pendant la guerre et des réformes économiques après 1945.

3.3.3 Les nationalistes

Dans ce groupe, il faut distinguer entre nationalistes français, liés à la République, et nationalistes allemands, qui viennent de formations beaucoup plus éloignés de la démocratie, comme le Parti national allemand (Deutschnationale Volkspartei/DNVP), ou même du NSDAP. Ces groupes sont moins présents dans les pages du Zukunft, mais les personnes qui s’expriment défendent des positions assez intéressantes, et on relève des liens amicaux avec les membres de la ←213 | 214→rédaction qui contribueront aussi à l’élaboration d’un nouveau consensus pour le monde après Hitler.

Le seul nationaliste français qui s’exprime est Henri de Kérillis, une personnalité très appréciée par les émigrés en général et Willi Münzenberg en particulier1047.

Kérillis s’intéresse à l’émigration allemande et écrit des articles pour plusieurs de ses publications, telles que la Liberté allemande (Deutsche Freiheit) de Max Braun1048, le Pariser Tageszeitung1049, La voie allemande (Der deutsche Weg), une publication « pour les catholiques germanophones de Hollande, contre le ‚renouveau‘ national-socialiste et bolchéviste »1050, ainsi que deux journaux de l’émigration sud-américaine, plutôt d’obédience communiste : L’Allemagne libre (Alemania libre) et le Journal d’Illimani (Rundschau von Illimani) en Bolivie, où Georges Duhamel, Thomas Mann, Jan Masaryk et Erich Honecker (avant son arrestation en 1935) publient également des articles1051. Il contribue aussi au Neues Tage-Buch de Leopold Schwarzschild, à l’image d’autres personnalités conservatrices en vue, comme Winston Churchill, le comte de Coudenhove-Kalergi ou Alfred Kerr, par exemple1052.

Sa biographie est intéressante, car elle montre les différentes motivations de l’antifascisme et, par conséquent, de la Résistance à partir de 1940, ainsi que les liens qui existent entre des personnes comme lui – conservatrices, issues de la vieille noblesse – et les émigrés, souvent d’origine juive, marginalisés au sein des pays d’accueil, et situés politiquement à gauche.

Grand voyageur, auteur de plusieurs ouvrages décrivant ses expériences à l’étranger, il devient directeur du service politique de L’Écho de Paris en 1934. Il critique régulièrement les communistes, tout en s’alarmant de la montée du nazisme en Allemagne. Mais en 1935, s’étant rendu à Moscou, il en rapporte un ouvrage très favorable à l’alliance franco-soviétique : Paris-Moscou en avion1053. Cette position le rapproche du Front populaire et aussi de la vision géostratégique de beaucoup d’auteurs émigrés au sein du Zukunft, entre autres. En 1936, il publie Français, voici la guerre, ainsi qu’un essai lucide et sombre en 1939, Laisserons-nous ←214 | 215→démembrer la France ?1054. Après le rachat de L’Écho de Paris, il joue un rôle déterminant dans la création du quotidien L’Époque, suspendu en 1940, qui fait l’objet d’éloges dans le Zukunft1055.

En octobre 1938, il est le seul député de droite à voter contre les Accords de Munich. Il déclare à cette occasion :

« Je sais bien qu’il y a parmi nous des hommes pénétrés de patriotisme qui espèrent que la France pourra vivre en paix, fière, libre, à côté de cette nouvelle et gigantesque Allemagne. (…) Non ! N’espérez pas ! L’Allemagne est insatiable devant les faibles ; l’Allemagne est impitoyable pour les faibles. L’Allemagne ne respecte que les forts et nous venons de lui montrer que nous ne l’étions pas ».

Le 11 novembre 1938, il répond au « Message au peuple allemand » de Duff Cooper dans les pages du Zukunft :

« J’ai lu, dans votre journal, la déclaration de Duff Cooper. Il est un nationaliste anglais, et moi, je soutiens le nationalisme français. Mais nos idées s’accordent complètement. L’Europe est aujourd’hui en face de l’une des menaces les plus graves de son histoire, et dont les conséquences nous sont inconnues. Elle est exposée au danger d’être soumise par la Prusse et, en même temps, d’être formée selon l’ordre social hitlérien. Les cercles nationaux et ceux qui soutiennent la liberté, tous ceux qui portent l’amour de leur patrie gravé dans leurs cœurs, peu importe à quelle nation ils appartiennent, doivent s’unir pour barrer le chemin à l’ennemi commun »1056.

Le 18 juin 1940, Kérillis s’enfuit en avion avec son frère Hervé à Londres1057. Il offre ses services au général de Gaulle, mais celui-ci n’est pas prêt à lui donner une fonction importante1058. Kérillis repart pour New York où il retrouve son amie Geneviève Tabouis et publie un ouvrage incisif et bien documenté sur la genèse du drame de 1940 : Français, voici la vérité1059. En 1942, il fonde avec Tabouis le journal francophone Pour la victoire. Très critique envers le maréchal Pétain et la collaboration, il est déchu de la nationalité française et condamné à mort par contumace. Son fils Alain (alias Richard Skinner), actif dans la Résistance, est capturé et exécuté par la Milice en juillet 19441060.

Les nationalistes allemands constituent une petite minorité parmi les émigrés. Ils se recrutent dans les cercles de l’ancien DNVP ou d’anciens nazis, tels que ←215 | 216→celui d’Otto Strasser, le « Front noir », qui participe activement à la discussion politique au sein de l’exil1061.

Dans le Zukunft, ce groupe est représenté par Hermann Rauschning, ancien membre du NSDAP et ancien président du Sénat de Dantzig, qui rompt avec Hitler suite aux évènements de 1933 et 1934. Il part en exil en Suisse, puis aux Etats-Unis. Son ouvrage La Révolution du nihilisme, publié à Zürich en 1938, et son recueil de Conversations avec Hitler rencontrent un grand succès en Europe et aux Etats-Unis1062.

C’est surtout son analyse du régime d’Hitler qui suscite beaucoup d’intérêt. Selon lui, le nazisme ne serait pas un régime « conservateur », ni l’aboutissement du capitalisme ou de la société bourgeoise, comme les intellectuels de gauche l’expliqueraient souvent, mais un mouvement nihiliste qui renverserait toutes les valeurs propres aux sociétés européennes.

Les conservateurs et la bourgeoisie européenne trouvent dans cette théorie des explications pour des phénomènes inexplicables de leur point de vue jusque-là. La défense ouverte de valeurs conservatrices lui gagne des sympathies auprès des gouvernements anglais et américain, ainsi qu’auprès d’un certain nombre d’émigrés et de la « German Labor Delegation » (GLD), la représentation du SPD aux Etats-Unis.

Il prédit que le nazisme, si cela pouvait servir à ses objectifs, « ferait une alliance avec le Kremlin ». Hitler jouerait, selon Rauschning, « la carte russe sans scrupules », ce qui n’empêcherait pas qu’« un autre jour, il chercherait à attaquer et partager la Russie pour s’en approprier une grande partie »1063.

Rauschning entretient des contacts avec l’ancien chancelier Heinrich Brüning, mais aussi avec l’« éminence grise » du Zukunft, Otto Katz, secrétaire de la GLD1064. Il fait partie du « conseil national » proposé par Münzenberg en 1939/1940, une tentative d’établir une sorte de gouvernement en exil1065.

Dans l’article « La méprise fatale » du Zukunft, il démonte l’image du national- socialisme en tant que « révolution conservatrice » :

Le ralliement de Rauschning à l’opposition antifasciste conduit à des éloges de la part d’autres émigrés, comme Max Beer dans sa recension de la Révolution du nihilisme. Il pense que ce livre est « nécessaire », qu’il aurait « mérité son succès » et le fait « que les élites dirigeantes en Angleterre et en France commencent à en parler ». Il le décrit comme « la critique la plus convaincante et la plus efficace » du national-socialisme.

En revanche, le libéral Ludwig Marcuse est beaucoup plus sceptique, mais trouve aussi des aspects positifs. Dans son article pour le Zukunft intitulé « Un renégat ouvre les yeux »1067, il cite Rauschning : « La fronde qui menace la dictature n’est pas une fronde monarchiste ou de la restauration, des travailleurs ou de la bourgeoisie, chrétienne ou patriotique, des jeunes ou des soldats, il s’agit d’une résistance éthique qui réunit tous ces différents groupes ». Marcuse loue en particulier la description minutieuse de l’opposition au sein de l’armée et dans les cercles conservateurs et monarchistes Mais il le taxe aussi de « réactionnaire » et l’attaque sur sa conception de la « sérénité » qui devrait être la base d’un gouvernement porté par l’élite, à l’image de l’état de Platon, selon Rauschning.1068.

Malgré ses défaillances, la vision conservatrice et nationaliste de Rauschning complète les angles de critique contre le national-socialisme et élargit le « front antifasciste » à de nouveaux cercles, aristocratiques et bourgeois, ce qui est le but du Zukunft.

L’ami d’Hermann Rauschning, Gottfried Treviranus, issu de la DNVP, a pris le chemin de l’exil en même temps que son mentor Heinrich Brüning. Ce trinôme est essentiel pour l’organisation politique de l’exil, et grâce à leurs relations avec ←217 | 218→les cercles dirigeants allemands, ils apportent des renseignements précieux sur la situation intérieure du pays. Treviranus dit dans une conférence de presse en Grande-Bretagne en février 1939 : « Hier, les Juifs furent les victimes, aujourd’hui c’est au tour de l’Eglise, et personne ne sait ce qui se passera demain »1069.

Le comité « Hommes en détresse » illustre la coopération entre représentants de différents courants politiques que nous avons présentés dans ce chapitre. Sa création est annoncée dans le Zukunft du 24 novembre 1939 :

« En été 1939 fut créé à Paris un comité d’aide, ‘Hommes en détresse’. Un grand nombre de personnalités allemandes connues l’a rejoint, parmi eux Alfred Döblin, Carl Emonts, E. J. Gumbel, Rosa Hilferding, Kurt Kersten, Otto Klepper, Arthur Koestler, Annette Kolb, Hubertus Prinz zu Löwenstein, Emil Ludwig, S. Marck, Walter Mehring, Willi Münzenberg, Walter Oettinghaus, Rudolf Olden, Alfred Polgar, Hermann Rauschning, Prof. Rheinstrom, Wolfgang Schuetz, Hugo Simon, Trude Simon, Prof. Eugen Spiro, Prof. Wilhelm Uhde, Frl. Uhde, Herbert Weichmann, Franz Werfel, Kurt Wolf, Hans W. von Zwehl et beaucoup d’autres »1070.

Dans l’historiographie, les évaluations du Zukunft en tant que tribune pour les grands courants politiques de l’époque divergent. Certains y voient « la dernière tentative sérieuse de surmonter les clivages au sein de l’exil » et louent le réseau multiforme de l’hebdomadaire1071, pendant que d’autres n’y voient qu’un « étalage » de différentes visions, qui « coexistent », mais n’arrivent pas à formuler un programme cohérent1072. Il s’agit par la suite d’examiner les arguments pour les deux positions au travers de la discussion intellectuelle dans les colonnes de l’hebdomadaire. Où peut-on déceler des positions bien définies et précises ? Quels aspects sont étudiés en profondeur, ou bien survolés ? Existe-t-il une sorte de consensus entre les différents courants ?

←218 | 219→

26 Voir, par exemple : Charnovitz, Steve, Les ONG : deux siècles et demi de mobilisation, dans : L’Économie politique, 2002/1 (N° 13), pp. 6–21. L’auteur distingue sept « cycles d’influence » des ONG : 1. Emergence (1750–1918), 2. Engagement (1919–1934), 3. Désengagement (1935–1944), 4. Institutionnalisation (1945–1949), 5. Sous-performance (1950–1971), 6. Intensification (1972–1991), 7. Accroissement du pouvoir (à partir de 1992). Le « désengagement » (cycle 3) correspond à la montée des régimes totalitaires. Pour les associations de Münzenberg, il commence en 1938 avec le démembrement du réseau sur ordre du Komintern.

27 Keller, p. 2

28 Pezet, Ernest, Chrétiens au service de la Cité : De Léon XIII au Sillon et au M.R.P., Nouvelles Editions Latines, Paris 1965, p. 20/21

29 http://www.marc-sangnier.com/biographie.html

30 Extrait d’un article de Marc Sangnier dans La Croix, en 1905.

31 Pezet, p. 38

32 Ibid., pp. 39–45

33 Pour l’histoire de la JR, voir : Boudon, Jacques-Olivier (dir.), La Jeune République de 1912 à nos jours, Actes de la journée d’études organisée par l’Institut Marc Sangnier et le Centre d’histoire du XIXe siècle le 28 septembre 2012, Honoré Champion, Paris 2017

34 http://www.marc-sangnier.com/biographie.html

35 Ibid.

36 Keller, pp. 3–4

37 Keller, Thomas, Du café du Dôme a la revue « Die Zukunft », p. 1

38 Les autres participants sont : Erich Klossowski, Julius Meier-Graefe, Wilhelm Herzog, Alfred Flechtheim, Otto et Erna Grautoff, Rudolf Levy, Oskar Moll, Walter Bondy, Hans Purrmann ainsi que Franz et Helen Hessel, les parents de Stéphane Hessel. Hessel, Stéphane, Danse avec le siècle, Seuil, Paris 1997

39 Die Brüder der Provence. NB : Les traductions de l’allemand et de l’anglais sont effectuées par l’auteur

40 Qui est lié au cercle du Zukunft car son fils Rafael épouse Margarete Thüring (Margarete Buber-Neumann), la sœur de Babette Gross, future compagne de Willi Münzenberg.

41 Pour rappeler ces racines, Helene Stöcker publiera un article sur Gustav Landauer à l’occasion du 20e anniversaire de sa mort, ZUK du 19/05/1939, p. 6

42 Grammont, Claudine, « Henri Matisse als ‘Herr Professor’ », dans : Expressionismus in Deutschland und Frankreich von Matisse bis zum Blauen Reiter, Prestel, München, 2014. Les peintres et sculpteurs allemands du Dôme, dont Eugen Spiro, sont des élèves de Matisse et/ou forment l’« Académie Matisse ». Keller, p. 6.

43 Hormis ces deux intellectuels, il cite André Gide, Paul Claudel, Charles Péguy, André Suarès et Henri Bergson. Friedmann, Wilhelm, Die französische Literatur im XX. Jahrhundert, Leipzig 1914.

44 Keller, p. 1

45 Curtius, Ernst-Robert, Die französische Kultur, L’Aube, Paris 1931, rééd. Paris 1995

46 Sieburg, Friedrich, Dieu est-il Français, traduit de l’allemand et suivi d’une Lettre sur la France de Bernard Grasset, Bernard Grasset, Paris 1930. Max Beer détournera le titre de son livre pour commenter la visite de Goering en France en 1938 : « Comme Dieu en France » (« Wie Gott in Frankreich »), ZUK du 18/12/1938, p. 2

47 Keller, p. 7. Ce sont surtout eux qui formeront la colonie allemande à Sanary et dans ses environs à partir de 1931. Keller, p. 1. Voir aussi : http://www.sanary.com

48 Les deux premiers publient des articles, le troisième soutient la rédaction et facilite l’accueil des émigrés.

49 Keller, p. 7

50 Chaigneau, Clémentine/Seidendorf, Stefan, Les relations franco-allemandes avant et après 1945, dans : Seidendorf, Stefan (dir.), Le modèle franco-allemand : les clés d’une paix perpétuelle ? Analyse des mécanismes de coopération, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2013, pp. 43–44

51 Stübling, Reiner, Salomon Grumbach – ein Elsässer in Frankfurt, dans : König, Fritz/Stübling, Reiner (dir.) : Gewerkschafter, Sozialdemokraten, Friedensfreunde in Frankfurt am Main 1900–1933, dipa-Verlag, Francfort/M. 1985, pp. 169–183

52 Weiss, Louise, Mémoires d’une Européenne, t.1, Payot/Albin Michel, Paris 1968, pp. 32–35

53 Bock, Hans-Manfred, Versöhnung oder Subversion ? Deutsch-französische Verständigungs-Organisationen und -Netzwerke in der Zwischenkriegszeit, Narr Verlag, Tübingen 2014, p. 36

54 Angell, Norman, Europe’s Optical Illusion, Simpkin, Marshall, Hamilton, Kent & Co., London 1910

55 Angell, Norman, The Great Illusion, G.P. Putman’s Sons, London/New York, 1911

56 Comme quatre autres auteurs du ZUK : Robert Cecil, Philip Noël-Baker, Léon Jouhaux et Ludwig Quidde.

57 Miller, J.D.B., Norman Angell and the Futility of War, The Macmillan Press Ltd., London, 1986, p. 35

58 Ibid., pp. 4, 27–29

59 Rudolf Breitscheid aura des contacts étroits avec le Zukunft, surtout avec Münzenberg, et Gustav Landauer une influence importante sur la formation intellectuelle de ses auteurs.

60 Wiesner, Herbert, Thomas Mann und Heinrich Mann. Bürgerliche Kultur und soziale Zivilisation, dans : Fassmann, Kurt (dir.), Die Großen, Bd. X, Zürich 1978, pp. 54–79, ici : pp. 61–63

61 Il devient connu grâce à son roman Le Dieu en argile (Der tönerne Gott) (1910) et fait partie de la scène intellectuelle munichoise. Les romans Vasantasena (1915), Le Roi et la danseuse (Der König und die Tänzerin, 1917) et Le Juif Süss (Jud Süß, 1917) sont également écrits pendant la Première Guerre mondiale.

62 Mann, Thomas, Gedanken im Kriege. Essai. Neue Rundschau, novembre 1914.

63 Strohmeyer, Armin, Annette Kolb. Dichterin zwischen den Völkern. Piper, München 2017, pp. 12–20

64 Kolb, Annette, Das Exemplar (1913), nouvelle édition : Nautilus, Hamburg 2011

65 Strohmeyer, pp. 108–109

66 Ibid., pp. 101–104

67 Dugrand, Alain/Laurent, Frédéric, Willi Münzenberg : artiste en révolution (1889–1940), Fayard, Paris 2008, p. 117. L’USPD réunit des figures du socialisme, comme Rosa Luxemburg, Karl Liebknecht, Rudolf Hilferding et même le réformiste Eduard Bernstein. Les futurs auteurs affiliés à l’USPD sont, par exemple, Siegfried Aufhäuser, Emil J. Gumbel, Peter Maslowski, Walter Oettinghaus, Anna, Hans et August Siemsen ou Ernst Toller.

68 Pezet, pp. 49–59

69 Ibid., p. 65

70 Ibid., p. 69

71 Juin, Guillaume, Romain Rolland dans le contexte suisse de la Grande Guerre, dans : Etudes des lettres 3/2012, Université de Lausanne, p. 2

72 Strohmeyer, p. 105

73 Leur correspondance dure de 1910 à 1940. 945 lettres ont été retrouvées. Brancy, Jean-Yves, Romain Rolland – Stefan Zweig. Correspondance 1910–1919, Albin Michel, Paris, 2014, pp. 23–26

74 Ibid., p. 91

75 Extrait du journal de Romain Rolland, cité dans : Bock, Versöhnung, p. 54

76 Tous deux feront partie de l’UFA et signeront des articles pour le Zukunft.

77 Bock, Versöhnung, pp. 54–55

78 Avant la guerre, il fut correspondant de différents journaux allemands à Paris (1910–14), puis du Wolff’sches Telegraphen-Bureau et du Journal de Cologne (Kölnische Zeitung) en Suisse. Sa vision va évidemment aussi dans le sens des intérêts allemands… « Max Beer », dans : Röder, Werner/Strauss, Herbert A., Bd.I, p. 45

79 Beer, Max, « Das Regenbogen-Buch »: Deutsches Weissbuch, österreichisch-ungarisches Rotbuch, englisches Blaubuch, französisches Gelbbuch, russisches Orangebuch, serbisches Blaubuch und belgisches Graubuch : Die europäischen Kriegsverhandlungen: Die massgebenden Dokumente chronologisch und sinngemäss zusammengestellt, übersetzt und erläutert von Dr. Max Beer. 2. Aufl., Ferd. Wyss, Bern 1915

80 Ibid., pp. 16–17

81 Ibid., p. 41

82 Ibid., pp. 45, 49

83 Ibid., p. 54

84 Dugrand/Laurent, pp. 61–67

85 Georg Schumann se distinguera dans la Résistance allemande jusqu’à son arrestation suite au 20 juillet 1944 (exécuté le 11 janvier 1945). Il fait partie des contacts souvent très anciens de Willi Münzenberg qui permettront au Zukunft d’obtenir des renseignements sur la situation en Allemagne. Ibid., pp. 52–55

86 Ibid., pp. 91–92. Le texte de Lénine, Les tâches de la social-démocratie révolutionnaire, rédigé le 24 août 1914, constitue la base de la IIIe Internationale. La condamnation des sociaux-démocrates reste le fil rouge de l’idéologie communiste. https://www.marxists.org/francais/lenin/works/1914/08/vil19140814.htm

87 Ibid., pp. 93–98. Ces pays fourniront une partie importante des auteurs du Zukunft.

88 Ibid., pp. 101–102

89 Ibid., pp. 110–11, 115

90 http://www.marxistsfr.org/glossary/people/w/i.htm#wilkinson-ellen. Pour le rôle d’Ellen Wilkinson : Gross, Babette, Willi Münzenberg : Eine politische Biographie. Schriftenreihe der Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, Nr. 14 und 15, Deutsche Verlags-Anstalt, Stuttgart 1967, p. 170

91 Parmi eux figure, entre autres, Ramsay MacDonald, premier ministre au moment des Accords de Locarno.

92 Le philosophe Bertrand Russel, un autre futur soutien des émigrés, rejoint l’UDC, mais s’implique, à partir de 1916, davantage dans le « No-conscription Fellowship » pour soutenir les objecteurs de conscience. Les deux associations s’expriment librement au Royaume-Uni. http://encyclopedia.1914-1918-online.net/article/pacifism

93 Miller, pp. 12–13. La Fondation Carnegie soutiendra plus tard des émigrés allemands comme Heinrich Brüning ou Hubertus Prinz zu Löwenstein, liés au Zukunft. Cecil, Robert, A Great Experiment, London 1941, pp. 356–357

94 Miller, p. 14

95 https://www.nobelprize.org/nobel_prizes/peace/laureates/1937/chelwood-bio.html

96 Paxton, Robert (dir.), L’Europe au XXe siècle, Éditions Tallandier, Paris 2011, p. 190

97 Guieu, Jean-Michel, « Pour la paix par la Société des Nations ». La laborieuse organisation d’un mouvement français de soutien à la Société des Nations (1915–1920), dans : Guerres mondiales et conflits contemporains 2006/2 (n° 222). PUF, Paris 2006, p. 20

98 Dutton, David. Austen Chamberlain : Gentleman in Politics. Transaction, New Brunswick 1985, p. 307

99 Miller, pp. 55–57

100 Keynes, John Maynard, The Economic Consequences of the Peace, Macmillan Ltd., London 1920

101 Thorpe, D.R., Supermac : The Life of Harold Macmillan, Chatto & Windus, London 2010, p. 18

102 Ernst Jäckh en est le président gestionnaire, il travaillera pour la NCS comme certains auteurs du Zukunft.

103 Friedrich Ebert, Philipp Scheidemann (SPD), Hugo Haase (USPD) en font partie, ainsi que d’autres hommes politiques du SPD, de l’USPD, du Parti libéral ou du Zentrum catholique. Guieu, p. 6

104 Guieu, p. 1

105 https://www.nobelprize.org/nobel_prizes/peace/laureates/1937/chelwood-bio.html

106 Thompson, Neville, The Anti-Appeasers : Conservative Opposition to Appeasement in the 1930s. Clarendon Press, Oxford 1971, p. 37

107 Douglas, R. M., The Labour Party, Nationalism and Internationalism, 1939–1951 : A New World Order. Routledge, London 2004, p. 27

108 L’« Association Française pour la SDN » (AFSDN), la « Ligue pour l’organisation de la Société des Nations » et la « Société de l’État-Pax », l’APD, la SFAN, la LIPL (pacifisme juridique), la fondation Carnegie Europe et la section française de la Conciliation internationale. Ibid., pp. 33–34

109 Par exemple : Willi Münzenberg, Irmgard Enderle, Peter Maslowski ou Albert Schreiner. Koestler, Arthur, Die Geheimschrift, pp. 212–213

110 Jeske/Zahn, pp. 71–79

111 Ibid., pp. 80–81. Voir aussi : Modick, Klaus, Sunset, Piper Verlag GmbH, München 2012, pp. 34–43. Ce roman, basé sur une recherche documentaire approfondie, a comme sujet l’amitié entre Feuchtwanger et Brecht.

112 Jeske/Zahn, pp. 94–95 et Modick, Sunset

113 Il est à l’origine d’une loi de probabilité, la Loi de Gumbel.

114 Gumbel, Emil J., Vier Jahre politischer Mord. Verlag der neuen Gesellschaft, Berlin-Fichtenau 1922. La réédition de 1927 est préfacée par Albert Einstein. Selon Gumbel, durant les quatre premières années de la République de Weimar, 354 meurtres politiques furent perpétrés par l’extrême-droite, contre 22 par la gauche radicale. Les peines auraient été inversement proportionnelles : pour l’extrême-droite, une condamnation à perpétuité, 90 ans et 2 mois de prison ; pour la gauche, 10 condamnations à mort, trois condamnations à perpétuité, 248 ans et 5 mois de prison. Il en tire la conclusion que « la justice est borgne et ne voit que de son œil gauche ». Lion Feuchtwanger reprend ces chiffres dans son roman Succès (Erfolg), paru en 1924. Jeske/Zahn, p. 98

115 Bock, Versöhnung, p. 57

116 Ibid., p. 61. Voir aussi : http://www.marc-sangnier.com/biographie.html

117 Bock, Versöhnung, p. 35

118 Ibid., p. 57

119 Ibid., p. 47. Pour la correspondance de la rédaction du Zukunft avec Ludwig Quidde : AN F/7/15124. Voir aussi : Reinheimer, Max, « Gruss an Ludwig Quidde » (« Salut à Ludwig Quidde »), ZUK du 14/04/1939, p. 11

120 Gumbel travaille, comme beaucoup de sociologues, pendant un an à l’Institut Marx-Engels de Moscou (1925/26), puis à l’Institut de sociologie de Francfort de 1929 à 1932 jusqu’à l’obtention d’une chaire de professeur titulaire à l’Université d’Heidelberg. Il est expulsé en raison de ses positions pacifistes et antinazies peu de temps après, avant la prise de pouvoir d’Hitler. Il part à Paris, où il rencontre Émile Borel et Maurice Fréchet qui le placent à l’Institut Henri Poincaré, puis à l’Université de Lyon. Strauss/Röder, International Biographical Dictionary, vol. II/Part 1 : A–K, pp. 434-–435

121 Ibid., pp. 38–39 et p. 50. La campagne pour sa libération et pour l’attribution du Prix Nobel – qu’il obtient en 1936 sans pouvoir se rendre en Suède – occupe une grande partie de l’exil jusqu’à sa mort en camp de concentration. Willy Brandt l’organise à partir de la Norvège en coopération avec les autres membres de la DLM, dont les auteurs du Zukunft. Brandt, Willy, Die Nobelpreiskampagne für Carl von Ossietzky : mit den Briefen an Konrad Reisner und Hilde Walter. Oldenburger Universitätsreden Nr. 20, Universität Oldenburg 1988

122 Bock, Versöhnung, pp. 40–41

123 http://www.marc-sangnier.com/biographie.html

124 Pezet, p. 101

125 Le PPI, après avoir collaboré avec Mussolini en 1922, est dissout en 1926. Ses membres prennent le chemin de l’exil, comme Don Luigi Sturzo, ou sont condamnés à des peines de prison, comme Alcide de Gasperi. Delbreil, Jean-Claude, Centrisme et Démocratie-chrétienne en France. Le Parti démocrate populaire des origines au MRP 1919–1944. Presses de la Sorbonne, Paris 2000, p. 77

126 Ibid., p. 78

127 Bock, Versöhnung, p. 35

128 L’Institut de sociologie, qui fera émerger l’Ecole de Francfort après 1945, est créé en 1923 sur l’initiative de la bourgeoisie juive progressiste de cette ville. Parmi ses élèves, on compte Max Adler, Otto Bauer, Karl Renner et Rudolf Hilferding. Buckmiller, Michael, Die « Marxistische Arbeitswoche » 1923 und die Gründung des « Instituts für Sozialforschung », dans : Van Reijen, Willem/Schmid Noerr Gunzelin (dir.), Grand Hotel Abgrund. Eine Photobiographie der Frankfurter Schule. Junius, Hamburg 1988, pp. 141–145

129 Gottfried Salomon appartient à l’équipe fondatrice et y enseigne jusqu’en 1931. Il avait écrit sa thèse sous la direction de Georg Simmel, qui a aussi influencé Raymond Aron et Ludwig Marcuse, et travaillé comme assistant de Karl Mannheim. Paul Tillich est également professeur à l’Institut de sociologie, il jouera un rôle important dans la représentation des émigrés aux Etats-Unis, avec Siegfried Marck. Gottfried Salomon part en 1931 à la Sorbonne, où il rencontre Edmond Vermeil. Toutes ces personnes sauf Tillich contribueront au Zukunft. Wittebur, Clemens, Die deutsche Soziologie im Exil (Karl Mannheim : pp. 40–41, Gottfried Salomon : pp. 50–51, Norbert Elias : pp. 77–78 ; Gruson, Pascale, Edmond Vermeil (1878–1964), dans : Espagne, Michel et Werner, Michael (dir.), Histoire des études germaniques en France (1900–1970), CNRS, Paris 1994, pp. 171–193. Après le départ de ses membres en exil, l’Institut de sociologie crée d’abord une filiale à l’ENS, puis déménage aux Etats-Unis, car ses membres n’obtiennent pas de permis de séjour en France. Wittebur, pp. 152–160

130 Schivelbusch, Wolfgang, Intellektuellendämmerung. Zur Lage der Frankfurter Intelligenz in den zwanziger Jahren, Insel, Frankfurt/M. 1982, pp. 53–76

131 Le rédacteur en chef du Vossische Zeitung, Georg Bernhard, un ami de Willi Münzenberg, contribuera au Zukunft, ainsi qu’un grand nombre des intellectuels qui publient dans le Vossische ou le Frankfurter Zeitung (Alfred Döblin, Lion Feuchtwanger, Hermann Kesten, Thomas et Heinrich Mann, Joseph Roth, Helen Stöcker, Fritz von Unruh, Arnold Zweig et Stefan Zweig). Apfel, Karl, In den zwanziger Jahren, Erinnerungen an die Frankfurter Zeitung, dans : Archiv für Frankfurts Geschichte und Kunst 55 (1976), pp. 235–253. Herbert Weichmann et Max Cohen-Reuß (Emmanuel Cohen) y travaillent comme experts en économie. Ego, Anneliese, Herbert und Elsbeth Weichmann. Gelebte Geschichte 1896–1948. Christians, Hamburg 1998, pp. 129–133. Ludwig Marcuse et Hermann Steinhausen (Eugen Gürster) sont co-responsables de la rubrique culturelle de ce journal. Werner Thormann est amené à les croiser, car il tient cette rubrique au sein du Rhein-Mainische Volkszeitung. Ludwig Marcuse se crée un réseau d’amitiés à Francfort qui se perpétuera dans les pages du Zukunft et qui comprend, entre autres, Joseph Roth, Oskar Maria Graf, Fritz von Unruh et Alwin Kronacher (réalisateur en chef du théâtre de Francfort depuis 1929). Marcuse, Ludwig, Mein zwanzigstes Jahrhundert, Diogenes Verlag, Zürich 1975, pp. 85–94, 115–116 et 250–251. Willi Münzenberg côtoie très probablement les personnes installées dans cette ville, car il est député communiste d’une circonscription près de Francfort de 1924 à 1932.

132 Prevot, Dominique, Le XXe siècle : le siècle des illusions, Ellipses, Paris 2001, p. 203.

133 « Max Beer », dans : Röder, Werner et Strauss, Herbert A., Biographische Handbuch, Bd. I, p. 45

134 Baechler, Christian, L’Allemagne de Weimar 1919 – 1933, Fayard, Paris 2007, p. 267. Un article du Times retrace l’euphorie des participants : « Austen Chamberlain, le ministre des Affaires étrangères britannique, tremblait et pleurait de joie, de même que le ministre des Affaires Étrangères français, Aristide Briand. Benito Mussolini baisa la main de Mme Chamberlain. La fanfare jouait. Toute la foule assemblée sur la place dansait ». Cité dans : Jacobsohn, John, Locarno Diplomacy : Germany and the West, 1925–1929, Princeton, NJ 1972, p. 60.

135 Schuker, Stephen, The End of Versailles, dans : Martel, Gordon (dir.), The Origins of the Second World War Reconsidered : A.J.P. Taylor and the Historians, Routledge, London, 1999, pp. 48–49

136 A côté de Winston Churchill, Léo Amery et Richard Keyes. Havighurst, Alfred F., Britain in Transition : The Twentieth Century. University of Chicago Press, 1985, p. 252. Anthony Eden, Alfred Duff Cooper et Harold Macmillan, qui écriront pour le Zukunft, font aussi partie des anti-appeasement et anti-munichois.

137 Edgar Stern-Rubarth mettra en lumière leur rôle dans son ouvrage Three Men Tried. Briand, Stresemann, Austin Chamberlain and the Making of the Locarno Treaty. Duckworth, London, 1939.

138 Touchard, Patrice (dir.), Le siècle des excès de 1880 à nos jours, Éditions PUF, Paris, 1992, p. 123.

139 Son fils, Renaud de Jouvenel, contribuera à l’hebdomadaire.

140 Guieu, Jean-Michel, Les Allemands et la Société des Nations (1914–1926), dans : Cahiers du SIRICE N° 8, Actes de la journée d’études du 15 janvier 2010, Histoire des idées allemandes, Université Paris Sorbonne (Paris IV), 2010, p. 15

141 Ibid., p. 16. On en retiendra surtout la fameuse formule : « Arrière les fusils, les mitrailleuses, les canons ! Place à la conciliation, à l’arbitrage, à la paix ! »

142 Ibid.

143 Interview de Raymond Aron par Anne Sinclair le 5 août 1981, http://www.ina.fr/video/I15257617

144 Blaise, Ronan, Richard Coudenhove-Kalergi et la « Pan-Europe », Le Taurillon du 10 août 2012, https://www.taurillon.org (consulté le 3 février 2019)

145 Ibid. Les futurs auteurs du Zukunft sont : Edouard Herriot, Edvard Beneš, Francesco Nitti et Carlo Sforza.

146 Ibid. Pour les frères Mann, voir : Sprecher, Thomas/Wimmer, Ruprecht (dir.), Thomas-Mann-Jahrbuch Nr. 20 (2007), pp. 80–81

147 Von deutscher Republik. Dans ce discours à l’occasion du 60e anniversaire de Gerhart Hauptmann, il dit que « Démocratie et humanisme sont un (…) et comme l’homme doit suivre les principes de l’humanisme, il doit atteindre à un vivre-ensemble démocratique ». Sprecher/Wimmer, pp. 83–84

148 Sozialdemokratische Partei Deutschlands, Das Heidelberger Programm, https://www.marxists.org

149 Il partira en exil à Prague en 1933, puis à Paris en 1938, où il participera au Zukunft. En 1940, il émigrera aux Etats-Unis. Strauss/Röder, Bd. I, p. 724

150 Schöler, Uli, Totalitarismustheoretische Ansätze bei Alexander Schifrin : Ein Grenzgänger zwischen russischer und deutscher Sozialdemokratie, dans : Schmeitzner, Mike (dir.), Totalitarismuskritik von links : Deutsche Diskurse im 20. Jahrhundert, Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen 2007, p. 69

151 Ibid., pp. 69–72

152 Bock, Versöhnung, p. 29. A noter aussi le rôle des fondations américaines Carnegie et Rockefeller.

153 Ibid., pp. 29–30. Viénot interviendra en faveur des émigrés au Quai d’Orsay à partir de 1934.

154 Müller, Guido, Pierre Viénot et le Bureau berlinois du Comité d’études franco-allemand, dans : Bock, Manfred et Krebs, Gilbert (dir.), Echanges culturels et relations diplomatiques. Présences françaises à Berlin au temps de la République de Weimar, Presses de la Sorbonne nouvelle, Paris 2004, pp. 51–68, ici : p. 51

155 Strohmeyer, pp. 203 et 208.

156 Müller, p. 59

157 Bock, Hans-Manfred, Otto Grautoff et la Société Franco-Allemande de Berlin, dans : Bock/Krebs, p. 69

158 Ibid., p. 77

159 Ibid., pp. 82–84

160 Müller, pp. 54–55

161 Bock, Otto Grautoff, pp. 85–87

162 https://pegasusdata.com/2012/05/28/analyse-de-reseau-et-methode-quantitative-en-histoire/

163 Müller, pp. 54–55

164 Ibid., p. 61

165 Ibid., pp. 54–55.

166 Bock, Hans-Manfred, Transaction, transfert, et constitution de réseaux, dans : Bock/Krebs, p. 29

167 Bock, Versöhnung, p. 87

168 Ibid., p. 86

169 Winkler, Evelyne, Louise Weiss : Une journaliste-voyageuse, au cœur de la construction européenne, L’Harmattan, Paris 2017, p. 43

170 Ibid., pp. 20–22, 45–46

171 Reich, Charles, Louise WEISS (1893 – 1983), dans : http://judaisme.sdv.fr/perso/lweiss/lweiss.htm

172 Léon Blum et Georges Bonnet intègrent l’UFA et échangent régulièrement avec la rédaction du Zukunft. Edouard Herriot fait partie de l’UFA et écrit des articles pour l’hebdomadaire.

173 Bock, Versöhnung, p. 485

174 Pezet, pp. 110–112. Les pays représentés sont : Allemagne, Autriche, France, Belgique, Hongrie, Italie, Lituanie, Luxembourg, Pologne, Suisse, Tchécoslovaquie, Yougoslavie. L’Espagne, la Roumanie et l’Irlande travaillent en coopération avec le S.I.

175 Ibid., p. 112

176 Ibid., pp. 114–115 avec reproduction de l’annonce de la réception à la mairie de Cologne lors du Congrès

177 Verhandlungen des Reichstags. Stenographische Berichte. I. Wahlperiode 1920. Bd. 356. Berlin 1922, pp. 8054–8058.

178 Löwenstein, Hubertus Prinz zu, Botschafter ohne Auftrag, Droste Verlag, Düsseldorf 1972, pp. 75–81 et Pufendorf, Astrid, Mut zur Utopie : Otto Klepper : Ein Mensch zwischen den Zeiten, Societäts-Verlag, Frankfurt 2015, pp. 96–111

179 Ziemann, Benjamin, Die Zukunft der Republik ? Das Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold 1924–1933. Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn 2011, pp. 21–23

180 Richard Albrecht, « Symbolkampf in Deutschland 1932 : Sergej Tschachotin und der Symbolkrieg der drei Pfeile gegen den Nationalsozialismus », Internationale wissenschaftliche Korrespondenz zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung, vol. 22, n° 4, 1986, pp. 498–533.

181 Deutsches Exilarchiv, Nachlass Werner E. Thormann (NL 114 EB 97/145 A.01.0030), Dossier Nr. 2, Abhandlung über die Gründung der Republikanischen Union in der Zentrumspartei

182 Bock, Versöhnung, p. 427

183 AN F/7/15123, Korrespondenz A–L et F/7/15124, Korrepondenz M–Z.

184 Deutsches Exilarchiv, NL 114 EB 97/145 A.01.0030 (Nachlass Werner E. Thormann), Dossier Nr. 2

185 http://www.aber.ac.uk/en/interpol/about/history/

186 « Max Beer », dans : Röder, Werner/Strauss, Herbert A., Bd.I, p. 45. Il travaillera pour la « New School of Social Research », crée en 1919 par des émigrés allemands selon le modèle des écoles européennes comme l’« École Libre des Sciences Politiques » (Paris) et la « London School of Economics » (LSE). En 1933, la « new School »crée l’« University in Exile » qui accueille plusieurs centaines d’enseignants-chercheurs émigrés européens. https://www.newschool.edu/about/history/. Max Beer collaborera aussi avec les revues France-Amérique et Reconstruction (Aufbau) de Manfred George.

187 « Georg Bernhard », dans : Röder, Werner/Strauss, Herbert A., Bd.I, p. 58

188 ZUK du 27/01/1939, p. 2

189 « Ma réponse à Hitler » (« Meine Antwort auf Hitler »), ZUK du 12/05/1939, p. 3

190 « Les préparatifs continuent pour l’annexion de Dantzig », L’Œuvre du 12/05/1939, p. 3

191 L’Œuvre, 04/05/1939, p. 1, sur : http://gallica.BnF.fr

192 http://www.strasbourg-europe.eu/louise-weiss,35628,fr.html.

193 BNF, NAF 17814 : Louise Weiss, Correspondance relative aux conférences de l’Ecole de la Paix, 1930–1934. Il s’agit de : Pierre Comert, Edouard Herriot, Pierre Cot, Georges Bonnet, Pierre Viénot, Gaston Palewski, Léon Blum, Otto Bauer, H.G. Wells, Georges Duhamel, Emmanuel Mounier, Jules Romains et Léon Jouhaux.

194 Hormis les précités, on trouve Otto Bauer, Rudolf Breitscheid ou Stefan Osusky (ministre plénipotentiaire de Tchécoslovaquie à Paris de 1921 à 1940). Mais des soutiens d’Hitler, comme Friedrich Sieburg, ou de Mussolini, comme Giuseppe Volpi di Misurat, y participent également.

195 Debré, Jean-Louis et Bochenek, Valérie, Ces femmes qui ont réveillé la France, Arthème Fayard, Paris 2013, pp. 274–280

196 ZUK du 27/01/1939, p. 3

197 Weiss, Louise : « Appel aux femmes allemandes » (« Appel an die deutschen Frauen »), ZUK du 20/10/1939, p. 3, puis : « Second appel aux femmes allemandes » (« Zweiter Appel an die deutschen Frauen »), ZUK du 10/11/1939, p. 7

198 Strohmeyer, pp. 183–188

199 Ibid., pp. 193–194

200 Wagner, Frank Dietrich, Appell an die Vernunft. Thomas Manns Deutsche Ansprache und Arnolt Bronnens nationale Attacke im Krisenjahr 1930, dans : Thomas-Mann-Jahrbuch N° 13 (2000), pp. 53–65.

201 Reich-Ranicki, Marcel, Thomas Mann und die Seinen. Fischer, Frankfurt/M. 1987, pp. 185–188

202 « Joseph Paul-Boncour », dans : Jolly, Jean (dir.), Dictionnaire des parlementaires français (1889–1940), PUF, Paris 1960

203 124 avions civils et militaires furent livrés au cours du second semestre 1936. Jean Moulin prit une part active à cette assistance. Cot, Pierre, « Témoignage. Ce que fut la ‘non-intervention relâchée’ », Le Monde, 21 novembre 1975

204 Mazuy, Rachel, Le Rassemblement Universel pour la Paix (1935–1939) : une organisation de masse ? dans : Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 30, 1993, pp. 40–44, ici : p. 40

205 Ces attaques ont été réitérées à partir de 1992 par le journaliste Thierry Wolton, affirmant que Jean Moulin, son ancien directeur de cabinet et l’un de ses meilleurs amis, aurait été lui-même secrètement inféodé à l’URSS. Wolton, Thierry, Le grand recrutement, Bernard Grasset, Paris 1993.

206 Dugrand/Laurent, Willi Münzenberg, pp. 103–104

207 Otto W. Kuusinen l’a utilisée lors de la sixième conférence de l’ECCI à Moscou (17/02–15/03/1926), Petersson, Fredrik, International Communism and Transnational Solidarity, Koninklijke Brill NV, Leiden 2017, p. 204.

208 Voir p.ex. les nombreuses publications de Bayerlein, Bernhard H., membre de la commission historique germano-russe, comme par exemple : Deutschland-Russland-Komintern (1918–1943), 2 vols. De Gruyter, Boston/Berlin 2014, « Der Verräter, Stalin, bist Du ! » – Vom Ende der linken Solidarität 1939–1941, Aufbau Verlag, Berlin 2008, et : Georgi Dimitroff. Tagebücher 1933–1943. 2 vols. Berlin, Aufbau, 2000. La biographie d’Heinrich Mann écrite par Manfred Flügge s’appuie sur les mêmes archives : Flügge, Manfred, Heinrich Mann: Eine Biographie, Rowohlt, Reinbek 2006. Voir aussi : Kemper, Dirk, Heinrich Mann und Walter Ulbricht : Das Scheitern der Volksfront, Wilhelm Fink, Konstanz 2012, et : Langkau-Alex, Ursula, Deutsche Volksfront 1932–1939, Bd. 1–3, Akademie-Verlag, Berlin 2004.

209 Mannoni, pp. 83–84

210 Koestler, Geheimschrift, pp. 187–191

211 Sander, Gabriele, Alfred Döblin. Stuttgart 2001, p. 55–56.

212 Ils ont aussi d’autres amis qui prendront un chemin différent, comme Johannes R. Becher, futur ministre de la Culture en RDA ou Erich Weinert, futur président du « Comité national de l’Allemagne libre ». Koestler, Geheimschrift, p. 117

213 Mannoni, p. 112.

214 Koestler, Geheimschrift, pp. 113–114

215 Axel Weissberg a été embauché par l’URSS en raison de sa grande renommée scientifique.

216 Ibid., p. 121

217 Ibid., pp. 318–326

218 Dugrand/Laurent, p. 124

219 Le journal fut fondé en 1704, l’un des auteurs et des propriétaires fut Gotthold Ephraim Lessing : Kuhn, Jörg, Frau Münzdirektor M. F. Lessing geborene Voß und die Geschichte einer Grabplatte auf dem Südwestkirchhof Stahnsdorf. In : Der Bär von Berlin 55. Folge, 2006, pp. 55–67

220 L’année 1848 sera d’ailleurs très présente dans les pages du Zukunft. Voir p.ex. les éditions du 03/03/1939 (anniversaire de la révolution) et du 17/03/1939.

221 Dont un grand nombre de futurs auteurs du Zukunft. Le journal est fermé définitivement en 1934 par son propriétaire Ullstein, après 230 années d’existence, car la plupart des journalistes sont en exil ou en prison. La maison d’édition est « aryanisée » peu après. Bender, Klaus, Die Vossische Zeitung, dans : Fischer, Heinz-Dietrich (dir.), Deutsche Zeitungen des 17. bis 20. Jahrhunderts. Verlag Dokumentation, Pullach 1972, pp. 25–40

222 Schröder, Peer, Kurt Kersten – Historiker und Schriftsteller, dans : Schüler, Gideon (dir.), Zwischen Unruhe und Ordnung. Ein deutsches Lesebuch für die Zeit von 1925 bis 1960 am Beispiel einer Region : Mittelhessen. Gießen 1989, pp. 10–19

223 Gross, pp. 233–234

224 Témoignage de Kurt Kersten dans : Das Wort. Literarische Monatsschrift. Redaktion Bertolt Brecht, Lion Feuchtwanger, Willi Bredel, April – Mai 1937, Heft 4 – 5, p. 175

225 Sander, Gabriele, Alfred Döblin, Reclam, Stuttgart, 2001, pp. 55–56

226 Ses romans les plus connus sont Joseph cherche la liberté (Josef sucht die Freiheit), Des hommes heureux (Glückliche Menschen), Un homme en débauche (Ein ausschweifender Mensch) et Le charlatan (Der Scharlatan). Wagener, Hans, Mit Vernunft und Humanität. Hermann Kestens sachliche Denkspiele in seinen ‚Josef’-Romanen, dans : Becker, Sabina/Weiss, Christoph (dir.), Neue Sachlichkeit im Roman. Neue Interpretationen zum Roman der Weimarer Republik. Metzler, Stuttgart 1995. pp. 49–68.

227 Zmegac, Viktor (dir.), Geschichte der deutschen Literatur vom 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart, Bd. III/1 (1918–1945), 2e éd., Beltz Athenäum Verlag, Weinheim 1994, pp. 147–148

228 Berthold, Werner/Eckert, Britta, Deutsche Intellektuelle im Exil : Ihre Akademie und die « American Guild for German Cultural Freedom » : Eine Ausstellung des Deutschen Exilarchivs Frankfurt am Main, K.G. Saur, München/London/New York/Paris 1993, pp. 26–27, p. 81, pp. 115–116

229 En France, Raymond Aron, Jean-Paul Sartre et Emmanuel Mounier font partie de cette génération, entre autres. Elle a marqué l’histoire intellectuelle du XXe siècle, mais aussi ses querelles idéologiques (à l’exemple des « trois mousquetaires » Aron, Sartre et Nizan…).

230 Margarete Buber-Neumann parle comme l’une des premières de ces « organisations de camouflage » (« Tarnorganisationen »). Buber-Neumann, Kriegsschauplätze der Weltrevolution : ein Bericht aus der Praxis der Komintern 1919–1943, Seewald, Stuttgart-Degerloch 1967, pp. 304–305

231 Ibid., p. 260

232 Koestler, Arthur, Die Geheimschrift, Kurt Desch, München/Wien/Basel 1954, p. 213

233 Dugrand/Laurent, p. 192

234 Gross, p. 83

235 Ibid., pp. 105–106

236 Buber-Neumann, Margarete, Kriegsschauplätze, p. 55

237 Dugrand/Laurent., pp. 207–208

238 Ibid., p. 215

239 En allemand : « Internationale Arbeiterhilfe »/IAH. Nous utiliserons le sigle français.

240 Ibid., pp. 209–215

241 McMeekin, Sean, The Red Millionaire. A political biography of Willi Münzenberg, Moscow’s secret propaganda tsar in the West, New Haven & London, Yale University Press 2003, pp. 135–138

242 Gross, pp. 151–152

243 Dugrand/Laurent, pp. 243–244

244 Nelles, Dieter, Widerstand und internationale Solidarität : Die Internationale Transportarbeiter-Föderation (ITF) im Widerstand gegen den Nationalsozialismus, Klartext, Essen, 2001, pp. 298–299

245 Voir chapitre II.2.2.

246 Dugrand/Laurent, p. 218–219, Gross p. 148

247 McMeekin, pp. 296,–297, 301

248 Dugrand/Laurent, p. 585. Le premier volume parait en même temps (1949) en France et en Allemagne.

249 Dugrand/Laurent, pp. 213–216

250 Gross, pp. 150–151

251 Koestler, p. 214

252 Gross, p. 170

253 Dugrand/Laurent, p. 273

254 Gross, pp. 156–157, 159

255 Dugrand/Laurent, p. 247

256 Ibid., p. 250

257 Bortolotti, Franca Pieroni Francesco Misiano, Vita di un internazionalista, Editori Riuniti, Rome 1972

258 Dugrand/Laurent, pp. 250–252

259 Ibid., pp. 253–255

260 Toeplitz, Jerzy, Geschichte des Films. Band 1 1895–1933, Rogner und Bernhard, Zweitausendeins, München 1983, pp. 440–449

261 Gross, p. 197

262 Ibid., p. 257. Voir aussi : Haikal, Mustafa, Willi Münzenberg et la Ligue contre l’impérialisme et pour l’indépendance nationale, dans : Willi Münzenberg, un homme contre : Actes du colloque international, 26–29 mars 1992, Aix-en-Provence. La Bibliothéque, Paris 1993

263 Sun Yat-Sen appelle à la veille de sa mort, le 12 mars 1925, à une poursuite de la coopération entre nationalistes et communistes. Ibid., pp. 258–259

264 Dugrand/Laurent, pp. 260–261. Koch, pp. 25, 38, 52, 101–102. Voir aussi chapitre I.3.3.

265 Gross, p. 203

266 Dugrand/Laurent, p. 264

267 Gross, p. 205

268 Haikal, pp. 119–128

269 Buber-Neumann, Kriegsschauplätze, pp. 302–303

270 Gross, p. 205

271 Ibid.

272 Buber-Neumann, Kriegsschauplätze, pp. 303–304

273 Ibid., p. 265

274 Ibid, pp. 205–206

Résumé des informations

Pages
756
ISBN (PDF)
9783631836385
ISBN (ePUB)
9783631836392
ISBN (MOBI)
9783631836408
ISBN (Livre)
9783631830178
Langue
Français
Date de parution
2020 (Décembre)
mots-clé
Relations franco-allemandes Réseau transnational Pacifisme Komintern Décolonisation
Published
Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Warszawa, Wien, 2021. 756 p.

Notes biographiques

Annette Grohmann-Nogarède (Auteur)

<B> Annette Grohmann-Nogarède </B>est professeure agrégée d’Histoire-géographie. Elle a fait ses études à l’Université d’Heidelberg, l’IEP de Bordeaux et à l’UCLA. Elle enseigne dans des sections internationales (franco-allemandes) à Montpellier et à Nîmes. Elle a tenu sa thèse en cotutelle en 2019 avec le soutien de l’Université franco-allemande.

Précédent

Titre: L’hebdomadaire <i>Die Zukunft<i> (1938-40) et ses auteurs (1899-1979) : Penser l’Europe et le monde au XXe siècle