Show Less
Restricted access

De l’unanimisme au fantastique

Jules Romains devant l’extraordinaire

Series:

Augustin Voegele

Jules Romains est connu comme un écrivain « de bonne volonté », raisonnable et rationaliste. Il existe, toutefois, un Jules Romains obscur, et méconnu : un Jules Romains créateur de personnages de mauvaise volonté – de criminels, même ; un Jules Romains qui n’hésite pas à parsemer son oeuvre de longs chapitres érotiques – pornographiques, même ; un Jules Romains, enfin, surtout, fasciné par tout ce qui relève du parapsychique et de l’extraordinaire.

Mais d’où vient cet attrait pour l’anormal et le paranormal ? C’est en replaçant la production de Romains dans le contexte d’une époque confrontée à la mort de Dieu et meurtrie par deux Guerres mondiales que l’on peut expliquer le glissement qui s’opère, de La Vie unanime (1908) aux oeuvres de l’après-guerre, d’un unanimisme optimiste et humaniste à un fantastique qui, s’il se révèle scientifiquement et politiquement militant, n’en est pas moins désespéré.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 2 Unanimismes

Extract

Chapitre 2

Unanimismes

Évolution des unanimes

Il convient à présent que nous replacions de manière plus rigoureuse le fantastique romainsien dans le contexte de l’unanimisme. Qu’est-ce exactement que l’unanimisme ? Et en quoi l’unanimisme est-il, sinon constitutivement, du moins potentiellement fantastique ?

Romains est avant tout, non seulement aux yeux des critiques, mais bien aussi selon l’idée qu’il se faisait de lui-même et de son œuvre, celui qui a eu la révélation de l’unanimisme (de telle sorte qu’on s’étonne de lire sous la plume de Jean Prévost que Jules Romains n’a pas « la prétention d’être le premier à faire de la poésie unanime »).1 L’unanimisme, cependant, n’est pas stable ; il évolue, et les groupes que décrit Romains évoluent eux aussi : de physiques qu’ils sont dans les premiers textes, ils deviennent de plus en plus psychiques. Il convient donc, si nous voulons être en mesure de proposer une définition de l’unanimisme qui tienne compte de sa mobilité constitutive, et si nous voulons comprendre en quoi l’unanimisme peut être fantastique, que nous commencions par décrire la transformation progressive des objets dont il s’occupe – c’est-à-dire des unanimes.

La notion d’unanime est l’œuvre de Jules Romains : le terme désigne toutes les formes collectives d’individualité, tous les groupes doués d’une vie organique et d’une sensibilité semblables à celles de la personne humaine. Le mot lui-même, bien sûr, est bien plus...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.