Show Less
Restricted access

De l’unanimisme au fantastique

Jules Romains devant l’extraordinaire

Series:

Augustin Voegele

Jules Romains est connu comme un écrivain « de bonne volonté », raisonnable et rationaliste. Il existe, toutefois, un Jules Romains obscur, et méconnu : un Jules Romains créateur de personnages de mauvaise volonté – de criminels, même ; un Jules Romains qui n’hésite pas à parsemer son oeuvre de longs chapitres érotiques – pornographiques, même ; un Jules Romains, enfin, surtout, fasciné par tout ce qui relève du parapsychique et de l’extraordinaire.

Mais d’où vient cet attrait pour l’anormal et le paranormal ? C’est en replaçant la production de Romains dans le contexte d’une époque confrontée à la mort de Dieu et meurtrie par deux Guerres mondiales que l’on peut expliquer le glissement qui s’opère, de La Vie unanime (1908) aux oeuvres de l’après-guerre, d’un unanimisme optimiste et humaniste à un fantastique qui, s’il se révèle scientifiquement et politiquement militant, n’en est pas moins désespéré.

Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract



Lacune critique

Dans son Jules Romains préfacé et consacré par celui dont elle retrace la vie et analyse l’œuvre, Madeleine Berry parle en ces termes de la trilogie Psyché :

N’est-il pas question, avant tout, d’une aventure de l’âme ?

Le surnaturel qui ne s’était manifesté, dans les précédents ouvrages, que de loin en loin, fournit cette fois au livre sa matière même. Révélation d’un Romains ésotérique qui n’a jamais, hormis quelques précieuses études, été suffisamment examiné. Pourtant, cette veine souterraine, appelée à prendre chez lui une grande importance, le rattache déjà à une certaine littérature occulte qui, en France, double l’autre.

N’est-il pas curieux que ce soit au moment où il prend de l’univers une si concrète connaissance que l’auteur s’attache si fort à cette si secrète réalité ?1

La mention de cette lacune critique, dans un ouvrage approuvé par Jules Romains lui-même, a quelque chose de contraignant : on est bien forcé de se dire que c’est dans cette direction que le critique qui part en quête de nouvelles ressources interprétatives doit chercher. Mieux, ces quelques lignes proposent à la fois une thématique (les événements paranormaux chez Jules Romains) et une problématique (il faut tenter de résoudre la contradiction entre un Romains à la fois rationaliste et engagé dans les problèmes les plus palpables du monde et un...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.