Chargement...

Culture et (in)dépendance

Les enjeux de l’indépendance dans les industries culturelles

de Olivier Alexandre (Éditeur de volume) Sophie Noël (Éditeur de volume) Aurélie Pinto (Éditeur de volume)
Collections 220 Pages

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • À propos des directeurs de la publication
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Advance Praise
  • Table des matières
  • Introduction
  • Membres du Conseil scientifique de l’ouvrage
  • Partie I : L’indépendance, un nouveau récit
  • Généalogie d’une catégorie zombie. Des médias de masse à la culture mainstream aux États-Unis (Michael Z. Newman)
  • Qu’est-ce que l’indie rock ? (J. Ryan Hibbett)
  • Raconter une autre histoire. La bande dessinée alternative américaine entre autonomie et aspirations à la légitimité artistique (Jean-Matthieu Méon)
  • Partie II : La fabrique de l’indépendance
  • L’Association en toute indépendance. Distribuer, diffuser, distinguer la bande dessinée en France (Benjamin Caraco)
  • Dans le cadre du losange. Pratiques de l’indépendance dans le cinéma d’Éric Rohmer (Philippe Mary)
  • Mises en je de l’indépendance cinématographique. Le cas des réalisateurs autobiographes (Juliette Goursat)
  • Partie III : L’indépendance à l’épreuve des institutions
  • Produire des faits autrement. L’IUT de Bordeaux, une alternative à la « neutralité » journalistique (Samuel Bouron)
  • L’auteur assigné à résidence ? L’écrivain contemporain dans le dispositif de la résidence d’écriture (Sylvie Ducas)
  • L’« intelligence » comme (in)dépendance. L’Université de tous les savoirs (2000–2013) (Boris Attencourt)
  • Partie IV : Une indépendance sans frontières ?
  • L’édition indépendante, une question de géographie. Les ressorts nationaux d’une définition transnationale (Sébastien Lehembre)
  • Entre « trouver sa place » et « atteindre un public mondial ».Parcours d’indépendance sur la scène de musiques actuelles de Saint-Pétersbourg (Anna Zaytseva)
  • My major is indie. Les stratégies de récupération du label « indépendant » par les groupes d’édition (Tanguy Habrand)
  • Présentation des auteurs
  • Bibliographie générale finale
  • Titres de la collection

Olivier Alexandre, Sophie Noël et Aurélie Pinto (dir.)

Culture et (in)dépendance

Les enjeux de l’indépendance
dans les industries culturelles

Industries culturelles

Vol. 2

Réalisation de la couverture : Geneviève Chaudoye.

Cette publication a fait l’objet d’une évaluation par les pairs.

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’éditeur ou de ses ayants droit, est illicite. Tous droits réservés.

© P.I.E. Peter Lang s.a.

éditions scientifiques internationales

Bruxelles, 2017

1 avenue Maurice, B-1050 Bruxelles, Belgique

www.peterlang.com ; brussels@peterlang.com

ISSN 2506-8741

ISBN 978-2-8076-0465-0

ePDF 978-2-8076-0466-7

ePUB 978-2-8076-0467-4

MOBI 978-2-8076-0468-1

DOI 10.3726/b11666

D/2017/5678/61

Information bibliographique publiée par « Die Deutsche Bibliothek »

« Die Deutsche Bibliothek » répertorie cette publication dans la « Deutsche National-bibliografie » ; les données bibliographiques détaillées sont disponibles sur le site <http://dnb.ddb.de>.

À propos des directeurs de la publication

OLIVIER ALEXANDRE est sociologue, chargé de recherche au CNRS.

SOPHIE NOËL est sociologue et maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 13 (LabSic).

AURÉLIE PINTO est sociologue et maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle (IRCAV).

À propos du livre

« Indépendant », « alternatif », « indie », « underground », « avant-garde », « de création »... Depuis les années 1970, la revendication d’indépendance a pris une importance grandissante dans les univers de production culturelle. Qu’elle se rapporte à des contenus, des méthodes de travail ou des dispositifs de médiation, cette revendication propose une alternative à la domination des groupes et des productions mainstream. Son succès conduit cependant à s’interroger sur la cohérence même d’une notion progressivement transformée en label de qualité.

À travers douze contributions traitant de l’édition, du cinéma, de la musique, des médias et de la vulgarisation scientifique, cet ouvrage montre en quoi l’indépendance relève d’une construction sociale tributaire de son environnement institutionnel et marchand. Des ondes aux écrans, de l’Europe aux États-Unis, des managers aux artistes, il met en évidence le balancement entre artisanat de création et recherche d’une structuration économique pérenne.

En mettant à distance la dénonciation ritualisée de l’hégémonie des majors et autres « grands groupes » et en s’appuyant sur des terrains ancrés dans différents contextes nationaux, ce livre fait le pari d’une approche transversale pour mieux saisir la manière dont l’indépendance irrigue et structure des filières trop souvent envisagées de manière cloisonnée. Il éclaire ainsi une catégorie de référence des industries culturelles paradoxalement peu étudiée par les sciences sociales, et permet de saisir l’évolution des rapports de force dans des secteurs confrontés à une rationalisation économique et à des mutations technologiques de grande ampleur.

Pour référencer cet eBook

Afin de permettre le référencement du contenu de cet eBook, le début et la fin des pages correspondant à la version imprimée sont clairement marqués dans le fichier. Ces indications de changement de page sont placées à l’endroit exact où il y a un saut de page dans le livre ; un mot peut donc éventuellement être coupé.

ICCA

Industries culturelles, création, numérique

sous la direction de Bertrand Legendre et François Moreau

Sous l’égide du LABoratoire d’EXcellence ICCA (Industries Culturelles et Création Artistique), cette collection réunit les résultats de recherches consacrées aux différentes industries culturelles, traditionnelles comme le cinéma, la télévision, la musique ou l’édition, ou plus récentes comme la vidéo ou le jeu vidéo. Elle privilégie une perspective interdisciplinaire pour étudier les dispositifs de médiation et de promotion, les pratiques de consommation et les mutations induites par des mouvements de fond comme la mondialisation ou la numérisation, qui bouleversent aussi bien les processus de création des contenus que les modes de financement et de distribution de la production.

Conseil scientifique de la collection :

Fabrice ROCHELANDET – IRCAV (Université Paris 3)

François MOREAU – CEPN (Université Paris 13)

Pascale GARNIER – EXPERICE (Université Paris 13)

François MAIRESSE – CERLIS (Université Paris 3)

Emmanuel MAHÉ – ENSADLab (ENSAD)

François JOST – CEISME (Université Paris 3)

Philippe BOUQUILLION – LabSIC (Université Paris 13)

Céline BLOUD-REY – IRDA (Université Paris 13)

Résumé

« Indépendant », « alternatif », « indie », « underground », « avant-garde », « de création »... Depuis les années 1970, la revendication d’indépendance a pris une importance grandissante dans les univers de production culturelle. Qu’elle se rapporte à des contenus, des méthodes de travail ou des dispositifs de médiation, cette revendication propose une alternative à la domination des groupes et des productions mainstream. Son succès conduit cependant à s’interroger sur la cohérence même d’une notion progressivement transformée en label de qualité.
À travers douze contributions traitant de l’édition, du cinéma, de la musique, des médias et de la vulgarisation scientifique, cet ouvrage montre en quoi l’indépendance relève d’une construction sociale tributaire de son environnement institutionnel et marchand. Des ondes aux écrans, de l’Europe aux États-Unis, des managers aux artistes, il met en évidence le balancement entre artisanat de création et recherche d’une structuration économique pérenne.
En mettant à distance la dénonciation ritualisée de l’hégémonie des majors et autres « grands groupes » et en s’appuyant sur des terrains ancrés dans différents contextes nationaux, ce livre fait le pari d’une approche transversale pour mieux saisir la manière dont l’indépendance irrigue et structure des filières trop souvent envisagées de manière cloisonnée. Il éclaire ainsi une catégorie de référence des industries culturelles paradoxalement peu étudiée par les sciences sociales, et permet de saisir l’évolution des rapports de force dans des secteurs confrontés à une rationalisation économique et à des mutations technologiques de grande ampleur.

Résumé des informations

Pages
220
ISBN (PDF)
9782807604667
ISBN (ePUB)
9782807604674
ISBN (MOBI)
9782807604681
ISBN (Livre)
9782807604650
Langue
Français
Date de parution
2017 (Septembre)
Published
Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2017. 218 p., 7 ill. n/b, 1 ill. en couleurs, 1 tabl.

Notes biographiques

Olivier Alexandre (Éditeur de volume) Sophie Noël (Éditeur de volume) Aurélie Pinto (Éditeur de volume)

Olivier Alexandre est sociologue, chargé de recherche au CNRS. Sophie Noël est sociologue et maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 13 (LabSic). Aurélie Pinto est sociologue et maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle (IRCAV).

Précédent

Titre: Culture et (in)dépendance