Show Less
Restricted access

Haïti après le tremblement de terre

La forme, le rôle et le pouvoir de l’écriture

Series:

Emmanuelle Anne Vanborre

En parallèle à la construction historique d’Haïti en tant que pays indépendant, la littérature haïtienne s’est montrée dynamique depuis plus de deux siècles. Les écrivains, poètes, artistes, créent et notent la vivacité culturelle d’Haïti. Le 12 janvier 2010, le séisme fait trembler la terre d’Haïti, fait trembler les corps et les âmes des personnes d’Haïti et d’ailleurs. Immédiatement après la catastrophe, les écrivains continuent à écrire, reprennent l’écriture, commencent à créer de nouvelles œuvres sur le tremblement de terre et ses conséquences. Plusieurs articles, récits, fictions, volumes collectifs sont publiés. La force et la vie de la littérature haïtienne continuent à impliquer les lecteurs, en éveillent de nouveaux. La misère, la douleur, la tristesse et la mort peuplent les lignes, mais la beauté, le courage, la vision et l’espoir sont également présents. Les mots essaient de contenir la complexité de la nouvelle face d’Haïti. Les mots essaient de capturer l’absence. Mais comment le témoignage est-il possible quand l’événement est une catastrophe, quand l’événement a pris la vie de tant de personnes, quand l’événement touche à la destruction et à la mort ? Ce volume s’attache à analyser les écrits qui ont trait au séisme, au rôle et au pouvoir de la littérature, à la nécessité d’écrire qui suit un tel événement traumatique. Le but est d’offrir une réflexion sur ce que peut la littérature, la fiction, ce que peuvent les mots devant le drame qui est survenu à Haïti.
Show Summary Details
Restricted access

Biographies

← 154 | 155 →Biographies

Extract



 

Corinne Beauquis enseigne des cours de langue et de littérature dans le département de français et de linguistique de l’Université de Toronto Scarborough, Canada. Ses centres d’intérêt incluent les questions de migration, de frontières, d’identité, d’interculturel et de transculturel, de révolution et d’institution, particulièrement appliquées aux champs littéraires d’Haïti et du Québec. Elle s’interroge également sur la didactique des langues et de la littérature. Elle a récemment publié des articles sur Gérard Étienne.

Enseignant détaché auprès de Louisiana State University, Jean Xavier Brager est chargé de cours de français (culture et littérature francophone) et de cinéma (histoire du film, esthétique et production). Selon une méthodologie interdisciplinaire, il mène des travaux relatifs aux études postcoloniales, avec, pour aires de prédilection, le Maghreb et la Caraïbe et pour thèmes de recherche, le concept d’hybridité, les relations de pouvoir, les questions d’identité et la subversion des genres. Parallèlement, Jean Xavier est traducteur indépendant et il poursuit une carrière de metteur en scène/réalisateur et de comédien en France et aux États-Unis.

Emanuela Cacchioli est chercheuse au Centre de Recherche en Littératures comparées de l’Université Paris-Sorbonne et doctorante en Littératures comparées euro-américaines à l’Université de Gênes (en Italie) où elle travaille sur le mythe d’Antigone dans les littératures francophones....

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.